Les meilleurs parcs naturels d’Afrique de l’Ouest

Tout le monde connaît les grands parcs nationaux d’Afrique orientale et australe – Masai Mara, Kruger et Serengeti évoquent des paysages majestueux, des lions paresseux à l’ombre et des troupeaux d’éléphants parcourant la savane. Mais avez-vous entendu parler de Mole, Pendjari et Waza ? Ces réserves fauniques sont parmi les plus belles d’Afrique de l’Ouest – elles ne sont peut-être pas aussi célèbres, mais la faune est tout aussi diversifiée, les safaris coûtent une fraction de ceux de l’Afrique orientale et australe et il est peu probable que vous soyez dérangé par la foule. Voici nos cinq parcs d’Afrique de l’Ouest les plus beaux et les plus discrets.

Parc National de la Pendjari, Bénin
Entouré par les magnifiques montagnes d’Atakora, la Pendjari  est probablement le beau et meilleur parc d’Afrique de l’Ouest. On y trouve des animaux sauvages tel que – lions, éléphants, guépards, babouins – et bien d’autres pour ceux qui ont la patience d’aller les chercher. L’infrastructure est fantastique aussi, avec des guides sensationnels et un hébergement en plein cœur du parc pour profiter des promenades au lever et au coucher du soleil, lorsque la faune est à son meilleur. Séjournez à l’écolodge Pendjari Lodge , ou à l’Hôtel de la Pendjari, plus ancien.

Réserve de Nazinga, Burkina Faso
Ce n’est peut-être pas un parc national, mais c’est certainement le meilleur. Les principales attractions de Nazinga sont ses éléphants, que vous avez de bonnes chances de voir toute l’année : ils adorent se promener dans le Ranch de Nazinga, l’hôtel principal de la réserve, et se vautrer dans le lac voisin (ils ont aussi la réputation de nager dans le lac profond). Ailleurs dans la réserve, vous verrez des singes, des antilopes, des crocodiles et une profusion d’oiseaux.
Vous aurez besoin de votre propre véhicule pour vous rendre à Nazinga. Choisissez un tour opérateur au Burkina, qui peut organiser des séjours dans la réserve.

Parc national de Mole, Ghana
La chose la plus étonnante à propos de Mole, c’est à quel point il est bon marché et accessible : les voyageurs indépendants peuvent facilement s’y rendre par les transports publics depuis Tamale, les droits d’entrée sont inférieurs à 10 Euros et les safaris à pied sont standard (bien que si vous voulez aller en safari, le parc a un 4×4 à louer). Et bien sûr, il y a le Mole Motel, un peu trop cher, mais dans un endroit imbattable avec vue imprenable sur les plaines du parc, avec une vue imprenable sur les animaux – éléphants, phacochères, babouins, antilopes, oiseaux – et ce qu’ils font. Il y a même une piscine pour une baignade rafraîchissante entre les sorties.

Sanctuaire de faune de l’île de Tiwai, Sierra Leone


Cette petite île sur le fleuve Moa en Sierra Leone ne ressemble à aucune autre réserve ou parc en Afrique de l’Ouest : avec 11 espèces de primates présentes dans le sanctuaire (www.tiwaiisland.org), c’est l’un des rares endroits en Afrique de l’Ouest où l’on est pratiquement certain de voir des chimpanzés et autres primates en danger tels que les beaux singes Colobus et Diana. Il existe d’autres espèces rares comme l’hippopotame pygmée endémique, la loutre de rivière et plus de 130 espèces d’oiseaux. Il y a des excursions guidées sur les îles et les villages voisins, et vous pouvez passer la nuit sur une plate-forme simple et couverte. Le sanctuaire est facilement accessible en taxi depuis Bo ou Kenema mais passez la nuit à Tiwai si vous utilisez les transports publics.
Visitez le site de Sierra Leone peut vous aider à organiser le transport et les excursions.

Forêt de culture Makasutu, Gambie
La Gambie est connue dans le monde entier pour sa faune aviaire exceptionnelle et de nombreux ornithologues chevronnés y reviennent année après année. Makasutu Culture Forest est certainement l’un des meilleurs choix du pays – bien que nous parlions ici de nuances de superlatifs. Cette petite réserve est un kaléidoscope des paysages et de l’avifaune de la Gambie. Vous pouvez facilement venir de Banjul pour une excursion d’une journée, mais si l’argent n’est pas un problème, offrez-vous quelques nuits au Mandina River Lodge, une magnifique boutique éco-responsable.

Makasutu organise des forfaits avec des séjours au Mandina Lodge ; les visiteurs d’un jour peuvent utiliser le minibus du parc depuis Brikama tout proche et obtenir les mêmes excellents guides.

Conseils pratiques
Le meilleur moment pour observer la faune sauvage en Afrique de l’Ouest est de décembre à avril, lorsque l’herbe à été brûlée (ce qui améliore la visibilité) et que la saison sèche force les animaux à se rassembler autour des points d’eau.
Les pistes sont généralement impraticables pendant la saison des pluies (juillet-septembre) et les parcs sont souvent fermés.
Les frais d’inscription varient de moins de 10 € à Mole à 25 € pour le Makasutu, une aubaine par rapport aux autres régions d’Afrique.
Apportez de la crème solaire et beaucoup d’insectifuge – ou portez des vêtements légers à manches longues et des pantalons longs.
Le paludisme est présent dans tous les parcs nationaux : prenez des précautions.
Apportez des jumelles et un guide d’observation de la faune.

Voyager dans le train lent de Madagascar

On pourrait dire qu’il faut 12 à 24 heures pour parcourir les 163 km qui séparent les hauts plateaux de Madagascar de la côte de l’océan Indien est un moyen de transport plutôt lent et inefficace. Oui, mais c’est là le problème. Voyager sur le chemin de fer Fianarantsoa-Côte Est (FCE) n’est pas vraiment une question d’aller d’un point A à un point B – c’est une question de voyage. Le train fait la navette entre les villes de Fianarantsoa dans les hautes terres (altitude 1100m) et Manakara sur la côte. La pente de la ligne explique en partie sa lenteur – les pannes constantes et les cargaisons lourdes sont le vrai problème. Le train traverse des zones non accessibles par la route, c’est donc une bouée de sauvetage pour les communautés locales qui l’utilisent pour faire du commerce et voyager. C’est ce spectacle étonnant – les paysages sans route et le chargement/déchargement théâtral à chaque station, 18 au total – qui rendent le voyage si spécial.
Ce genre de voyage lent (et imprévisible) n’est pas pour tout le monde. C’est soit votre idée d’une expérience authentique, soit votre pire cauchemar dans vos deux semaines de vacances soigneusement planifiées. Nous ne jugerons pas ; tout ce que nous dirons, c’est que la meilleure façon d’aborder ce voyage est d’être prêt à faire face aux retards inévitables et de les intégrer à votre itinéraire.

Un peu d’histoire
Le chemin de fer FCE a été construit par l’administration coloniale française entre 1926 et 1936 pour ouvrir la côte est et faciliter l’exportation des produits agricoles de cette région fertile. Les rails ont été importés d’Allemagne, les voitures de Suisse. A son apogée, le chemin de fer comptait deux locomotives, avec cinq services par semaine transportant 150.000 passagers et 20.000 tonnes de fret par an. Malheureusement, Madagascar passant d’une crise politique et économique à l’autre depuis les années 1960, peu d’argent a été investi dans l’entretien du chemin de fer, ce qui explique les retards record et les déraillements et pannes en série. Il n’y a plus qu’une seule locomotive et seulement deux trains de voyageurs par semaine (et un seul train de marchandises), ce qui entraîne un surpeuplement et une surcharge.
Les voitures aussi ont connu des jours meilleurs : vous aimerez peut-être l’idée de voyager en deuxième classe, mais un coup d’œil au visage consterné du chef de gare à votre demande, et un coup d’œil rapide à la voiture, mettront probablement votre plan en ordre de paiement rapide. C’est donc une première classe, et ce n’est pas un mauvais choix : les sièges sont relativement confortables, le verre est clair et les fenêtres s’ouvrent et se ferment.

L’itinéraire
Le trajet en montagne est sans doute le plus pittoresque : le train serpente à travers des versants montagneux escarpés parsemés de forêts, de chutes d’eau, de champs en terrasses et de plantations fruitières. Avec tant de montagnes à relier et de rivières à traverser, il n’y a pas moins de 48 tunnels, 67 ponts et quatre viaducs, dont celui spectaculaire d’Ankeba, qui domine de 40 m une mer de rizières. Traverser des paysages aussi majestueux, c’est voyager en train à son meilleur : la vitesse est lente (20 km/h en moyenne), les fenêtres sont généralement laissées ouvertes pour que l’air se remplisse de l’odeur des branches que le train balaie. Vous pouvez rapidement discuter avec vos voisins, qu’il s’agisse de touristes ou de Malgaches. Vous avez l’impression d’avoir fait une pause de quelques heures dans le rythme effréné du XXIe siècle.
L’environnement commence à changer autour de Fenomby, environ 100 km après le début du voyage – le paysage est plus plat, l’air est plus chaud et les rizières et les palmiers remplacent les pentes boisées.

Une bouée de sauvetage pour la population locale
A part le paysage, l’un des points forts du voyage est l’arrêt de la gare. Oubliez les deux minutes que vous avez en Europe pour monter ou descendre du train, ici un arrêt signifie au moins 30 minutes, parfois quelques heures, pour permettre à l’équivalent en train du sac de Mary Poppins de charger et décharger une quantité impossible de bananes, litchis, sacs de riz, meubles en plastique et autres objets précieux de fret.
Les passagers ont donc tout le temps de se dégourdir les jambes et de profiter du spectacle. La zone de chalandise du FCE est immense : les gens parcourent jusqu’à 50 km pour monter dans le train ou faire monter leurs produits, les gares sont donc toujours en effervescence. Pour des dizaines de petits commerçants, c’est aussi l’occasion de compléter leur vie en vendant des beignets, des brochettes, des bonbons et des snacks aux voyageurs affamés. Les épices locales, en particulier le poivre noir et le poivre rose, font de jolis souvenirs ou cadeaux.
Il est indéniable que quelque part entre le troisième et le dix-septième arrêt, la nouveauté s’estompe quelque peu. Mais c’est la combinaison de toutes ces choses – l’authenticité, les paysages, la bonne compagnie, l’expérience unique – que les gens apprécient habituellement. Et dans un pays où les voyageurs peuvent passer beaucoup de temps dans les limites d’un véhicule sur des routes épouvantables, la possibilité de voyager dans un confort relatif tout en lisant un livre et en admirant les paysages et le folklore de Madagascar, est tout simplement trop belle pour la manquer.

