Hawaï : 7 expériences pour des souvenirs inoubliables

Au milieu de l’ Océan pacifique avec ses plages paradisiaques baignées par les alizés, une mer couleur turquoise, des  falaises grandioses, une  végétation luxuriante et la douceur du climat tropical : voici Hawai qui séduit les voyageurs dès le premier regard.

Point de rencontre entre l’Orient et l’Occident, le cinquantième État américain (l’Aloha State) possède une culture mixte, mêlant allégrement le hula et le disco, les feuilletons télévisés et les anciens mythes cosmogoniques, les hamburgers et la cérémonie du thé japonaise, les temples shintoïstes et les clubs de surf. Hawaï est bien l’un des plus beaux chapelets d’îles de tous les océans.

Tour en hélicoptère au-dessus du Volcan Kīlauea

Situé sur l’île d’Hawai’i, le Kīlauea n’est pas seulement le volcan le plus actif au monde, il est aussi le seul sur Terre à déverser sa lave directement dans la mer au moment où nous écrivons ces lignes. La lave rouge et brulante coule dans l’océan, faisant bouillir l’eau et vaporisant un panache de fumée. Regarder la lave se déverser dans l’océan depuis un hélicoptère vous offre une vue aérienne spectaculaire et vous fait vivre une expérience inoubliable.

Même si un tour d’hélicoptère au-dessus d’un volcan actif ne semble pas des plus romantiques, les jeunes mariés à la recherche de souvenirs inoubliables adoreront l’idée, et voler au coucher du soleil apportera une touche magique à l’expérience. L’agence Blue Hawaiian propose le « Circle of fire and waterfalls », un tour au-dessus du Kilauea, et vous fera survoler des forêts tropicales et des cascades d’eau en chemin. Le tour en hélicoptère dure 50 minutes et les prix commencent à partir de 202 dollars par personne.

www.bluehawaiian.com

Se baigner dans les chutes ‘Ōpaeka’a : Kau’a’i

Sur Kaua‘i se trouve le Mont Wai‘ale‘ale, une zone recouverte par une végétation incroyable, et il n’est pas étonnant de voir des chutes d’eau orner le versant de la montagne. Alors qu’atteindre certaines cascades requiert souvent une randonnée ardue, d’autres sont tout de même plus faciles à découvrir. La plus accessible de l’île est ‘Ōpaeka‘a Falls à Wailua, dans une zone toujours considérée comme sacrée. Préparez un copieux pique-nique et allez y passer quelques heures pour profiter du soleil et d’une baignade dans de vertigineuses cascades.

Randonnée à Diamond Head (Lē’ahi) et vue panoramique : O’ahu

Escaladez Diamond Head, l’un des symboles d’Hawai’i. Formé il y a plus de 100 000 ans, le cratère de 230 mètres était utilisé comme un point d’observation militaire stratégique tout au long du XXème siècle. De nos jours, c’est une destination célèbre pour la randonnée avec des vues panoramiques sur Waikīkī et Honolulu. Alors enfilez votre tenue de sport et préparez-vous pour de magnifiques paysages en chemin. Et si vous souffrez du décalage horaire, levez-vous de bonne heure pour admirer le lever du soleil sur la plage de Waikīkī.

www.dlnr.hawaii.gov

Escapade pittoresque sur la route de Hāna: Maui

Effectuer un road trip sur la route de Hāna est un incontournable pour quiconque se rend à Maui. Considéré comme l’un des meilleurs road trip à Hawai‘i, les touristes sont entrainés sur une route panoramique, bordée de falaises, qui passe par des forêts de bambous luxuriantes et des chutes d’eau vertigineuses. Les couples devraient s’arrêter aux nombreux stands de fruits frais postés le long de la route, monter le volume du ukulélé à la radio et se relaxer en admirant des paysages spectaculaires. Ne manquez pas le « Garden of Eden Arboretum and Botanical Garden », un espace de 10 hectares qui apparait dans la scène d’ouverture du film Jurassic Park.

Explorez la Vallée de Waipi’o à cheval : Île d’ Hawai’i

La Vallée de Waipi’o est l’un des plus beaux endroits sur l’île d’Hawai‘i, avec ses points de vues magnifiques, ses chutes d’eau vertigineuses et sa plage de sable noir. Pour les adeptes du romantisme, réservez une balade à cheval dans la vallée de Waipi’o, et partez à la découverte de ses paysages. Les écuries de Na’alapaau Ranch de Kahua offre une excursion de deux heures et demi qui mène les visiteurs au cœur de la vallée, avec des prix à partir de 94 dollars par personne.

http://www.naalapastables.com

Faites une promenade romantique à Pu’u Pehe ‘Sweetheart Rock’: Lāna‘i

Les couples qui visitent Lāna‘i doivent absolument se promener à Pu’u Pehe, également appelé par les locaux Sweetheart Rock. La légende de Pu‘u Pehe raconte la mort de Pehe, la femme du guerrier Lāna‘i. Son mari, le cœur brisé et incapable de surmonter son chagrin, l’enterra au sommet de Pu‘u Pehe et sauta ensuite d’une hauteur de 25 mètres dans les vagues. Situé juste à côté du littoral sud, Pu‘u Pehe se trouve entre Manele Bay et Hulupo‘e Bay et à 45 minutes de marche du Four Seasons Resort de Manele Bay.

Admirer le coucher de soleil au-dessus des cocotiers: Moloka’i

Il n’y a rien de mieux que de se blottir l’un contre l’autre, tandis que les nuances roses et orange du soleil couchant illuminent le ciel. L’un des meilleurs spots pour admirer le coucher de soleil à Moloka‘i est Kapuaiwa Coconut Grove, l’une des dernières plantations royales de cocotiers à Hawai‘i. Admirer le ciel changer de couleur entre les cocotiers est une expérience inoubliable pour les couples.

Admirez le lever du jour sur Haleakalā : Maui

Se levant à plus de 3 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, le lever du jour depuis Haleakalā est décrit comme l’un des plus beaux au monde, car le soleil se lève au-dessus des nuages et peint le ciel de nuances de rose, de jaune et de orange. Pour avoir la chance de voir le jour se lever entre 3 et 7 du matin, les touristes devront réserver leur place. Pour réserver en ligne, rendez-vous sur recreation.gov.

 

 

    Voyager durable : faire le bon choix pour du tourisme responsable

    L’Année internationale du tourisme durable et pour le développement est le moment idéal pour commencer à réfléchir à la façon dont nous voyageons afin de protéger la planète et  ses habitants, ainsi que nous-même.

     Voir

    Les Ours polaire au Spitzberg

    Faire un vol transatlantique pour aller au canada ou en Alaska, n’est pas une bonne manière pour votre empreinte carbone ,il faut chercher des opportunités de voyage à proximité Les 400 millions d’Européens pourraient envisager le Spitzberg, îles Norvégiennes du pole nord est l’ endroit idéal pour des aventures à faible impact dont l’environnement est de plus en plus menacé – est aussi éducatif que stimulant. Recherchez des opérateurs avec la certification de tourisme durable.

    Baleines et dauphins aux Açores

    Voir les baleines et les dauphins virevolter et se faufiler dans leur habitat naturel est sans doute l’une des expériences les plus fascinantes de la faune au monde. Avec 27 espèces de cétacés dans les aux eaux des îles des Açores,y compris les baleines bleues (selon période de l’année), les observations ici sont garanties. Un partenaire de l’Alliance mondiale des cétacés dédié au tourisme durable, Dolphin and Whale Connection (dolphinandwhaleconnection.com) propose des visites d’observation des dauphins et ses petits.

    Aller

    Suède

    Considéré comme le pays le plus durable au monde, le pays propose plus de 250 hôtels et auberges nordiques ayant l’écolabel, ainsi que des centaines de visites avec la certification Nature’s Best ecotourism. Autour de Göteborg en vélos, explorez le parc national urbain de Stockholm et dînez avec des produits issus de produits locaux . En savoir plus sur les initiatives durables de la Suède à sweden.se/nature/sustainable-living.

