Voyager durable : faire le bon choix pour du tourisme responsable

L’Année internationale du tourisme durable et pour le développement est le moment idéal pour commencer à réfléchir à la façon dont nous voyageons afin de protéger la planète et  ses habitants, ainsi que nous-même.

 Voir

Les Ours polaire au Spitzberg

Faire un vol transatlantique pour aller au canada ou en Alaska, n’est pas une bonne manière pour votre empreinte carbone ,il faut chercher des opportunités de voyage à proximité Les 400 millions d’Européens pourraient envisager le Spitzberg, îles Norvégiennes du pole nord est l’ endroit idéal pour des aventures à faible impact dont l’environnement est de plus en plus menacé – est aussi éducatif que stimulant. Recherchez des opérateurs avec la certification de tourisme durable.

Baleines et dauphins aux Açores

Voir les baleines et les dauphins virevolter et se faufiler dans leur habitat naturel est sans doute l’une des expériences les plus fascinantes de la faune au monde. Avec 27 espèces de cétacés dans les aux eaux des îles des Açores,y compris les baleines bleues (selon période de l’année), les observations ici sont garanties. Un partenaire de l’Alliance mondiale des cétacés dédié au tourisme durable, Dolphin and Whale Connection (dolphinandwhaleconnection.com) propose des visites d’observation des dauphins et ses petits.

Aller

Suède

Considéré comme le pays le plus durable au monde, le pays propose plus de 250 hôtels et auberges nordiques ayant l’écolabel, ainsi que des centaines de visites avec la certification Nature’s Best ecotourism. Autour de Göteborg en vélos, explorez le parc national urbain de Stockholm et dînez avec des produits issus de produits locaux . En savoir plus sur les initiatives durables de la Suède à sweden.se/nature/sustainable-living.

Népal

Voyager durablement s’est aussi consommer et acheter local,afin de soutenir l’ économie locale. Le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a frappé en avril 2015 a dévasté l’industrie du tourisme au Népal. Les routes de trekking les plus touchées sont maintenant rouvertes et de nombreuses communautés dépendent des revenus des groupes de trekking, il n’y a pas de meilleur moment. Voulez-vous rester pour aider à reconstruire un village? L’entreprise de voyage durable Eco Companion (ecocompanion.com) propose un programme de 20 jours

Gansbaai, Afrique du Sud

Récemment,un village de pêcheurs, Gansbaai est en plein essor avec des initiatives et des activités de tourisme responsable et axées sur la communauté: randonnée pédestre, kayak, observation de baleines et plus encore. Sa réserve naturelle privée de Grootbos a été une excellente idée ,qui apporte une diminution de la pauvreté despopulation locales et la conservation de la flore .Regarder des baleines avec Dyer Island Cruises (whalewatchsa.com), une entreprise certifiée Fair Trade Tourism impliquée dans des projets de conservation.

Rester

Logements communautaires

Le logement chez l’habitant est une excellente façon d’apprendre et de restituer aux communautés qui ne bénéficieraient pas autrement du tourisme . La partie la plus délicate est de s’assurer que votre séjour profite à la communauté à long terme. Heureusement, de nombreux opérateurs de voyages durables font ce travail pour vous. Visitez (responsabletravel.com/holidays/homestays) pour des options d’accueil durables à travers le monde, de Goa au Guatemala.

Faire

Optez pour des activités éthiques avec les éléphants Monter sur éléphant était un rite de passage pour les voyageurs en Thaïlande. Aujourd’hui cependant, il existe des preuves des associations pour la protection des animaux d’affirmer que les tours et les spectacles d’éléphants sont nocifs pour ces animaux. Heureusement, un nombre croissant de sanctuaires thaïlandais offre aux visiteurs la possibilité d’interagir avec les éléphants dans un environnement sûr pour les deux parties. Découvrez Elephant Nature Park  près de Chiang Mai et Elephants World près de Kanchanaburi.

Soutenez les restaurants durables Des restaurants qui réduisent le gaspillage alimentaire, les initiatives adoptées par ces restaurants du monde entier font une différence pour la planète. Les villes comme Seattle, avec ses conteneurs de nourriture recyclables obligatoires ou Copenhague qui abrite de nombreux restaurants durables.

