Plongez dans les plus belles piscines naturelles ou incroyables du monde.

Parfois, nous avons envie de plonger dans l’océan, de voir les vagues se briser au-dessus de nos têtes, les profondeurs sous nos pieds. Mais d’autres fois, nous voulons une baignade au bord de la mer plus  » confinée  » – la même expérience élémentaire, mais avec le luxe de pouvoir toucher le fond (et peut-être même prendre une douche chaude après). C’est là qu’interviennent les piscines océaniques.

Qu’il s’agisse de grottes rocheuses naturelles ou de grottes artificielles en béton et en carrelage, ces piscines au bord de l’océan vous offrent le meilleur des deux mondes : des eaux sûres et sereines avec des vues mer et ciel sans limites. Si vous êtes à la recherche d’une expérience balnéaire alternative ou d’un tremplin pour passer des piscines traditionnelles au’grand bleu’, ces oasis aquatiques pourraient vous convenir.

Grotte de la Poésie, Salento, Italie

Signifiant  » grotte de poésie « , ce gouffre naturel de 100 pieds de large est certainement digne de poésie. Sautez des falaises de calcaire dans l’eau cyan fraîche, puis nagez sous la voûte dans la mer Adriatique. Arrivez tôt en été pour éviter la foule ; le reste de l’année, il n’y aura que vous et les oiseaux de mer (et quelques touristes russes résistants au froid). Plusieurs sites archéologiques se trouvent à proximité, dont la Grotte della Poesia Piccola (« petite grotte de la poésie »), dont les murs sont couverts d’inscriptions anciennes. Vous trouverez la grotte à l’est de la péninsule du Salento (alias’la botte’).

Bains de la Reine, Eleuthera, Bahamas

Grimpez les collines rocheuses de cette île décontractée des Bahamas pour découvrir la série de piscines peu profondes et chauffées par le soleil, connues localement sous le nom de  » bains de la reine  » ou (un peu moins fantaisistes) de  » bains tourbillons « . Visitez à marée basse ou moyenne pour passer une heure ou deux à tremper, éclabousser et chercher des coquillages pendant que l’Atlantique bleu marine se met à barboter. À seulement un demi-mille de là se trouve le célèbre Glass Window Bridge, où l’île devient si maigre que vous pouvez vous tenir sur la falaise et voir le contraste saisissant entre l’Atlantique agité à votre droite et la paisible aigue-marine des Caraïbes sur votre gauche.

Tunnels Beaches, Devon, Royaume-Uni

Tiptoe à travers une série de tunnels de falaises sombres, creusés à la main par des mineurs gallois au début des années 1800, pour atteindre ces plages cachées. Sur la  » plage des dames  » (bien qu’elle soit mixte depuis plus de 100 ans), un bassin de marée apparaît pendant trois heures avant et après la marée basse. Le mur de soutènement de la piscine a été construit par les mêmes mineurs à l’aide de blocs rocheux et de mortier de chaux. Au plus fort de l’ère victorienne, les dames  » prenaient les eaux  » ici dans des machines à laver privées en bois tirées par des chevaux qui étaient roulées dans l’océan pour protéger leur modestie. Auparavant, les falaises de la mer, profondément sillonnées, étaient autrefois utilisées par des contrebandiers et des fugitifs. Ne vous attendez pas à du sable blanc comme du sucre ; ces plages sont des plages de galets anglais purs, glissantes, froides et délicieuses.

Vers le sillon océanique de Sua, île d’Upolu, Samoa

Vu d’en haut, ce trou de nage vert pierre précieuse ressemble à un œil de géant qui clignote dans le paysage de lave de l’île d’Upolu aux Samoa. La piscine de 30 mètres de profondeur est accessible par une haute et légèrement terrifiante échelle en bois, bien que les braves (ou téméraires) sautent simplement. L’eau ici est si claire qu’on peut voir des poissons voltiger bien en dessous. La tranchée est alimentée par un tunnel de lave sous-marin qui mène au Pacifique Sud – les plongeurs expérimentés peuvent y nager, mais les nageurs de tous les niveaux doivent être conscients du courant de fond. Le bord du trou s’égoutte avec le feuillage de la jungle, qui s’ouvre sur des jardins de bord de mer soignés avec des aires de pique-nique et une petite plage de baignade au-delà.

Bondi Icebergs Pool, Sydney, Australie

Construits dans les falaises juste au-dessus de l’effondrement de la mer de Tasman, les  » bains de Bondi  » au bord de la plage la plus célèbre de Sydney sont emblématiques depuis plus d’un siècle. N’importe qui peut se baigner dans la piscine à genoux ou dans la piscine pour enfants adjacente, mais pour devenir membre du club de natation d’hiver des Bondi Icebergs, il faut s’engager à nager trois dimanches sur quatre pendant les mois froids – pendant cinq ans ! Parce que les piscines sont en béton, l’eau ici est en fait plus froide que la mer, et si le temps est plus rude, vous risquez d’être assailli par une vague malveillante. Rien de tel qu’une baignade apaisante, hein !?

Piscinas das Marés, près de Porto, Portugal

Envie de vous immerger dans un monument national ? Et nous ne parlons pas au sens figuré. Plongez dans les deux piscines d’eau salée de Piscina das Marés, creusées dans le rocher de la plage de Leça da Palmeira, Matoshinhos, un village de pêcheurs au nord de Porto, dans les années 60 à la demande du célèbre architecte portugais Álvaro Siza Vieira. Mais le maestro n’a pas fini : après un petit plongeon pour se mettre en appétit, suivez la côte vers le nord jusqu’à son Boa Nova Tea House, un charmant restaurant étoilé au Michelin avec vue panoramique sur l’Atlantique endiablé.

Porto de Galinhas, près de Recife, Brésil

Dans un pays qui a honte de ses richesses en matière de plages, Porto de Galinhas, au sud de Recife palpitante, parvient encore à se démarquer grâce à une dispersion de criques turquoises et aigues-marines à quelques encablures de son sable fin et blanc. Les visiteurs de ces piscines naturelles dignes de l’Instagram, formées entre la plage et le récif qui les abrite, sont accueillis par des ferry-boats en jangadas (petits voiliers) à voiles triangulaires pour 25 R$ par personne. Pour quelque chose de plus vigoureux, dirigez-vous vers le sud pour faire de la planche à voile et du kitesurf sur le Pontal de Maracaípe.

 

Les meilleurs parcs naturels d’Afrique de l’Ouest

Tout le monde connaît les grands parcs nationaux d’Afrique orientale et australe – Masai Mara, Kruger et Serengeti évoquent des paysages majestueux, des lions paresseux à l’ombre et des troupeaux d’éléphants parcourant la savane. Mais avez-vous entendu parler de Mole, Pendjari et Waza ? Ces réserves fauniques sont parmi les plus belles d’Afrique de l’Ouest – elles ne sont peut-être pas aussi célèbres, mais la faune est tout aussi diversifiée, les safaris coûtent une fraction de ceux de l’Afrique orientale et australe et il est peu probable que vous soyez dérangé par la foule. Voici nos cinq parcs d’Afrique de l’Ouest les plus beaux et les plus discrets.

Parc National de la Pendjari, Bénin
Entouré par les magnifiques montagnes d’Atakora, la Pendjari  est probablement le beau et meilleur parc d’Afrique de l’Ouest. On y trouve des animaux sauvages tel que – lions, éléphants, guépards, babouins – et bien d’autres pour ceux qui ont la patience d’aller les chercher. L’infrastructure est fantastique aussi, avec des guides sensationnels et un hébergement en plein cœur du parc pour profiter des promenades au lever et au coucher du soleil, lorsque la faune est à son meilleur. Séjournez à l’écolodge Pendjari Lodge , ou à l’Hôtel de la Pendjari, plus ancien.

Réserve de Nazinga, Burkina Faso
Ce n’est peut-être pas un parc national, mais c’est certainement le meilleur. Les principales attractions de Nazinga sont ses éléphants, que vous avez de bonnes chances de voir toute l’année : ils adorent se promener dans le Ranch de Nazinga, l’hôtel principal de la réserve, et se vautrer dans le lac voisin (ils ont aussi la réputation de nager dans le lac profond). Ailleurs dans la réserve, vous verrez des singes, des antilopes, des crocodiles et une profusion d’oiseaux.
Vous aurez besoin de votre propre véhicule pour vous rendre à Nazinga. Choisissez un tour opérateur au Burkina, qui peut organiser des séjours dans la réserve.

Parc national de Mole, Ghana
La chose la plus étonnante à propos de Mole, c’est à quel point il est bon marché et accessible : les voyageurs indépendants peuvent facilement s’y rendre par les transports publics depuis Tamale, les droits d’entrée sont inférieurs à 10 Euros et les safaris à pied sont standard (bien que si vous voulez aller en safari, le parc a un 4×4 à louer). Et bien sûr, il y a le Mole Motel, un peu trop cher, mais dans un endroit imbattable avec vue imprenable sur les plaines du parc, avec une vue imprenable sur les animaux – éléphants, phacochères, babouins, antilopes, oiseaux – et ce qu’ils font. Il y a même une piscine pour une baignade rafraîchissante entre les sorties.

Sanctuaire de faune de l’île de Tiwai, Sierra Leone


Cette petite île sur le fleuve Moa en Sierra Leone ne ressemble à aucune autre réserve ou parc en Afrique de l’Ouest : avec 11 espèces de primates présentes dans le sanctuaire (www.tiwaiisland.org), c’est l’un des rares endroits en Afrique de l’Ouest où l’on est pratiquement certain de voir des chimpanzés et autres primates en danger tels que les beaux singes Colobus et Diana. Il existe d’autres espèces rares comme l’hippopotame pygmée endémique, la loutre de rivière et plus de 130 espèces d’oiseaux. Il y a des excursions guidées sur les îles et les villages voisins, et vous pouvez passer la nuit sur une plate-forme simple et couverte. Le sanctuaire est facilement accessible en taxi depuis Bo ou Kenema mais passez la nuit à Tiwai si vous utilisez les transports publics.
Visitez le site de Sierra Leone peut vous aider à organiser le transport et les excursions.

Forêt de culture Makasutu, Gambie
La Gambie est connue dans le monde entier pour sa faune aviaire exceptionnelle et de nombreux ornithologues chevronnés y reviennent année après année. Makasutu Culture Forest est certainement l’un des meilleurs choix du pays – bien que nous parlions ici de nuances de superlatifs. Cette petite réserve est un kaléidoscope des paysages et de l’avifaune de la Gambie. Vous pouvez facilement venir de Banjul pour une excursion d’une journée, mais si l’argent n’est pas un problème, offrez-vous quelques nuits au Mandina River Lodge, une magnifique boutique éco-responsable.

Makasutu organise des forfaits avec des séjours au Mandina Lodge ; les visiteurs d’un jour peuvent utiliser le minibus du parc depuis Brikama tout proche et obtenir les mêmes excellents guides.

Conseils pratiques
Le meilleur moment pour observer la faune sauvage en Afrique de l’Ouest est de décembre à avril, lorsque l’herbe à été brûlée (ce qui améliore la visibilité) et que la saison sèche force les animaux à se rassembler autour des points d’eau.
Les pistes sont généralement impraticables pendant la saison des pluies (juillet-septembre) et les parcs sont souvent fermés.
Les frais d’inscription varient de moins de 10 € à Mole à 25 € pour le Makasutu, une aubaine par rapport aux autres régions d’Afrique.
Apportez de la crème solaire et beaucoup d’insectifuge – ou portez des vêtements légers à manches longues et des pantalons longs.
Le paludisme est présent dans tous les parcs nationaux : prenez des précautions.
Apportez des jumelles et un guide d’observation de la faune.