    Népal

    Voyager durablement s’est aussi consommer et acheter local,afin de soutenir l’ économie locale. Le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a frappé en avril 2015 a dévasté l’industrie du tourisme au Népal. Les routes de trekking les plus touchées sont maintenant rouvertes et de nombreuses communautés dépendent des revenus des groupes de trekking, il n’y a pas de meilleur moment. Voulez-vous rester pour aider à reconstruire un village? L’entreprise de voyage durable Eco Companion (ecocompanion.com) propose un programme de 20 jours

    Gansbaai, Afrique du Sud

    Récemment,un village de pêcheurs, Gansbaai est en plein essor avec des initiatives et des activités de tourisme responsable et axées sur la communauté: randonnée pédestre, kayak, observation de baleines et plus encore. Sa réserve naturelle privée de Grootbos a été une excellente idée ,qui apporte une diminution de la pauvreté despopulation locales et la conservation de la flore .Regarder des baleines avec Dyer Island Cruises (whalewatchsa.com), une entreprise certifiée Fair Trade Tourism impliquée dans des projets de conservation.

    Rester

    Logements communautaires

    Le logement chez l’habitant est une excellente façon d’apprendre et de restituer aux communautés qui ne bénéficieraient pas autrement du tourisme . La partie la plus délicate est de s’assurer que votre séjour profite à la communauté à long terme. Heureusement, de nombreux opérateurs de voyages durables font ce travail pour vous. Visitez (responsabletravel.com/holidays/homestays) pour des options d’accueil durables à travers le monde, de Goa au Guatemala.

    Faire

    Optez pour des activités éthiques avec les éléphants Monter sur éléphant était un rite de passage pour les voyageurs en Thaïlande. Aujourd’hui cependant, il existe des preuves des associations pour la protection des animaux d’affirmer que les tours et les spectacles d’éléphants sont nocifs pour ces animaux. Heureusement, un nombre croissant de sanctuaires thaïlandais offre aux visiteurs la possibilité d’interagir avec les éléphants dans un environnement sûr pour les deux parties. Découvrez Elephant Nature Park  près de Chiang Mai et Elephants World près de Kanchanaburi.

    Soutenez les restaurants durables Des restaurants qui réduisent le gaspillage alimentaire, les initiatives adoptées par ces restaurants du monde entier font une différence pour la planète. Les villes comme Seattle, avec ses conteneurs de nourriture recyclables obligatoires ou Copenhague qui abrite de nombreux restaurants durables.

    Visiter

    Copenhague

    Réservez une table chez Relae (restaurant-relae.dk).




      Découvrir le Québec en été

      Idées de voyage

      Découvrir le Québec en été

      Doté d’une faune unique et d’une végétation incomparable, le Québec réserve de nombreuses surprises, encore plus appréciables durant l’été. La plus grande province du Canada offre de fabuleux parcs nationaux abritant nombre d’espèces animales, de prestigieux fleuves et rivières, ou encore de magnifiques latitudes boréales : nos cousins français ont de quoi se flatter. Cet été, fondez-vous dans la vie québecoise, venez vivre des expériences insolites,  et bien plus encore…

      1. Naviguer parmi les baleines sur le fleuve Saint-Laurent

      Partir sur le Saint-Laurent à la fin de l’été est une occasion exceptionnelle de naviguer parmi les baleines. De mai à octobre, elles remontent le fleuve jusqu’à l’embouchure du fjord du Saguenay pour se nourrir du plancton qui prolifère à cet endroit, où la température et la salinité de l’eau sont idéales. Elles sont ainsi plusieurs centaines à s’ébattre dans l’eau et il est possible de les voir depuis la côte. Mais le must pour observer la puissance de ce géant des mers, c’est d’opter pour le zodiac ou le kayak de mer. Vous pourrez alors les observer et écouter leur souffle au plus près ! Une expérience inoubliable…

      2. Rencontrer des ours bruns d’Amérique, des orignaux et des caribous

      Symboles de la faune québécoise, l’orignal et le caribou font partie des rencontres surprenantes à faire dans la Belle Province. Le parc national de la Gaspésie est un lieu privilégié pour observer l’orignal. Il n’est pas non plus rare de rencontrer des ours bruns dans les parcs nationaux, notamment celui de la Mauricie : même s’il ne faut pas oublier de prendre ses précautions, c’est toujours un moment fascinant à vivre !

      3. Dompter les rivières en rafting

      Le Québec est un pays de forêts et de rivières. Les rivières ont longtemps été le territoire des draveurs, qui utilisaient leur intense débit pour faire circuler les troncs d’arbres depuis leurs zones de coupe en pleine forêt jusqu’aux scieries. Cette activité a aujourd’hui disparu et les rapides des rivières sont devenus d’immenses terrains de jeux à ciel ouvert. Avec le rafting, les sensations fortes sont assurées. Il est réservé autant aux sportifs, aux amateurs d’adrénaline qu’aux familles avec les descentes familiales. Le rabaska est une embarcation algonquine traditionnellement creusée dans un arbre. Il favorise davantage la détente et l’observation de la faune et de la flore.

      4. Randonner au cœur des Appalaches, dans le parc national de la Gaspésie

       

       

       

       

       

       

       

       

       

      Le Québec regorge de Parcs Nationaux immenses. Ils sont aménagés avec sobriété, laissant la nature reprendre ses droits, tout en permettant au visiteur d’apprivoiser ces grands espaces confortablement sur des sentiers entretenus. Le parc national du Canada de Forillon et le parc national de la Gaspésie figurent parmi les plus beaux du pays. Souvent considéré comme le bout du monde, Forillon présente de multiples écosystèmes dont des falaises vertigineuses. Tandis que le parc de la Gaspésie abrite le second plus haut sommet du Québec, le mont Jacques-Cartier, et des paysages à couper les souffles sur les sentiers des monts Logan, Xalibu et Albert. Si vous en avez la possibilité, restez une ou plusieurs nuits dans le parc. Il existe des possibilités d’hébergements rustiques où vous pourrez vivre l’expérience unique d’être coupé de tout, véritablement en pleine nature. Et les amateurs d’astronomie se régaleront : le ciel dégagé de toute pollution lumineuse révèle ses milliards d’étoiles.

      5. Remonter le courant des rivières et du Fjord du Saguenay

      Une aventure fluviale en canot-rabaska est incontournable pour tout voyageur au Québec. Cette technologie héritée des Amérindiens permet de filer sur de grandes étendues d’eau en alternant les portages et la pagaie, et de se mettre dans la peau des premiers trappeurs qui partaient ainsi sur les rivières pendant plusieurs jours. Et quoi de plus magique que de découvrir le fjord du Saguenay, cette gigantesque faille qui s’enfonce dans le massif des Laurentides, par voie d’eau, en kayak ? La découverte de ses paysages escarpés, de sa végétation dense et de ses profondeurs peuplées de Belugas, de phoques et de requins du Groenland est une expérience à ne pas manquer.

      6. Vivre des panoramas exceptionnels à flanc de montagne

      Le Québec est la destination idéale pour les amoureux de sensations fortes. Parmi les activités pleines d’adrénaline figurent l’escalade et les randonnées en via ferrata. De nombreux parcours sont créés pour la plus grande joie des sportifs qui peuvent profiter des plus beaux panoramas le long de parois rocheuses.

      7. Surfer à… Montréal !

      Pourquoi faire des kilomètres sur la côte et attendre les conditions idéales quand la vague parfaite existe ? Les vagues de rivière ont l’avantage d’être stationnaires ou statiques. Elles déferlent dans un mouvement fluide et continu, ce qui permet aux débutants et aux initiés de parfaire leur technique dans des conditions optimales. Au Québec, les surfeurs se retrouvent sur le fleuve Saint-Laurent, à Montréal !

      8. S’aventurer sous les latitudes boréales

      Franchir le 55° parallèle… On est toujours au Québec, mais à cette latitude c’est un autre monde qui s’offre aux voyageurs : on pénètre en territoire Inuit, dans le Grand Nord, au Nunavik. La toundra s’étend à perte de vue. En journée, la luminosité est polaire, le soleil s’étire tard à l’horizon, tandis que la nuit, ce sont les aurores boréales qui dansent dans le ciel. Partir à la découverte du Grand Nord laisse un souvenir indélébile aux voyageurs en quête d’aventure.




        Ecotourisme : Ou Voyager ?