Aspects pratiques
Le FCE part de Fianarantsoa à 7h (théoriquement) les mardis et samedis et revient de Manakara le mercredi et le dimanche (départ à 7h). Le prix des billets est de 40 000 Ar / 16 000 Ar en 1re/2nde classe.

Apportez suffisamment de nourriture et d’eau pour au moins deux repas (déjeuner et dîner), ainsi que des collations. Vous pourrez également acheter des fruits, des biscuits et des boissons en bouteille dans les gares. Les aliments vendus dans la rue sont accompagnés des mises en garde habituelles.
Apportez un livre, un jeu de cartes, des jeux de voyage, etc. pour passer le temps.
Bien qu’il y ait de la lumière dans la nouvelle voiture, emportez une lampe frontale au cas où (il fait sombre à partir de 18h).
Il fait froid dans les hautes terres et la nuit, alors assurez-vous d’avoir un pull ou une veste avec vous.
Un oreiller de voyage vous permettra de faire des siestes impromptues ou une nuit de sommeil à votre insu….
Il y a des toilettes à bord, mais elles se remplissent habituellement avant la fin du voyage, alors vous devrez peut-être répondre à l’appel de la nature, enfin, dans la nature.
Les paysages les plus pittoresques se trouvent entre Sahambavy et Fenomby, il est donc généralement préférable de prendre le train de Fianarantsoa à Manakara pour s’assurer que vous voyagez à travers ce tronçon en plein jour.
Pensez à monter ou descendre du train à Sahambavy au lieu de Fianarantsoa : les paysages entre les deux ne sont pas très intéressants, cela vous fera économiser 1h30.

Madagascar : une île pas comme les autres

Située dans l’océan Indien, au large de la côte sud-est de l’Afrique, l’île de Madagascar a évolué dans un isolement splendide pendant plus de 80 millions d’années ; le résultat est un monde unique et surprenant plein d’arbres à l’envers, de forêts de pierres et bien sûr de lémuriens.

Kirindy et les baobabs

Commencez votre voyage dans l’Ouest par des rencontres avec la faune et la flore et une promenade parmi les arbres emblématiques.
Accompagné de notre guide nous nous promenons joyeusement dans la forêt, les bras balancés, les tongs battus. Depuis une heure, il nous guide à travers un enchevêtrement de chemins identiques les uns aux autres, s’arrêtant pour nous montrer des créatures brunes cachées dans le sous-bois brun : un serpent crayon en forme de brindille ici, un escargot de terre en taille de poing là.
Il faut du temps pour localiser le lémurien qu’il a repéré avec à peine un regard, mais après avoir beaucoup gesticulé ( » A gauche de la fourche, en bas de la deuxième branche, non, pas de cette branche, plus bas « ), il est là : un lémurien sportif, sa tête en peluche et ses yeux brun vaseux, qui sort d’un arbre creux. L’observation ouvre les vannes à un embarras de rencontres dans la forêt de Kirindy.

Quelques pas plus haut, un sifaka de Verreaux en noir et blanc apparaît bien au-dessus, oscillant entre les cimes des arbres avec l’élégance d’une trapéziste, la petite tête de son bébé sortant du pelage de son ventre. Dans une clairière voisine, l’herbe à chat gutturale est utilisée par une famille de lémuriens à ventre rouge et ils descendent rapidement de la canopée pour inspecter leurs visiteurs humains.
Les habitants de Kirindy ont élu domicile dans les vestiges de la dernière forêt sèche de feuillus de la côte ouest de Madagascar. Il abrite huit espèces de lémuriens – et la seule créature du pays dont le ventre commence à gronder lorsqu’il en aperçoit une. La forêt est l’un des meilleurs endroits pour voir le seul prédateur des lémuriens : le fossa menacé.
Trois des animaux ont passé la journée dans le camp au centre de recherche écologique de Kirindy. Un par un, ils se faufilent sous une cabane, s’étirant et baillant sous le soleil, avant de s’accroupir dans la terre. Ils ressemblent à un terrible mélange génétique entre un chien et une belette, avec une fourrure gris-brun, des yeux jaunes et une queue aussi longue que leur corps. Mamy qui gère le centre, préférerait qu’ils ne se sentent pas aussi à l’aise ici. L’un des principaux problèmes pour eux, dit-il en s’accroupissant pour vérifier s’il y a d’autres fosses sous la cabane, c’est la destruction de leur habitat par l’agriculture et l’exploitation forestière. Peut-être qu’ils viennent ici parce qu’ils n’ont pas assez à manger.
Mamy regarde les créatures se lever et traquer dans la forêt. C’est le défi de la conservation à Madagascar, de trouver comment les gens profitent de la forêt sans la détruire « , dit-il. Mais c’est un défi passionnant. Tant qu’il restera des animaux, il y aura de l’espoir.
Les arbres au tronc large et à la cime effilée qui s’élèvent de façon incongrue à travers les broussailles de Kirindy donnent une idée de la nature de ce défi. Ce sont des baobabs – « mères de la forêt » en malgache – et la région en était autrefois pleine. Perdues à la déforestation et à l’agriculture au fil des siècles, elles sont aujourd’hui souvent isolées, avec des troncs épais comme des maisons, dominant une terre brûlée et défrichée par des brûlis.
À environ 25 milles au sud de Kirindy, l’avenue des Baobabs est un fier rappel de ce qui a été perdu. A l’aube, un épais brouillard s’est installé sur la route et la vingtaine de baobabs qui la bordent, âgés d’environ 600 ans, sont réduits à des silhouettes sombres. Les fermiers sortent du brouillard, portant des faux et des haches, et conduisant des zébus, qui s’arrêtent pour se gratter les flancs sur l’écorce noueuse des arbres. Les feux sont allumés à l’extérieur des maisons en terre le long de la route, des casseroles noircies sont placées au-dessus d’eux, prêtes pour une journée de cuisson. Quand le soleil se lève, la brume s’échappe. Plus de circulation apparaît sur l’avenue : jeeps en route vers la ville principale de Morondava, motos avec des matelas équilibrés sur le guidon. Au bord de la route, révélées pour la première fois à la lumière du matin, se trouvent 10 petits enclos. À l’intérieur se trouvent des jeunes baobabs fragiles d’à peine un centimètre d’épaisseur et d’un demi-mètre de hauteur, nains des vieux arbres qui les entourent, mais signes d’un avenir plus radieux néanmoins.

La route des Tsingy

Le voyage fait partie de l’aventure à Madagascar, et jamais plus que le voyage coloré le long de la route cahoteuse 8a de Kirindy au nord. Outre sa biodiversité unique, Madagascar est également connue pour ses mauvaises routes. C’est ce que notre guide touristique local, en montant dans la jeep.
Avec moins de 20 % de son réseau routier goudronné, se rendre d’un point A à un point B à Madagascar est rarement simple. Google Maps vous dira que c’est un voyage de trois heures de Kirindy jusqu’à Bekopaka, à environ 80 kms au nord.  Mais Google Maps a tort  mais il ne vous dit pas non plus , qu’ il faut une journée à parcourir la route est au moins aussi excitante qu’une journée dans la forêt avec une famille de lémuriens.

Pour la plupart, le 8a est une piste de boue plus encombrée que la route. Il laisse bientôt derrière lui les rizières entourant l’avenue des Baobabs, leurs lignes vertes et soignées, labourées par des zébus, traînées par des canards qui se chamaillent. Le paysage devient plus sec, les buissons qui bordent la berge sont recouverts de sable projeté par les véhicules qui passent, comme si quelqu’un avait jeté un seau de poudre orange sur eux. De grandes étendues de terre noircie brûlent encore depuis les récentes défrichements forestiers.
Au petit matin, les enfants tournent au ralenti le long de la 8a sur le chemin de l’école, donnant des coups de pied au ballon dans la poussière. Des femmes en jupes brillantes marchent entre les villages, les ballots de maïs ou de bois de chauffage en équilibre sur la tête et le visage recouvert d’une pâte faite d’écorce de tamarin pour se protéger du soleil. Les familles lavent leur linge dans des cours d’eau peu profonds, font sécher leur linge sur les berges ou se promènent sur des charrettes en bois, derrière les bosses en forme de chameaux et les longues cornes de zébu qui marchent lentement.

Les Malgaches sont très attachés à leur zébu « , dit notre guide en s’appuyant sur le tableau de bord alors que la jeep négocie l’un des nombreux nids-de-poule de la taille d’un bassin. Ils sont utilisés pour le transport et dans les champs, bien sûr, mais aussi dans les rituels, les cérémonies funéraires et la médecine. Si vous frottez l’huile de leurs bosses sur votre peau, vous deviendrez très fort.

A mi-chemin du trajet, la route s’arrête, coupée par la grande limace brune de la rivière Tsiribihina. Les jeeps sont manœuvrées avec précaution le long des planches sur des ferries de style Heath Robinson, apparemment faits de morceaux de métal assemblés au hasard. Tout le monde à bord, à une heure de route de Belo sur Tsiribihina, sur la rive opposée, passe devant des gens dans des canoës en bois sculptés à la main. En début d’après-midi, le marché de la ville bat son plein et les commerçants s’assoient à côté de tas de patates douces, de canne à sucre, de piments rouges séchés, de crevettes frites et de bosses de zébu grasses, agitant de leurs mains de grandes mouches loin de leurs marchandises.

La route se détériore un peu à partir d’ici « , nous avertit notre guide, alors que le 8a se dirige hors de la ville. Il s’effondre partiellement par endroits, tissant et plongeant un nouveau parcours autour des arbres tombés et des cratères gorgés d’eau.