Voyager dans le train lent de Madagascar

On pourrait dire qu’il faut 12 à 24 heures pour parcourir les 163 km qui séparent les hauts plateaux de Madagascar de la côte de l’océan Indien est un moyen de transport plutôt lent et inefficace. Oui, mais c’est là le problème. Voyager sur le chemin de fer Fianarantsoa-Côte Est (FCE) n’est pas vraiment une question d’aller d’un point A à un point B – c’est une question de voyage. Le train fait la navette entre les villes de Fianarantsoa dans les hautes terres (altitude 1100m) et Manakara sur la côte. La pente de la ligne explique en partie sa lenteur – les pannes constantes et les cargaisons lourdes sont le vrai problème. Le train traverse des zones non accessibles par la route, c’est donc une bouée de sauvetage pour les communautés locales qui l’utilisent pour faire du commerce et voyager. C’est ce spectacle étonnant – les paysages sans route et le chargement/déchargement théâtral à chaque station, 18 au total – qui rendent le voyage si spécial.
Ce genre de voyage lent (et imprévisible) n’est pas pour tout le monde. C’est soit votre idée d’une expérience authentique, soit votre pire cauchemar dans vos deux semaines de vacances soigneusement planifiées. Nous ne jugerons pas ; tout ce que nous dirons, c’est que la meilleure façon d’aborder ce voyage est d’être prêt à faire face aux retards inévitables et de les intégrer à votre itinéraire.

Un peu d’histoire
Le chemin de fer FCE a été construit par l’administration coloniale française entre 1926 et 1936 pour ouvrir la côte est et faciliter l’exportation des produits agricoles de cette région fertile. Les rails ont été importés d’Allemagne, les voitures de Suisse. A son apogée, le chemin de fer comptait deux locomotives, avec cinq services par semaine transportant 150.000 passagers et 20.000 tonnes de fret par an. Malheureusement, Madagascar passant d’une crise politique et économique à l’autre depuis les années 1960, peu d’argent a été investi dans l’entretien du chemin de fer, ce qui explique les retards record et les déraillements et pannes en série. Il n’y a plus qu’une seule locomotive et seulement deux trains de voyageurs par semaine (et un seul train de marchandises), ce qui entraîne un surpeuplement et une surcharge.
Les voitures aussi ont connu des jours meilleurs : vous aimerez peut-être l’idée de voyager en deuxième classe, mais un coup d’œil au visage consterné du chef de gare à votre demande, et un coup d’œil rapide à la voiture, mettront probablement votre plan en ordre de paiement rapide. C’est donc une première classe, et ce n’est pas un mauvais choix : les sièges sont relativement confortables, le verre est clair et les fenêtres s’ouvrent et se ferment.

L’itinéraire
Le trajet en montagne est sans doute le plus pittoresque : le train serpente à travers des versants montagneux escarpés parsemés de forêts, de chutes d’eau, de champs en terrasses et de plantations fruitières. Avec tant de montagnes à relier et de rivières à traverser, il n’y a pas moins de 48 tunnels, 67 ponts et quatre viaducs, dont celui spectaculaire d’Ankeba, qui domine de 40 m une mer de rizières. Traverser des paysages aussi majestueux, c’est voyager en train à son meilleur : la vitesse est lente (20 km/h en moyenne), les fenêtres sont généralement laissées ouvertes pour que l’air se remplisse de l’odeur des branches que le train balaie. Vous pouvez rapidement discuter avec vos voisins, qu’il s’agisse de touristes ou de Malgaches. Vous avez l’impression d’avoir fait une pause de quelques heures dans le rythme effréné du XXIe siècle.
L’environnement commence à changer autour de Fenomby, environ 100 km après le début du voyage – le paysage est plus plat, l’air est plus chaud et les rizières et les palmiers remplacent les pentes boisées.

Une bouée de sauvetage pour la population locale
A part le paysage, l’un des points forts du voyage est l’arrêt de la gare. Oubliez les deux minutes que vous avez en Europe pour monter ou descendre du train, ici un arrêt signifie au moins 30 minutes, parfois quelques heures, pour permettre à l’équivalent en train du sac de Mary Poppins de charger et décharger une quantité impossible de bananes, litchis, sacs de riz, meubles en plastique et autres objets précieux de fret.
Les passagers ont donc tout le temps de se dégourdir les jambes et de profiter du spectacle. La zone de chalandise du FCE est immense : les gens parcourent jusqu’à 50 km pour monter dans le train ou faire monter leurs produits, les gares sont donc toujours en effervescence. Pour des dizaines de petits commerçants, c’est aussi l’occasion de compléter leur vie en vendant des beignets, des brochettes, des bonbons et des snacks aux voyageurs affamés. Les épices locales, en particulier le poivre noir et le poivre rose, font de jolis souvenirs ou cadeaux.
Il est indéniable que quelque part entre le troisième et le dix-septième arrêt, la nouveauté s’estompe quelque peu. Mais c’est la combinaison de toutes ces choses – l’authenticité, les paysages, la bonne compagnie, l’expérience unique – que les gens apprécient habituellement. Et dans un pays où les voyageurs peuvent passer beaucoup de temps dans les limites d’un véhicule sur des routes épouvantables, la possibilité de voyager dans un confort relatif tout en lisant un livre et en admirant les paysages et le folklore de Madagascar, est tout simplement trop belle pour la manquer.

Aspects pratiques
Le FCE part de Fianarantsoa à 7h (théoriquement) les mardis et samedis et revient de Manakara le mercredi et le dimanche (départ à 7h). Le prix des billets est de 40 000 Ar / 16 000 Ar en 1re/2nde classe.

Apportez suffisamment de nourriture et d’eau pour au moins deux repas (déjeuner et dîner), ainsi que des collations. Vous pourrez également acheter des fruits, des biscuits et des boissons en bouteille dans les gares. Les aliments vendus dans la rue sont accompagnés des mises en garde habituelles.
Apportez un livre, un jeu de cartes, des jeux de voyage, etc. pour passer le temps.
Bien qu’il y ait de la lumière dans la nouvelle voiture, emportez une lampe frontale au cas où (il fait sombre à partir de 18h).
Il fait froid dans les hautes terres et la nuit, alors assurez-vous d’avoir un pull ou une veste avec vous.
Un oreiller de voyage vous permettra de faire des siestes impromptues ou une nuit de sommeil à votre insu….
Il y a des toilettes à bord, mais elles se remplissent habituellement avant la fin du voyage, alors vous devrez peut-être répondre à l’appel de la nature, enfin, dans la nature.
Les paysages les plus pittoresques se trouvent entre Sahambavy et Fenomby, il est donc généralement préférable de prendre le train de Fianarantsoa à Manakara pour s’assurer que vous voyagez à travers ce tronçon en plein jour.
Pensez à monter ou descendre du train à Sahambavy au lieu de Fianarantsoa : les paysages entre les deux ne sont pas très intéressants, cela vous fera économiser 1h30.

Madagascar : une île pas comme les autres

Située dans l’océan Indien, au large de la côte sud-est de l’Afrique, l’île de Madagascar a évolué dans un isolement splendide pendant plus de 80 millions d’années ; le résultat est un monde unique et surprenant plein d’arbres à l’envers, de forêts de pierres et bien sûr de lémuriens.

Kirindy et les baobabs

Commencez votre voyage dans l’Ouest par des rencontres avec la faune et la flore et une promenade parmi les arbres emblématiques.
Accompagné de notre guide nous nous promenons joyeusement dans la forêt, les bras balancés, les tongs battus. Depuis une heure, il nous guide à travers un enchevêtrement de chemins identiques les uns aux autres, s’arrêtant pour nous montrer des créatures brunes cachées dans le sous-bois brun : un serpent crayon en forme de brindille ici, un escargot de terre en taille de poing là.
Il faut du temps pour localiser le lémurien qu’il a repéré avec à peine un regard, mais après avoir beaucoup gesticulé ( » A gauche de la fourche, en bas de la deuxième branche, non, pas de cette branche, plus bas « ), il est là : un lémurien sportif, sa tête en peluche et ses yeux brun vaseux, qui sort d’un arbre creux. L’observation ouvre les vannes à un embarras de rencontres dans la forêt de Kirindy.

Quelques pas plus haut, un sifaka de Verreaux en noir et blanc apparaît bien au-dessus, oscillant entre les cimes des arbres avec l’élégance d’une trapéziste, la petite tête de son bébé sortant du pelage de son ventre. Dans une clairière voisine, l’herbe à chat gutturale est utilisée par une famille de lémuriens à ventre rouge et ils descendent rapidement de la canopée pour inspecter leurs visiteurs humains.
Les habitants de Kirindy ont élu domicile dans les vestiges de la dernière forêt sèche de feuillus de la côte ouest de Madagascar. Il abrite huit espèces de lémuriens – et la seule créature du pays dont le ventre commence à gronder lorsqu’il en aperçoit une. La forêt est l’un des meilleurs endroits pour voir le seul prédateur des lémuriens : le fossa menacé.
Trois des animaux ont passé la journée dans le camp au centre de recherche écologique de Kirindy. Un par un, ils se faufilent sous une cabane, s’étirant et baillant sous le soleil, avant de s’accroupir dans la terre. Ils ressemblent à un terrible mélange génétique entre un chien et une belette, avec une fourrure gris-brun, des yeux jaunes et une queue aussi longue que leur corps. Mamy qui gère le centre, préférerait qu’ils ne se sentent pas aussi à l’aise ici. L’un des principaux problèmes pour eux, dit-il en s’accroupissant pour vérifier s’il y a d’autres fosses sous la cabane, c’est la destruction de leur habitat par l’agriculture et l’exploitation forestière. Peut-être qu’ils viennent ici parce qu’ils n’ont pas assez à manger.
Mamy regarde les créatures se lever et traquer dans la forêt. C’est le défi de la conservation à Madagascar, de trouver comment les gens profitent de la forêt sans la détruire « , dit-il. Mais c’est un défi passionnant. Tant qu’il restera des animaux, il y aura de l’espoir.
Les arbres au tronc large et à la cime effilée qui s’élèvent de façon incongrue à travers les broussailles de Kirindy donnent une idée de la nature de ce défi. Ce sont des baobabs – « mères de la forêt » en malgache – et la région en était autrefois pleine. Perdues à la déforestation et à l’agriculture au fil des siècles, elles sont aujourd’hui souvent isolées, avec des troncs épais comme des maisons, dominant une terre brûlée et défrichée par des brûlis.
À environ 25 milles au sud de Kirindy, l’avenue des Baobabs est un fier rappel de ce qui a été perdu. A l’aube, un épais brouillard s’est installé sur la route et la vingtaine de baobabs qui la bordent, âgés d’environ 600 ans, sont réduits à des silhouettes sombres. Les fermiers sortent du brouillard, portant des faux et des haches, et conduisant des zébus, qui s’arrêtent pour se gratter les flancs sur l’écorce noueuse des arbres. Les feux sont allumés à l’extérieur des maisons en terre le long de la route, des casseroles noircies sont placées au-dessus d’eux, prêtes pour une journée de cuisson. Quand le soleil se lève, la brume s’échappe. Plus de circulation apparaît sur l’avenue : jeeps en route vers la ville principale de Morondava, motos avec des matelas équilibrés sur le guidon. Au bord de la route, révélées pour la première fois à la lumière du matin, se trouvent 10 petits enclos. À l’intérieur se trouvent des jeunes baobabs fragiles d’à peine un centimètre d’épaisseur et d’un demi-mètre de hauteur, nains des vieux arbres qui les entourent, mais signes d’un avenir plus radieux néanmoins.

La route des Tsingy

Le voyage fait partie de l’aventure à Madagascar, et jamais plus que le voyage coloré le long de la route cahoteuse 8a de Kirindy au nord. Outre sa biodiversité unique, Madagascar est également connue pour ses mauvaises routes. C’est ce que notre guide touristique local, en montant dans la jeep.
Avec moins de 20 % de son réseau routier goudronné, se rendre d’un point A à un point B à Madagascar est rarement simple. Google Maps vous dira que c’est un voyage de trois heures de Kirindy jusqu’à Bekopaka, à environ 80 kms au nord.  Mais Google Maps a tort  mais il ne vous dit pas non plus , qu’ il faut une journée à parcourir la route est au moins aussi excitante qu’une journée dans la forêt avec une famille de lémuriens.