         

        Quelle destination pour faire du tourisme durable

        Trek dans la région de Khumbu, Népal

        Année internationale du tourisme durable pour le développement, 2017 est le moment parfait pour s’interroger sur la manière dont nos choix de voyageurs peuvent servir la planète et ses populations.

        Parcs nationaux en France

        Sachant qu’un vol transatlantique a une empreinte carbone équivalant à une année de conduite automobile, plutôt que de partir dans un parc national américain, choisissez-en un près de chez vous. Grâce à leur politique de protection, vous pourrez facilement observer dans les 7 parcs nationaux de métropole des dizaines de mammifères (bouquetins, chamois, marmottes…) et d’oiseaux (vautours, aigles…) dans des paysages dignes des plus grands westerns.

        Marmotte dans le parc national des Écrins, France

        Marmotte dans le parc national des Écrins, France

        Baleine et dauphins dans l’archipel des Açores, Portugal

        Tandis que l’enfermement des cétacés à des fins de divertissement cristallise les critiques, ne vous privez pas d’admirer les baleines et les dauphins dans leur habitat naturel. Avec 27 espèces présentes, la mer des Açores, parfois surnommée “le carrefour mondial des cétacés”, ne risque guère de vous décevoir. Et depuis la France, votre empreinte carbone dépassera à peine celle d’un vol pour la Grèce.

        La Dolphin and Whale Connection est engagée dans le tourisme durable.

        Baleine dans l'archipel des Açores, Portugal

         Suède

        Souvent considérée comme le pays le plus respectueux de l’environnement, la Suède vous donne les moyens de voyager avec une empreinte écologique minime. Au choix, plus de 250 hôtels et auberges de jeunesse labellisés Nordic Swan, des centaines de circuits certifiés Nature’s Best. Sillonnez Göteborg à vélo, explorez le parc national urbain de Stockholm, sans oublier de savourer des produits bio d’origine locale en chemin.

        Tout sur le développement durable en Suède sur sweden.se/nature/sustainable-living.

        Göteborg, Suède

        Göteborg, Suède

         Népal

        Voyager durable, c’est aussi dépenser son argent de façon généreuse. D’une magnitude de 7,8, le séisme qui a frappé le Népal en avril 2015 a dévasté l’industrie touristique du pays. Sachant que la plupart des itinéraires de randonnée ont rouvert et que nombre de communautés locales dépendent des groupes de marcheurs pour subsister, le moment est idéal pour partir.

        Projects abroad propose de participer à la reconstruction de villages.

        Annapurna Himal, Himalaya, Népal

        Annapurna Himal, Himalaya, Népal

         Gansbaai, Afrique du Sud

        De paisible village de pêcheurs Gansbaai, localité sud-africaine du Cap occidental, est devenue l’un des plus importants bastions du tourisme aventurier du pays. Plongée parmi les requins, observation des baleines, kayak et randonnée, tout est certifié Fair Trade Tourism !

        Admirez un grand requin blanc avec Marine Dynamics, très impliqué dans la recherche marine et les projets de conservation d’espèces menacées.

        Plongée parmi les requins à Gansbaai, Afrique du Sud

        Plongée parmi les requins à Gansbaai, Afrique du Sud

        Où dormir ?

        Hôtels Cayuga Collection, Costa Rica

        Parmi les leaders mondiaux en matière d’approche durable, le Costa Rica vise à devenir le premier pays à bilan carbone neutre à l’horizon 2020. Outre les sites et circuits respectueux de l’environnement et de la culture figurent une foule d’hôtels écoresponsables. Nichés dans des recoins de la nature costaricienne, les établissements de la Cayuga Collection méritent tout votre intérêt.

        Guettez les hôtels bénéficiant de la certification pour un tourisme durable (CST), qui s’engagent à respecter la nature, la culture et les populations locales.

        Séjours chez l’habitant

        Loger dans une famille est une excellente façon de découvrir une communauté et de lui faire profiter de l’activité touristique. Le plus difficile est de faire en sorte que son séjour apporte un bénéfice à long terme. Heureusement, de nombreux prestataires spécialisés effectuent pour vous ce travail en amont.

        Responsible Travel dispose d’une offre large.

        Les bons comportements pour voyager responsable

         Respectez les animaux

        Jadis, les balades à dos d’éléphant constituaient un passage obligé pour les touristes en Thaïlande. Aujourd’hui, on considère que ces activités nuisent à la santé des animaux. Heureusement, un nombre croissant de réserves thaïlandaises offre aux visiteurs la chance d’interagir avec ces pachydermes dans un environnement respectueux des deux parties.

        Visitez l’Elephant Nature Park près de Chiang Mai, ou ElephantsWorld près de Kanchanaburi.

        Elephant Nature Park, région de Chiang Mai, Thaïlande

        Elephant Nature Park, région de Chiang Mai, Thaïlande

         Soutenez les restaurants durables

        De la pratique “de la ferme à l’assiette” jusqu’à la réduction du gaspillage alimentaire, les initiatives se multiplient et influent sur la planète à l’échelle locale et internationale. Parmi les villes les plus militantes figurent Seattle, avec l’obligation de recycler les déchets alimentaires et des plantations de légumes sur les trottoirs, et Copenhague, qui recèle des restaurants parmi les plus écologiques au monde.

        De passage à Copenhague ? Réservez au Relae ou au Rub & Stub.

        10. Limitez votre empreinte plastique

        Sur l’île indonésienne de Bali, quelque trois millions de bouteilles plastiques seraient utilisées chaque mois. Privilégiez les bouteilles d’eau réutilisables et les sacs de commissions en tissu, ou encore n’utilisez pas de pailles dans vos boissons.

        Le site www.mescoursespourlaplanete.com vous aidera à adopter tous les bons réflexes lors de vos courses, partout dans le monde.

        Source Lonely planet

         




          L’île de Dominique dans les caraïbes

          Les raisons de partir à la découverte de Dominique, perle des Caraïbes.

          Montagnes sur l'île de la Dominique

          La nature qui règne sur cette île des Caraïbes est aussi sauvage et luxuriante que ses habitants – qu’ils soient créoles ou les héritiers directs des populations précolombiennes – sont accueillants. Voici 6 raisons de partir à la découverte de cette perle bien cachée, dont l’authenticité a été préservée et cultivée au fil des siècles grâce à ses côtes déchiquetées et romantiques en diable : un séjour sur l’île de Dominique est plus qu’un voyage, c’est une immersion.

          1. Dominique est unique

          Au sein des îles Caraïbes, Dominique – à ne pas confondre avec sa voisine la République Dominicaine – est tout simplement la dernière, la seule, île des Antilles comprenant une communauté indigène descendant en ligne directe des populations précolombiennes ! Les Kalinagos sont aujourd’hui plus de 3 500, dévoilant leur mode de vie et leur savoir ancestraux, de la construction de canoës à la recherche d’herbes médicinales, à celles et ceux qui ont la chance de visiter leur territoire, sur la côte nord-est de l’île : le témoignage vivant d’une histoire ancestrale.

          2. Une forteresse paradisiaque

          Si la communauté des Indiens caraïbes de Dominique (nommée ainsi par Christophe Colomb parce qu’il la découvrit un dimanche) a pu résister aux colonisations successives des Espagnols, des Français et des Anglais, c’est grâce à un formidable atout naturel : la géographie de l’île. Avec ses côtes impressionnantes et sa végétation luxuriante, Dominique est une forteresse naturelle qui a offert à ses habitants un refuge pacifique et paradisiaque. Aujourd’hui, l’ère des colons occidentaux est révolue, mais ces prodigieux dons de la nature – les sommets de Dominique sont les plus hauts des petites Antilles – en font une terre d’Aventure avec un grand A.  Au programme : chutes d’eau, évidemment, volcans bien sûr, mais aussi un lac bouillant formé à même la croûte terrestre, au sein d’une vallée au nom évocateur : la vallée de la désolation. Pour découvrir la quintessence de ces paysages dont la palette va d’eaux émeraudes à des sols verts-violets, rendez-vous dans le parc national de Morne-Trois-Pitons, inscrit au patrimoine naturel de l’UNESCO.