Alors que la chaleur intense de la journée commence à s’estomper, l’activité s’intensifie dans les villages au bord des routes. Les hommes coupent la terre en briques, ou fauchent les roseaux pour construire, tandis que leurs femmes martèlent rythmiquement le riz avec des poteaux dans des mortiers géants, les dindes attendant à côté d’eux. Les enfants courent vers tous les véhicules qui passent et regardent à l’intérieur, pratiquant leurs compétences en langues étrangères avec des demandes polies de stylos ou de bonbons.

Le temps que la jeep arrive au dernier arrêt à Bekopaka, en passant par une dernière traversée de rivière et de nombreux arrêts pour laisser un coua géant aux couleurs vives, un troupeau de chèvres ou un caméléon nerveux traverser la route, le soleil a commencé à se coucher parmi les mangroves. Le voyage le long de la 8a a pris plus de 11 heures, mais, peut-être, ce ne serait pas si mal de faire demi-tour et de tout recommencer.

Tsingy de Bemarahaha

Attachez-vous pour quelques jours d’escalade dans le parc national le plus insolite de Madagascar.

A Bekopaka, trois petits garçons tentent de faire tomber des mangues d’un arbre avec un bâton. Autour d’eux, des jeeps se garent à côté des charrettes zébus, leurs passagers sautent pour se dégourdir les jambes avant de se diriger vers un petit bureau dans le village. Ils sont ici pour réserver des billets pour le parc national de Tsingy de Bemaraha, la raison pour laquelle la plupart des gens empruntent la route 8a depuis Morondava.

Le parc est divisé en deux parties, Petit et Grand, et la partie la plus petite se trouve juste au-delà du bureau. Notre guide ouvre la voie en se faufilant dans un passage étroit, avant de lancer un avertissement :  » Cette zone est très sacrée. Il y a beaucoup de tombes ici ; vous devez être respectueux envers les morts. En effet, les trois mangoustes seraient découragés d’entrer, parce qu’ils croyaient localement que les enfants seraient plus susceptibles de rencontrer un fantôme ici.

Il y a environ 150 millions d’années, toute la région était sous la mer ; quand l’eau s’est retirée, elle a laissé derrière elle un paysage d’un autre monde de pointes et de grottes de calcaire, les fossiles d’animaux marins perdus depuis longtemps sont encore visibles à leur surface. Au fil des siècles, les roches se sont enrichies d’un nouveau décor : les vignes de figues étrangleuses s’enroulent autour d’elles et pénètrent dans les crevasses ; de sombres mares d’eau cachent anguilles et crabes ; et les toiles d’araignées géantes d’or en soie, d’araignées tisseurs d’or s’étendent entre les pinacles.

Une série de cordes, d’échelles et de ponts, mènent le visiteur à travers un sentier qui s’enroule tout autour et au-dessus des rochers – des creux profonds qui n’ont jamais vu le soleil, aux plates-formes d’observation en équilibre précaire sur les pics calcaires. Des huppes malgaches et des aigles pygargues à tête blanche et des sifakas de Von der Decken, visages noirs émergeant de manteaux de fourrure blanche, s’enfoncent dans cette forêt grise épineuse, un peu plus à l’aise parmi les rochers acérés que leurs cousins humains.

A une dizaine de kilomètres de là, dans la deuxième partie du parc. A Grand Tsingy,  notre guide ajuste son baudrier et vérifie ses mousquetons avant de s’élancer sur la piste. Il commence, de façon trompeuse, par une montée facile à travers la forêt, avec les cris des sifakas lointains qui résonnent dans les arbres, et les perroquets noirs qui passent au-dessus.

Le sentier s’arrête brusquement sur une falaise dont le sommet n’est pas visible du sol. Une série de clous est enfoncée dans la paroi rocheuse jusqu’en haut, d’épais fils de fer étant enfilés entre eux. notre guide attache ses mousquetons au premier fil et se tire sur un rebord étroit. Il s’agit d’une longue et lente ascension de 60 mètres, qui consiste à attacher et à rattacher les mousquetons, à trouver une base solide sur de minces marches en pierre taillées dans le calcaire et à enjamber des échelles qui enjambent des fissures dans la roche. Si vous allez lentement, lentement, lentement, vous n’avez pas à avoir peur « , previent notre guide . « Lentement, lentement, lentement, et vous pouvez voir le chemin devant vous. L’échelle des Grands Tsingy est révélée au sommet, avec vue sur les pinacles qui s’étendent loin dans la forêt. Il faut plusieurs heures pour naviguer dans le reste du parc, se faufiler autour des rochers, franchir des ponts de corde qui grincent comiquement, descendre dans de vastes grottes et ramper dans des tunnels.

De retour dans la forêt avec le soleil à son plus haut et plus féroce, tout est calme. Dans la fourchette d’un arbre, un lémurien bouge dans son sommeil, peut-être perturbé par un rêve. Une femelle sifaka, les bras posés sur ses genoux, la longue queue suspendue entre les branches, regarde en bas. Elle regarde pendant un moment, puis ses yeux oranges se ferment lentement. La forêt a la bonne idée « , dit notre guide en s’essuyant le front de l’effort de la journée. C’est l’heure de la sieste.

Parc national d’Andasibe-Mantadia

Approchez-vous d’une foule de lémuriens dans les forêts tropicales brumeuses de l’est du pays.

Il fait froid sur le plateau central de Madagascar. Des plaques de nuages flottent sur les collines parsemées d’eucalyptus, de gomme douce américaine, d’azalées et de magnolias. Suspendues à leurs branches, des gouttelettes d’eau gonflées, prêtes à tomber sur le sol humide avec une pincée satisfaisante. Les grenouilles arboricoles crient et gazouillent et observent leur présence à travers la bruine, gardant les geckos à queue feuillue et les araignées à longues pattes sous la canopée.

Nous nous frayons un passage à travers les sous-bois, passant à travers les vignes de diverses plantes et balayant les branches de la taille d’un canoë de fougères géantes. Notre guide fait une pause, pousse son chapeau de paille à l’arrière de sa tête et fixe la cime des arbres.

Ils sont très loin « , murmure-t-il en fronçant les sourcils. « Mais nous devons quand même être très calmes. Il plonge dans un buisson de bambous. A chaque pas, ses pieds s’enfoncent dans la boue collante d’un feuillage en décomposition. Au sommet d’une colline escarpée, il s’arrête de nouveau. En quelques minutes, un gémissement aigu se lève, tombe et remonte. D’autres gémissements s’y joignent, comme si un orchestre de musiciens aux trompettes cassées s’était installé dans la forêt.

Maintenant, vous entendez le chant de l’indri « , dit-il, et regardez de nouveau dans les cimes des arbres. Trois boules silhouettées sont enroulées dans les branches supérieures. Les membres apparaissent des corps poilus et l’indri prend forme : pieds et mains noirs, jambes et bras blancs, oreilles rondes encadrant un visage noir et une longue queue noire. Les trois créatures – un mâle, une femelle et leur bébé – commencent à se toiletter sous la pluie fine, en s’attaquant mutuellement leurs manteaux avec leurs doigts osseux. Le mâle se jette dans un arbre voisin, et sa famille le rejoint bientôt. Ils se balancent à travers les branches et disparaissent.

Les gens d’ici ne feront pas de mal à l’indri « , dit notre guide, qui s’en va lentement à sa poursuite. C’est tabou. Nous les appelons babakoto – père de l’homme. La croyance est qu’un jour, il y a longtemps, l’indri a sauvé un petit garçon perdu dans la forêt. Pour cela, nous prendrons toujours soin d’eux.

L’indri est le plus grand primate de Madagascar (le lémurien géant, de la taille d’un gorille à dos argenté, a disparu depuis environ 600 ans). Jusqu’à 70 groupes familiaux vivent dans le Parc National d’Andasibe-Mantadia, et la forêt tropicale chante régulièrement avec leurs appels territoriaux, le son voyageant sur plus d’un mile. C’est un peu plus difficile de les voir, mais Andasibe a d’autres distractions si une observation s’avère insaisissable.

Il y a des sifakas à face floue et à pattes de gingembre, que l’on ne trouve que dans cette partie du pays ; les formes exotiques de charançons girafes, dont la tête est portée sur un cou maigre quatre fois plus long que leur corps rouge ; des lémuriens en bambou pelucheux qui arrachent les feuilles des plantes qui portent leur nom ; et les arbres malgaches qui s’egorgent sous les troncs des palissandre, les langues bleues qui se tortillent sous leurs yeux noirs.

Notre guide n’est pas un homme à se laisser influencer par sa recherche presque révérencieuse du babakoto, malgré plusieurs heures passées à se frayer un chemin dans la forêt. Je suis comme l’indri, dit-il, émergeant brièvement dans la lumière du soleil au bord d’un petit lac. « J’ai besoin d’être dans la forêt tous les jours. Il se retourne dans les sous-bois et est bientôt perdu de vue.

Canal des Pangalanes

Il est temps de se détendre avec un méandre paresseux le long de canaux verdoyants et de lacs bordés de plages, à la recherche de l’insaisissable aye-aye.

La demi-lune projette une lumière argentée à travers la forêt. Les lucioles clignotent entre les arbres, leurs branches projetant des ombres noires qui se tordent et ondulent au vent. Il n’y a pas de son si ce n’est le léger claquement de l’océan Indien qui frappe le rivage à près d’un mille de là. Il y a un bruissement soudain, et une forme sombre apparaît sur un arbre voisin. La poutre de la torche pivote vers le haut et révèle un rat arboricole. Il regarde en arrière avec surprise, puis s’écrase.

Les rats des arbres ne sont pas la raison pour laquelle les gens viennent ici. Il y a une longue attente dans l’obscurité pour l’attraction principale. Quand il arrive, il arrive silencieusement, un monstre qui sort de l’ombre dans un cauchemar. Une seconde il n’est pas là, l’instant d’après il est là : un étrange désordre d’yeux rouges et croisés, une fourrure inégale, d’énormes oreilles noires et ébouriffées, des dents tordues et un souffle qui râpeux. Ses longs doigts griffonnent dans une noix de coco, grattant la chair et l’enfonçant bruyamment dans sa bouche.