Visiter

Copenhague

Réservez une table chez Relae (restaurant-relae.dk).




Les meilleurs endroits pour nager avec les requins-baleines

La baignade aux côtés du plus grand poisson de l’ océan est l’une des expériences ultimes . Heureusement, il y a quelques destinations dans le monde où l’observation des requins- baleines est possible durant certaines saisons.

Quelques conseils gardez votre distance, respecté ces géants, résisté à l’envie de les toucher ou d’utiliser le flash de votre appareil photo.

Isla Holbox, Mexique

À 25 minutes en bateau du continent, l’île Holbox la plus au nord de Quintana Roo est l’antithèse de Cancun

  • Quand y aller: De juin à septembre, quand les requins-baleines arrivent pour se nourrir et s’accoupler. Juillet à août étant la haute-saison.
  • Où séjourner : certaines compagnies d’excursion proposent des départ en bateau rapide depuis Cancun et Playa del Carmen , mais Holbox est une excellente alternative aux principaux centres touristiques (et plus près des requins). Les hébergements vont de l’ auberge de jeunesse Tribu (auberge de jeunesse Tribu ) à celle en milieu de gamme ( Holbox Apartments and Suites ) et de quelques hôtels luxueux comme Palapas del Sol ( palapasdelsol.com ).
  • Opérateurs: Willy  est parmi les plus dignes de confiance.

Utila, Honduras

L’une des destinations les moins chères du monde pour obtenir votre billet de plongée, ce centre de randonnée de la côte des Caraïbes du Honduras possède également l’un des centres de recherche sur les requins baleines .

  • Quand y aller: la plus forte concentration de requins arrive entre mars et avril, puis dans un moindre mesures de Septembre à Fin Décembre .
  • séjourner : l’ hébergement est principalement limité à des auberges de plongée (essayez Underwater Vision). Pour plus de confort, le Deep Blue Utila ( deepblueutila.com ) offre des excursions dédiées aux requins baleines en saison.
  • Opérateurs: visitez le Whale Shark et Oceanic Research Center ( wsorc.org ), ou sautez sur l’un des bateaux de plongée installé dans le nord de l’île, où la plupart des requins sont repérés.

Ningaloo Reef, Australie-Occidentale

Le plus grand et le plus accessible récif de corail de l’Australie, Ningaloo se trouve à environ 1200 km au nord de Perth, la capitale de la côte ouest. Site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 2011, ce tronçon de près de 300 kms abrite plus de 500 espèces de poissons.

  • Quand y aller: les requins-baleines arrivent pour se nourrir entre la mi-mars et le mois de juillet .
  • Où séjourner : la plupart des visites partent de Exmouth, des parck de pick-up caravanes locales et des hôtels, y compris Mantarays Ningaloo Beach Resort .
  • Opérateurs: Ningaloo Whaleshark Swim ( ningaloowhalesharks.com ) ont leur propre avion de répérage , augmentant vos chances de repérer les requins et de passer plus de temps à nager avec eux.

Gladden Spit, Belize

Une période de fraie de masse entre mars et juin attire des requins-baleines à Gladden Spit et à la réserve marine de Silk Cayes (GSSCMR), à environ 40 km de la ville côtière sud-est de Placencia .

  • Quand y aller: Avril et mai sont les mois les plus constants pour les observations; La plupart sont repérés quelques jours après la pleine lune.
  • Où séjourner : les rues sablonneuses de Placencia, qui se traduit, par «Pleasant Point», offre une poignée d’hébergements abordables à la cabane . Essayez Julia ( juliascabanas.com ). Le plus haut de gamme Turtle Inn , également à Placencia, offre des forfaits spéciaux de requin baleine en saison.
  • Opérateurs: Placencia’s Sea Horse Dive Shop ( belizescuba.com ) effectue des excursions de plongée bouteille et de plongée en apnée au GSSCMR en saison.

 

Donsol Bay, Philippines

Lorsque les requins-baleines ont été «découverts» dans ce village de pêcheur de l’île de Luzon en 1998, il est devenu l’une des principales destinations touristiques du pays. Les observations sont moins fréquentes ces jours-ci, mais le tourisme des requins-baleines est plus éthique ici que dans Oslob, Cebu (où les requins sont nourris).