Pour la plupart, le 8a est une piste de boue plus encombrée que la route. Il laisse bientôt derrière lui les rizières entourant l’avenue des Baobabs, leurs lignes vertes et soignées, labourées par des zébus, traînées par des canards qui se chamaillent. Le paysage devient plus sec, les buissons qui bordent la berge sont recouverts de sable projeté par les véhicules qui passent, comme si quelqu’un avait jeté un seau de poudre orange sur eux. De grandes étendues de terre noircie brûlent encore depuis les récentes défrichements forestiers.
Au petit matin, les enfants tournent au ralenti le long de la 8a sur le chemin de l’école, donnant des coups de pied au ballon dans la poussière. Des femmes en jupes brillantes marchent entre les villages, les ballots de maïs ou de bois de chauffage en équilibre sur la tête et le visage recouvert d’une pâte faite d’écorce de tamarin pour se protéger du soleil. Les familles lavent leur linge dans des cours d’eau peu profonds, font sécher leur linge sur les berges ou se promènent sur des charrettes en bois, derrière les bosses en forme de chameaux et les longues cornes de zébu qui marchent lentement.

Les Malgaches sont très attachés à leur zébu « , dit notre guide en s’appuyant sur le tableau de bord alors que la jeep négocie l’un des nombreux nids-de-poule de la taille d’un bassin. Ils sont utilisés pour le transport et dans les champs, bien sûr, mais aussi dans les rituels, les cérémonies funéraires et la médecine. Si vous frottez l’huile de leurs bosses sur votre peau, vous deviendrez très fort.

A mi-chemin du trajet, la route s’arrête, coupée par la grande limace brune de la rivière Tsiribihina. Les jeeps sont manœuvrées avec précaution le long des planches sur des ferries de style Heath Robinson, apparemment faits de morceaux de métal assemblés au hasard. Tout le monde à bord, à une heure de route de Belo sur Tsiribihina, sur la rive opposée, passe devant des gens dans des canoës en bois sculptés à la main. En début d’après-midi, le marché de la ville bat son plein et les commerçants s’assoient à côté de tas de patates douces, de canne à sucre, de piments rouges séchés, de crevettes frites et de bosses de zébu grasses, agitant de leurs mains de grandes mouches loin de leurs marchandises.

La route se détériore un peu à partir d’ici « , nous avertit notre guide, alors que le 8a se dirige hors de la ville. Il s’effondre partiellement par endroits, tissant et plongeant un nouveau parcours autour des arbres tombés et des cratères gorgés d’eau.

Alors que la chaleur intense de la journée commence à s’estomper, l’activité s’intensifie dans les villages au bord des routes. Les hommes coupent la terre en briques, ou fauchent les roseaux pour construire, tandis que leurs femmes martèlent rythmiquement le riz avec des poteaux dans des mortiers géants, les dindes attendant à côté d’eux. Les enfants courent vers tous les véhicules qui passent et regardent à l’intérieur, pratiquant leurs compétences en langues étrangères avec des demandes polies de stylos ou de bonbons.

Le temps que la jeep arrive au dernier arrêt à Bekopaka, en passant par une dernière traversée de rivière et de nombreux arrêts pour laisser un coua géant aux couleurs vives, un troupeau de chèvres ou un caméléon nerveux traverser la route, le soleil a commencé à se coucher parmi les mangroves. Le voyage le long de la 8a a pris plus de 11 heures, mais, peut-être, ce ne serait pas si mal de faire demi-tour et de tout recommencer.

Tsingy de Bemarahaha

Attachez-vous pour quelques jours d’escalade dans le parc national le plus insolite de Madagascar.

A Bekopaka, trois petits garçons tentent de faire tomber des mangues d’un arbre avec un bâton. Autour d’eux, des jeeps se garent à côté des charrettes zébus, leurs passagers sautent pour se dégourdir les jambes avant de se diriger vers un petit bureau dans le village. Ils sont ici pour réserver des billets pour le parc national de Tsingy de Bemaraha, la raison pour laquelle la plupart des gens empruntent la route 8a depuis Morondava.

Le parc est divisé en deux parties, Petit et Grand, et la partie la plus petite se trouve juste au-delà du bureau. Notre guide ouvre la voie en se faufilant dans un passage étroit, avant de lancer un avertissement :  » Cette zone est très sacrée. Il y a beaucoup de tombes ici ; vous devez être respectueux envers les morts. En effet, les trois mangoustes seraient découragés d’entrer, parce qu’ils croyaient localement que les enfants seraient plus susceptibles de rencontrer un fantôme ici.

Il y a environ 150 millions d’années, toute la région était sous la mer ; quand l’eau s’est retirée, elle a laissé derrière elle un paysage d’un autre monde de pointes et de grottes de calcaire, les fossiles d’animaux marins perdus depuis longtemps sont encore visibles à leur surface. Au fil des siècles, les roches se sont enrichies d’un nouveau décor : les vignes de figues étrangleuses s’enroulent autour d’elles et pénètrent dans les crevasses ; de sombres mares d’eau cachent anguilles et crabes ; et les toiles d’araignées géantes d’or en soie, d’araignées tisseurs d’or s’étendent entre les pinacles.

Une série de cordes, d’échelles et de ponts, mènent le visiteur à travers un sentier qui s’enroule tout autour et au-dessus des rochers – des creux profonds qui n’ont jamais vu le soleil, aux plates-formes d’observation en équilibre précaire sur les pics calcaires. Des huppes malgaches et des aigles pygargues à tête blanche et des sifakas de Von der Decken, visages noirs émergeant de manteaux de fourrure blanche, s’enfoncent dans cette forêt grise épineuse, un peu plus à l’aise parmi les rochers acérés que leurs cousins humains.

A une dizaine de kilomètres de là, dans la deuxième partie du parc. A Grand Tsingy,  notre guide ajuste son baudrier et vérifie ses mousquetons avant de s’élancer sur la piste. Il commence, de façon trompeuse, par une montée facile à travers la forêt, avec les cris des sifakas lointains qui résonnent dans les arbres, et les perroquets noirs qui passent au-dessus.

Le sentier s’arrête brusquement sur une falaise dont le sommet n’est pas visible du sol. Une série de clous est enfoncée dans la paroi rocheuse jusqu’en haut, d’épais fils de fer étant enfilés entre eux. notre guide attache ses mousquetons au premier fil et se tire sur un rebord étroit. Il s’agit d’une longue et lente ascension de 60 mètres, qui consiste à attacher et à rattacher les mousquetons, à trouver une base solide sur de minces marches en pierre taillées dans le calcaire et à enjamber des échelles qui enjambent des fissures dans la roche. Si vous allez lentement, lentement, lentement, vous n’avez pas à avoir peur « , previent notre guide . « Lentement, lentement, lentement, et vous pouvez voir le chemin devant vous. L’échelle des Grands Tsingy est révélée au sommet, avec vue sur les pinacles qui s’étendent loin dans la forêt. Il faut plusieurs heures pour naviguer dans le reste du parc, se faufiler autour des rochers, franchir des ponts de corde qui grincent comiquement, descendre dans de vastes grottes et ramper dans des tunnels.

De retour dans la forêt avec le soleil à son plus haut et plus féroce, tout est calme. Dans la fourchette d’un arbre, un lémurien bouge dans son sommeil, peut-être perturbé par un rêve. Une femelle sifaka, les bras posés sur ses genoux, la longue queue suspendue entre les branches, regarde en bas. Elle regarde pendant un moment, puis ses yeux oranges se ferment lentement. La forêt a la bonne idée « , dit notre guide en s’essuyant le front de l’effort de la journée. C’est l’heure de la sieste.

Parc national d’Andasibe-Mantadia

Approchez-vous d’une foule de lémuriens dans les forêts tropicales brumeuses de l’est du pays.

Il fait froid sur le plateau central de Madagascar. Des plaques de nuages flottent sur les collines parsemées d’eucalyptus, de gomme douce américaine, d’azalées et de magnolias. Suspendues à leurs branches, des gouttelettes d’eau gonflées, prêtes à tomber sur le sol humide avec une pincée satisfaisante. Les grenouilles arboricoles crient et gazouillent et observent leur présence à travers la bruine, gardant les geckos à queue feuillue et les araignées à longues pattes sous la canopée.

Nous nous frayons un passage à travers les sous-bois, passant à travers les vignes de diverses plantes et balayant les branches de la taille d’un canoë de fougères géantes. Notre guide fait une pause, pousse son chapeau de paille à l’arrière de sa tête et fixe la cime des arbres.

Ils sont très loin « , murmure-t-il en fronçant les sourcils. « Mais nous devons quand même être très calmes. Il plonge dans un buisson de bambous. A chaque pas, ses pieds s’enfoncent dans la boue collante d’un feuillage en décomposition. Au sommet d’une colline escarpée, il s’arrête de nouveau. En quelques minutes, un gémissement aigu se lève, tombe et remonte. D’autres gémissements s’y joignent, comme si un orchestre de musiciens aux trompettes cassées s’était installé dans la forêt.

Maintenant, vous entendez le chant de l’indri « , dit-il, et regardez de nouveau dans les cimes des arbres. Trois boules silhouettées sont enroulées dans les branches supérieures. Les membres apparaissent des corps poilus et l’indri prend forme : pieds et mains noirs, jambes et bras blancs, oreilles rondes encadrant un visage noir et une longue queue noire. Les trois créatures – un mâle, une femelle et leur bébé – commencent à se toiletter sous la pluie fine, en s’attaquant mutuellement leurs manteaux avec leurs doigts osseux. Le mâle se jette dans un arbre voisin, et sa famille le rejoint bientôt. Ils se balancent à travers les branches et disparaissent.

Les gens d’ici ne feront pas de mal à l’indri « , dit notre guide, qui s’en va lentement à sa poursuite. C’est tabou. Nous les appelons babakoto – père de l’homme. La croyance est qu’un jour, il y a longtemps, l’indri a sauvé un petit garçon perdu dans la forêt. Pour cela, nous prendrons toujours soin d’eux.

L’indri est le plus grand primate de Madagascar (le lémurien géant, de la taille d’un gorille à dos argenté, a disparu depuis environ 600 ans). Jusqu’à 70 groupes familiaux vivent dans le Parc National d’Andasibe-Mantadia, et la forêt tropicale chante régulièrement avec leurs appels territoriaux, le son voyageant sur plus d’un mile. C’est un peu plus difficile de les voir, mais Andasibe a d’autres distractions si une observation s’avère insaisissable.

Il y a des sifakas à face floue et à pattes de gingembre, que l’on ne trouve que dans cette partie du pays ; les formes exotiques de charançons girafes, dont la tête est portée sur un cou maigre quatre fois plus long que leur corps rouge ; des lémuriens en bambou pelucheux qui arrachent les feuilles des plantes qui portent leur nom ; et les arbres malgaches qui s’egorgent sous les troncs des palissandre, les langues bleues qui se tortillent sous leurs yeux noirs.

Notre guide n’est pas un homme à se laisser influencer par sa recherche presque révérencieuse du babakoto, malgré plusieurs heures passées à se frayer un chemin dans la forêt. Je suis comme l’indri, dit-il, émergeant brièvement dans la lumière du soleil au bord d’un petit lac. « J’ai besoin d’être dans la forêt tous les jours. Il se retourne dans les sous-bois et est bientôt perdu de vue.

Canal des Pangalanes

Il est temps de se détendre avec un méandre paresseux le long de canaux verdoyants et de lacs bordés de plages, à la recherche de l’insaisissable aye-aye.

La demi-lune projette une lumière argentée à travers la forêt. Les lucioles clignotent entre les arbres, leurs branches projetant des ombres noires qui se tordent et ondulent au vent. Il n’y a pas de son si ce n’est le léger claquement de l’océan Indien qui frappe le rivage à près d’un mille de là. Il y a un bruissement soudain, et une forme sombre apparaît sur un arbre voisin. La poutre de la torche pivote vers le haut et révèle un rat arboricole. Il regarde en arrière avec surprise, puis s’écrase.

