Rhum haut de gamme de la Martinique

Le rhum est aujourd’hui à nouveau considéré comme une boisson complexe à siroter, surtout sur l’île caribéenne de la Martinique.

Le rhum a été distillé pour la première fois dans les Caraïbes au XVIIe siècle, lorsque les puissances impériales européennes plantèrent leurs drapeaux sur les crêtes volcaniques et les bancs de sable dérivants de l’archipel lointain. Les plantations de canne à sucre recouvrent rapidement les tropiques et l’on découvre peu de temps après qu’une boisson alcoolisée viable peut être fabriquée à partir des eaux de ruissellement de la mélasse provenant du raffinage du sucre. Bien que l’origine exacte de l’esprit reste floue, on croit que les esclaves qui ont travaillé sur ces plantations ont été les premiers à distiller cette matière dans la liqueur que nous connaissons aujourd’hui.

Le rhum était instantanément à la mode dans les colonies du « Nouveau Monde » et devint rapidement aussi lucratif que l’esclavage et le commerce du sucre. En fait, le rhum était si important dans les colonies américaines qu’il a encouragé la création de la loi britannique sur le sucre – une hausse des impôts, et l’un des mécanismes qui a finalement engendré l’avènement de la Révolution américaine.

Des dizaines de colonies caribéennes ont produit leurs propres versions de la liqueur pour leurs couronnes respectives, et aujourd’hui le rhum peut être classé en trois catégories: britannique, français et espagnol. Bien sûr, il y a des complexités et des exceptions à la règle, mais les rhums anglais et espagnols sont, dans l’ensemble, produits à partir de mélasse, tandis que les rhums français proviennent du jus de canne. Lors de la création de rhums à base de mélasse, l’élément le plus important à ajuster et perfectionner est le processus de distillation lui-même, mais avec les rhums français, l’approche est traitée davantage comme du vin. La boisson tire ses arômes du terroir, facteurs environnementaux influant sur les profils de saveur.

En fait, l’île française produit un rhum d’une qualité et d’une saveur si différentes qu’on lui a attribué une appellation d’origine contrôlée, un peu comme si la région française de Champagne était le seul endroit où l’on pouvait produire du vrai champagne, alors que le reste du monde devait l’appeler vin mousseux.

Le rhum martiniquais est appelé rhum agricole et « c’est le point d’entrée naturel dans le monde du rhum ». Les brasseries artisanales sont très à la mode de nos jours, et l’extraction des saveurs de whisky est populaire pour les buveurs dans la phase de découverte – il est tout naturel que le rhum a un tour, aussi. » Après la vodka et le whisky, le rhum est devenu la troisième liqueur la plus consommée au monde. Quand vous buvez du rhum agricole, vous pouvez apprécier les complexités naturelles des saveurs – dans un goût, vous pouvez discerner de quel côté de l’île la canne à sucre a poussé, et comme le produit vieillit il devient plus terreux et végétal « .

Des douzaines de distilleries récoltent la canne aux quatre coins de l’île, chacune produisant sa propre version de l’esprit convoité et riche en terroir. Et les restaurants de toute l’île, eux aussi, feront rouler leur chariot à rhum rempli d’une grande variété d’options locales – de nombreux établissements ont même acquis leur propre réputation en offrant le meilleur punch planteur. Un cocktail de jus de fruits et de sirop mélangé à un soupçon de rhum, le planteur est le cocktail officieux de l’île et un incontournable pour tous les visiteurs.

Commencez votre tournée de rhum à la Distillerie Depaz dans la partie ouest de l’île au pied du rocher volcanique semi-actif, le Mont Pélee. Les voyageurs non enthousiasmés par les pièces d’exposition présentant des reliques de distillerie de l’ancienne école apprécieront toujours les vues incroyables sur la côte et le château majestueux de l’immense propriété. Terminez votre visite par un repas de créole au restaurant sur place où vous pourrez profiter de la version Depaz du planteur – ils stationneront même le chariot du bar à côté de vous si vous décidez que votre boisson a besoin d’un peu de rajout.