  • Quand y aller: les requins baleine arrivent généralement entre novembre et juin, culminant de février à avril.
  • Où rester: étonnamment, Donsol est encore une ville endormie avec une poignée d’endroits pour rester. Essayez Elysia Beach Resort ( elysia-donsol.com ) ou Dancalan Beach Resort .
  • Opérateurs: Donsol EcoTour ( donsolecotour.com ) et Whale Shark Adventure et Tours ( donsolwhaleshark.net ) proposent des excursions d’une journée et des forfaits de plusieurs jours à partir de Manille.

Tofo Beach, Mozambique

A 400 km au nord de la capitale, Maputo abrite l’une des plus grandes concentrations de requins baleines en Afrique grâce à une offre apparemment sans fin de plancton.

  • Quand y aller: les observations de 50 congrégations fortes ne sont pas rares d’octobre à mars.
  • séjourner : choisissez des gîtes ruraux à des B & B plus confortables comme Baia Sonambula Guest House ( baiasonambula.com ).
  • Opérateurs: des centres de plongée tels TofoScuba ( tofoscuba.co.za ) et Diversity Scuba ( diversityscuba.com ) organisent des sorties de plongée en saison.

 

South Mahé, Seychelles

Certains des premiers enregistrements scientifiques sur les requins baleines ont été réalisés aux Seychelles , où les requins-baleines sont bien protégés. La plus grande île de l’archipel de l’océan Indien, Mahé est le meilleur endroit pour les repérer.

  • Quand y aller: les requins baleine migrent entre août et novembre, avec des observations culminant en Octobre.
  • séjourner : le Centre de Plongée Four Seasons Seychelles collabore avec la Marine Conservation Society Seychelles ( mcss.sc ) pour fournir des voyages de plongée en apnée en octobre avec l’aide d’un ULM de repérages.
  • Opérateurs: Les déplacements de la SCSM sont le chemin à parcourir .

Koh Tao, Thaïlande

Juste au nord de la légendaire île de la fête Koh Phangan dans le golfe de Thaïlande, Koh Tao est célèbre pour sa plongée . Les requins-baleines sont souvent repérés autour de Chumphon Pinnacle, à seulement 15 minutes en bateau de l’île.

  • Quand y aller: les rencontres de requins-baleines sont une affaire de chance dans ces contrées mais ils sont repérés toute au long l’année, surtout d’avril à juin.
  • Où rester: les prix baissent si vous vous inscrivez à un cours de plongée et à des lodges de plongée confortable comme Bans ou Big Blue .
  • Les opérateurs: les voyages de plongée sous-marine dédiés ne sont pas la norme ici, donc si vous n’êtes pas un plongeur, demandez si vous pouvez y rendre avec un bateau de plongée qui se dirige vers un hotspot de requin baleine.

 

Atoll Ari Sud, Maldives

Les requins-baleines sont des résidents toute l’année aux Maldives , tendant à favoriser la partie occidentale de l’archipel de l’océan Indien de mai à décembre, puis se dirigeant vers l’est jusqu’en avril. L’Atoll Ari du Sud est une zone de protection marine.




Ecotourisme : Ou Voyager ?

 

Quelle destination pour faire du tourisme durable

Trek dans la région de Khumbu, Népal

Année internationale du tourisme durable pour le développement, 2017 est le moment parfait pour s’interroger sur la manière dont nos choix de voyageurs peuvent servir la planète et ses populations.

Parcs nationaux en France

Sachant qu’un vol transatlantique a une empreinte carbone équivalant à une année de conduite automobile, plutôt que de partir dans un parc national américain, choisissez-en un près de chez vous. Grâce à leur politique de protection, vous pourrez facilement observer dans les 7 parcs nationaux de métropole des dizaines de mammifères (bouquetins, chamois, marmottes…) et d’oiseaux (vautours, aigles…) dans des paysages dignes des plus grands westerns.

Marmotte dans le parc national des Écrins, France

Marmotte dans le parc national des Écrins, France

Baleine et dauphins dans l’archipel des Açores, Portugal

Tandis que l’enfermement des cétacés à des fins de divertissement cristallise les critiques, ne vous privez pas d’admirer les baleines et les dauphins dans leur habitat naturel. Avec 27 espèces présentes, la mer des Açores, parfois surnommée “le carrefour mondial des cétacés”, ne risque guère de vous décevoir. Et depuis la France, votre empreinte carbone dépassera à peine celle d’un vol pour la Grèce.