Le malheureux aye-aye était autrefois si rare qu’on pensait qu’il était éteint. L’espèce figure toujours sur la liste des espèces en voie de disparition et est protégée ici, dans une petite réserve insulaire à l’est de Madagascar. Les gens avaient l’habitude de tuer les aye-aye « , raconte notre skipper, poussant de l’île dans son long bateau. Ils croyaient que si vous en voyiez un dans la nature, c’était un signe de danger. Les gens pensaient qu’ils ne vivraient pas longtemps après aspect sauvage de l’aye-aye ne correspond en rien à l’environnement décidément peu effrayant de sa maison dans le système des Pangalanes, une série de cours d’eau naturels et artificiels qui s’étendent sur 400 kms le long de la côte. Construits au XIXe siècle, les canaux ronronnent encore d’activité. A l’aube, des cargos à large fond montent jusqu’à la ville principale de Toamasina, chargée de charbon de bois, de bois et de feuilles de ravenala en éventail. Les pêcheurs pagayent jusqu’à leurs casiers dans des pirogues en bois, tirant les filets vers le haut pour vérifier la présence de poissons tilapias. Un éclair d’orange et de bleu révèle la compétition pour une prise sous la forme d’un martin-pêcheur de Madagascar.

Pour aller n’importe où, pour faire n’importe quoi, on va en bateau « , dit notre guide, la main sur le moteur extérieur alors que son bateau parcourt les eaux douces d’un canal étroit, la végétation sur ses rives se reflète parfaitement en dessous. « Toutes les affaires se font sur l’eau. Il crie bonjour aux femmes assises dans les bas-fonds, frottant des casseroles en fer blanc pendant que leurs enfants éclaboussent dans les environs. La fumée dérive à travers les arbres des villages situés derrière eux, où les crevettes d’eau douce sont rôties sur le feu.

J’aime explorer « , poursuit’il alors qu’il dirige le bateau vers un autre passage, ses rives débordant de pins à vis à l’aspect préhistorique. Rien n’est mieux que la liberté d’être à l’extérieur. Les canaux cèdent la place à de larges rivières, l’eau devient agitée, et finalement à de larges lacs, dont les rives sont bordées de plages de sable. Les lémuriens viennent parfois sur le bord pour boire, mais il n’y a aucun signe d’eux aujourd’hui ; seulement un héron qui s’élance de la souche d’un eucalyptus et monte au-dessus des arbres. Les cieux se préparent à un show-stopper d’un coucher de soleil, jetant des roses, des mauves et des ors sur les eaux du lac.

Si, comme le suppose la superstition locale, un aperçu d’un aye-aye signifie que la mort est imminente, c’est très loin ce soir.

Les autres grandes migrations du monde naturel

Vous connaissez donc l’énorme boucle que les gnous d’Afrique font autour du Serengeti chaque année, et le mouvement massif des baleines à bosse entre leurs aires d’alimentation antarctiques et leurs aires de reproduction subtropicales.Mais savez-vous aussi que la nature recèle bien d’autres spectacles moins connus et moins connus qui impliquent un grand nombre de créatures en mouvement ? Voici où voir de vos propres yeux huit des migrations les plus excentriques du monde.

 

Flamants roses

Chaque année en août, les flamants roses nomades d’Afrique subsaharienne affluent vers les lacs de la vallée du Grand Rift en Afrique de l’Est – principalement le lac Bogoria au Kenya – pour se nourrir d’immenses fleurs d’eau d’algues bleu-vert microscopiques (cyanobactéries appelées spirulines), avant de voler vers le lac Natron au nord de la Tanzanie pour se reproduire et nicher vers novembre. Avec un nombre de flamants roses de plus de deux millions sur chacun de ces deux lacs, ces mers roses en mouvement sont un spectacle à couper le souffle.

Méduses dorées
Alors que les méduses sont connues pour dériver dans les courants océaniques, les méduses dorées du célèbre lac Jellyfish des Palaos – qui ne sont pas toxiques pour les humains – effectuent une migration quotidienne unique qui suit l’arc du soleil dans le ciel. Chaque matin, ces animaux au corps mou se regroupent sur la rive ouest de ce lac marin micronésien pour effectuer une migration horizontale vers le soleil levant, s’arrêtant juste avant les ombres formées par les arbres au bord du lac où vivent leurs prédateurs primaires, les anémones. Après une pause sous le soleil levant, les méduses font le retour en début d’après-midi.

Papillons monarques

Chaque année, en septembre ou en octobre, les monarques monarques noirs et dorés commencent leur migration de masse à partir de leurs aires de reproduction du sud du Canada et de l’est des États-Unis vers des sites d’hivernage au centre du Mexique et en Californie, où ils se blottissent dans les arbres par millions. Mais contrairement à d’autres animaux qui effectuent des migrations épiques, ces papillons individuels ne reviendront jamais. Lorsque les insectes recommenceront à voler vers le mois de mai, les femelles s’arrêteront en route pour pondre leurs œufs. En quelques jours, les œufs éclosent en chenilles rayées et consomment de grandes quantités d’asclépiades avant de former une chrysalide et de se transformer en papillons adultes. Les nouveaux papillons s’envolent ensuite vers le ciel pour parcourir quelques centaines de kilomètres de plus vers le nord avant de répéter le processus pendant jusqu’à cinq générations pour terminer le voyage.

Sterne arctique


Quelle distance parcourriez-vous pour fuir l’hiver ? Pour les sternes arctiques, cela signifie quitter leurs aires de reproduction estivales au Groenland pour voler jusqu’à la mer de Weddell, sur les rives de l’Antarctique, avant de revenir à la fin de  l’été austral dans ce qui est connu comme la plus longue route migratoire de tous les animaux sur Terre. Les oiseaux, qui se nourrissent de l’eau pendant qu’ils sont en vol, ne volent même pas directement, empruntant une route en forme de S de plus de 70 000 kilomètres dans les deux sens, un voyage que l’on estime à trois voyages aller-retour vers la lune au cours des 34 ans de leur vie moyenne.

Homards épineux

Trouvés à travers les Caraïbes, ces crustacés sans griffes subissent l’une des migrations les plus inhabituelles sous la mer. Au début de chaque été, ils s’alignent dans des files d’attente ressemblant à des lignes de conga pouvant atteindre 50 individus et se dirigent vers le large, en eaux plus profondes, à travers le fond de l’océan. En plus d’éviter les tempêtes estivales qui ont tendance à fouetter les Caraïbes, on pense aussi que les femelles productrices d’oeufs peuvent favoriser le développement de leurs oeufs en se déplaçant dans des eaux plus fraîches. À l’arrivée de l’automne, les homards retournent dans des eaux moins profondes pour se reproduire. Bien qu’on ne sache pas exactement pourquoi les homards forment une seule ligne, certains scientifiques ont émis l’hypothèse que la formation de conga aide à protéger les arthropodes des prédateurs.

Requins-marteaux

On comprenait peu de choses sur les schémas migratoires des requins-marteaux jusqu’en 2011, année où une étude de l’Université de Miami a suivi avec succès un requin-marteau qui a parcouru 1 200 kilomètres du sud de la Floride au milieu de l’Atlantique, au large des côtes du New Jersey, en 62 jours. Les rassemblements de masse de ces poissons nomades dans une zone située entre les îles Galápagos en Équateur, l’île Malpelo en Colombie et l’île Cocos au Costa Rica, connue sous le nom de  » triangle des requins marteaux « , sont toutefois mieux connus. Bien qu’on puisse observer des requins-marteaux dans cette région tout au long de l’année, ils convergent vers l’île inhabitée de Cocos, à 550 kilomètres au large de la côte ouest du Costa Rica, en groupes pouvant atteindre 200 individus pendant les mois d’été, attirés par les crues de nutriments.

Chauve-souris frugivores

Chaque année, en octobre, le ciel d’Afrique centrale s’assombrit alors que plus de 10 millions de chauves-souris frugivores de couleur paille font leur pèlerinage annuel du bassin du Congo au parc national de Kasanka en Zambie pour se nourrir des mûres, mangues, loquat sauvage et fruits rouges du lait qui apparaissent en abondance à cette période de l’année. Au cours de ce que l’on appelle la plus grande migration de mammifères au monde, les chauves-souris dévorent environ deux kilogrammes de cette ambroisie fruitée chaque nuit, laissant les arbres dépouillés de leur succulente abondance au moment du départ des créatures nocturnes vers la fin décembre.

Couleuvre à flancs rouges

À la fin de l’automne, chaque année, des milliers de couleuvres à flancs rouges parcourent jusqu’à 32 kilomètres pour hiberner ensemble dans d’immenses tanières au Manitoba, au Canada, dans ce qui est annoncé comme le plus grand rassemblement de serpents au monde. Au printemps, l’émergence massive des serpents – avec plus de 100 000 reptiles qui sortent de leur tanière en même temps – crée un spectacle qui n’est pas pour les personnes au cœur fragile. Après s’être répandus pour se nourrir pendant les mois d’été, les serpents légèrement venimeux, qui ne sont pas agressifs envers les humains, peuvent également être vus de retour dans leur aire de mise bas vers septembre.

Exploration des Ghats occidentaux en Inde

Parallèle à la côte indienne sur 1600 km, du Gujarat au Tamil Nadu profond et méridional, la chaine montagneuse des Ghats occidentaux s’offre à vous, luxuriants, couverts de forêts et classés à l’Unesco, elles constituent l’un des territoires les plus riches en biodiversité du monde. La deuxième chaîne de montagnes la plus haute de l’Inde est un monde naturel indompté de rêves tel que le livre ee la jungle. riche d’une flore et d’une faune uniques et endémiques, entrecoupées de plantations de thé vert soigneusement taillées et scintillantes et de stations de montagne autrefois splendides, trempées dans l’histoire du Raj-era.