Les rats des arbres ne sont pas la raison pour laquelle les gens viennent ici. Il y a une longue attente dans l’obscurité pour l’attraction principale. Quand il arrive, il arrive silencieusement, un monstre qui sort de l’ombre dans un cauchemar. Une seconde il n’est pas là, l’instant d’après il est là : un étrange désordre d’yeux rouges et croisés, une fourrure inégale, d’énormes oreilles noires et ébouriffées, des dents tordues et un souffle qui râpeux. Ses longs doigts griffonnent dans une noix de coco, grattant la chair et l’enfonçant bruyamment dans sa bouche.

Le malheureux aye-aye était autrefois si rare qu’on pensait qu’il était éteint. L’espèce figure toujours sur la liste des espèces en voie de disparition et est protégée ici, dans une petite réserve insulaire à l’est de Madagascar. Les gens avaient l’habitude de tuer les aye-aye « , raconte notre skipper, poussant de l’île dans son long bateau. Ils croyaient que si vous en voyiez un dans la nature, c’était un signe de danger. Les gens pensaient qu’ils ne vivraient pas longtemps après aspect sauvage de l’aye-aye ne correspond en rien à l’environnement décidément peu effrayant de sa maison dans le système des Pangalanes, une série de cours d’eau naturels et artificiels qui s’étendent sur 400 kms le long de la côte. Construits au XIXe siècle, les canaux ronronnent encore d’activité. A l’aube, des cargos à large fond montent jusqu’à la ville principale de Toamasina, chargée de charbon de bois, de bois et de feuilles de ravenala en éventail. Les pêcheurs pagayent jusqu’à leurs casiers dans des pirogues en bois, tirant les filets vers le haut pour vérifier la présence de poissons tilapias. Un éclair d’orange et de bleu révèle la compétition pour une prise sous la forme d’un martin-pêcheur de Madagascar.

Pour aller n’importe où, pour faire n’importe quoi, on va en bateau « , dit notre guide, la main sur le moteur extérieur alors que son bateau parcourt les eaux douces d’un canal étroit, la végétation sur ses rives se reflète parfaitement en dessous. « Toutes les affaires se font sur l’eau. Il crie bonjour aux femmes assises dans les bas-fonds, frottant des casseroles en fer blanc pendant que leurs enfants éclaboussent dans les environs. La fumée dérive à travers les arbres des villages situés derrière eux, où les crevettes d’eau douce sont rôties sur le feu.

J’aime explorer « , poursuit’il alors qu’il dirige le bateau vers un autre passage, ses rives débordant de pins à vis à l’aspect préhistorique. Rien n’est mieux que la liberté d’être à l’extérieur. Les canaux cèdent la place à de larges rivières, l’eau devient agitée, et finalement à de larges lacs, dont les rives sont bordées de plages de sable. Les lémuriens viennent parfois sur le bord pour boire, mais il n’y a aucun signe d’eux aujourd’hui ; seulement un héron qui s’élance de la souche d’un eucalyptus et monte au-dessus des arbres. Les cieux se préparent à un show-stopper d’un coucher de soleil, jetant des roses, des mauves et des ors sur les eaux du lac.

Si, comme le suppose la superstition locale, un aperçu d’un aye-aye signifie que la mort est imminente, c’est très loin ce soir.

Les autres grandes migrations du monde naturel

Vous connaissez donc l’énorme boucle que les gnous d’Afrique font autour du Serengeti chaque année, et le mouvement massif des baleines à bosse entre leurs aires d’alimentation antarctiques et leurs aires de reproduction subtropicales.Mais savez-vous aussi que la nature recèle bien d’autres spectacles moins connus et moins connus qui impliquent un grand nombre de créatures en mouvement ? Voici où voir de vos propres yeux huit des migrations les plus excentriques du monde.

 

Flamants roses

Chaque année en août, les flamants roses nomades d’Afrique subsaharienne affluent vers les lacs de la vallée du Grand Rift en Afrique de l’Est – principalement le lac Bogoria au Kenya – pour se nourrir d’immenses fleurs d’eau d’algues bleu-vert microscopiques (cyanobactéries appelées spirulines), avant de voler vers le lac Natron au nord de la Tanzanie pour se reproduire et nicher vers novembre. Avec un nombre de flamants roses de plus de deux millions sur chacun de ces deux lacs, ces mers roses en mouvement sont un spectacle à couper le souffle.

Méduses dorées
Alors que les méduses sont connues pour dériver dans les courants océaniques, les méduses dorées du célèbre lac Jellyfish des Palaos – qui ne sont pas toxiques pour les humains – effectuent une migration quotidienne unique qui suit l’arc du soleil dans le ciel. Chaque matin, ces animaux au corps mou se regroupent sur la rive ouest de ce lac marin micronésien pour effectuer une migration horizontale vers le soleil levant, s’arrêtant juste avant les ombres formées par les arbres au bord du lac où vivent leurs prédateurs primaires, les anémones. Après une pause sous le soleil levant, les méduses font le retour en début d’après-midi.

Papillons monarques

Chaque année, en septembre ou en octobre, les monarques monarques noirs et dorés commencent leur migration de masse à partir de leurs aires de reproduction du sud du Canada et de l’est des États-Unis vers des sites d’hivernage au centre du Mexique et en Californie, où ils se blottissent dans les arbres par millions. Mais contrairement à d’autres animaux qui effectuent des migrations épiques, ces papillons individuels ne reviendront jamais. Lorsque les insectes recommenceront à voler vers le mois de mai, les femelles s’arrêteront en route pour pondre leurs œufs. En quelques jours, les œufs éclosent en chenilles rayées et consomment de grandes quantités d’asclépiades avant de former une chrysalide et de se transformer en papillons adultes. Les nouveaux papillons s’envolent ensuite vers le ciel pour parcourir quelques centaines de kilomètres de plus vers le nord avant de répéter le processus pendant jusqu’à cinq générations pour terminer le voyage.

Sterne arctique


Quelle distance parcourriez-vous pour fuir l’hiver ? Pour les sternes arctiques, cela signifie quitter leurs aires de reproduction estivales au Groenland pour voler jusqu’à la mer de Weddell, sur les rives de l’Antarctique, avant de revenir à la fin de  l’été austral dans ce qui est connu comme la plus longue route migratoire de tous les animaux sur Terre. Les oiseaux, qui se nourrissent de l’eau pendant qu’ils sont en vol, ne volent même pas directement, empruntant une route en forme de S de plus de 70 000 kilomètres dans les deux sens, un voyage que l’on estime à trois voyages aller-retour vers la lune au cours des 34 ans de leur vie moyenne.

Homards épineux

Trouvés à travers les Caraïbes, ces crustacés sans griffes subissent l’une des migrations les plus inhabituelles sous la mer. Au début de chaque été, ils s’alignent dans des files d’attente ressemblant à des lignes de conga pouvant atteindre 50 individus et se dirigent vers le large, en eaux plus profondes, à travers le fond de l’océan. En plus d’éviter les tempêtes estivales qui ont tendance à fouetter les Caraïbes, on pense aussi que les femelles productrices d’oeufs peuvent favoriser le développement de leurs oeufs en se déplaçant dans des eaux plus fraîches. À l’arrivée de l’automne, les homards retournent dans des eaux moins profondes pour se reproduire. Bien qu’on ne sache pas exactement pourquoi les homards forment une seule ligne, certains scientifiques ont émis l’hypothèse que la formation de conga aide à protéger les arthropodes des prédateurs.

Requins-marteaux

On comprenait peu de choses sur les schémas migratoires des requins-marteaux jusqu’en 2011, année où une étude de l’Université de Miami a suivi avec succès un requin-marteau qui a parcouru 1 200 kilomètres du sud de la Floride au milieu de l’Atlantique, au large des côtes du New Jersey, en 62 jours. Les rassemblements de masse de ces poissons nomades dans une zone située entre les îles Galápagos en Équateur, l’île Malpelo en Colombie et l’île Cocos au Costa Rica, connue sous le nom de  » triangle des requins marteaux « , sont toutefois mieux connus. Bien qu’on puisse observer des requins-marteaux dans cette région tout au long de l’année, ils convergent vers l’île inhabitée de Cocos, à 550 kilomètres au large de la côte ouest du Costa Rica, en groupes pouvant atteindre 200 individus pendant les mois d’été, attirés par les crues de nutriments.

Chauve-souris frugivores

Chaque année, en octobre, le ciel d’Afrique centrale s’assombrit alors que plus de 10 millions de chauves-souris frugivores de couleur paille font leur pèlerinage annuel du bassin du Congo au parc national de Kasanka en Zambie pour se nourrir des mûres, mangues, loquat sauvage et fruits rouges du lait qui apparaissent en abondance à cette période de l’année. Au cours de ce que l’on appelle la plus grande migration de mammifères au monde, les chauves-souris dévorent environ deux kilogrammes de cette ambroisie fruitée chaque nuit, laissant les arbres dépouillés de leur succulente abondance au moment du départ des créatures nocturnes vers la fin décembre.

Couleuvre à flancs rouges

À la fin de l’automne, chaque année, des milliers de couleuvres à flancs rouges parcourent jusqu’à 32 kilomètres pour hiberner ensemble dans d’immenses tanières au Manitoba, au Canada, dans ce qui est annoncé comme le plus grand rassemblement de serpents au monde. Au printemps, l’émergence massive des serpents – avec plus de 100 000 reptiles qui sortent de leur tanière en même temps – crée un spectacle qui n’est pas pour les personnes au cœur fragile. Après s’être répandus pour se nourrir pendant les mois d’été, les serpents légèrement venimeux, qui ne sont pas agressifs envers les humains, peuvent également être vus de retour dans leur aire de mise bas vers septembre.

Les meilleurs road trip du Monde

Il n’y a rien de tel que la liberté de la route, mais qu’il s’agisse d’un dimanche en voiture sur les routes secondaires de la campagne française ou d’une épopée continentale, vous devrez choisir les bonnes voitures, pour tirer le meilleur parti de votre voyage.

 

The Kimberley, Australie-Occidentale

  • Voitures conseillées : Toyota Land Cruiser ou Nissan Patrol
  • Combien de temps : Une à deux semaines
  • Points forts : le ciel nocturne, la baignade dans les gorges

La chaleur étouffante, les pistes et routes défoncées et des centaines de kilomètres de poussière rouge ne sont pas l’idée que tout le monde se fait du plaisir, mais traverser l’outback australien et cette célèbre route à travers la dernière frontière de l’Australie est une aventure épique. De vastes savanes parsemées de bosquets s’étendent jusqu’à l’horizon tandis que des chaînes rocheuses cachent des bassins bordés de fougères, des chutes d’eau et de l’art rupestre ancien.
Cet itinéraire éloigné est jonché d’épaves de routes, alors oubliez les prétendus tout-terrain – vous aurez besoin d’un vrai 4×4 qui peut traverser des criques inondées et remplies de crocodiles, grimper sur des rochers. Choisissez une Toyota ou une Nissan, vous aurez plus de chances de trouver des pièces lorsqu’elle tombera en panne. Et, vu le nombre de coups qu’il vont recevoir, mieux vaut qu’il ne soit pas vraiment la vôtre !
Autres solutions des loueurs spécialisé proposent des camping-cars 4×4 tout équipés pour affronter la Gibb.

Toronto,Ontario à Vancouver, Colombie-Britannique, Canada

  • Durée : 8 à 10 jours
  • Points forts : grands horizons, montagnes majestueuses, lacs…

Les vastes routes et le grand ciel de la Saskatchewan et du Manitoba s’ont l’endroit parfait pour les claustrophobe. Se déplacer à travers des paysages arides avec rien à voir sur des centaines de kilomètres peut être libérateur, et un bon moyen de décompressez bon marché.
Toronto est un bon point de départ. Avec un peu de créativité et (quelques nuits entières à dormir dans la voiture), des détours intéressants sont possibles, comme la promenade des Glaciers dans les Rocheuses. L es incontournables sont les villes de Banff, Lake Louise , Jasper ainsi que Kamloops et enfin Vancouver pour terminer et enfin déguster un bon plat de fruits de mer.