Pour apprécier le rhum martiniquais comme un breuvage plutôt qu’une liqueur, rendez-vous à Saint-James, à l’est de l’île, dans la ville de Sainte Marie. La salle de dégustation est située à l’intérieur d’une ancienne maison coloniale qui présente également les outils du commerce datant des années 1760, lorsqu’un révérend local a transformé sa canne récoltée en quelques-uns des premiers lots de rhum agricole en terre. De l’autre côté de la rue, la distillerie Saint-James s’élève au-dessus des palmiers. Après avoir parcouru l’ancien train à travers les champs de cannes, vestige de l’époque coloniale où l’on avait prévu de faire circuler un chemin de fer autour de l’île, le personnel de la vitrine en bois récompensera votre diligence touristique par de généreux débits de leur bibliothèque d’esprits et éduquera le palais sur les subtiles différences entre les récoltes régionales et les processus de vieillissement.

Le rhum de Jones, Clément, possède également une distillerie qui vaut la peine d’être visitée, car il s’agit d’un noble travail d’explication de l’héritage de la boisson lors de promenades annotées à travers son vaste domaine. L’Habitation Clément au sud-est, près du François, est largement considérée comme le berceau du rhum agricole, et le parc présente tout, des maisons de plantation préservées aux vraies caves à barriques actuellement utilisées pour de nouvelles brasseries – même les champs de cannes à l’arrière servent de galerie extérieure pour des sculptures évocatrices. Sortez par l’arrêt cadeau pour trouver des dizaines de différents souvenirs liés au rhum – les cadeaux parfaits pour aider à répandre l’évangile sur la façon dont le rhum doit vraiment goûter.

Taïwan met le cap sur l’écotourisme

Taiwan possède un environnement écologique extrêmement riche – un paradis pour les passionnés d’oiseaux et de papillons. Grâce à sa topographie et ses conditions climatiques uniques, l’île regorge d’espaces naturels protégés avec une faune et une flore variées, sauvages et endémiques exceptionnelles.

En effet, la protection de l’environnement est aujourd’hui, prise très au sérieux à Taïwan. Les efforts de l’état et des entreprises privées ont permis la création de réserves naturelles et un ensemble de projets ont été réalisés ou sont en cours de réalisation pour accomplir cet engagement.

Parmi eux, celui des retours des lucioles à Taipei, les recherches écologiques et la préservation des espèces endémiques de l’île, l’amélioration des transports publics, les constructions éco responsables, le style de vie LOHAS, sans oublier le développement de l’agriculture biologique qui est encouragé et favorisé par le gouvernement représentant aujourd’hui 0.7% de la production agricole soit 0.5% de plus que le Japon.

Le retour des lucioles à Taipei, une mission impossible accomplie !

La ville de Taipei avait réintroduit des larves de lucioles dans le Parc de Daan situé au sein même de la capitale. Accessible en métro MRT, arrêt « Daan Park » ce petit cocon de verdure offre à ses visiteurs une ambiance magique. A la tombée de la nuit, des milliers de lucioles s’illuminent offrant un ballet féérique.

Pour permettre aux visiteurs de se promener librement, le parc a été équipé de lampadaires à LED suffisamment lumineux pour indiquer les chemins à suivre tout en respectant la sensibilité des insectes vis-à-vis de la pollution lumineuse. Pour rappel : les visiteurs du parc sont invités à ne pas utiliser leur flash pour prendre des photos ainsi que de rester silencieux afin de ne pas perturber les insectes.

Les espèces endémiques de l’île

Séparée par le tropique du Cancer, l’île de Taïwan bénéficie d’un climat subtropical dans la partie Nord et tropical dans la partie Sud. En effet, entouré par la mer et dominé par les montagnes couvertes de forêts, Taïwan possède une faune et une flore diversifiées et impressionnantes.

L’île compte plus de 4 200 espèces de plantes vasculaires connues, plus de 5 740 espèces de champignons et plus de 19 000 espèces d’animaux sauvages. L’isolement géographique précoce de l’île a entraîné son niveau d’endémisme extrêmement élevé : environs 400 espèces différentes de papillons existent à Taïwan, dont 50 sont endémiques de l’île ; 450 espèces d’oiseaux dont plusieurs endémiques comme la spatule à face noire et la leucoptera Sterna sont également présentes sur les îles de Penghu, à Wulai, au mont Hehuan, à Xitou, à Alishan, dans la Valley du Rift sur la côte Est et dans tous les parcs nationaux de l’île.