Bien que les Ghats atteignent en moyenne 915 m d’altitude, dans le Tamil Nadu, ils culminent à plus de 2500 m d’altitude dans les collines de Nilgiri – où vous rencontrerez Ooty,’La reine des stations »  et les Palani Hills près de Kodaikanal. De l’autre côté de la frontière, au Kerala, certaines des plantations de thé les plus élevées du monde s’étendent autour de Munnar. Entre les deux, des tigres, des éléphants, des singes langur, des cerfs chitaux et des gaurs (bisons indiens) vivent à travers une nature sauvage intacte et dans plusieurs parcs protégés contigus.

Ooty, reine des collines de Nilgiri
Ce sont les colons britanniques qui, à l’origine, ont cherché refuge contre la chaleur étouffante des basses terres dans ces montagnes fraîches et brumeuses de shola (forêt vierge), qui ont fondé la collection excentrique de stations de montagne du Sud de l’Inde. Aujourd’hui, ce sont les vacanciers indiens plutôt que les touristes étrangers qui affluent vers les Ghâts occidentaux à la recherche d’air frais, de beauté naturelle et de sérénité verte.La ville principale de la Réserve de biosphère de Nilgiri, désignée par l’Unesco – une zone de 5520 km2 très riche en biodiversité qui traverse le nord-ouest du Tamil Nadu jusqu’au Kerala et au Karnataka – la ville d’Ooty (Udhagamandalam ; 2240m) est la station la plus populaire du Tamil Nadu, typiquement frénétique mais qui a toujours fasciné l’histoire. Comme ses frères et sœurs himalayens, elle a été fondée au début du XIXe siècle, lorsque Madras (aujourd’hui Chennai) était la capitale de la présidence de l’Inde britannique . Ooty est aussi le tremplin pour explorer la réserve de tigres Mudumalai du Tamil Nadu, riche en faune sauvage, juste au nord-ouest.

 

Les temples hindous d’Ooty, le bazar animé, le centre chaotique et le lac parsemé de pédalos font place à des ruelles fleuries de style anglais, passant devant de splendides bâtiments de l’ère Raj comme la bibliothèque Nilgiri de 1867, encore en activité, et l’église St Stephen’s, datée de 1829. Beaucoup d’entre eux ont été réaménagées en tant que somptieux hôtels patrimoniaux  : le confortable bungalow Lymond House de 1855, ou la marque savoyarde Taj du début du XIXe siècle.
Mais c’est toujours, bien sûr, l’Inde du Sud, et vous vous régalerez d’idlis, vadas, dosas et thalis pur-veg abondants dans les restaurants Ooty’s. Au-delà de la ville, vous pouvez vous évader dans les collines boisées lors de randonnées guidées vers les plantations de thé et les villages tribaux, ou visiter le point de vue de Doddabetta, le plus haut du Nilgiris (2633m).
Avant l’arrivée des Britanniques, les seuls habitants des Nilgiri étaient ses communautés tribales distinctes, dont les plus connues sont les Ooty-area Toda, qui s’habillent de châles noir et rouge brodés. Le Tribal Research Centre Museum, à 10 km au sud-ouest de la ville, vaut le détour pour ses expositions et ses expositions fascinantes sur ces communautés tribales. Au-delà du musée se trouve la belle vallée avalanche, peu visitée, accessible uniquement par les écotours officiels du département des forêts.

Une tasse de café à Coonoor
Coonoor (1720m) est situé à 20km au sud-est d’Ooty, entouré d’une mer de plantations de thé vert émeraude. Upper Coonoor (et non pas le centre agité de Coonoor) est une alternative plus paisible à la base de Nilgiri d’Ooty, avec un accès facile à de superbes points de vue, le Highfield Tea Estate vieux de 50 ans, et de magnifiques logements historiques comme le bungalow britannique 1900 McIver.

Kotagiri (1800m), à 30km à l’est d’Ooty, est la station de colline originale des Nilgiri : son mémorial rouge terreux de Sullivan est la maison de 1819 du fondateur d’Ooty, John Sullivan.
Avec les Nilgiris, la moitié du plaisir est d’arriver ici – idéalement à bord du célèbre Nilgiri Mountain Railway, de construction britannique, à voie étroite. Classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, le train-jouet de couleur bleue et crème relie Mettupalayam dans les plaines et Ooty, via Coonoor, en traversant des tunnels, des ponts et en passant par des forêts et des plantations de thé toujours plus spectaculaires ; vous pourrez peut être même voir un éléphant sauvage traversant le sous-bois.

Kodaikanal, princesse des collines Palani
Entouré par les collines de Palani Hills, à 250 km au sud-est d’Ooty, le ‘Princess of Hill Stations’, Kodaikanal (Kodaikanal) du Tamil Nadu, haut de 2100 m, est d’autant plus atmosphérique car il est très souvent couvert de brume. Fait inhabituel, Kodai a été fondée en 1845 non pas par des fonctionnaires de l’Empire britannique, mais par des missionnaires américains fuyant la malaria dans les plaines du Madurai, et a son propre caractère distinct ponctué par son école internationale, sa cuisine biologique et sa popularité auprès des Indiens en lune de miel.
Les barques à rames flottent sur le lac en forme d’étoile, et les flancs brumeux des collines environnantes sont recouverts d’une forêt de shola – que l’on ne trouve que dans les Ghats occidentaux – et d’arbustes kurinji, qui fleurissent en bleu lavande tous les 12 ans seulement . Les promenades se faufilent à travers les forêts jusqu’à des points de vue horizontaux, des lacs scintillants et le paradis des voyageurs à petit budget, le village de Vattakanal (4,5 km au sud-ouest de Kodai), ou on retrouve l’ambiance sociable du sud de l’Inde.

Si vous vous sentez aventureux, il y a des randonnées de deux jours (avec guides) jusqu’à Munnar dans le Kerala via Top Station (1880m), avec une vue magnifique sur les Ghats. Les étoiles de la scène d’hébergement de Kodai comprennent l’hébergement en famille d’accueil de Cinnabar, géré de manière experte et respectueux de l’environnement, et le haut de gamme, avec vue sur le lac Carlton, une majestueuse demeure de l’ère coloniale, ou choisir de se retirer dans la vallée de l’éléphant, éco-centrée, dans les montagnes du Palani en dessous, où les éléphants parcourent les 48 hectares de son terrain.

Munnar : thé, cardamome et cours de cuisine

Juste de l’autre côté de la frontière, dans le Kerala, Munnar (1524m) est la plaque tournante de la principale région de culture du th,é en Inde du Sud. Tout comme Ooty, le centre commercial de Munnar, très fréquenté s’évanouit rapidement lorsque vous vous aventurez dans ses vallées et ses collines verdoyantes et douces, où les chalets se cachent parmi les feuilles chatoyantes des plantations de thé et de cardamome bien soignées.
Vous pouvez participer à des randonnées guidées vers des points de vue de haute montagne et des plantations de thé et visiter le musée du thé modèle, ou vous initier à la cuisine délicatement épicée du Kerala lors d’un cours de cuisine avec Nimi Sunilkumar, auteur culinaire respecté. Parmi les escapades en montagne de Munnar, les magnifiques familles d’accueil Rose Gardens brillent par leurs cours de cuisine, leurs vues sur la vallée et leurs petits déjeuners aux noix de coco et aux pancake.

Protéger les Ghats occidentaux
Entre le Kerala, le Karnataka et le Tamil Nadu, les aires protégées adjacentes de abritent la plus grande population de tigres du monde. Selon le dernier recensement des tigres de l’Inde en 2014, 570 tigres rôdent dans ces régions sauvages – vous aurez la chance d’en apercevoir un, mais gardez l’œil ouvert dans les nombreux parcs nationaux des Ghats. Le parc national de Nagarhole, à l’ouest de Mysuru (Mysore), sur 643 km2, abrite l’une des plus grandes concentrations d’éléphants d’Asie sauvages au monde, rejoints dans les forêts de Kabini-River par des tigres, des léopards, des dholes (chiens sauvages), chital, gaurs et langur. Bon nombre de ces espèces caractéristiques parcourent également le parc national de Bandipur juste au sud-est, qui s’étend sur 880 km2 à la jonction du Karnataka avec le Kerala et le Tamil Nadu.
Les étendues isolées et non touristiques du sanctuaire de faune de Wayanad, situé le plus au nord du Kerala, sur 345 km2, sont sans doute votre meilleure chance de rencontrer les éléphants sauvages de l’Inde du Sud. Dans le sud du Kerala, 35 tigres et 900 éléphants, ainsi que des cerfs sambar, des sangliers et des langurs, patrouillent dans les denses et persistantes forêts du Periyar Wildlife Sanctuary, l’un des parcs les plus vastes (925 km2) et les plus appréciés d’Inde. Avec une cinquantaine de tigres insaisissables, la réserve de tigres de Mudumalai, dans le Tamil Nadu, offre la plus grande densité de tigres de l’Inde ; ses éléphants, chacals, langurs, gaurs, cerfs et paons sont plus régulièrement observés.
L’accès à ces réserves est gardées et se realise en 4×4 officiel ou en minibus seulement ; certains parcs peuvent aussi offrir des randonnées guidées. Vous dinerez et dormirez dans des gîtes  comme le Waterwoods Lodge de Nagarhole au bord du lac et l’élégant Jungle Retreat de Mudumalai, ou dans des familles d’accueil comme Green View Homestay à Periyar et Dhole’s Den à Bandipur. Pour une expérience hors des sentiers battus de la faune des Ghâts occidentaux, choisissez la réserve de tigres de Parambikulam au Kerala, ou la réserve de tigres d’Anamalai au Tamil Nadu, où le bungalow de luwe Sinna Dorai au milieu des plantations de thé.

Inde : Exploration cinématographique de Mumbai

Souvent appelée Mayanagari (ville de rêve), Mumbai est synonyme de Bollywood, la plus grande industrie cinématographique de l’Inde et l’une des plus grandes machines de cinéma sur terre. En tant que centre de divertissement du pays, il n’est pas surprenant que la ville abrite des centaines d’acteurs, de réalisateurs, de cinéastes et d’aspirants bollywoodiens, et la ville apparaît également dans les intrigues de dizaines de films acclamés par la critique, des succès locaux tels que Salaam Bombay ! nominé aux Oscars, The Lunchbox et le drame criminel Chandni Bar en 2013 à des films internationaux tels que The Hundred Foot Journey, Slumdog Millionaire et Million Dollar Arm.