          La côte vers Grand Bay, Dominique

          3. La plus grande randonnée des Caraïbes

          Si vivre l’aventure en grand ne vous suffit pas, et que vous souhaitez la vivre en long, vous emprunterez le sentier de randonnée de Waitukubuli (le nom indigène de Dominique) : long de 184 km et traversant l’île sur un axe nord-sud en ménageant son lot de points de vue inoubliables entre forêt tropicale, villages traditionnels et mer turquoise, c’est tout simplement le plus long itinéraire de randonnée de toutes les Caraïbes !

          Morne Micotrin, Dominique
          Hampstead Beach, Dominique

          4. Des baleines toute l’année !

          Avec une telle explosion de dons naturels, Dominique ne pouvait qu’attirer une faune et une flore fantastiques. Ses forêts, outre ses opossums, ses boas, ses crapauds, ses lézards et papillons abritent deux espèces de perroquets endémiques, le Sisserou (impossible de le manquer : il figure sur le drapeau officiel de l’île) et le Jaco ; quant à ses eaux, elles accueillent à longueur d’année – un cas unique au monde – de grands cachalots qui vous assurent une rencontre indélébile, ce qui en fait naturellement la capitale caribéenne de l’observation de cétacés : on peut y rencontrer plus de vingt espèces de baleines et dauphins.

          Baleine, Dominique

          5. Une destination incontournable pour les plongeurs

          Question animaux, ce n’est pas tout… car la plongée offre au visiteur l’accès à un autre monde tout aussi coloré : les eaux translucides qui bordent l’île vous permettront de côtoyer massifs coralliens, tortues et hippocampes. Vous pourrez goûter à cette activité, avec tuba ou bouteilles, à Portsmouth (au nord), à la Soufrière et Scott’s Head (au sud), mais, une note en passant : le secteur de Salisbury, St Joseph et Coulibistrie (au centre) compte deux clubs francophones. La richesse des sites et le fait qu’on peut pratiquer ce sport toute l’année classe l’île de la Dominique parmi les 10 meilleures destinations de plongée du monde. Si vous préférez l’eau douce, vous ferez vos délices des cascades dans lesquelles vous baigner, et des lacs de montagne que vous parcourrez en kayak.

          Grottes de Toucari Bay, nord de la Dominique
          Éponge barrique géante, Dominique

          6. Dominique est la voisine de la France !

          Dominique est située à quelques encablures de la France. Certes, vous ne rejoindrez pas l’île en deux heures en sortant du périphérique… Mais à partir de la Guadeloupe ou de la Martinique, rien de plus facile que de s’embarquer en ferry : Dominique et à mi-chemin des deux îles françaises ! En avion, une demi-heure de vol vous sépare de ces deux îles, et de Saint-Martin. Une aubaine, en particulier au moment des deux évènements les plus marquants de l’île : le carnaval, en février, et le festival mondial de musique créole, en octobre, qui brassent des visiteurs de toutes les îles voisines et au-delà !

          Plage d'Anse Soldat, Dominique

            6 villes à découvrir cet hiver

            Le remède à la dépression saisonnière est simple : il prend la forme d’un billet d’avion avec, inscrite dessus, une destination qui dépote. Voici 6 villes qui peuvent illuminer votre hiver.

            Escapades festives et romantiques à Vienne

            L’ancienne capitale des Habsbourg paraît avoir toute l’année attendu l’hiver pour pouvoir enfin se livrer à ses jeux favoris : bals échevelés et concerts grandioses (ceux du Nouvel an, au Staatsoper et au Musikverein, sont probablement à l’heure déjà complets, mais il y a mille autres lieux où encore tenter votre chance), marchés de Noël littéralement impériaux, face notamment au château de Schönbrunn, et festins dantesques dans les Heurigen. Car, avant d’être une destination inlassablement romantique et nostalgique, Vienne est avant tout une ville où la qualité de vie est simplement l’une des plus exceptionnelles du monde : on y danse, on y boit (Vienne est à la tête, rappelons-le, du plus grand vignoble urbain au monde) et on y mange comme nulle part ailleurs. L’hiver semble la faire redoubler d’ardeur dans tous ces sports. Que ce soit au Naschmarkt, véritable pépinière culinaire à ciel ouvert de la ville, ou dans l’un des fabuleux restaurants de la nouvelle scène gastronomique viennoise, vos papilles vous remercieront. Bref, à deux heures de vol de Paris, c’est un véritable festival qui vous attend.

            Rathaus (hôtel de ville) à Vienne

            Dubaï, capitale urbain du XXIè siècle,

            Il vous faudra certes plus de deux heures pour vous y rendre, mais si vous avez du temps devant vous, l’hiver est LA saison pendant laquelle découvrir Dubaï. Pour une raison très simple : les températures y sont les plus « douces » – c’est-à-dire 25°C en moyenne. Ce sera donc un excellent remède aux engelures, mais aussi le meilleur moment pour profiter, sans étouffer, des merveilles de cet incroyable laboratoire urbanistique qu’est aujourd’hui Dubaï, entre invraisemblables gratte-ciels dominés par la plus haute tour du monde, Burj Khalifa, et îles artificielles aux formes aussi extravagantes que poétiques (un palmier, le monde…). Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est aussi le moment où les hôtels pratiquent les tarifs les plus abordables (les pics touristiques ont lieu en mars-avril et en octobre-novembre) ! Si vous craignez de ne trouver que du sable et des tours en verre, détrompez-vous : les abras, les bateaux-taxis traditionnels du port, vous feront découvrir la ville à un autre rythme, et sous un autre jour.

            Skyline de Dubaï au crépuscule

            Stockholm : la capitale du Grand Nord

            Si vous préférez, à l’inverse, jouer à fond la carte de la tradition nordique, rendez-vous à Stockholm, surtout si vous y arrivez fin décembre : processions à la bougie, marchés de Noël et patinoires à ciel ouvert rythment les (très) courtes journées sur les 14 îles de la capitale suédoise. Le plus grand marché de Noël de la ville a pour écrin un village un musée à ciel ouvert, Skansen, qui vous plongera dans la vie d’un village suédois de la fin du XIXè siècle ! Attention : le point d’orgue des célébrations de fin d’année, en Suède, est le 24 décembre, pour le Julafton… mais, rassurez-vous, vous aurez tout de même de mémorables feux d’artifices se reflétant dans les eaux glacées de Stockholm à la Saint-Sylvestre. Le début d’année permet à la ville d’offrir son visage le plus avant-gardiste et raffiné, le seul mois de février voyant se succéder à Stockholm de grands raouts culturels, parmi lesquels le Stockholm Furniture Fair, salon de design immobilier durant cinq jours, et Market, qui fait la part belle à l’art contemporain (rappelez-vous également que le métro de Stockholm est surnommé le plus « long musée du monde » car presque toutes ses stations recèlent des œuvres d’art).

            Stockholm en hiver

            Venise intemporelle

            On aime beaucoup Venise, mais force est de constater qu’il peut être difficile d’en savourer pleinement le charme lorsqu’il s’agit de battre le pavé au milieu de centaines de milliers de touristes, sans parler des embouteillages sur les canaux, entre gondoles et vaporettos pris d’assaut. Une seule solution pour avoir la Sérénissime (presque) pour vous seul(s) : l’hiver. De fin janvier à mars, la ville est spectaculairement moins fréquentée ; mais son seul attrait en hiver ne se réduit pas à ce dépeuplement touristique, bien au contraire. La brume qui s’élève des canaux, le pavement des ruelles qui se met à briller, et – si vous avez de la chance – la neige qui s’invite, donnent à ce décor des airs irrésistiblement envoûtants, faisant d’une simple promenade une succession de tableaux hors du temps. Evidemment, il y a deux notables exceptions à ce luxe de solitude : le Nouvel An, et le Carnaval. Là, c’est l’inverse, il y a foule. Mais comme tout le monde est réuni pour la même raison festive et s’abreuve – durant le Carnaval – à la fontaine à vins, dans un froufrou de velours et de masques, on en oublie les températures fraîches ! Cette année, le Carnaval aura lieu du 18 au 28 février.