La Dolphin and Whale Connection est engagée dans le tourisme durable.

Baleine dans l'archipel des Açores, Portugal

 Suède

Souvent considérée comme le pays le plus respectueux de l’environnement, la Suède vous donne les moyens de voyager avec une empreinte écologique minime. Au choix, plus de 250 hôtels et auberges de jeunesse labellisés Nordic Swan, des centaines de circuits certifiés Nature’s Best. Sillonnez Göteborg à vélo, explorez le parc national urbain de Stockholm, sans oublier de savourer des produits bio d’origine locale en chemin.

Tout sur le développement durable en Suède sur sweden.se/nature/sustainable-living.

Göteborg, Suède

Göteborg, Suède

 Népal

Voyager durable, c’est aussi dépenser son argent de façon généreuse. D’une magnitude de 7,8, le séisme qui a frappé le Népal en avril 2015 a dévasté l’industrie touristique du pays. Sachant que la plupart des itinéraires de randonnée ont rouvert et que nombre de communautés locales dépendent des groupes de marcheurs pour subsister, le moment est idéal pour partir.

Projects abroad propose de participer à la reconstruction de villages.

Annapurna Himal, Himalaya, Népal

Annapurna Himal, Himalaya, Népal

 Gansbaai, Afrique du Sud

De paisible village de pêcheurs Gansbaai, localité sud-africaine du Cap occidental, est devenue l’un des plus importants bastions du tourisme aventurier du pays. Plongée parmi les requins, observation des baleines, kayak et randonnée, tout est certifié Fair Trade Tourism !

Admirez un grand requin blanc avec Marine Dynamics, très impliqué dans la recherche marine et les projets de conservation d’espèces menacées.

Plongée parmi les requins à Gansbaai, Afrique du Sud

Plongée parmi les requins à Gansbaai, Afrique du Sud

Où dormir ?

Hôtels Cayuga Collection, Costa Rica

Parmi les leaders mondiaux en matière d’approche durable, le Costa Rica vise à devenir le premier pays à bilan carbone neutre à l’horizon 2020. Outre les sites et circuits respectueux de l’environnement et de la culture figurent une foule d’hôtels écoresponsables. Nichés dans des recoins de la nature costaricienne, les établissements de la Cayuga Collection méritent tout votre intérêt.

Guettez les hôtels bénéficiant de la certification pour un tourisme durable (CST), qui s’engagent à respecter la nature, la culture et les populations locales.

Séjours chez l’habitant

Loger dans une famille est une excellente façon de découvrir une communauté et de lui faire profiter de l’activité touristique. Le plus difficile est de faire en sorte que son séjour apporte un bénéfice à long terme. Heureusement, de nombreux prestataires spécialisés effectuent pour vous ce travail en amont.

Responsible Travel dispose d’une offre large.

Les bons comportements pour voyager responsable

 Respectez les animaux

Jadis, les balades à dos d’éléphant constituaient un passage obligé pour les touristes en Thaïlande. Aujourd’hui, on considère que ces activités nuisent à la santé des animaux. Heureusement, un nombre croissant de réserves thaïlandaises offre aux visiteurs la chance d’interagir avec ces pachydermes dans un environnement respectueux des deux parties.

Visitez l’Elephant Nature Park près de Chiang Mai, ou ElephantsWorld près de Kanchanaburi.

Elephant Nature Park, région de Chiang Mai, Thaïlande

Elephant Nature Park, région de Chiang Mai, Thaïlande

 Soutenez les restaurants durables

De la pratique “de la ferme à l’assiette” jusqu’à la réduction du gaspillage alimentaire, les initiatives se multiplient et influent sur la planète à l’échelle locale et internationale. Parmi les villes les plus militantes figurent Seattle, avec l’obligation de recycler les déchets alimentaires et des plantations de légumes sur les trottoirs, et Copenhague, qui recèle des restaurants parmi les plus écologiques au monde.

De passage à Copenhague ? Réservez au Relae ou au Rub & Stub.

10. Limitez votre empreinte plastique

Sur l’île indonésienne de Bali, quelque trois millions de bouteilles plastiques seraient utilisées chaque mois. