Buenos Aires : Le tango pour passion

maxresdefault

Dans les ruelles en pierre des banlieues. Sur les façades des maisons centenaires des immigrants. Aux bars, librairies et boutiques de disques du centre. Dans les tanguerías et milongas où l’on danse embrassé. Buenos Aires est vécue au rythme du 2×4. Le tango est une expression musicale et une danse sensuelle, mais il est aussi, bien d’autres choses. C’est un langage singulier -l’argot, un jargon lié aux immigrants et aux quartiers porteños- une façon de s’habiller et même de marcher, une manière de vivre. Déclaré Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO en 2009, le tango est une marque enregistrée du Río de la Plata.

À l’origine marginale et de bordels, pendant la première moitié du XXe siècle, le tango est devenu la musique citoyenne par excellence. Les traces de cette époque dorée se trouvent aujourd’hui dans les images omniprésentes de Carlos Gardel, ‘el zorzal criollo’ (la grive créole), qui, selon les porteños, « chaque fois chante mieux ». Dans les noms de rues de Buenos Aires qui rendent hommage aux musiciens et poètes du tango : Enrique Santos Discépolo, Cátulo Castillo, Aníbal Troilo, Roberto Goyeneche. Parcourir les quartiers typiquement tangueros est une bonne manière de connaître la mythique de cette musique porteña. Bien que ce soit usuel de trouver des vestiges du tango à n’importe quel coin de rue de la ville ainsi que des musiciens de rue qui jouent du bandonéon et des couples qui dansent pour après ‘tendre la main’ (à la piétonnière Florida, dans les places de la chic Recoleta), il y a des quartiers emblématiques par son histoire tanguera : au sud, Boedo, et au centre, l’Abasto. Deux cartes postales classiques et très pittoresques de la ville tanguera sont Caminito, au quartier de La Boca, et Place Dorrego, à San Telmo.

Dans cette Buenos Aires du XXIe siècle, le tango n’est pas seulement un souvenir. La culture du 2×4 présente aujourd’hui une scène renouvelée, nourrie par de nouvelles générations de musiciens qui fusionnent la musique citoyenne avec d’autres expressions musicales ou, tout simplement, ils l’adaptent à la sensibilité musicale de cette époque. La nuit venue, le tango déploie toute sa sensualité et son charme dans des tanguerías, milongas [des sites pour danser la milonga, le tango et d’autres danses associés à lui], dîners-spectacles et shows théâtrales très frappants. Le circuit est large et varié, et il se concentre surtout dans les quartiers du sud où des orchestres, chanteurs et danseurs de premier niveau offrent des spectacles classiques et d’avant-garde accompagnés d’un exquis dîner vraiment argentin (entre le tango, la grillade, les empanadas [sorte de chausson farci de viande, d’oignon, d’œufs, d’olive et d’épices] et le vin il y a un curieux mariage plein de plaisirs). Le plus important dans cette expérience, c’est la virtuosité. Les couples de danseurs essaient des pas très difficiles, avec des pirouettes, tours et sauts pleins de sensualité. Les costumes sont luxueux. Les chanteurs et les orchestres accompagnent merveilleusement bien et ils apportent du glamour aux soirées tangueras de Buenos Aires.

Moins connues, mais pas moins charmantes, ce sont les milongas (au centre et aux quartiers de Almagro, Abasto et Palermo), où le but c’est de danser « à n’en pouvoir plus ». Loin du concept de spectacle, aux milongas populaires tout le monde est un acteur-clé. Ici, le tango n’est pas regardé mais vécu. Dans les pistes de danse, se confondent les experts, les amateurs, les débutants et les curieux de tout âge. Certaines milongas commencent par des leçons de danse au cours desquelles on apprend les huit pas essentiels. Pour prendre ces leçons, il faut arriver tôt. Ensuite, il ne s’agit que de se laisser aller : l’improvisation est l’une des caractéristiques les plus fascinantes du tango.

Le tango est apprécié à Buenos Aires toute l’année mais au mois d’août les amants de la musique citoyenne ont un rendez-vous inéluctable : le Festival et le Championnat Mondial du Tango. Des concerts massifs, des milongas en plein air, des expositions de design tanguero, des présentations de grandes figures et la visite de danseurs et musiciens de tout le monde font du tango une véritable fête porteña.

Source : Le tango: histoire et passion de Buenos Aires | Evasion en ville | Argentina

    La vie sauvage de Nouvelle Zélande

    meet-the-locals-in-kaikoura

    Kaikoura est l’endroit idéal pour explorer la vie sauvage sous toutes ses formes, et il s’agit également du meilleur endroit pour savourer des écrevisses (en maori, kai signifie aliment et koura signifie écrevisse). L’environnement de Kaikoura est véritablement spectaculaire, le village étant placé entre la chaîne de montagnes très découpée de Kaikoura et l’Océan pacifique. En hiver, les montagnes sont recouvertes de neige, ce qui rend le paysage encore plus extraordinaire.

    En allant à Kaikoura, vous aurez le privilège de rencontrer des mammifères marins. En effet, baleines, otaries à fourrure et dauphins vivent en permanence dans les eaux côtières. Des excursions d’observation des baleines quittent la ville plusieurs fois par jour et la colonie d’otaries locale vous divertira toujours à coup sûr. Enfin, les cafés, restaurants et boutiques y sont nombreux.

    Voici une liste des activités à faire lorsque vous visiterez Kaikoura :

    • Allez observer les baleines depuis l’air ou la mer à tout moment de l’année.
    • Partez à la rencontre des dauphins locaux.
    • Nagez avec les très joueuses otaries à fourrure dans les eaux peu profondes de la magnifique péninsule de Kaikoura.
    • Contemplez les oiseaux marins, les albatros, les mollymawks, les pétrels et bien d’autres.
    • Partez en randonnée sur le sentier de la péninsule de Kaikoura – trois heures aller-retour pour découvrir une colonie d’otaries, des formations de roches calcaires et un habitat d’oiseaux marins.
    • Visitez la Fyffe House, cottage d’un pêcheur de baleines de l’époque coloniale.
    • Dégustez de délicieux fruits de mer bien frais dans l’un des succulents restaurants du bord de mer de Kaikoura.

    Informations utiles : population d’environ 3 600 habitants, Centre pour visiteurs i-SITE, gare ferroviaire

    Source :Office de Tourisme de Nouvelle Zélande

      En voiture ! De Brisbane à Cairns dans le Queensland

       

      Source : Itinéraire routier de Brisbane à Cairns, itinéraire Pacific Coast Tour – Tourism Australia

        En voiture ! Itinéraire routier sur la Gold Coast de Sydney à Brisbane

        Source : Itinéraire routier de Sydney à la Gold Coast, itinéraire Pacific Coast Tour – Tourism Australia