            Gondoles enneigées à Venise

            Lisbonne : le charme et la douceur du Portugal

            Et puisqu’on en est à parler carnaval, celui de Lisbonne vous promet un moment tout aussi mémorable, quoique foncièrement différent : les airs de samba ont débordé de l’ancienne colonie brésilienne et les costumes sont volontiers plus dénudés. Il faut dire, ici, que l’exception climatique de Lisbonne en Europe est complice : la ville est située dans une zone à la fois atlantique et méditerranéenne, lui assurant une température moyenne de 13°C en hiver. Si vous voulez échapper aux grands froids tout en vous régalant de Pastéis de Belém puis en flânant dans les travessas de l’Alfama, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Et si, par hasard, vous aimez tutoyer la vague, sachez également que l’hiver est la meilleure saison pour surfer sur les côtes portugaises : depuis Lisbonne, une paire d’heures vous séparent de plages désertes sur lesquelles viennent se jeter des vagues aussi grandes que constantes. Température moyenne de l’eau en hiver : 17°C.

            Rue de Lisbonne

            New York : la ville qui ne dort jamais

            Vous connaissez le surnom de New York : la ville qui ne dort jamais. A plus forte raison, elle n’hiberne pas non plus. Si vous vous morfondez en hiver et cherchez une destination qui vous réveille, prenez vos billets pour NYC, d’autant plus qu’hormis pour les fêtes de fin d’année, l’hiver est la période creuse pour les lignes aériennes ! Une fois sur place, vous risquez, il est vrai, de vous retrouver face à une ribambelle d’enfants, d’ânes et de moutons lors de la Three King Parade dans East Harlem, ou en plein dans la commémoration de la lutte pour les droits civiques des Afro-Américains lors de la Martin Luther King Jr Parade. Le tout, très probablement, sous la neige (pour l’éloge de New York en hiver, reportez-vous à Tout le monde dit I love you, de Woody Allen…) ; si toutefois les températures, probablement négatives, vous sont trop rudes, entre le Musée Guggenheim, les dinosaures du Museum ou l’Empire State Building, la liste d’endroits incroyables où trouver refuge ne fait que commencer ! Si vous partez pour New York pour la fin de l’année, ne manquez pas ces deux autres incontournables que sont le sapin géant du Rockefeller Center et le compte à rebours géant de Times Square.

            Gapstow Bridge, Central Park, New York




              Que voir en 5 jours à New York

              Que voir en 5 jours à New York?

              La créativité est partout à New York. Capitale de la gastronomie et du shopping, la grosse pomme présente aussi une scène artistique variée et en plein essor. Les chasseurs de nouvelles tendances seront comblés. 

              Statue de la liberté et Ellis island

              Ellis island,  lieu mytique ou les bateaux  du monde entier accostait et on vu passer les milliers d’européens en quête d’une vie meilleure. Ellis island abrite un musée revient sur la grande histoire de l’immigration qui ont peuplé les Etats-Unis d’Amérique de la fin du XIX ème siècle et au début du XX éme siècle .

              Le Queens à New York

              Longtemps éclipsé par Manhattan et Brooklyn, le Queens et ses quartiers métissés sont en plein essor. Ces dernières années, ce vaste borough (le plus grand en superficie) a vu s’ouvrir des microbrasseries, des boutique-hôtels bien conçus (deux fois moins chers qu’à Manhattan), des restaurants locavores et des galeries d’art underground, et ses plages de Far Rockaway sont plus animées que jamais. Si vous n’y êtes encore jamais allé, c’est le moment.

              Vie nocturne du sud de Manhattan

              Malgré un déclin invariablement annoncé depuis des décennies, la vie nocturne de Downtown reste bien vivante. Parmi les récentes ouvertures dignes d’intérêt, le nouveau bar de jazz de West Village, ainsi qu’un club underground rappelant l’East Village tel qu’il était avant le mandat de l’ancien maire Rudolph Giuliani.

              Whitney Museum of American Art

              À l’extrémité sud de la High Line, le Whitney Museum a inauguré son tout nouvel édifice signé Renzo Piano. Les magnifiques galeries baignées de lumière confèrent plus d’espace et d’innovation à ce musée des plus impressionnants de Downtown.
              Whitney Museum of American Art, New York

               One World Trade Center

              Le plus haut gratte-ciel de New York surplombe à présent Lower Manhattan. Sa façade biseautée peut être admirée de très loin, mais la plus belle vue est certainement celle qui se dévoile depuis l’observatoire du 102e étage.
              One World Trade Center et Lower Manhattan, New York

              . Brooklyn Flea et Smorgasburg

              S’agissant de marchés, le Brooklyn Flea et Smorgasburg, hauts lieux du shopping et de la restauration à Brooklyn, ont gagné en taille comme en qualité. Par ailleurs, le Long Island City Flea, dans le Queens, ne cesse de croître.
              Brooklyn Flea, New York

               National Sawdust

              La nouvelle salle de spectacle de Williamsburg accueille concerts et événements artistiques d’avant-garde. Sa salle futuriste offre une acoustique exceptionnelle.

               St Ann’s Warehouse

              Cette compagnie d’avant-garde s’est installée de façon permanente dans un ancien entrepôt de tabac, sous le Brooklyn Bridge. Attendez-vous à une programmation pointue, comme toujours avec St Ann’s.
              St Ann’s Warehouse, New York

               Tous au marché à Manhattan

              Les New-Yorkais ne semblent pas se lasser d’arpenter les étals des marchés de Manhattan, tel l’immense Gansevoort Market. D’autres devraient voir le jour, comme celui du chef Anthony Bourdain qui, à partir de 2017, occupera 14 000 m² d’une jetée de l’Hudson, à l’ouest du Meatpacking District.

               L’élégance du haut de Manhattan

              Le dynamisme du sud de Manhattan s’est enfin propagé au nord de l’île, en particulier l’Upper West Side et l’Upper East Side, qui ont vu s’ouvrir des pubs servant des bières artisanales, des bars à cocktails créatifs et des restaurants écoresponsables.

              Source :Lonely planet




                Tentez l’expérience de voyages mythiques

                Tentez l’expérience de voyages mythiques

                everest_north_face_toward_base_camp_tibet

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                Quel voyageur n’a jamais rêver de traverser l’Antarctique en ski , de réaliser un road-trip en Australie ou de faire l’ascesion de l’Éverest ou  parcourir la route de la Soie…

                1. Parcourir la route de la soie (Asie centrale)

                Aucun panneau, aucune carte de référence, aucun GPS avec la voix de Marco Polo pour prendre à gauche au prochain caravansérail. Ce réseau tentaculaire d’antiques routes commerciales reliant la Méditerranée à l’Orient compte en fait plusieurs routes de la Soie. Au départ d’Istanbul, choisissez votre propre chemin vers l’est. Parmi les sites phares : les grandes villes d’Ouzbékistan, le marché du dimanche de Kachgar, la route du Karakoram (Pakistan) et les innombrables pays en -stan, hors du temps. Pour éviter certains maillons de la chaîne (comme l’Irak ou l’Afghanistan), il vous suffira de suivre un parcours alternatif.

                Mieux vaut voyager d’ouest en est car plusieurs pays de la partie occidentale délivrent des visas pour des dates d’entrée précises.

                2. Naviguer sur l’Amazone (Brésil, Amérique du Sud)

                « Si l’on ne risquait pas sa vie, ce serait hilarant » selon Ed Stafford, premier homme à avoir descendu à pied le cours de l’Amazone en 2010 : 6 400 km en 860 jours, depuis sa source dans les Andes péruviennes jusqu’à son embouchure dans l’Atlantique au Brésil. Serpentant à travers la plus grande forêt équatoriale au monde, ce gigantesque fleuve est un endroit inhospitalier où l’on peut rencontrer serpents, insectes, maladies et habitants potentiellement hostiles. Mais c’est également le lieu d’une biodiversité inestimable, de tribus fascinantes et de véritables aventures à la Indiana Jones. Pour les vivre, il suffira de sauter dans un bateau (ferry, yacht de croisière ou pirogue).

                Les plus grandes villes sur l’Amazone sont rarement accessibles par la route, mais en avion ou en bateau. Manaus, Iquitos et Belém sont des points stratégiques.