Novossibirsk, Sibérie à Kyzyl, République de Touva, Russie

  • Voitures conseillées : camping-car 4 roues motrices
  • Combien de temps : une à deux semaines (de Novossibirsk)
  • Points forts : le lac au bout du monde

Si la terre était carrée, la République de Touva, peu connue en Russie, nichée entre la Sibérie et la Mongolie, se trouverait sur un bord. Et à ce bord, il y a un lac, le légendaire Khindiktig Khol; vierge, entouré de prairies, de montagnes enneigées et de kilomètres de tourbières avalées par les véhicules. Personne ne va vous louer un véhicule pour ce voyage – juste pour atteindre le point de départ de Novossibirsk implique un trajet en voiture de +10.000 km depuis Paris.
Une fois sur place, dirigez-vous vers le sud en direction de l’Altaï, et juste à l’extérieur de Kosh-Agach, prenez la  » piste de Tuva « . Apportez quelque chose de robuste, car vous suivrez surtout les ornières de roue à travers la steppe, les rivières à gué, les cols rocailleux parsemés de bouteilles de vodka et vous demanderez votre chemin à l’occasion d’une yourtes étrange. Un véhicule dans lequel vous pouvez dormir est indispensable ; mieux vaut partir à plusieurs (pour pousser et se sortir dans les tourbières). Une fois sorti du lac, il est plus facile de se rendre en voiture jusqu’au Kyzyl, le  » Centre de l’Asie « autoproclamé, où les voyelles sont difficiles à lire.

Sud de la Baja California , Mexique

  • Voitures conseillées : Coccinelle
  • Combien de temps : une semaine à un mois
  • Points forts : surf,fruits de mer et soleil

Les journaux regorgent d’histoires d’horreur dans la région frontalière du nord du Mexique, mais le fond de la péninsule de Baja est considéré comme l’une des régions les plus amicales et les plus sûres du pays. C’est aussi le berceau du surf légendaire, et la côte sauvage est parsemée de petits villages de pêcheurs.
Déserts, canyons,réserves naturelles et montagnes forment l’intérieur du pays,tandis que la route 1, la Carretera Transpeninsular, y donne accès.L’omniprésent Coccinelle de Woslkvagen, hecho en Mexico (fabriqué au Mexique), est le moyen de transport discret parfait pour vous aider à vous fondre dans la masse comme un local.

Namibie et Botswana

  • Voitures conseillées : Land Rover Defender 4RM
  • Combien de temps : de deux semaines à deux mois
  • Points forts : la faune migratrice

Que vous soyez à la poursuite d’animaux sauvages dans le delta de l’Okavango et le parc national de Chobe au Botswana, ou de vagues et de naufrages le long de la côte déserte de la Namibie, vous aurez besoin d’un véhicule 4×4 .
A la fois dans le désert du Kalahari et dans le désert du Namib, voir les sites touristiques (paysages incroyables, faune et population) dans les deux pays implique de parcourir de nombreuses pistes sablonneuses, et les habitants préfèrent le Defender plus léger que les autres 4×4. Il est possible de louer des Land Rover Defenders entièrement équipés.

Côte d’Amalfi, Campanie, Italie

  • Voitures conseillées : Fiat 500
  • Combien de temps : Un après-midi ensoleillé
  • Points forts : Positano coloré

Vous pensez à une Ferrari ? Réfléchissez encore. Pour en louer-une, vaut mieux avoir les moyens. A l’autre bout de l’échelle se trouve la mythique Fiat 500, l’une des plus petites voitures jamais construites, avec un moteur deux cylindres refroidi par air produisant moins de puissance que la plupart des tondeuses à gazon modernes. Pourtant, ce classique italien est le véhicule idéal pour longer la S145 et la S163, des plus pittoresques, entre Sorrente et Salerne, dans le sud de l’Italie, en longeant la falaise.
Avec autant de patrimoine historique, de touristes et de villages de cartes postales perchés au-dessus de la mer couleur azur, la côte amalfitaine ne doit pas être traversée à la hâte. Et avec une Fiat Cinquecento, ça n’arrivera jamais.

Route 50, États-Unis

  • Voitures conseillées : Ford Mustang ou Dodge Challenger
  • Combien de temps : Une à trois semaines
  • Points forts : La solitude du désert

Alors que de plus en plus de voyageurs redécouvrent le plaisir de la Route 66, la  » route la plus isolée d’Amérique  » – alias la Route 50 – est largement inconnue en dehors des Etats-Unis. Reliant les côtes du Pacifique et de l’Atlantique, et plus longue d’environ 1000 km que sa célèbre sœur, la Route 50 traverse des déserts, des montagnes isolées et des terres agricoles du Midwest au départ de Sacramento en Californie jusqu’ à Ocean City dans le Maryland. La partie ouest des badlands du Nevada et de l’Utah est particulièrement peu développée et a été le lieu du classique road movie de1971, ‘Vanishing Point’. Bien sûr, vous pourriez utiliser n’importe quelle voiture, mais pour une bonne dose de rêve et de culture américaine, assurez-vous que c’est un poney.
Louer une Mustang des années 60 aux Etats-Unis n’est pas bon marché (bien que vous puissiez en acheter une moins chère qu’en France). La plupart des entreprises de location peuvent fournir des version récentes

The Big One – Melbourne, Australie à Londres, Angleterre

  • Voitures conseillées : quelque chose de robuste et simple à la fois
  • Combien de temps : De 6 mois à 1 an
  • Points forts : La Chine

Un filet régulier de guerriers de la route purs et durs s’embarquent dans ce voyage des plus engagés. Visez Darwin par la côte ou par le Centre . Expédier votre véhicule directement à Singapour ou à Port Klang en Malaisie, ou sauter la barge en direction de Timor L’Este et traverser l’Indonésie en car ferry. L’Asie du Sud-Est est à vous alors que vous vous dirigez vers la frontière chinoise au Laos.
Il est possible de traverser la Chine dans votre propre véhicule si vous réservez à l’avance un guide auprès d’une agence de voyage chinoise accréditée. De la Chine, dirigez-vous vers l’ouest en passant par le Stans, ou vers le nord en passant par la Mongolie jusqu’en Russie, et ensuite vers la Trans-Siberienne. Prenez tout ce qui, à votre avis, le rendra léger, solide et simple. Vous vous efforcerez d’achever ce voyage dans six mois, mais encore une fois,pourquoi se presser ?

Une nouvelle façon de voir les gorilles de l’Ouganda

Partager du temps avec les gorilles des montagnes dans la nature sauvage des forêts tropicales d’Afrique est tout à fait magique: rien ne vous prépare à leur beauté pure et vive, à leurs yeux bruns sournois, à leurs expressions étonnamment humaines ou à leur comportement extraordinairement doux. Cette rencontre spéciale ne dure normalement qu’une heure précieuse, mais l’Ouganda offre une nouvelle expérience étendue dans une évolution passionnante du suivi des gorilles.

 

Gorilles de montagne

Seulement 900 gorilles de montagne parcourent les forêts pluviales du Parc National de Bwindi en Ouganda occidental et les montagnes des Virunga qui traversent les frontières du sud de l’Ouganda, du Rwanda et de la République Démocratique du Congo. On ne les trouve nulle part ailleurs dans la nature. Une fois sur le point de disparaître, leur survie est l’une des plus grandes réussites de l’Afrique en matière de conservation.

Le mammologue renommé George Schaller a été le premier à étudier les gorilles à la fin des années 1950. Mais c’est Dian Fossey qui a attiré l’attention internationale sur leur sort et les a étudiés pendant 18 ans dans le Parc National des Volcans du Rwanda. Elle vivait avec eux dans la forêt, recueillait des fonds pour les gardes et protégeait les gorilles malgré le danger extrême des braconniers, aboutissant à son meurtre non élucidé en 1985. A cette époque, Fossey avait estimé que seulement 250 gorilles avaient survécu, menacés par la perte d’habitat, le braconnage extensif et les tirs croisés des guerres civiles.

A Bwindi, pour financer les efforts de conservation, le soi-disant tourisme des gorilles a commencé en 1993, lorsque le groupe Mubare est devenu la première famille à être pleinement habituée ou familiarisée aux humains. Aujourd’hui, le parc crée un nouveau précédent en créant une expérience pour les visiteurs qui consiste à suivre des groupes semi-habitués – et il donne un aperçu fascinant de l’un des animaux les plus menacés au monde.

Rencontres traditionnelles

Aujourd’hui, Bwindi abrite environ 400 gorilles, avec 12 familles complètement habituées disponibles pour le pistage. La journée commence au siège du Parc à Buhoma, où les invités sont assignés à leur groupe de gorilles et guidés avant d’être informés des règles essentielles qui aident à protéger les primates et les personnes.

Partageant 98% de l’ADN humain, les gorilles sont extrêmement sensibles à nos infections (un rhume commun pourrait les tuer) et les visiteurs sont donc priés de ne pas marcher s’ils sont malades. 8 personnes seulement sont autorisées à traquer chaque famille de gorilles, ne restant qu’une seule heure en leur présence. Les règles stipulent également que les visiteurs ne devraient jamais se rendre à moins de 7m des singes géants, mais il arrive que les gorilles franchissent ce seuil et s’approchent de vous à une distance de presque une course. Cependant, résistez toujours à la tentation de les toucher. Bien qu’ils soient habituellement calmes, ils peuvent facilement être surpris par le flash de l’ appareil photo, les voix fortes ou les mouvements soudains.

Certains groupes ne sont qu’ à une courte distance de marche de Buhoma, mais d’autres peuvent prendre jusqu’ à cinq heures.

Bwindi est surnommée la forêt impénétrable pour une bonne raison: une jungle dense de 321 km2, c’est un véritable défi pour les randonneurs, avec des vignes enchevêtrées et une végétation étalée sur un terrain boueux et escarpé. Pour environ 15 €, vous pouvez louer un porteur pour transporter vos bagages et vous aider à négocier les sentiers difficiles et glissants .

La récompense de voir les gorilles plus que compenser l’effort de les atteindre – être avec ces géants incroyablement doux est une expérience vraiment émouvante. Envoûtant à regarder, votre heure  autorisée s’envole pendant qu’ils continuent leurs activités quotidiennes  manger,  dormir,  lustrer et  jouer, habituellement en prêtant peu d’attention aux spectateurs. Les jeunes se courent les uns après les autres, se balancent dans les arbres, rient et crient comme des enfants. Les mamans s’occupent des bébés, les tètent et les bercent, et le grand papa dos argenté veille sur l’ensemble.

Les gorilles ne sont pas toujours aussi placides en présence des gens: il faut du temps et de l’effort pour parvenir à cette attitude détendue, presque nonchalante dans un processus connu sous le nom d’accoutumance. L’excitante nouvelle expérience de Bwindi avec les gorilles vous permet de participer à ce processus en suivant un groupe qui n’est que semi-habitué. Pendant l’habituation, les pisteurs visitent des groupes de gorilles sauvages tous les jours pendant environ trois ans, se rapprochant progressivement et passant plus longtemps en leur compagnie. Au stade semi-habituel, les primates sont familiers des pisteurs mais pas des étrangers, donc cette nouvelle expérience peut maintenant les aider à s’habituer à voir différentes personnes.

Dans les rencontres traditionnelles, les pisteurs ont déjà trouvé les gorilles et ils vous emmènent directement à eux. Au lieu de cela, cette expérience de quatre heures commence là où les gorilles ont été vus pour la dernière fois le soir précédent. Vous marchez avec les pisteurs, en apprenant les signes révélateurs qui finissent par mener à l’habitat des primates, tels que les empreintes d’articulations dans la boue, la végétation déformée et cassée et les restes de nourriture. Les gorilles construisent de nouveaux abris chaque nuit puis partent à la recherche de nourriture: ce qu’ils laissent derrière eux est vital pour vérifier leur état de santé et leur nombre. Dans les abris, l’équipe prélève des échantillons de poils et de fumier avant de poursuivre les recherches.