Conscient de l’importance de cet environnement exceptionnel, le gouvernement a ouvert un Institut de recherche sur les espèces endémiques à Taïwan, pour permettre de les conserver et de soutenir l’équilibre à long terme de ses écosystèmes.

Le développement et l’amélioration des transports publics

Le gouvernement incite à utiliser les transports en commun en développant les réseaux ferroviaires, de bus, le métro et le youbike – l’équivalent du vélib pour insuffler un mode de vie plus respectueux de l’environnement à ses citoyens.

Les constructions éco responsable

Taiwan favorise depuis quelques années la construction d’infrastructures éco-responsable, comme la librairie de Beitou située au nord de Taipei qui est classé 10ème sur le site de voyage “When On Earth”. Localisé dans le parc verdoyant de Beitou, la magnifique structure imaginée par l’architecte Kuo Ying-chao a été le premier bâtiment de Taïwan labélisé Green Building.

LOHAS “ Lifestyle Of Health And Sustainability ”

A Taïwan, le bien-être est un art et les habitants ont bien adopté cette tendance mondiale de LOHAS“ Lifestyle Of Health And Sustainability ».

Adepte de ce style de vie combinant à la fois bien être, santé et développement durable, Taïwan offre une multitude de choix en termes de cuisine, d’activités sportives, de loisirs et de soins traditionnels.

Régalez vos papilles en découvrant une cuisine saine et savoureuse à la fois, ou pratiquez le yoga, la méditation, les arts martiaux, le Tai Chi, le massage des pieds ou l’acuponcture. Les centaines de sources d’eaux chaudes, sont aussi un excellent moyen pour se détendre et l’une des activités les plus populaires et préférées des Taïwanais. Puis dégustez un thé traditionnel Taïwanais – le Oolong dans l’une des maisons de thé à proximité.

Les 7 endroits pour les aventuriers en Amérique du Sud

L’Amérique du Sud offre un riche choix aux voyageurs avides d’aventure. Ce continent immense englobe presque tous les habitats et toutes les zones climatiques imaginables – de la forêt tropicale luxuriante au désert aride, des pâturages fertiles aux volcans actifs. Ces paysages ont survécu à des millénaires de civilisations différentes, dont beaucoup ont laissé derrière elles un trésor de ruines à explorer.

Ruta 40 -Argentine

Que vous souhaitiez escalader des sommets enneigés, explorer des temples anciens ou faire de la plongée sous-marine sur des récifs tropicaux, l’Amérique du Sud vous propose à chacun d ‘entre vous une expérience unique.

1- Trek à Ciudad Perdida, Colombie

Les visiteurs du Parque Nacional Natural Tayrona, situé dans le nord de la Colombie, peuvent profiter de la forêt tropicale dense et des plages de sable fin. Mais ceux qui sont avides d’aventures devraient faire un trekking sauvage de 5 jours jusqu’ à la ville perdue, Ciudad Perdida.
On pense que Ciudad Perdida remonte au VIIe siècle, mais elle a été abandonnée peu après l’arrivée des Espagnols. Dépassés par la forêt, les vestiges de la ville sont restés intacts jusqu’ à ce qu’ils soient redécouverts par les pilleurs de tombes en 1972. Bien que les vestiges archéologiques de la ville ne soient pas aussi impressionnants que le fameux Machu Picchu du Pérou, la randonnée jusqu’aux ruines vous emmène dans une aventure inoubliable à travers une forêt dense, des collines escarpées et enfin une montée de 1200 marches en pierre jusqu’aux ruines de la ville elle-même. Les sentiers accidentés et les traversées de rivières régulières facilitent cette randonnée durant la saison sèche, qui va de décembre à mars.

2- Escalader un volcan actif à Pucón, Chili

Pucón se trouve à 780 km au sud de Santiago, dans la magnifique région des lacs du Chili. Située sur les rives du lac Villarrica, entourée de rivières, de chutes d’eau et de sources thermales, la ville offre une gamme d’activités de plein air telles que la pêche à la mouche, le kayak et les promenades dans la nature. Mais c’est surtout l’espoir d’atteindre le sommet du volcan Villarrica, dans le Parque Nacional Villarrica, qui attire le plus de visiteurs à Pucón.
L’ascension (généralement plus de six heures) est exigeante physiquement et ne devrait être tentée qu’avec l’aide d’une agence de voyages .  Atteindre le sommet n’est pas une fin en soi – des conditions météorologiques défavorables et le volcan lui-même (l’un des plus actifs du Chili) peuvent forcer les alpinistes à faire demi-tour. Mais ceux qui arrivent au sommet auront droit à des vues spectaculaires et (quand les conditions seront favorables) un aperçu d’un lac de lave à l’intérieur du cratère. Et après le dur labeur en montée, la descente est moins fatigante: une descente en luge de 30 à 60 minutes sur le flanc de la montagne. Bien que les ascensions soient possibles toute l’année, vous aurez toutes les chances de réussir entre octobre et avril.

4- Traverser le désert d’Atacama, le Chili et la Bolivie

Le désert d’Atacama dans le nord du Chili est l’un des endroits les plus éloignés du monde en Amérique du Sud. L’extrême manque d’humidité donne à la région un ciel incroyablement clair – il n’ y a pas de meilleur endroit sur terre pour regarder les étoiles et considérer votre insignifiance par rapport à l’univers. Bien que les hautes altitudes ne rendent pas le voyage facile , la traversée de l’Atacama entre San Pedro de Atacama (Chili) et Uyuni (Bolivie) est une expérience inoubliable. Le voyage dure plusieurs jours dans un véhicule 4×4 et vous emmène devant l’énorme volcan Licancabur, les sources thermales, les vallées lunaires et les lacs minéraux aux couleurs vives qui s’unissent aux flamants roses. Mais le point culminant incontestable de ce voyage est Salar de Uyuni, le plus grand salin du monde. L’absence de caractéristiques sur cette immense étendue blanche en fait un endroit populaire pour prendre des photos en perspective; il y a aussi un étrange « cimetière » de trains abandonnés.
La traversée peut se faire dans les deux sens à tout moment de l’année. Salar de Uyuni est particulièrement spectaculaire après les pluies et bien que cela soit imprévisible, votre meilleure chance sera entre décembre et avril.

5- Ruta 40, Argentine

Pour de nombreux jeunes Argentins, conduire l’épopée Ruta 40 est considéré comme un rite de passage. Commençant à proximité du point le plus méridional de l’Argentine, la route appelée « La Cuarenta » s’étend vers le nord sur plus de 5 000 km, traverse 11 provinces et 20 parcs nationaux avant de se terminer à la frontière avec la Bolivie. Pour ceux qui n’ont pas le temps de parcourir l’ensemble du parcours, la section patagonienne de la piste offre toujours un voyage sur route époustouflant, en profitant de certains des paysages les plus impressionnants d’Amérique du Sud. Prévoyez suffisamment de temps pour des excursions parallèles au glacier Perito Moreno à El Calafate et au mont Fitz Roy à El Chaltén.
Alors que les environs sont à tour de rôle étonnamment beaux et carrément déserts, ce n’est pas une promenade du dimanche. Des tronçons importants du parcours sont composés de ripio – du gravier rocailleux et rugueux – il est donc conseillé de bien se préparer et d’utiliser un véhicule 4×4 bien équipé. Les hivers patagoniens sont rudes , il est préférable de parcourir la Ruta 40  entre novembre et mars.

6- Plongée de requins aux Galápagos, Equateur

Situées à 1 000 km à l’ouest du continent équatorien, les îles Galápagos abritent un grand nombre de plantes et d’animaux que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur Terre. En reconnaissance de la faune unique, les îles sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO et les eaux environnantes forment une immense réserve marine. Bien qu’il y ait beaucoup d’animaux sauvages à voir en surface – y compris la tortue géante des Galápagos – les vraies richesses se trouvent dans la mer. Les iguanes marins, les lions de mer, les dauphins et les tortues de mer sont facilement aperçus à bord des bateaux, tandis qu’un vrai frisson peut être trouvé si vous sautez droit dans le tuba ou la plongée sous-marine avec des requins. Il y a 12 espèces de requins dans cette région, y compris les requins baleines, les requins Galápagos et les requins marteaux. Bien que des excursions d’une journée à partir de bases insulaires soient disponibles, les meilleures expériences de plongée requièrent la réservation de bateaux de plongée proposant des croisières , ce qui permet aux plongeurs d’atteindre les eaux plus sauvages des îles éloignées de Darwin et Wolf. L’eau est la plus froide entre juin et novembre, mais c’est aussi en juin que l’on a le plus de chances de voir des requins baleines et d’énormes bancs de requins marteaux.

7- Routes de la mort en vélo, Bolivie

Pour de nombreux voyageurs, l’aventure ne devient une aventure que lorsque vous ajoutez une généreuse pincée de danger. Ceci explique en partie la popularité du cyclisme sur la route du Nord Yungas, connue sous le nom populaire de « Camino de la Muerte ». L’aventure cycliste épique est une véritable aventure cycliste: les cyclistes descendent 3 600 m sur 64 km de piste de gravier, essentiellement en descente sur 64 km, et profitent d’un paysage époustouflant. Frisson garanti !

Voyager dans le train lent de Madagascar


On pourrait dire qu’il faut 12 à 24 heures pour parcourir les 163 km qui séparent les hauts plateaux de Madagascar de la côte de l’océan Indien est un moyen de transport plutôt lent et inefficace. Oui, mais c’est là le problème. Voyager sur le chemin de fer Fianarantsoa-Côte Est (FCE) n’est pas vraiment une question d’aller d’un point A à un point B – c’est une question de voyage.
Le train fait la navette entre les villes de Fianarantsoa dans les hautes terres (altitude 1100m) et Manakara sur la côte. La pente de la ligne explique en partie sa lenteur – les pannes constantes et les cargaisons lourdes sont le vrai problème. Le train traverse des zones non accessibles par la route, c’est donc une bouée de sauvetage pour les communautés locales qui l’utilisent pour faire du commerce et voyager. C’est ce spectacle étonnant – les paysages sans route et le chargement/déchargement théâtral à chaque station, 18 au total – qui rendent le voyage si spécial.
Ce genre de voyage lent (et imprévisible) n’est pas pour tout le monde. C’est soit votre idée d’une expérience authentique, soit votre pire cauchemar dans vos deux semaines de vacances soigneusement planifiées. Nous ne jugerons pas ; tout ce que nous dirons, c’est que la meilleure façon d’aborder ce voyage est d’être prêt à faire face aux retards inévitables et de les intégrer à votre itinéraire.

Un peu d’histoire
Le chemin de fer FCE a été construit par l’administration coloniale française entre 1926 et 1936 pour ouvrir la côte est et faciliter l’exportation des produits agricoles de cette région fertile. Les rails ont été importés d’Allemagne, les voitures de Suisse.
A son apogée, le chemin de fer comptait deux locomotives, avec cinq services par semaine transportant 150.000 passagers et 20.000 tonnes de fret par an. Malheureusement, Madagascar passant d’une crise politique et économique à l’autre depuis les années 1960, peu d’argent a été investi dans l’entretien du chemin de fer, ce qui explique les retards record et les déraillements et pannes en série. Il n’y a plus qu’une seule locomotive et seulement deux trains de voyageurs par semaine (et un seul train de marchandises), ce qui entraîne un surpeuplement et une surcharge.
Les voitures aussi ont connu des jours meilleurs : vous aimerez peut-être l’idée de voyager en deuxième classe, mais un coup d’œil au visage consterné du chef de gare à votre demande, et un coup d’œil rapide à la voiture, mettront probablement votre plan en ordre de paiement rapide. C’est donc une première classe, et ce n’est pas un mauvais choix : les sièges sont relativement confortables, le verre est clair et les fenêtres s’ouvrent et se ferment.

L’itinéraire
Le trajet en montagne est sans doute le plus pittoresque : le train serpente à travers des versants montagneux escarpés parsemés de forêts, de chutes d’eau, de champs en terrasses et de plantations fruitières. Avec tant de montagnes à relier et de rivières à traverser, il n’y a pas moins de 48 tunnels, 67 ponts et quatre viaducs, dont celui spectaculaire d’Ankeba, qui domine de 40 m une mer de rizières.