Si vous vous intéressez à l’art du cinéma et à la façon dont Bollywood a influencé et façonné la culture populaire indienne au cours du siècle dernier, prenez le temps d’explorer les nombreux lieux cinématographiques de cette ville, des studios et lieux de tournage de Bollywood aux salles de cinéma vintage en passant par les murs impressionnants inspirés par les stars.

Voici un guide rapide sur la façon de transformer votre voyage à Mumbai en une superproduction.

Entrez dans les coulisses de Bollywood
Après avoir ouvert ses portes exclusives aux seuls acteurs pendant des décennies, Film City Studio à Mumbai s’est maintenant associé au département du tourisme de l’État pour offrir aux visiteurs la possibilité d’entrer dans leurs films Bollywood préférés, ou au moins dans les décors où ils ont été filmés.
Film City, l’un des plus grands studios de cinéma de l’Inde, propose des week-ends en bus pour des tournages en intérieur et en extérieur de films à succès comme Happy New Year de Shah Rukh Khan et Josh, pour n’en citer que quelques-uns. Les visiteurs peuvent aussi avoir la chance de prendre des photos de célébrités, car les vedettes visitent régulièrement la cantine sur place.
Pour un regard plus détaillé sur l’industrie, des sociétés de tournées telles que Viator, Mumbai Film City Tours et Thrillophilia proposent des visites de groupes donnant un aperçu des différents aspects de la production cinématographique indienne, y compris son histoire et sa croissance, les processus techniques de montage et de doublage, et les lieux de tournage iconiques. Comme à Los Angeles, vous pouvez aussi visiter les somptueuses et parfois humbles maisons où vivent ou sont nées certaines des plus grandes stars du cinéma indien. Khaki Tours et le Mumbai Darshan Tour (géré par Maharashtra Tourism) sont des options fiables.

Suivez la piste du théâtre de Mumbai

Les historiens de Mumbai sont fiers du fait que le tout premier film indien, Raja Harishchandra, tourné en 1913 par Dadasaheb Phalke à l’aide de caméras, lumières et projecteurs venus d’Europe et d’Amérique, a ses origines dans la ville. A l’apogée du cinéma indien qui suivit la fin de la seconde guerre mondiale, Sandhurst Road – aujourd’hui occupée par les voies ferrées de la ligne locale du port – s’étendait de Girgaum Chowpatty à Dongri, bordée des plus grands cinémas de son temps : l’Olympia, le Coronation, la Nouvelle Alhambra, le Majestic.

La plupart d’entre eux ont disparu, ou se présentent aujourd’hui comme des coquilles vides, perdus dans le temps, à cause de l’assaut des multiplex. Cependant, une poignée d’entre eux peuvent encore être visités, projetant pour la plupart des films régionaux obscurs, dans un décor  art-déco en décrépitude. Les cinéphiles devraient visiter le théâtre d’Alfred près de Kamathipura, ou les Nishant Talkies, New Roshan Talkies et Moti Talkies nostalgiques et délabrés, qui datent de la transition entre Grant Road et Sandhurst Road, loin du cinéma muet.

Pour voir les films Bollywood récemment lancés dans un décor de théâtre classique, rendez-vous au gracieux cinéma royal art déco sur Colaba Causeway, à l’Eros en forme de fusée à Churchgate ou au Metro INOX Cinema (initialement construit et dirigé par MGM, le Hollywood Studio), toujours assis à Marine Lines.

Une fois la piste du cinéma terminée, les touristes peuvent se diriger vers le Royal Opera House récemment rouvert près de Girgaum Chowpatty, une merveille architecturale datant de 1912. En plus d’accueillir les talents d’opéra de l’époque, l’endroit est également crédité d’avoir été créer par  la famille Kapoor Khandaan, la première véritable dynastie bollywoodienne, qui a grandi en regardant des spectacles et des comédies musicales à l’opéra dans les derniers jours du Raj.

À moins d’avoir une connaissance encyclopédique des films de Bollywood, il peut être utile d’engager un guide, ou au moins un taxi et un chauffeur, pour explorer les points d’intérêt les plus importants de la ville qui ont servi également de lieux de tournage. Commencez par le Gateway of India et l’emblématique hôtel Taj Mahal Palace – des décors pour de nombreux spectacles de danse bollywoodiens – ou dirigez-vous vers les marchés de Colaba et de Bora Bazaar qui figuraient en bonne place dans Talaash d’Aamir Khan et Mission Impossible 4 avec Tom Cruise .

Les cinéastes sont depuis longtemps attirés par la promenade scénique de Marine Drive, où ont été tournés des extraits du thriller d’action sur les motos Dhoom, de la comédie dramatique Munnabhai MBBS de 2003 et du film Wake Up Sid. Il y a quelque chose d’indéniablement cinématographique dans la foule des jeunes de Mumbaikers qui se rassemblent au bord de l’étalement urbain pour s’imprégner des brises fraîches et des levers et couchers du soleil apaisants. Venez aux petites heures du matin, quand la ville se réveille.

Ensuite, dirigez-vous vers Bandra, la banlieue nord de Bandra, dont les boutiques, bars et restaurants accueillent de nombreuses stars du cinéma et icônes de l’industrie. Promenez-vous dans Bandstand, Carter Road, Chapel Road, Pali-Hill et le Worli Sea Link et vous verrez peut-être une ou deux étoiles en chair et en os.

Sinon, parcourez les routes de campagne et les ruelles étroites environnantes, où vous découvrirez des peintures murales plus grandes que nature représentant des films Bollywood classiques, comme Mughal-E-Azam, chef-d’œuvre du drame historique de 1960 et des superstars comme Amitabh Bachchan, Rajesh Khanna et Dadasaheb Phalke, le père du cinéma indien.

Lieux de tournage de Bollywood à l’écart du combat

Tous les lieux de tournage ne sont pas glamour. Un certain nombre d’agences organisent des voyages dans le vaste bidonville de Dharavi, où des parties de Slumdog Millionaire ont été abattues. Il n’est pas nécessaire que ce soit une expérience intrusive, cependant. Lors des meilleurs voyages, des guides de la communauté vous présenteront la population locale et vous expliqueront non seulement l’importance pour la région de Bollywood, mais aussi comment sa renommée a aidé les résidents à transformer leur vie.

Un autre endroit intéressant est le , où des milliers de laveurs de linge font la lessive quotidienne des citadins dans des lavabos en béton à ciel ouvert. Bollywood a rendu hommage à leur dynamisme dans le film éponyme Dhobi Ghat.

La liste de lieux de tournageq de films populaires à Mumbai serait incomplète sans la mention de ses plages : Juhu, Girgaum Chowpatty et les plages d’Aksa. Un nombre incalculable de films ont fait tourné les stars sur ses plages, avec Juhu la plage de choix pour des centaines de chansons et de danses. Voyez-le dans la fleur de l’âge dans le film de Rajesh Khanna et Amitabh Bachchan de 1971, Anand.

Il y a encore une expérience cinématographique à ne pas négliger. Les cinéastes passent périodiquement chez Apollo Bunder et dans les auberges bon marché des routards de Colaba lorsqu’ils ont besoin d’extras pour des scènes de foule, offrant un modeste paiement quotidien en échange d’un aperçu fascinant du fonctionnement de Bollywood vu de devant l’objectif.

Les meilleurs road trip du Monde

Il n’y a rien de tel que la liberté de la route, mais qu’il s’agisse d’un dimanche en voiture sur les routes secondaires de la campagne française ou d’une épopée continentale, vous devrez choisir les bonnes voitures, pour tirer le meilleur parti de votre voyage.

 

The Kimberley, Australie-Occidentale

  • Voitures conseillées : Toyota Land Cruiser ou Nissan Patrol
  • Combien de temps : Une à deux semaines
  • Points forts : le ciel nocturne, la baignade dans les gorges

La chaleur étouffante, les pistes et routes défoncées et des centaines de kilomètres de poussière rouge ne sont pas l’idée que tout le monde se fait du plaisir, mais traverser l’outback australien et cette célèbre route à travers la dernière frontière de l’Australie est une aventure épique. De vastes savanes parsemées de bosquets s’étendent jusqu’à l’horizon tandis que des chaînes rocheuses cachent des bassins bordés de fougères, des chutes d’eau et de l’art rupestre ancien.
Cet itinéraire éloigné est jonché d’épaves de routes, alors oubliez les prétendus tout-terrain – vous aurez besoin d’un vrai 4×4 qui peut traverser des criques inondées et remplies de crocodiles, grimper sur des rochers. Choisissez une Toyota ou une Nissan, vous aurez plus de chances de trouver des pièces lorsqu’elle tombera en panne. Et, vu le nombre de coups qu’il vont recevoir, mieux vaut qu’il ne soit pas vraiment la vôtre !
Autres solutions des loueurs spécialisé proposent des camping-cars 4×4 tout équipés pour affronter la Gibb.

Toronto,Ontario à Vancouver, Colombie-Britannique, Canada

  • Durée : 8 à 10 jours
  • Points forts : grands horizons, montagnes majestueuses, lacs…

Les vastes routes et le grand ciel de la Saskatchewan et du Manitoba s’ont l’endroit parfait pour les claustrophobe. Se déplacer à travers des paysages arides avec rien à voir sur des centaines de kilomètres peut être libérateur, et un bon moyen de décompressez bon marché.
Toronto est un bon point de départ. Avec un peu de créativité et (quelques nuits entières à dormir dans la voiture), des détours intéressants sont possibles, comme la promenade des Glaciers dans les Rocheuses. L es incontournables sont les villes de Banff, Lake Louise , Jasper ainsi que Kamloops et enfin Vancouver pour terminer et enfin déguster un bon plat de fruits de mer.

Novossibirsk, Sibérie à Kyzyl, République de Touva, Russie

  • Voitures conseillées : camping-car 4 roues motrices
  • Combien de temps : une à deux semaines (de Novossibirsk)
  • Points forts : le lac au bout du monde

Si la terre était carrée, la République de Touva, peu connue en Russie, nichée entre la Sibérie et la Mongolie, se trouverait sur un bord. Et à ce bord, il y a un lac, le légendaire Khindiktig Khol; vierge, entouré de prairies, de montagnes enneigées et de kilomètres de tourbières avalées par les véhicules. Personne ne va vous louer un véhicule pour ce voyage – juste pour atteindre le point de départ de Novossibirsk implique un trajet en voiture de +10.000 km depuis Paris.
Une fois sur place, dirigez-vous vers le sud en direction de l’Altaï, et juste à l’extérieur de Kosh-Agach, prenez la  » piste de Tuva « . Apportez quelque chose de robuste, car vous suivrez surtout les ornières de roue à travers la steppe, les rivières à gué, les cols rocailleux parsemés de bouteilles de vodka et vous demanderez votre chemin à l’occasion d’une yourtes étrange. Un véhicule dans lequel vous pouvez dormir est indispensable ; mieux vaut partir à plusieurs (pour pousser et se sortir dans les tourbières). Une fois sorti du lac, il est plus facile de se rendre en voiture jusqu’au Kyzyl, le  » Centre de l’Asie « autoproclamé, où les voyelles sont difficiles à lire.

Sud de la Baja California , Mexique

  • Voitures conseillées : Coccinelle
  • Combien de temps : une semaine à un mois
  • Points forts : surf,fruits de mer et soleil

Les journaux regorgent d’histoires d’horreur dans la région frontalière du nord du Mexique, mais le fond de la péninsule de Baja est considéré comme l’une des régions les plus amicales et les plus sûres du pays. C’est aussi le berceau du surf légendaire, et la côte sauvage est parsemée de petits villages de pêcheurs.
Déserts, canyons,réserves naturelles et montagnes forment l’intérieur du pays,tandis que la route 1, la Carretera Transpeninsular, y donne accès.L’omniprésent Coccinelle de Woslkvagen, hecho en Mexico (fabriqué au Mexique), est le moyen de transport discret parfait pour vous aider à vous fondre dans la masse comme un local.

Namibie et Botswana

  • Voitures conseillées : Land Rover Defender 4RM
  • Combien de temps : de deux semaines à deux mois
  • Points forts : la faune migratrice

Que vous soyez à la poursuite d’animaux sauvages dans le delta de l’Okavango et le parc national de Chobe au Botswana, ou de vagues et de naufrages le long de la côte déserte de la Namibie, vous aurez besoin d’un véhicule 4×4 .
A la fois dans le désert du Kalahari et dans le désert du Namib, voir les sites touristiques (paysages incroyables, faune et population) dans les deux pays implique de parcourir de nombreuses pistes sablonneuses, et les habitants préfèrent le Defender plus léger que les autres 4×4. Il est possible de louer des Land Rover Defenders entièrement équipés.

Côte d’Amalfi, Campanie, Italie

  • Voitures conseillées : Fiat 500
  • Combien de temps : Un après-midi ensoleillé
  • Points forts : Positano coloré

Vous pensez à une Ferrari ? Réfléchissez encore. Pour en louer-une, vaut mieux avoir les moyens. A l’autre bout de l’échelle se trouve la mythique Fiat 500, l’une des plus petites voitures jamais construites, avec un moteur deux cylindres refroidi par air produisant moins de puissance que la plupart des tondeuses à gazon modernes. Pourtant, ce classique italien est le véhicule idéal pour longer la S145 et la S163, des plus pittoresques, entre Sorrente et Salerne, dans le sud de l’Italie, en longeant la falaise.
Avec autant de patrimoine historique, de touristes et de villages de cartes postales perchés au-dessus de la mer couleur azur, la côte amalfitaine ne doit pas être traversée à la hâte. Et avec une Fiat Cinquecento, ça n’arrivera jamais.

Route 50, États-Unis

  • Voitures conseillées : Ford Mustang ou Dodge Challenger
  • Combien de temps : Une à trois semaines
  • Points forts : La solitude du désert

Alors que de plus en plus de voyageurs redécouvrent le plaisir de la Route 66, la  » route la plus isolée d’Amérique  » – alias la Route 50 – est largement inconnue en dehors des Etats-Unis. Reliant les côtes du Pacifique et de l’Atlantique, et plus longue d’environ 1000 km que sa célèbre sœur, la Route 50 traverse des déserts, des montagnes isolées et des terres agricoles du Midwest au départ de Sacramento en Californie jusqu’ à Ocean City dans le Maryland. La partie ouest des badlands du Nevada et de l’Utah est particulièrement peu développée et a été le lieu du classique road movie de1971, ‘Vanishing Point’. Bien sûr, vous pourriez utiliser n’importe quelle voiture, mais pour une bonne dose de rêve et de culture américaine, assurez-vous que c’est un poney.
Louer une Mustang des années 60 aux Etats-Unis n’est pas bon marché (bien que vous puissiez en acheter une moins chère qu’en France). La plupart des entreprises de location peuvent fournir des version récentes

The Big One – Melbourne, Australie à Londres, Angleterre

  • Voitures conseillées : quelque chose de robuste et simple à la fois
  • Combien de temps : De 6 mois à 1 an
  • Points forts : La Chine

Un filet régulier de guerriers de la route purs et durs s’embarquent dans ce voyage des plus engagés. Visez Darwin par la côte ou par le Centre . Expédier votre véhicule directement à Singapour ou à Port Klang en Malaisie, ou sauter la barge en direction de Timor L’Este et traverser l’Indonésie en car ferry. L’Asie du Sud-Est est à vous alors que vous vous dirigez vers la frontière chinoise au Laos.
Il est possible de traverser la Chine dans votre propre véhicule si vous réservez à l’avance un guide auprès d’une agence de voyage chinoise accréditée. De la Chine, dirigez-vous vers l’ouest en passant par le Stans, ou vers le nord en passant par la Mongolie jusqu’en Russie, et ensuite vers la Trans-Siberienne. Prenez tout ce qui, à votre avis, le rendra léger, solide et simple. Vous vous efforcerez d’achever ce voyage dans six mois, mais encore une fois,pourquoi se presser ?

Les endroits insolites et secrets à découvrir au Philippines

Les endroits insolites et secrets à découvrir au Philippines

L’archipel des Philippines regroupe plus de 7 000 îles et tout autant (ou presque) d’endroits inconnus des voyageurs. Ce mois-ci, quelques-uns de ces lieux secrets vont être dévoilés. Du nord au sud et d’est en ouest, partons à la découverte de ces endroits inexplorés et encore préservés de tout. Des îles lointaines en passant par les paysages atypiques et les attractions naturelles.

Batanes Terres sauvages

Situées à plus de 160 kilomètres au nord de Luzon et à moins de 200 kilomètres du sud de Taïwan, les îles Batanes sont les plus au nord de l’archipel. Elles sont composées de dix îles dont seules trois sont habitées. La majeure partie de la population vit de la chasse et de la pêche, et le reste des habitants est employé par le gouvernement. La particularité de ces îles réside dans les paysages, qui sont très différents de ceux que l’on peut admirer à Luzon où aux Visayas par exemple. La région est très montagneuse et verdoyante, et il n’est pas rare de croiser des troupeaux d’animaux évoluant en toute liberté.

Port Barton – Island hopping

Situé sur le littoral ouest de l’archipel de Palawan, à mi-chemin entre Puerto Princesa et El Nido, Port Barton est l’endroit idéal pour réaliser une escale et profiter pleinement des plages idylliques et désertes des Philippines. A proximité se trouve une mangrove accessible uniquement en bateau et qui est le domicile de nombreux singes, oiseaux et reptiles. Les voyageurs profiteront également du island hopping, activité très répandue dans la région et qui consiste à passer une journée à voyager d’île en île à bord d’une banca. Afin d’admirer les magnifiques fonds marins, le snorkeling est immanquable. Poissons de toutes les couleurs, coraux, tortues et étoiles de mer seront aux rendez-vous.

Callao cave Au cœur de la Terre

C’est à l’extrême nord de Luzon, dans la province de Cagayan, que l’on peut partir à la découverte de cette formation rocheuse très particulière. Cette grotte calcaire, composée de sept chambres, compte parmi les sites naturels les plus impressionnants de la province. Les rais de lumière s’engouffrent par les nombreuses crevasses et laissent entrevoir certains des recoins les plus obscurs. A la nuit tombée, formes et lumière se mélangent et créent un décor mystique. La première cave étant la plus grande, elle est aussi le lieu choisi par les habitants pour y construire une petite chapelle enterrée, au sein de laquelle ont lieu des rassemblements lors de certaines cérémonies.

Kalanggaman Island Tranquille paradis

Un immense banc de sable blanc noyé au milieu des eaux transparentes et turquoises, des palmiers et des fonds marins inoubliables. Voici comment résumer l’île de Kalanggaman en quelques mots. Ce petit paradis, long d’un kilomètre seulement, est accessible en bateau depuis la ville de Palompon, située à environ une heure de navigation. Au cœur de la province de Leyte, cet endroit est encore totalement préservé du tourisme.  Les voyageurs les plus aguerris pourront profiter de la paisible beauté de l’île en ayant pour impression d’être seuls au monde.

Lake BalananParenthèse enchantée

Au sud de l’île de Negros et entouré d’une végétation abondante, se trouve le Lac Balanan.  Créé suite à un puissant séisme il est aujourd’hui le cœur d’une réserve naturelle. Une jolie promenade longe le lac et permet de s’enfoncer au cœur de la forêt environnante et d’observer la nature ainsi que le mode de vie des locaux. Il est également possible d’emprunter la voie des eaux et d’effectuer la traversée en bateau. Perdus au milieu cette verdure, les promeneurs pourront découvrir une cascade nichée au cœur du parc, elle-même à l’origine d’une vaste piscine naturelle d’eau douce. Un moment privilégié à vivre avec les locaux et leurs animaux. Il n’est pas rare de croiser un buffle en train de se baigner afin de se rafraichir.