                Amazone, Brésil

                3. Road-trip en l’Australie en van

                Plus que des vacances, il s’agit d’un rite de passage. La longueur et la grandeur de l’Australie poussent les voyageurs à prendre la route dans des camping-cars vintage. Vers le nord depuis Sydney, vers l’ouest depuis Adélaïde ou englobant le continent dans son intégralité (environ 16 000 km, pour information), votre périple présentera certaines constantes : vous manquerez de renverser un wallaby, vous vous affolerez de votre niveau d’essence au diable vauvert, vous développerez une obsession pour ces Big Things (sculptures géantes) kitsch jalonnant les routes, et vous passerez le moment le plus extraordinaire de votre vie. De quoi vivre des expériences hors du commun en Australie.

                Il vous sera utile d’emporter des roues de secours, quantité de nourriture et d’eau ainsi qu’un portable ou téléphone par satellite chargé. Évitez de conduire la nuit.

                Sur la route, Australie

                4. Admirer l’Iditarod, Alaska (États-Unis)

                Inspirée de l’époque des chercheurs d’or et des traditions sur le déclin, l’Iditarod est surnommée Last Great Race (« dernière grande course sur terre »). Cette gigantesque course de chiens de traîneau d’Anchorage à Nome s’est tenue pour la première fois en 1973 pour promouvoir cet héritage alaskien (et faire un pied de nez aux motoneiges dernier cri), et suit la route qu’empruntaient jadis les pionniers de la ruée vers l’or. Aujourd’hui, cette quête de 1 600 km est d’une incroyable rudesse. Les meneurs guident leurs chiens à travers une toundra impitoyable, en haut de cols de montagne, et sous des blizzards et des températures de −70°C. Laissez-la aux experts ; assistez à la cérémonie de départ à Anchorage, à la reprise à Wasilia (à 65 km au nord), ou louez une motoneige pour essayer de les suivre.

                La course débute à Anchorage le 1er samedi de mars ; les compétiteurs la terminent généralement en 9 à 15 jours.

                5. Rejoindre le pôle sud en skis (Antarctique)

                Voyager vers les rives de l’Antarctique est à inscrire sur sa liste de choses à faire avant de mourir, mais atteindre le pôle Sud géographique lui-même (niché au redoutable cœur du Continent Blanc) est une aventure unique. L’entreprise ressemble plus à une expédition à la Scott et Amundsen, stalactites sur la barbe et panneau impossible à trouver inclus. Heureusement, un siècle après ces pionniers du pôle Sud, on peut atteindre les 89° de latitude Sud en avion puis glisser à skis sur les derniers 110 km jusqu’à destination. Ou alors, on peut prendre un itinéraire plus long : partir de l’Anse d’Hercule, à l’extrémité du continent, et parcourir les 1 170 km éreintants jusqu’à ce réjouissant repère polaire.

                Adventure Network International propose 5 jours de ski vers le pôle Sud via l’excursion “Ski Last Degree” ; comptez 60 jours pour le voyage au départ de l’Anse d’Hercule.

                Scène de la vie à Port Lockroy, Antarctique.

                6. Plonger au fond de la mer (Pacifique)

                Des milliers d’alpinistes ont foulé le sommet de l’Everest, le mont culminant de la planète. Mais depuis 2012, seulement 3 personnes ont plongé dans le Challenger Deep, son point le plus bas. Dans ces profondeurs de la fosse des Mariannes, à 320 km au sud-ouest de Guam et à 11 km au-dessous du niveau de la mer, la vie est désolée, noire, froide et dure. On y accède grâce à un sous-marin hautement spécialisé appareillé par une onéreuse mission scientifique. Mais peut-être est-il plus réaliste de prévoir un plongeon vers le Titanic : quelques excursions touristiques (et coûteuses) ont permis à des voyageurs de voir l’« insubmersible », à 3 720 m sous l’Atlantique Nord.

                Tenez vous informé sur l’expédition concernant la fosse des Mariannes.

                7. Partir pour un road-trip sur la route 66 (États-Unis)

                La Route 66 reste un mythe. S’étirant sur 4 000 km entre Chicago et la Californie, elle traverse le Kansas, le Texas et l’Arizona. Un périple à vivre au volant d’une vieille Pontiac ou d’une Chevrolet, comme à la grande époque. Vous ne couperez pas aux hamburgers-frites, aux parts de tarte et aux sodas servis dans des gobelets en carton. Main Street USA ou Mother Road, comme on la surnomme affectueusement, a beau être remplacée, portion après portion, par des autoroutes flambant neuves, sa légende n’est pas près de s’éteindre.

                Environ 85% de la route d’origine existent encore aujourd’hui.

                Road trip sur la Route 66 Creative commons

                8. Naviguer autour du monde

                Naviguer autour du globe comme un capitaine Cook ou un Magellan des temps modernes est un défi envoûtant pour un voyageur. Vous pourrez aller n’importe où et partout au gré du vent et des conseils de sécurité pour éviter les pirates… et vous n’aurez peut-être même pas besoin d’un bateau. Si les milliardaires se prélassent sur leur yacht luxueux, des possibilités existent pour les plus désargentés : avec votre permis bateau, vous n’aurez qu’à vous inscrire pour un tour du monde en navire. À vous Tahiti, les Caraïbes ou le cap Horn.

                Grâce à des organisations comme la Bourse aux équipiers, volontaires et navigateurs chevronnés peuvent intégrer l’équipage de nombreux bateaux.

                9. Gravir l’Everest (Népal)

                Un nombre croissant d’alpinistes s’attaque chaque année à l’Everest. Bien qu’aucun autre sommet au monde ne dépasse ses 8 850 m, et en dépit de ses champs de glace traîtres et de sa « zone de la mort » (dans ce royaume au-dessus de 8 000 m, le corps manque d’oxygène), l’Everest n’est pas le mont le plus difficile à dompter. Certes, l’ascension est très, très dure et très, très chère (environ 50 000 USD), mais avec de l’argent, de la persévérance et bien sûr un entraînement harassant, vous pourrez vous tenir debout sur le Toit du monde.

                Les expéditions sur l’Everest partent de Lukla (accessible en avion depuis Katmandou) et durent environ 70 jours. La saison de l’ascension s’étend de mars à mai.

                Camp de base de l'Everest.Creative commons

                10. Parcourir l’Afrique du caire au cap à vélo (Afrique)

                Déserts torrides, jungle moite et savane où maraudent d’énormes créatures : sillonner l’Afrique en camion s’avère épique. Maintenant… imaginez de le faire à vélo : 12 000 km à pédaler, à la merci des éléments, sur des routes en nids-de-poule, ou qui n’existent pas, ou encore avec des éléphants qui ont la priorité. Cette vulnérabilité ne vous rendra toutefois pas moins acteur de votre voyage : aucune barrière ne vous sépare des gens, des sites, des sons et des senteurs. Voyager à grande échelle, lentement et avec intensité : voilà comment s’imprégner de l’Afrique.

                Prévoyez environ 4 mois et au moins 10 000 € pour l’intégralité de l’itinéraire.




                  Cuba côté plage et plongée !

                  Cuba, reine de la plongée et du snorkeling !

                  Baie des cochons, playa Giron, Cuba

                  S’il est une activité reine à Cuba, c’est bien la plongée. Le pays compte nombre sites de plongéé exceptionnel.

                  Les meilleurs endroits – les Jardines de Reina, María la Gorda et la Isla de la Juventud – sont tous assez reculés et demandent un peu d’organisation. La côte sud, la plus abritée, arrive en tête pour la limpidité de l’eau et la stabilité des conditions climatiques. Toutefois, la côte nord, qui offre un accès facile à l’un des plus grands récifs coralliens au monde, n’est pas en reste.
                  Plonger à Cuba est particulièrement agréable, car l’eau n’est pas polluée, la visibilité est très bonne (en moyenne 30 à 40 m), la température de l’eau idéale (24°C), les coraux et les poissons sont abondants, les sites faciles d’accès (notamment quelques-uns, splendides, que l’on peut rejoindre depuis la plage) et les fonds marins sont émaillés de fascinantes épaves (Cuba était un point névralgique sur la route des galions aux XVIIe et XVIIIe siècles, et les tempêtes et attaques de pirates en ont envoyé bon nombre par le fond).

                  5 spots pour plonger à Cuba

                  Maria la Gorda

                  Un site isolé, de réputation internationale, prisé pour ses grottes, ses tombants, l’abondance de son corail noir et ses conditions de plongée idéales.

                  Punta Francés

                  Passages, tunels, épaves, eaux claires et vie marine extrêmement variée : la Isla de la Juventud ne compte pas moins de 56 stupéfiants spots de plongée.

                  Baie des cochons

                  Les plongées les plus accessibles de Cuba, avec un tombant corallien de 70-80 m sur 35 km de long à environ 50 m du rivage. On y trouve aussi plusieurs cenotes (gouffres inondés) d’eau douce et d’eau salée.

                  Jardines de la Reina

                  Un écosystème marin pratiquement vierge au large d’un archipel inhabité, où les plongeurs (qui ont réservé) sont hébergés sur un hôtel flottant.

                  Playa Santa Lucia

                  À 1,5 km au large se trouve une des barrières de corail les plus longues au monde. Le clou de ce spectacle sous-marin ? Le repas des requins.

                  Playa Santa Lucia, province de Camaguey, Cuba

                  Clubs de plongée à Cuba

                  Cuba compte 25 clubs reconnus répartis sur 17 zones de plongée. Ils sont pour la plupart gérés par Marlin Náutica y Marinas, mais vous en trouverez également certains administrés par Gaviota (7-204-5708 ; gaviota@gaviota.cu ; Av. 47 n°2833, entre Calle 28 et Calle 34, La Havane), Cubanacán Náutica (7-833-4090 ; www.cubanacan.cu) et Cubamar (7-833-2523 ; www.cubamarviajes.cu).
                  Si les équipements varient d’un centre à l’autre, dans l’ensemble, les prestations sont professionnelles et l’on veille à la sécurité (présence d’une équipe de secours). Le bât blesse en revanche dans le domaine du respect de l’environnement. À chacun donc d’apprendre les règles de la plongée responsable. Outre qu’ils sont certifiés par Scuba Schools International (SSI), American Canadian Underwater Certification (ACUC) et la Confédération mondiale des activités subaquatiques (CMAS), la plupart des moniteurs de plongée parlent plusieurs langues : l’espagnol, bien sûr, mais aussi souvent le français, l’anglais, l’allemand et l’italien. En raison de l’embargo américain, le brevet PADI (Professional Association of Diving Instructors) n’est pour le moment pas proposé à Cuba.
                  Les plongées et les cours affichent des tarifs comparables dans tout le pays. Comptez 30-45 CUC la plongée (remise à partir de 4 ou 5 plongées). Les cours pour l’obtention d’un brevet coûtent 310-365 CUC. Enfin, les cours des hôtels-clubs) ou les cours d’initiation reviennent à 50-60 CUC.
                  Snorkeling, Province de Pinar del Rio, Cuba

                  Faire du snorkeling à Cuba

                  Nul besoin de descendre dans les profondeurs, ou de plonger avec une bouteille, pour admirer l’aquarium tropical de Cuba. Il suffit de barboter avec masque et tuba de la Playa Larga à la Caleta Buena, aux alentours de Cienfuegos ou le long du récif de Guardalavaca. À Varadero, une sortie snorkeling est organisée tous les jours vers Cayo Blanco, où les eaux sont translucides et les poissons tropicaux abondants. Si vous préférez mener vos explorations en solo, vous pourrez enfiler un masque à Playa Coral, à 20 km de là.
                  On peut aussi rejoindre d’excellents spots de snorkeling en bateau au large de la Isla de la Juventud et de Cayo Largo. Si vous comptez plonger souvent, n’hésitez pas à emporter votre matériel : celui que vous louerez sur place est en général en mauvais état et vous ne pourrez en acheter que de piètre qualité.

                  Les plus belles plages de Cuba

                  Les plus belles plages de Cuba offrent des paysages idylliques pour les amateurs de farniente sous le soleil des Caraïbes. Que vous soyez plus sable blanc ou gros rouleaux poussés par le vent, plage déserte ou station balnéaire, la plus grande île des grandes Antilles vous offrira les expériences dont vous avez toujours rêvé dès votre premier voyage à Cuba

                  1. Playa Pilar, plage paradisiaque de Cuba

                  Régulièrement présentée comme la plus belle plage de Cuba (et des Caraïbes), cette sublime étendue doit sa réputation à son sable blanc fin comme de la poussière de diamant et à ses dunes de 15 m de haut constellées de sentiers invitant à les explorer. La mer y est chaude, peu profonde, avec de nombreuses possibilités de snorkeling. Une véritable plage de carte postale sans hôtels en arrière-plan… pour l’instant.

                  2. Varadero, la plus grande 

                  Un ruban de sable ininterrompu de 20 km fait de Varadero la plus grande station balnéaire des Caraïbes et la tête de proue de l’activité économique la plus importante de Cuba : le tourisme. Si l’authenticité et le charme cubains ne sont pas présents, les voyageurs trouveront là de quoi faire relâche le temps de quelques jours.

                  Plage de Varadero, Cuba

                  3. Playa Maguana, l’irrésistible 

                  Bien qu’elle ne soit plus le paisible refuge d’autrefois, cette plage caribéenne relativement peu exploitée conserve une grande part de sa magie. Elle est essentiellement fréquentée par des Cubains désireux de s’amuser. De gros rouleaux poussés par le vent et des nuages gris-bleu rendent irrésistible la plus belle plage de Baracoa.

                  Playa Maguana, Cuba

                  4. Playa Pesquero, la splendide 

                  Même à 200 m au large, l’eau ne vous arrive qu’à la taille… Tout ce qu’on imagine quand on parle de plage paradisiaque est réuni ici.

                  5. Playa Sirena, la protégée

                  La plus belle plage de Cayo Largo del Sur (et peut-être de Cuba), la Playa Sirena, (2 km de sable blanc extrêmement fin) est orientée à l’ouest, protégée des vagues et du vent. Cette longue plage, sur une île privée, est dédiée aux touristes.

                  Playa Sirena, Cuba

                  6. Playa Los Pinos, plage déserte à cuba

                  Source : Lonely Planet

                   

                    Voyager pas cher : les destinations en 2017

                    Destinations pas cher en 2017

                    Randonneurs descendant Thorung La, le plus haut col de montagne au monde, Népal
                    Envie de voir le monde sans trop dépenser ? Découvrez notre palmarès des destinations de rêve à des prix abordables en 2017, pour les voyageurs soucieux de leur budget.

                     Le Népal, un pays asiatique pas cher

                    Le Népal commence à se redresser après les séismes de 2015 et la pénurie de carburant qui compliquait fortement les déplacements. Il reste un excellent choix pour les voyageurs à petit budget qui peuvent découvrir les plus beaux itinéraires de trek et une faune sauvage méconnue pour moins de 45 € par jour. Les touristes reviennent peu à peu, emboîtez-leur le pas : où que vous alliez, on vous accueillera à bras ouverts, car vos devises seront des plus précieuses pour aider le pays à se reconstruire.
                    La monarchie ayant été abolie en 2008, le mont Everest remplace le roi du Népal sur tous les billets de banque.

                     La Namibie, une destination très abordable

                    Indexé sur le rand sud-africain, le dollar namibien se déprécie depuis plusieurs années face aux devises étrangères. C’est le moment d’en profiter pour visiter ce fabuleux pays où vous attendent des expériences sans pareilles : observation de la faune dans le parc national d’Etosha, randonnée à travers le sublime Fish River Canyon, surf des sables sur les immenses dunes de Sossusvlei…
                    Pour dénicher les vols les moins chers, faisant généralement escale à Johannesburg, évitez les vacances scolaires sud-africaines et européennes, en particulier fin décembre et janvier. Sinon, optez pour un vol charter Condor passant par Francfort. Le bleu infini du ciel et la clarté des nuits étoilées vous laisseront des souvenirs inoubliables sans vous coûter un centime de plus.
                    Les pourboires sont interdits dans les parcs nationaux. Dans les lodges des safaris, laissez un premier pourboire aux guides et un second que se partageront les autres employés.
                    Les dunes du désert du Namib figurent parmi les plus hautes du monde