C’est seulement lorsque vous trouvez les gorilles que le vrai défi commence. Le point d’accoutumance est de suivre le groupe et de rester dans sa vision au fur et à mesure qu’il se déplace, en s’approchant par la suite pour atteindre s’ en jamais approcher de la limite de 7 mètres. Mais à la différence des groupes habitués à se meugler patiemment pendant l’heure autorisée, ces gorilles se déplacent rapidement pour se nourrir, s’élançant à travers une forêt tropicale dense, prenant d’assaut les pentes glissantes et rampant sur des joncs à travers les buissons, avec vous et l’équipe de pisteurs à la poursuite. C’est comme un camp d’entraînement dans la forêt tropicale humide, et ce n’est pas pour les personnes en incapacité physique .

Bien que tous les gorilles soient sauvages, certains sont plus sauvages que d’autres et ces gorilles semi-habitués ont un air d’imprévisibilité. Il y a un risque accru que le dos argenté se charge, mais c’est presque toujours un avertissement plutôt qu’une attaque – vos pisteurs vous auront informé de rester calme, accroupis et détournés les yeux. C’est plus facile à dire qu’ à faire…

Quand ils sont encore, vous restez immobile, imitant leur comportement pour les mettre à l’aise. Vous vous accroupissez quand ils le font, copiez-les en ramassant de l’herbe en prétendant la manger, et parlez avec eux en langue gorille, une série de vocalisations qui ont des significations spécifiques. Avoir une réponse de gorille à votre gargouillement à gorge basse, signifiant le contentement, est tout à fait épineux.

 

Quelle méthode choisir ?

Le suivi traditionnel, qui coûte environ 600 € par permis à Bwindi (aujourd’hui 1500 € dans le Parc National des Volcans du Rwanda), offre une garantie virtuelle que vous verrez les gorilles de près et personnellement dans une ambiance détendue, voire docile, pour une heure inoubliable.

L’expérience d’habituation des gorilles coûte 1 500 € et dure quatre heures, mais le temps que vous passez en leur compagnie dépend du temps qu’il faut pour les trouver. Il se peut que vous ne soyez pas très proche des gorilles et être en poursuite peut être physiquement difficile et épuisant. Vous pourriez également passer un peu de temps à les regarder dormir, mais vous en apprendrez beaucoup plus sur ces animaux géniaux dans cette rencontre plus éduquée et immersive.

Quelle que soit l’option que vous choisissez, le suivi des gorilles de montagne est extraordinaire, évoquant une connexion profonde avec nos cousins les plus proches dans une expérience vraiment enrichissante et inoubliable.

Voyager dans le train lent de Madagascar


On pourrait dire qu’il faut 12 à 24 heures pour parcourir les 163 km qui séparent les hauts plateaux de Madagascar de la côte de l’océan Indien est un moyen de transport plutôt lent et inefficace. Oui, mais c’est là le problème. Voyager sur le chemin de fer Fianarantsoa-Côte Est (FCE) n’est pas vraiment une question d’aller d’un point A à un point B – c’est une question de voyage.
Le train fait la navette entre les villes de Fianarantsoa dans les hautes terres (altitude 1100m) et Manakara sur la côte. La pente de la ligne explique en partie sa lenteur – les pannes constantes et les cargaisons lourdes sont le vrai problème. Le train traverse des zones non accessibles par la route, c’est donc une bouée de sauvetage pour les communautés locales qui l’utilisent pour faire du commerce et voyager. C’est ce spectacle étonnant – les paysages sans route et le chargement/déchargement théâtral à chaque station, 18 au total – qui rendent le voyage si spécial.
Ce genre de voyage lent (et imprévisible) n’est pas pour tout le monde. C’est soit votre idée d’une expérience authentique, soit votre pire cauchemar dans vos deux semaines de vacances soigneusement planifiées. Nous ne jugerons pas ; tout ce que nous dirons, c’est que la meilleure façon d’aborder ce voyage est d’être prêt à faire face aux retards inévitables et de les intégrer à votre itinéraire.

Un peu d’histoire
Le chemin de fer FCE a été construit par l’administration coloniale française entre 1926 et 1936 pour ouvrir la côte est et faciliter l’exportation des produits agricoles de cette région fertile. Les rails ont été importés d’Allemagne, les voitures de Suisse.
A son apogée, le chemin de fer comptait deux locomotives, avec cinq services par semaine transportant 150.000 passagers et 20.000 tonnes de fret par an. Malheureusement, Madagascar passant d’une crise politique et économique à l’autre depuis les années 1960, peu d’argent a été investi dans l’entretien du chemin de fer, ce qui explique les retards record et les déraillements et pannes en série. Il n’y a plus qu’une seule locomotive et seulement deux trains de voyageurs par semaine (et un seul train de marchandises), ce qui entraîne un surpeuplement et une surcharge.
Les voitures aussi ont connu des jours meilleurs : vous aimerez peut-être l’idée de voyager en deuxième classe, mais un coup d’œil au visage consterné du chef de gare à votre demande, et un coup d’œil rapide à la voiture, mettront probablement votre plan en ordre de paiement rapide. C’est donc une première classe, et ce n’est pas un mauvais choix : les sièges sont relativement confortables, le verre est clair et les fenêtres s’ouvrent et se ferment.

L’itinéraire
Le trajet en montagne est sans doute le plus pittoresque : le train serpente à travers des versants montagneux escarpés parsemés de forêts, de chutes d’eau, de champs en terrasses et de plantations fruitières. Avec tant de montagnes à relier et de rivières à traverser, il n’y a pas moins de 48 tunnels, 67 ponts et quatre viaducs, dont celui spectaculaire d’Ankeba, qui domine de 40 m une mer de rizières.

Traverser des paysages aussi majestueux, c’est voyager en train à son meilleur : la vitesse est lente (20 km/h en moyenne), les fenêtres sont généralement laissées ouvertes pour que l’air se remplisse de l’odeur des branches que le train balaie. Vous pouvez rapidement discuter avec vos voisins, qu’il s’agisse de touristes ou de Malgaches. Vous avez l’impression d’avoir fait une pause de quelques heures dans le rythme effréné du XXIe siècle.

L’environnement commence à changer autour de Fenomby, environ 100 km après le début du voyage – le paysage est plus plat, l’air est plus chaud et les rizières et les palmiers remplacent les pentes boisées.
Une bouée de sauvetage pour la population locale
A part le paysage, l’un des points forts du voyage est l’arrêt de la gare. Oubliez les deux minutes que vous avez en Europe pour monter ou descendre du train, ici un arrêt signifie au moins 30 minutes, parfois quelques heures, pour permettre à l’équivalent en train du sac de Mary Poppins de charger et décharger une quantité impossible de bananes, litchis, sacs de riz, meubles en plastique et autres objets précieux de fret.
Les passagers ont donc tout le temps de se dégourdir les jambes et de profiter du spectacle. La zone de chalandise du FCE est immense : les gens parcourent jusqu’à 50 km pour monter dans le train ou faire monter leurs produits, les gares sont donc toujours en effervescence. Pour des dizaines de petits commerçants, c’est aussi l’occasion de compléter leur vie en vendant des beignets, des brochettes, des bonbons et des snacks aux voyageurs affamés. Les épices locales, en particulier le poivre noir et le poivre rose, font de jolis souvenirs ou cadeaux.
Il est indéniable que quelque part entre le troisième et le dix-septième arrêt, la nouveauté s’estompe quelque peu. Mais c’est la combinaison de toutes ces choses – l’authenticité, les paysages, la bonne compagnie, l’expérience unique – que les gens apprécient habituellement. Et dans un pays où les voyageurs peuvent passer beaucoup de temps dans les limites d’un véhicule sur des routes épouvantables, la possibilité de voyager dans un confort relatif tout en lisant un livre et en admirant les paysages et le folklore de Madagascar, est tout simplement trop belle pour la manquer.
Apportez suffisamment de nourriture et d’eau pour au moins deux repas (déjeuner et dîner), ainsi que des collations. Vous pourrez également acheter des fruits, des biscuits et des boissons en bouteille dans les gares. Les aliments vendus dans la rue sont accompagnés des mises en garde habituelles.
Apportez un livre, un jeu de cartes, des jeux de voyage, etc. pour passer le temps.
Bien qu’il y ait de la lumière dans la nouvelle voiture, emportez une lampe frontale au cas où (il fait sombre à partir de 18h).
Il fait froid dans les hautes terres et la nuit, alors assurez-vous d’avoir un pull ou une veste avec vous.
Un oreiller de voyage vous permettra de faire des siestes impromptues ou une nuit de sommeil à votre insu….
Il y a des toilettes à bord, mais elles se remplissent habituellement avant la fin du voyage, alors vous devrez peut-être répondre à l’appel de la nature, enfin, dans la nature.

Les paysages les plus pittoresques se trouvent entre Sahambavy et Fenomby, il est donc généralement préférable de prendre le train de Fianarantsoa à Manakara pour s’assurer que vous voyagez à travers ce tronçon en plein jour.
Pensez à monter ou descendre du train à Sahambavy au lieu de Fianarantsoa : les paysages entre les deux ne sont pas très intéressants, cela vous fera économiser 1h30, et vous aurez la chance de rester au magnifique Lac Hôtel (lachotel.com).

Aspects pratiques Le FCE part de Fianarantsoa à 7h (théoriquement) les mardis et samedis et revient de Manakara le mercredi et le dimanche (départ à 7h). Le prix des billets est de 40 000 Ar / 16 000 Ar en 1re/2nde classe.

Madagascar : une île pas comme les autres

Située dans l’océan Indien, au large de la côte sud-est de l’Afrique, l’île de Madagascar a évolué dans un isolement splendide pendant plus de 80 millions d’années ; le résultat est un monde unique et surprenant plein d’arbres à l’envers, de forêts de pierres et bien sûr de lémuriens.

Kirindy et les baobabs
Commencez votre voyage dans l’Ouest par des rencontres avec la faune et la flore et une promenade parmi les arbres emblématiques.
Jean se promène joyeusement dans la forêt, les bras balancés, les tongs battus. Depuis une heure, il nous guide à travers un enchevêtrement de chemins identiques les uns aux autres, s’arrêtant pour nous montrer des créatures brunes cachées dans le sous-bois brun : un serpent crayon en forme de brindille ici, un escargot de terre en taille de poing là.
Il faut du temps pour localiser le lémurien qu’il a repéré avec à peine un regard, mais après avoir beaucoup gesticulé ( » A gauche de la fourche, en bas de la deuxième branche, non, pas de cette branche, plus bas « ), il est là : un lémurien sportif, sa tête en peluche et ses yeux brun vaseux, qui sort d’un arbre creux. L’observation ouvre les vannes à un embarras de rencontres dans la forêt de Kirindy.