Palaui Island – Sanctuaire naturel

Cette petite île d’à peine 40 km² fait partie de la municipalité de Santa Ana. Située au nord de Luzon, l’île principale de l’archipel des Philippines, elle est un véritable sanctuaire naturel. Déclarée réserve marine nationale en août 1994, la faune et la flore y sont très protégées et d’une grande richesse. A l’extrême nord de l’île se trouve le cap Engaño, où trône un majestueux phare érigé lors de la colonisation espagnole et datant des années 1890.  Merveille d’architecture et haut de quatorze mètres, il offre une vue surprenante et imprenable sur l’île voisine de Bauyan ainsi que sur les paysages environnants.

Voyage aux Philippines, les 5 lieux indispensables à découvrir

 

Philippines, Chocolate Hills

1 – Montagnes couleur chocolat

Situées au cœur de la province de Bohol, les Chocolate Hills représentent une curiosité géologique. Composé de 1268 collines d’environ 1m20 de hauteur, le paysage crée un spectacle saisissant durant les mois de décembre à avril en prenant des teintes marrons, d’où le nom du site. Une légende voudrait que ces reliefs soient des larmes tombées des yeux d’un géant. Sensible à la lumière, ces centaines de petites collines se teintent des couleurs du soleil. Les voyageurs profiteront d’être sur place pour rende visite aux craintifs tarsiers, un des plus petits primates au monde aux yeux démesurément grands.

2 – Amphithéâtre de rizières en terrasse

La petite ville de Banaue est située à 1200 mètres d’altitude, au cœur de la province du nord de Luzon. Cette région offre des paysages, une atmosphère et surtout une expérience culturelle uniques. Elle constitue le théâtre de la huitième merveille du monde : les rizières en terrasse de Batad, classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, offrant des paysages à couper le souffle et dont les couleurs varient selon les saisons, mais aussi les heures de la journée. Certaines tribus blotties au cœur des vallées vivent toujours de la culture du riz et de la chasse. L’artisanat local reste aussi très riche. Les brumes du soleil levant qui se reflètent dans les rizières viellent de plus de 2000 ans dévalant la montagne, laissent un souvenir inoubliable ainsi qu’un sentiment de quiétude.

3 – Siargao, le paradis du surf

Siargao est une île qui saura conquérir le cœur de tous les amoureux de grands espaces et de nature. Des paysages verdoyants extraordinaires, des plages de sable fin et des eaux cristallines idéales pour la pratique du surf. Le Cloud 9 est d’ailleurs un des meilleurs spots d’Asie du sud-est pour la discipline. Les amateurs pourront profiter de plusieurs sites adaptés à tous les niveaux. Pour les autres, de nombreuses grottes ponctuent la région et il est possible de s’enfoncer au cœur de la montagne pour des treks sauvages, ou encore de simplement s’allonger sur les plages désertes de l’île avec pour unique objectif de se laisser bercer par le son des vagues.

4 – Apo Island, authenticité et fonds marins

Dans l’archipel des Visayas se situe une toute petite île qui semble insensible aux effets du temps. Ici tout est authentique : les plages de sable blanc et de coraux, les reliefs verdoyants et le village dont les habitants affichent un sourire constant. Les fonds marins sont riches de coraux et des familles entières de tortues y ont élu domicile à moins d’un mètre du rivage. Pas de voitures mais des enfants qui courent jouer sur la plage dès la sortie de l’école et une atmosphère si paisible qu’entre dégustation de poissons fraichement péchés, snorkeling, promenades et couchers de soleil à couper le souffle, il est difficile de repartir d’Apo Island sans en garder un souvenir mémorable de tranquillité et de partage.

5 – Plage secrète et rivière souterraine

Situé sur l’île de Palawan et à côté de sa capitale Puerto Princesa, ce parc offre un paysage karstique spectaculaire avec sa rivière souterraine qui se jette dans la mer et subit l’influence des marées. Le site présente des fonds marins exceptionnellement préservés et abrite des forêts parmi les plus significatives d’Asie du sud-est. Le parc et sa rivière souterraine sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO et figurent également dans le classement des sept nouvelles merveilles de la Nature depuis 2011. Cet endroit emblématique dévoile ses nombreuses richesses toutes plus impressionnantes les unes que les autres et saura surprendre les voyageurs grâce à sa beauté naturelle préservée.

Découvrez l’incroyable parc national de Komodo.

Des crabes de l’île Christmas ? Les adorables quokkas de Rottnest ? Il n’y a peut-être pas d’endroit au monde aussi synonyme de ses habitants animaux que le parc national indonésien de Komodo.

Archipel de 603 km2, le parc national de Komodo fait partie des petites îles Sunda, réparties entre les provinces indonésiennes de l’est et de l’ouest de Nusa Tenggara. Ici, le remarquable dragon Komodo – un lézard moniteurs bestiaux mesurant jusqu’à 3 m de long – prospère sur des îles paradisiaques entourées d’une mer d’un bleu étincelant.

Mais l’observation de ce lézard célèbre n’est qu’une des nombreuses attractions naturelles du parc, les visiteurs peuvent également profiter de la richesse de la vie marine, des sentiers de randonnée en forêt (et réalisables) et des plages de baignade vierges aux sables aux couleurs éclatantes.

Voici quelques idées afin de vous aider à tirer le meilleur parti de votre visite, pour découvrir la multitude d’attractions fauniques du parc national de Komodo.

Y aller .

La petite ville de Labuanbajo sur la grande île de Flores ne fait pas partie du parc mais fonctionne comme la porte d’entrée d’où partent tous les bateaux, ce qui en fait l’un des centres de transport les plus pittoresques du monde ; un village de pêcheurs qui s’éloigne du développement et offre des couchers de soleil épiques de l’Indonésie et une ambiance tropicale à ceux qui passent par là.

Les points culminants ici incluent manger du homard frais (pour quelques rupiah) au marché de nuit, une sélection de beaux spots de snorkelling et de natation et – si le paysage côtier jaune et lumineux commence à vous faire mal aux yeux – un trek apaisant à travers les villages ruraux et les terres agricoles jusqu’aux piscines bleu pâle de Cunca Waterfall, cachées dans l’intérieur de l’île.

Plongée sous marine

Vous ne pouvez entrer dans le parc national de Komodo que lors d’une excursion en bateau organisée à partir de Labuanbajo. Certains circuits vous diront qu’il est possible de tout réaliser en une journée, mais il est beaucoup plus gratifiant, relaxant et responsable de prolonger l’aventure jusqu’à au moins quelques nuits à bord d’un bateau de croisière robuste mais battu par le temps. Un voyage autour de la réserve protégée par l’Unesco avec un équipage local expérimenté donne non seulement un sentiment d’authenticité à l’aventure, mais profite aussi directement à la communauté et à l’économie locales.

Ce style de randonnée vous donne aussi plus de liberté sur les endroits où vous passez du temps dans l’eau. Le parc porte le nom de ses habitants, mais la faune sous la surface est tout aussi fascinante. Les eaux ici sont rarement beaucoup plus profondes que 3m, donc vous pouvez facilement plonger à travers de grands bancs de poissons colorés qui apparaissent comme des cristaux scintillants à travers les marées translucides.

Manta Point est à la hauteur de son titre, et les plongeurs sont assurés de voir les raies manta glisser le long du fond de l’océan. Il y a en fait deux spots communément appelés Manta Point, mais ils ont tous les deux des courants doux et une visibilité élevée. Les sites populaires comme Batu Balong et le Chaudron exigent un haut niveau d’expérience pour négocier les eaux tourbillonnantes, mais Castle Rock est une série de corniches plus facile à gérer où vous êtes susceptible d’apercevoir des requins noirs et blancs de récif, des carangues géantes de taille importante et peut-être un dauphin ou deux. Les belles tortues vertes et les tortues à écailles fréquentent aussi ces eaux – attendez-vous à ce qu’au moins quelques-unes dérivent dans votre trajectoire de plongée à un moment donné.

Il est intéressant de noter que l’eau se déplace beaucoup entre les îles, donc vous devriez être un nageur en eau libre décent avec une certaine expérience de snorkelling pour vous sentir complètement en sécurité. Un bon capitaine se déplacera avec le courant, alors soyez prêt à sauter à rapidement

Les autres îles

De nombreux visiteurs du parc ne se rendent pas à l’île de Komodo, surtout si le temps est court, et optent plutôt pour l’île Rinca où il est possible de voir les dragons (ce qui est sans doute plus facile en raison du paysage en grande partie dénudé) tout en faisant des randonnées autour de l’île. Parmi les autres espèces sauvages proposées, on trouve le bison, le cerf du Timor, le cochon sauvage et l’aigle. Mais il peut faire très chaud rapidement, alors venez préparé avec beaucoup d’eau et de protection solaire.

Padar, une petite île étroite à côté de Komodo, elle est la plus populaire pour les amateurs de trekking. Elle offre une magnifique randonnée de 2 heures jusqu’à un point de vue spectaculaire qui offre l’une des meilleures vues panoramiques de tout le parc. Padar est aussi le foyer de la plage rose qui a, vous l’avez deviné, du sable rose. L’effet est causé par un corail rouge qui se développe juste au large et qui tache le sable blanc par ailleurs brillant.

Plus petite et moins connue, l’île Kalong abrite l’une des expositions de faune les plus étranges du parc. Autour du coucher du soleil, l’île aux chauves-souris, comme on l’appelle en anglais, est enveloppée de vastes nuages de créatures nocturnes s’élevant au-dessus des mangroves à la recherche de nourriture. C’est une gâterie naturelle spectaculaire qui caractérise l’expérience viscérale de la visite du parc national de Komodo.

Entrer dans le repaire du dragon

L’île de Komodo est un atout majeur lorsqu’il s’agit de destinations fauniques. L’île abrite quelque 25 espèces en voie de disparition, plus des milliers d’oiseaux migrateurs qui nichent dans le feuillage dense dispersé sous le mont Satalibo.

Et puis, bien sûr, il y a les dragons. En repérer un est d’une grande expérience pour les amateurs de faunes sauvages et il y a un certain enthousiasme à voir ces bêtes dans leurs environnement naturels.