                     Porto, ville accessible au Portugal

                    Cette cité moins prisée que Lisbonne mérite d’être découverte, ne serait-ce que pour sa situation à l’embouchure du Douro et ses très bons restaurants et hôtels aux tarifs abordables, d’autant que les nombreuses compagnies low cost qui la desservent rendent le trajet en avion plus économique que jamais. La deuxième ville du Portugal possède plusieurs musées peu coûteux, des tramways qui raviront les amateurs de transports rétro et une plage de galets accessible en une heure de marche le long du fleuve. Ses caves pittoresques proposent des visites et des dégustations, et il est facile d’organiser des excursions vers les domaines viticoles des environs. La délicieuse francesinha, sorte de sandwich au steak, au jambon et à la saucisse, nappé de fromage fondu et de sauce tomate, vous nourrira toute une journée. Cette spécialité locale est même souvent assez copieuse pour deux.
                    Le FC Porto, l’un des grands clubs de foot européens, joue à l’Estádio do Dragão. Les billets pour les matchs sont relativement peu chers : cherchez sur viagogo.com.
                    Des maisons aux façades carrelées traditionnelles décorent les berges de Porto

                    4. Séjour bon marché à Venise, Italie

                    Venise rime rarement avec petits prix. La cité des Doges est pourtant une destination incontournable où affluent chaque jour des voyageurs mus par l’espoir de la visiter sans vider leur compte en banque. Autrefois, on conseillait de dormir à Mestre, voire à Trévise, et de prendre le train pour venir passer la journée sur place, mais cela ne permettait pas de s’attarder pour une balade nocturne ou une soirée dans les osterie (bars) de la ville. Aujourd’hui, avec les locations offertes sur des sites tels qu’Airbnb, on peut loger à Venise même, à des tarifs compétitifs. En optant pour un quartier peu touristique, vous pourrez ainsi cuisiner vous-même vos repas, réduire le coût des transports et arriver le premier dans les sites les plus appréciés.
                    Économisez du temps et de l’argent en réservant vos transports et vos entrées aux musées avant de partir. www.veneziaunica.it.
                    Gondole se dirigeant vers la Basilique Santa Maria della Salute, Grand Canal de Venise

                    5. Voyage pour petits budgets à Debrecen, Hongrie

                    S’étendant à l’est de Budapest, Debrecen est la deuxième ville du pays et le cœur de la Hongrie rurale. Désormais accessible par des vols low cost depuis sept pays européens (dont la France et la Belgique), elle commence à s’ouvrir aux visiteurs étrangers. Riche d’une longue histoire mâtinée d’influences plus modernes auxquelles elle doit sa vie artistique florissante et les festivals d’été qui animent ses rues, Debrecen se distingue surtout par sa situation en lisière de la puszta (Grande Plaine). Pays des chevaux et des cavaliers, abritant le parc national de  Hortobágy, cette région continue d’incarner une image romantique de la Hongrie.
                    Voici un petit coin d’Europe où l’on peut voyager à moindre coût en ayant l’impression d’être un pionnier. En Belgique les vols partent de l’aéroport Charleroi-Bruxelles-Sud, en France de celui de Paris-Beauvais. Pour des informations et des conseils, voyez fr.gotohungary.com.
                    Au-delà de sa riche histoire, Debrecen est importante pour sa scène d'art contemporain et son large choix de festivals

                    6. Le Belize, un pays à bas prix

                    Souvent considérée comme l’une des destinations les plus coûteuses d’Amérique centrale, le Belize présente cependant de nombreux atouts, comme la possibilité de faire de la plongée ou du snorkeling dans la mer des Caraïbes et d’explorer des ruines mayas, telles que Caracol, dans une jungle peuplée d’animaux. Sa petite taille facilite les déplacements et la proximité du Mexique et des Caraïbes inspire une cuisine de rue d’un exceptionnel rapport qualité/prix qui permet de manger pour quelques sous. Il suffit de partir au sud vers Placencia et Hopkins pour découvrir des stations balnéaires paisibles et encore peu connues, bien loin des luxueux complexes hôteliers d’Ambergris Caye.

                    Mai et juin sont d’excellentes périodes, avec des températures plus basses qu’en été mais moins de visiteurs, donc des tarifs hôteliers plus intéressants.

                    Tobacco Caye est l'une des petites îles tropicales à explorer pour un séjour réussi à Belize

                    7. Le Maroc, pays des bonnes affaires

                    Stable, accessible et multiforme, le Maroc est synonyme de dépaysement à moindre coût. Facile à rejoindre depuis les pays d’Europe occidentale, il présente un contraste saisissant avec ces derniers. Offrant plus de possibilités d’hébergement que jamais, l’incontournable Marrakech conserve, malgré la présence d’une foule de touristes, son ambiance à la fois frénétique et chaleureuse. Essaouira est désormais desservie par des vols directs au départ de Londres ou Paris. Quant à la cité portuaire de Tanger, elle est en pleine renaissance, avec des hôtels en cours de construction ou de rénovation dans sa vieille ville jadis décrépie.
                    La transformation de la côte atlantique est vouée à s’accélérer avec la construction d’une ligne de TGV entre Tanger et Casablanca qui devrait entrer en service en 2018.
                    Place Djemaa el-Fna, Marrakech

                    8. La Russie, un voyage peu coûteux

                    À l’heure où nous écrivons ces lignes, le cours du rouble est favorable aux touristes européens et la Russie reçoit de ce fait un nombre croissant de visiteurs. Les tarifs affichés dans les grands hôtels de Moscou peuvent faire figure de repoussoir, mais voyons les choses autrement : les dépenses quotidiennes sur place étant réduites, on peut par exemple profiter des liaisons aériennes à bas coût pour rejoindre l’une des villes d’étape du transsibérien et en parcourir un tronçon. C’est aussi le bon moment pour découvrir les trésors de Saint-Pétersbourg. Surveillez les fluctuations du rouble mais, même si elles tournaient à votre désavantage, sachez qu’en 2018 la Coupe du monde de foot provoquera une hausse de la fréquentation touristique… et des prix : une autre raison de se rendre en Russie dès maintenant.
                    Pour trouver des billets d’avion à bas prix vers la Russie et dans le pays, consultez skyscanner.fr.
                    La splendeur des canaux et des cathédrales de Saint-Pétersbourg nous rappelle que la ville fut jadis capitale de l'Empire russe

                    9. Péninsule de Bellarine, destination moins chère en Australie

                    Depuis des générations, la presqu’île de Bellarine est la villégiature favorite des habitants de Melbourne en quête de tranquillité. Aujourd’hui, outre ses plages à la beauté intemporelle et ses villes historiques telles que Queenscliff et Portarlington, cette région de l’État du Victoria offre plusieurs centres d’intérêt, comme le Jack Rabbit Vineyard et la Flying Brick Cider Co. On peut aussi faire du vélo sur le tracé d’une ancienne voie ferrée ou pratiquer la pêche à pied, le snorkeling et le surf. Accessible en ferry depuis la péninsule voisine de Mornington, beaucoup plus cossue, Bellarine constitue un point de chute pratique où passer quelques jours avant de continuer vers la Great Ocean Rd.
                    Jusqu’à 14 ferries relient quotidiennement Queenscliff et Sorrento, dans la péninsule de Mornington. www.searoad.com.au.
                    Phare de Point Lonsdale, point de repère dans le Sud-Est de la péninsule de Bellarine

                    10. Upper Peninsula et ses prix raisonnables, Michigan, États-Unis

                    Vous n’avez sans doute jamais entendu parler de l’Upper Peninsula, la plus au nord des deux vastes presqu’îles qui forment le Michigan. Avec son cadre naturel de toute beauté et ses villes et villages charmants qui semblent tout droit sortis d’un tableau de Norman Rockwell, cette région a pourtant de quoi rivaliser avec les destinations les plus courues du pays. Fréquentée essentiellement par les habitants du Middle West, elle se démarque par ses prix raisonnables, ses touristes relativement peu nombreux et son ambiance détendue. Elle recèle des vieux phares, des centaines de kilomètres de plages le long des Grands Lacs, des forêts parmi les mieux préservées du pays et plus de 300 cascades, petites ou très spectaculaires. Interdite aux voitures, l’île Mackinac est un joyau de 10 km2 aux jolies boutiques et aux panoramas fabuleux.
                    Plus de 40 phares jalonnent les berges de l’Upper Peninsula. Certains sont ouverts au public, d’autres ont été transformés en B&B. www.uptravel.com.
                    Plus de 40 phares ponctuent les rives de l'Upper Peninsula dans le Michigan
                    Source Lonely Planet