Quelques pas plus haut, un sifaka de Verreaux en noir et blanc apparaît bien au-dessus, oscillant entre les cimes des arbres avec l’élégance d’une trapéziste, la petite tête de son bébé sortant du pelage de son ventre. Dans une clairière voisine, l’herbe à chat gutturale de Jean-Baptiste est utilisée par une famille de lémuriens à ventre rouge et ils descendent rapidement de la canopée pour inspecter leurs visiteurs humains.
Les habitants de Kirindy ont élu domicile dans les vestiges de la dernière forêt sèche de feuillus de la côte ouest de Madagascar. Il abrite huit espèces de lémuriens – et la seule créature du pays dont le ventre commence à gronder lorsqu’il en aperçoit une. La forêt est l’un des meilleurs endroits pour voir le seul prédateur des lémuriens : le fossa menacé.
Trois des animaux ont passé la journée dans le camp au centre de recherche écologique de Kirindy. Un par un, ils se faufilent sous une cabane, s’étirant et baillant sous le soleil, avant de s’accroupir dans la terre. Ils ressemblent à un terrible mélange génétique entre un chien et une belette, avec une fourrure gris-brun, des yeux jaunes et une queue aussi longue que leur corps. Mamy, qui gère le centre, préférerait qu’ils ne se sentent pas aussi à l’aise ici. L’un des principaux problèmes pour eux, dit-il en s’accroupissant pour vérifier s’il y a d’autres fosses sous la cabane, c’est la destruction de leur habitat par l’agriculture et l’exploitation forestière. Peut-être qu’ils viennent ici parce qu’ils n’ont pas assez à manger.
Mamy regarde les créatures se lever et traquer dans la forêt. C’est le défi de la conservation à Madagascar, de trouver comment les gens profitent de la forêt sans la détruire « , dit-il. Mais c’est un défi passionnant. Tant qu’il restera des animaux, il y aura de l’espoir.
Les arbres au tronc large et à la cime effilée qui s’élèvent de façon incongrue à travers les broussailles de Kirindy donnent une idée de la nature de ce défi. Ce sont des baobabs – « mères de la forêt » en malgache – et la région en était autrefois pleine. Perdues à la déforestation et à l’agriculture au fil des siècles, elles sont aujourd’hui souvent isolées, avec des troncs épais comme des maisons, dominant une terre brûlée et défrichée par des brûlis.
À environ 25 milles au sud de Kirindy, l’avenue des Baobabs est un fier rappel de ce qui a été perdu. A l’aube, un épais brouillard s’est installé sur la route et la vingtaine de baobabs qui la bordent, âgés d’environ 600 ans, sont réduits à des silhouettes sombres. Les fermiers sortent du brouillard, portant des faux et des haches, et conduisant des zébus, qui s’arrêtent pour se gratter les flancs sur l’écorce noueuse des arbres. Les feux sont allumés à l’extérieur des maisons en terre le long de la route, des casseroles noircies sont placées au-dessus d’eux, prêtes pour une journée de cuisson. Quand le soleil se lève, la brume s’échappe. Plus de circulation apparaît sur l’avenue : jeeps en route vers la ville principale de Morondava, motos avec des matelas équilibrés sur le guidon. Au bord de la route, révélées pour la première fois à la lumière du matin, se trouvent 10 petits enclos. À l’intérieur se trouvent des jeunes baobabs fragiles d’à peine un centimètre d’épaisseur et d’un demi-mètre de hauteur, nains des vieux arbres qui les entourent, mais signes d’un avenir plus radieux néanmoins.


La route des Tsingy
Le voyage fait partie de l’aventure à Madagascar, et jamais plus que le voyage coloré le long de la route cahoteuse 8a de Kirindy au nord.
Outre sa biodiversité unique, Madagascar est également connue pour ses mauvaises routes.  Avec moins de 20 % de son réseau routier goudronné, se rendre d’un point A à un point B à Madagascar est rarement simple. Google Maps vous dira que c’est un voyage de trois heures de Kirindy jusqu’à Bekopaka, à environ 100 miles au nord, mais il ne vous dit pas non plus qu’une journée à parcourir la route est au moins aussi excitante qu’une journée dans la forêt avec une famille de lémuriens.

Pour la plupart, le 8a est une piste de boue plus encombrée que la route. Il laisse bientôt derrière lui les rizières entourant l’avenue des Baobabs, leurs lignes vertes et soignées, labourées par des zébus, traînées par des canards qui se chamaillent. Le paysage devient plus sec, les buissons qui bordent la berge sont recouverts de sable projeté par les véhicules qui passent, comme si quelqu’un avait jeté un seau de poudre orange sur eux. De grandes étendues de terre noircie brûlent encore depuis les récentes défrichements forestiers.
Au petit matin, les enfants tournent au ralenti le long de la 8a sur le chemin de l’école, donnant des coups de pied au ballon dans la poussière. Des femmes en jupes brillantes marchent entre les villages, les ballots de maïs ou de bois de chauffage en équilibre sur la tête et le visage recouvert d’une pâte faite d’écorce de tamarin pour se protéger du soleil. Les familles lavent leur linge dans des cours d’eau peu profonds, font sécher leur linge sur les berges ou se promènent sur des charrettes en bois, derrière les bosses en forme de chameaux et les longues cornes de zébu qui marchent lentement.

Les Malgaches sont très attachés à leur zébu, ils sont utilisés pour le transport et dans les champs, bien sûr, mais aussi dans les rituels, les cérémonies funéraires et la médecine. Si vous frottez l’huile de leurs bosses sur votre peau, vous deviendrez très fort.
A mi-chemin du trajet, la route s’arrête, coupée par la grande limace brune de la rivière Tsiribihina. Les jeeps sont manœuvrées avec précaution le long des planches sur des ferries de style Heath Robinson, apparemment faits de morceaux de métal assemblés au hasard. Tout le monde à bord, à une heure de route de Belo sur Tsiribihina, sur la rive opposée, passe devant des gens dans des canoës en bois sculptés à la main. En début d’après-midi, le marché de la ville bat son plein et les commerçants s’assoient à côté de tas de patates douces, de canne à sucre, de piments rouges séchés, de crevettes frites et de bosses de zébu grasses, agitant de leurs mains de grandes mouches loin de leurs marchandises.
La route se détériore un peu à partir d’ici « , dit Dennis, alors que le 8a se dirige hors de la ville. Il s’effondre partiellement par endroits, tissant et plongeant un nouveau parcours autour des arbres tombés et des cratères gorgés d’eau.
Alors que la chaleur intense de la journée commence à s’estomper, l’activité s’intensifie dans les villages au bord des routes. Les hommes coupent la terre en briques, ou fauchent les roseaux pour construire, tandis que leurs femmes martèlent rythmiquement le riz avec des poteaux dans des mortiers géants, les dindes attendant à côté d’eux. Les enfants courent vers tous les véhicules qui passent et regardent à l’intérieur, pratiquant leurs compétences en langues étrangères avec des demandes polies de stylos ou de bonbons.
Le temps que la jeep arrive au dernier arrêt à Bekopaka, en passant par une dernière traversée de rivière et de nombreux arrêts pour laisser un coua géant aux couleurs vives, un troupeau de chèvres ou un caméléon nerveux traverser la route, le soleil a commencé à se coucher parmi les mangroves. Le voyage le long de la 8a a pris plus de 11 heures, mais, peut-être, ce ne serait pas si mal de faire demi-tour et de tout recommencer.

Tsingy de Bemarahaha
Attachez-vous pour quelques jours d’escalade dans le parc national le plus insolite de Madagascar.
A Bekopaka, trois petits garçons tentent de faire tomber des mangues d’un arbre avec un bâton. Autour d’eux, des jeeps se garent à côté des charrettes zébus, leurs passagers sautent pour se dégourdir les jambes avant de se diriger vers un petit bureau dans le village. Ils sont ici pour réserver des billets pour le parc national de Tsingy de Bemaraha, la raison pour laquelle la plupart des gens empruntent la route 8a depuis Morondava.
Le parc est divisé en deux parties, Petit et Grand, et la partie la plus petite se trouve juste au-delà du bureau. Le guide Charles ouvre la voie en se faufilant dans un passage étroit, avant de lancer un avertissement :  » Cette zone est très sacrée. Il y a beaucoup de tombes ici ; vous devez être respectueux envers les morts. En effet, les trois mangoustes seraient découragés d’entrer, parce qu’ils croyaient localement que les enfants seraient plus susceptibles de rencontrer un fantôme ici.
Il y a environ 150 millions d’années, toute la région était sous la mer ; quand l’eau s’est retirée, elle a laissé derrière elle un paysage d’un autre monde de pointes et de grottes de calcaire, les fossiles d’animaux marins perdus depuis longtemps encore visibles à leur surface. Au fil des siècles, les roches se sont enrichies d’un nouveau décor : les vignes de figues étrangleuses s’enroulent autour d’elles et pénètrent dans les crevasses ; de sombres mares d’eau cachent anguilles et crabes ; et les toiles d’araignées géantes d’or en soie, d’araignées tisseurs d’or s’étendent entre les pinacles.

Une série de cordes, d’échelles et de ponts mènent le visiteur à travers un sentier qui s’enroule autour et au-dessus des rochers – des creux profonds qui n’ont jamais vu le soleil, aux plates-formes d’observation en équilibre précaire sur les pics calcaires. Des huppes malgaches et des aigles pygargues à tête blanche et des sifakas de Von der Decken, visages noirs émergeant de manteaux de fourrure blanche, s’enfoncent dans cette forêt grise épineuse, un peu plus à l’aise parmi les rochers acérés que leurs cousins humains.
Pour tous les brouillages nécessaires à la contournement de Petit Tsingy, il ne s’agit que d’une pratique pour l’épreuve principale, à une dizaine de kilomètres de là, dans la deuxième partie du parc. A Grand Tsingy, Charles ajuste son baudrier et vérifie ses mousquetons avant de s’élancer sur la piste. Il commence, de façon trompeuse, par une montée facile à travers la forêt, avec les cris des sifakas lointains qui résonnent dans les arbres, et les perroquets noirs qui passent au-dessus.
Le sentier s’arrête brusquement sur une falaise dont le sommet n’est pas visible du sol. Une série de clous est enfoncée dans la paroi rocheuse jusqu’en haut, d’épais fils de fer étant enfilés entre eux. Charles attache ses mousquetons au premier fil et se tire sur un rebord étroit. Il s’agit d’une longue et lente ascension de 60 mètres, qui consiste à attacher et à rattacher les mousquetons, à trouver une base solide sur de minces marches en pierre taillées dans le calcaire et à enjamber des échelles qui enjambent des fissures dans la roche. Si vous allez lentement, lentement, lentement, vous n’avez pas à avoir peur « , appelle Charles d’en avant. « Lentement, lentement, lentement, et vous pouvez voir le chemin devant vous. L’échelle des Grands Tsingy est révélée au sommet, avec vue sur les pinacles qui s’étendent loin dans la forêt. Il faut plusieurs heures pour naviguer dans le reste du parc, se faufiler autour des rochers, franchir des ponts de corde qui grincent comiquement, descendre dans de vastes grottes et ramper dans des tunnels.
De retour dans la forêt avec le soleil à son plus haut et le plus féroce, tout est calme. Dans la fourchette d’un arbre, un lémurien bouge dans son sommeil, peut-être perturbé par un rêve. Une femelle sifaka, les bras posés sur ses genoux, la longue queue suspendue entre les branches, regarde en bas. Elle regarde pendant un moment, puis ses yeux oranges se ferment lentement. La forêt a la bonne idée « , dit Charles en s’essuyant le front de l’effort de la journée. C’est l’heure de la sieste.

Parc national d’Andasibe-Mantadia
Approchez-vous d’une foule de lémuriens dans les forêts tropicales brumeuses de l’est du pays.
Il fait froid sur le plateau central de Madagascar. Des plaques de nuages flottent sur les collines parsemées d’eucalyptus, de gomme douce américaine, d’azalées et de magnolias. Suspendues à leurs branches, des gouttelettes d’eau gonflées, prêtes à tomber sur le sol humide avec une pincée satisfaisante. Les grenouilles arboricoles crient et gazouillent et observent leur présence à travers la bruine, gardant les geckos à queue feuillue et les araignées à longues pattes sous la canopée.
Dennis se fraie un chemin à travers les sous-bois, passant à travers les vignes de diverses plantes et balayant les branches de la taille d’un canoë de fougères géantes. Il fait une pause, pousse son chapeau de paille à l’arrière de sa tête et fixe la cime des arbres.
Ils sont très loin « , murmure-t-il en fronçant les sourcils. « Mais nous devons quand même être très calmes. Il plonge dans un buisson de bambous. A chaque pas, ses pieds s’enfoncent dans la bouillie collante d’un feuillage en décomposition. Au sommet d’une colline escarpée, il s’arrête de nouveau. En quelques minutes, un gémissement aigu se lève, tombe et remonte. D’autres gémissements s’y joignent, comme si un orchestre de musiciens aux trompettes cassées s’était installé dans la forêt.
Maintenant, vous entendez le chant de l’indri « , dit Dennis, et regardez de nouveau dans les cimes des arbres. Trois boules silhouettées sont enroulées dans les branches supérieures. Les membres apparaissent des corps poilus et l’indri prend forme : pieds et mains noirs, jambes et bras blancs, oreilles rondes encadrant un visage noir et une longue queue noire. Les trois créatures – un mâle, une femelle et leur bébé – commencent à se toiletter sous la pluie fine, en s’attaquant mutuellement leurs manteaux avec leurs doigts osseux. Le mâle se jette dans un arbre voisin, et sa famille le rejoint bientôt. Ils se balancent à travers les branches et disparaissent.
Les gens d’ici ne feront pas de mal à l’indri « , dit Dennis, qui s’en va lentement à sa poursuite. C’est tabou. Nous les appelons babakoto – père de l’homme. La croyance est qu’un jour, il y a longtemps, l’indri a sauvé un petit garçon perdu dans la forêt. Pour cela, nous prendrons toujours soin d’eux.
L’indri est le plus grand primate de Madagascar (le lémurien géant, de la taille d’un gorille à dos argenté, a disparu depuis environ 600 ans). Jusqu’à 70 groupes familiaux vivent dans le Parc National d’Andasibe-Mantadia, et la forêt tropicale chante régulièrement avec leurs appels territoriaux, le son voyageant sur plus d’un mile. C’est un peu plus difficile de les voir, mais Andasibe a d’autres distractions si une observation s’avère insaisissable.
Il y a des sifakas à face floue et à pattes de gingembre, que l’on ne trouve que dans cette partie du pays ; les formes exotiques de charançons girafes, dont la tête est portée sur un cou maigre quatre fois plus long que leur corps rouge ; des lémuriens en bambou pelucheux qui arrachent les feuilles des plantes qui portent leur nom ; et les arbres malgaches qui s’enorgent sous les troncs des palissandre, les langues bleues qui se tortillent sous leurs yeux noirs.
Dennis n’est pas un homme à se laisser influencer par sa recherche presque révérencieuse du babakoto, malgré plusieurs heures passées à se frayer un chemin dans la forêt. Je suis comme l’indri, dit-il, émergeant brièvement dans la lumière du soleil au bord d’un petit lac. « J’ai besoin d’être dans la forêt tous les jours. Il se retourne dans les sous-bois et est bientôt perdu de vue.