Traverser des paysages aussi majestueux, c’est voyager en train à son meilleur : la vitesse est lente (20 km/h en moyenne), les fenêtres sont généralement laissées ouvertes pour que l’air se remplisse de l’odeur des branches que le train balaie. Vous pouvez rapidement discuter avec vos voisins, qu’il s’agisse de touristes ou de Malgaches. Vous avez l’impression d’avoir fait une pause de quelques heures dans le rythme effréné du XXIe siècle.

L’environnement commence à changer autour de Fenomby, environ 100 km après le début du voyage – le paysage est plus plat, l’air est plus chaud et les rizières et les palmiers remplacent les pentes boisées.
Une bouée de sauvetage pour la population locale
A part le paysage, l’un des points forts du voyage est l’arrêt de la gare. Oubliez les deux minutes que vous avez en Europe pour monter ou descendre du train, ici un arrêt signifie au moins 30 minutes, parfois quelques heures, pour permettre à l’équivalent en train du sac de Mary Poppins de charger et décharger une quantité impossible de bananes, litchis, sacs de riz, meubles en plastique et autres objets précieux de fret.
Les passagers ont donc tout le temps de se dégourdir les jambes et de profiter du spectacle. La zone de chalandise du FCE est immense : les gens parcourent jusqu’à 50 km pour monter dans le train ou faire monter leurs produits, les gares sont donc toujours en effervescence. Pour des dizaines de petits commerçants, c’est aussi l’occasion de compléter leur vie en vendant des beignets, des brochettes, des bonbons et des snacks aux voyageurs affamés. Les épices locales, en particulier le poivre noir et le poivre rose, font de jolis souvenirs ou cadeaux.
Il est indéniable que quelque part entre le troisième et le dix-septième arrêt, la nouveauté s’estompe quelque peu. Mais c’est la combinaison de toutes ces choses – l’authenticité, les paysages, la bonne compagnie, l’expérience unique – que les gens apprécient habituellement. Et dans un pays où les voyageurs peuvent passer beaucoup de temps dans les limites d’un véhicule sur des routes épouvantables, la possibilité de voyager dans un confort relatif tout en lisant un livre et en admirant les paysages et le folklore de Madagascar, est tout simplement trop belle pour la manquer.
Apportez suffisamment de nourriture et d’eau pour au moins deux repas (déjeuner et dîner), ainsi que des collations. Vous pourrez également acheter des fruits, des biscuits et des boissons en bouteille dans les gares. Les aliments vendus dans la rue sont accompagnés des mises en garde habituelles.
Apportez un livre, un jeu de cartes, des jeux de voyage, etc. pour passer le temps.
Bien qu’il y ait de la lumière dans la nouvelle voiture, emportez une lampe frontale au cas où (il fait sombre à partir de 18h).
Il fait froid dans les hautes terres et la nuit, alors assurez-vous d’avoir un pull ou une veste avec vous.
Un oreiller de voyage vous permettra de faire des siestes impromptues ou une nuit de sommeil à votre insu….
Il y a des toilettes à bord, mais elles se remplissent habituellement avant la fin du voyage, alors vous devrez peut-être répondre à l’appel de la nature, enfin, dans la nature.

Les paysages les plus pittoresques se trouvent entre Sahambavy et Fenomby, il est donc généralement préférable de prendre le train de Fianarantsoa à Manakara pour s’assurer que vous voyagez à travers ce tronçon en plein jour.
Pensez à monter ou descendre du train à Sahambavy au lieu de Fianarantsoa : les paysages entre les deux ne sont pas très intéressants, cela vous fera économiser 1h30, et vous aurez la chance de rester au magnifique Lac Hôtel (lachotel.com).

Aspects pratiques Le FCE part de Fianarantsoa à 7h (théoriquement) les mardis et samedis et revient de Manakara le mercredi et le dimanche (départ à 7h). Le prix des billets est de 40 000 Ar / 16 000 Ar en 1re/2nde classe.