Canal des Pangalanes
Il est temps de se détendre avec un méandre paresseux le long de canaux verdoyants et de lacs bordés de plages, à la recherche de l’insaisissable aye-aye.La demi-lune projette une lumière argentée à travers la forêt. Les lucioles clignotent entre les arbres, leurs branches projetant des ombres noires qui se tordent et ondulent au vent. Il n’y a pas de son si ce n’est le léger claquement de l’océan Indien qui frappe le rivage à près d’un mille de là. Il y a un bruissement soudain, et une forme sombre apparaît sur un arbre voisin. La poutre de la torche pivote vers le haut et révèle un rat arboricole. Il regarde en arrière avec surprise, puis s’écrase. Les rats des arbres ne sont pas la raison pour laquelle les gens viennent ici. Il y a une longue attente dans l’obscurité pour l’attraction principale. Quand il arrive, il arrive silencieusement, un monstre qui sort de l’ombre dans un cauchemar. Une seconde il n’est pas là, l’instant d’après il est là : un étrange désordre d’yeux rouges et croisés, une fourrure inégale, d’énormes oreilles noires et ébouriffées, des dents tordues et un souffle qui râpeux. Ses longs doigts griffonnent dans une noix de coco, grattant la chair et l’enfonçant bruyamment dans sa bouche.
Le malheureux aye-aye était autrefois si rare qu’on pensait qu’il était éteint. L’espèce figure toujours sur la liste des espèces en voie de disparition et est protégée ici, dans une petite réserve insulaire à l’est de Madagascar. Les gens avaient l’habitude de tuer les aye-aye « , raconte le skipper Faro , poussant de l’île dans son long bateau. Ils croyaient que si vous en voyiez un dans la nature, c’était un signe de danger. Les gens pensaient qu’ils ne vivraient pas longtemps après aspect sauvage de l’aye-aye ne correspond en rien à l’environnement décidément peu effrayant de sa maison dans le système des Pangalanes, une série de cours d’eau naturels et artificiels qui s’étendent sur 400 miles le long de la côte. Construits au XIXe siècle, les canaux ronronnent encore d’activité. A l’aube, des cargos à large fond montent jusqu’à la ville principale de Toamasina, chargée de charbon de bois, de bois et de feuilles de ravenala en éventail. Les pêcheurs pagayent jusqu’à leurs casiers dans des pirogues en bois, tirant les filets vers le haut pour vérifier la présence de poissons tilapias. Un éclair d’orange et de bleu révèle la compétition pour une prise sous la forme d’un martin-pêcheur de Madagascar.
Pour aller n’importe où, pour faire n’importe quoi, on va en bateau « , dit Faro, la main sur le moteur extérieur alors que son bateau parcourt les eaux douces d’un canal étroit, la végétation sur ses rives se reflète parfaitement en dessous. « Toutes les affaires se font sur l’eau. Il crie bonjour aux femmes assises dans les bas-fonds, frottant des casseroles en fer blanc pendant que leurs enfants éclaboussent dans les environs. La fumée dérive à travers les arbres des villages situés derrière eux, où les crevettes d’eau douce sont rôties sur le feu.
J’aime explorer « , poursuit Faro, alors qu’il dirige le bateau vers un autre passage, ses rives débordant de pins à vis à l’aspect préhistorique. « Rien n’est mieux que la liberté d’être à l’extérieur. Les canaux cèdent la place à de larges rivières, l’eau devient agitée, et finalement à de larges lacs, dont les rives sont bordées de plages de sable. Les lémuriens viennent parfois sur le bord pour boire, mais il n’y a aucun signe d’eux aujourd’hui ; seulement un héron qui s’élance de la souche d’un eucalyptus et monte au-dessus des arbres. Les cieux se préparent à un show-stopper d’un coucher de soleil, jetant des roses, des mauves et des ors sur les eaux du lac.
Si, comme le suppose la superstition locale, un aperçu d’un aye-aye signifie que la mort est imminente, c’est très loin ce soir.

Les grandes migrations du monde naturel

Vous connaissez  l’énorme boucle que les gnous d’Afrique font autour du Serengeti chaque année, et le mouvement massif des baleines à bosse entre leurs aires d’alimentation antarctiques et leurs aires de reproduction subtropicales.
Mais savez-vous aussi que la nature recèle bien d’autres spectacles moins connus qui impliquent un grand nombre de créatures en mouvement ? Voici où voir de vos propres yeux huit des migrations les plus excentriques du monde.

Flamants flamands nains
Chaque année en août, les flamants roses nomades d’Afrique subsaharienne affluent vers les lacs de la vallée du Grand Rift en Afrique de l’Est – principalement le lac Bogoria au Kenya – pour se nourrir d’immenses fleurs d’eau d’algues bleu-vert microscopiques (cyanobactéries appelées spirulines), avant de voler vers le lac Natron au nord de la Tanzanie pour se reproduire et nicher vers novembre. Avec un nombre de flamants roses de plus de deux millions sur chacun de ces deux lacs, ces mers roses en mouvement sont un spectacle à couper le souffle.

Sterne arctique

Quelle distance parcourriez-vous pour fuir l’hiver ? Pour les sternes arctiques, cela signifie quitter leurs aires de reproduction estivales du Groenland pour voler jusqu’à la mer de Weddell, sur les rives de l’Antarctique, avant de revenir à la fin de l’été austral,  les sternes effectuent  la plus longue route migratoire connue de tous les animaux sur Terre. Les oiseaux, qui se nourrissent de l’eau pendant qu’ils sont en vol, ne volent même pas directement, empruntant une route en forme de S de plus de 70 000 kilomètres dans les deux sens, un voyage que l’on estime à trois voyages aller-retour vers la lune au cours de leur 34 ans de vie en moyenne.

Méduses dorées
Alors que les méduses sont connues pour dériver dans les courants océaniques, les méduses dorées du célèbre lac Jellyfish des Palaos – qui ne sont pas toxiques pour les humains – effectuent une migration quotidienne unique qui suit l’arc du soleil dans le ciel. Chaque matin, ces animaux au corps mou se regroupent sur la rive ouest de ce lac marin micronésien pour effectuer une migration horizontale vers le soleil levant, s’arrêtant juste avant les ombres formées par les arbres au bord du lac où vivent leurs prédateurs primaires, les anémones. Après une pause sous le soleil levant, les méduses font le retour en début d’après-midi.

Papillons monarques


Chaque année, en septembre ou en octobre, les monarques noirs et dorés commencent leur migration de masse à partir de leurs aires de reproduction du sud du Canada et l’est des États-Unis vers des sites d’hivernage au centre du Mexique et en Californie, où ils se blottissent dans les arbres par millions. Mais contrairement à d’autres animaux qui effectuent des migrations épiques, ces papillons individuels ne reviendront jamais. Lorsque les insectes recommenceront à voler vers le mois de mai, les femelles s’arrêteront en route pour pondre leurs œufs. En quelques jours, les œufs éclosent en chenilles rayées et consomment de grandes quantités d’asclépiades avant de former une chrysalide et de se transformer en papillons adultes. Les nouveaux papillons s’envolent ensuite vers le ciel pour parcourir quelques centaines de kilomètres de plus vers le nord avant de répéter le processus  et il fuat jusqu’à cinq générations pour terminer le voyage.

Homards épineux
Trouvés à travers les Caraïbes, ces crustacés sans griffes subissent l’une des migrations les plus inhabituelles sous la mer. Au début de chaque été, ils s’alignent dans des files d’attente ressemblant à des lignes de conga pouvant atteindre 50 individus et se dirigent vers le large, en eaux plus profondes, à travers le fond de l’océan. En plus d’éviter les tempêtes estivales qui ont tendance à fouetter les Caraïbes, on pense aussi que les femelles productrices d’oeufs peuvent favoriser le développement de leurs oeufs en se déplaçant dans des eaux plus fraîches. À l’arrivée de l’automne, les homards retournent dans des eaux moins profondes pour se reproduire. Bien qu’on ne sache pas exactement pourquoi les homards forment une seule ligne, certains scientifiques ont émis l’hypothèse que la formation de conga aide à protéger les arthropodes des prédateurs.

Requins-marteaux


On comprenait peu de choses sur les schémas migratoires des requins-marteaux jusqu’en 2011, année où une étude de l’Université de Miami a suivi avec succès un requin-marteau qui a parcouru 1 200 kilomètres du sud de la Floride au milieu de l’Atlantique, au large des côtes du New Jersey, en 62 jours. Les rassemblements de masse de ces poissons nomades dans une zone située entre les îles Galápagos en Équateur, l’île Malpelo en Colombie et l’île Cocos au Costa Rica, connue sous le nom de  » triangle des requins marteaux « , sont toutefois mieux connus. Bien qu’on puisse observer des requins-marteaux dans cette région tout au long de l’année, ils convergent vers l’île inhabitée de Cocos, à 550 kilomètres au large de la côte ouest du Costa Rica, en groupes pouvant atteindre 200 individus pendant les mois d’été, attirés par la forte concentration de nutriments.

Chauve-souris frugivores
Chaque année, en octobre, le ciel d’Afrique centrale s’assombrit alors que plus de 10 millions de chauves-souris frugivores de couleur paille font leur pèlerinage annuel du bassin du Congo au parc national de Kasanka en Zambie pour se nourrir des mûres, mangues, loquat sauvage et fruits rouges du lait qui apparaissent en abondance à cette période de l’année. Au cours de ce que l’on appelle la plus grande migration de mammifères au monde, les chauves-souris dévorent environ deux kilogrammes de cette ambroisie fruitée chaque nuit, laissant les arbres dépouillés de leur succulente abondance au moment du départ des créatures nocturnes vers la fin décembre.

Couleuvre à flancs rouges
À la fin de l’automne, chaque année, des milliers de couleuvres à flancs rouges parcourent jusqu’à 32 kilomètres pour hiberner ensemble dans d’immenses tanières au Manitoba, au Canada, dans ce qui est annoncé comme le plus grand rassemblement de serpents au monde. Au printemps, l’émergence massive des serpents – avec plus de 100 000 reptiles qui sortent de leur tanière en même temps – crée un spectacle qui n’est pas pour les personnes au cœur fragile. Après s’être répandus pour se nourrir pendant les mois d’été, les serpents légèrement venimeux, qui ne sont pas agressifs envers les humains, peuvent également être vus de retour dans leur aire de mise bas vers septembre.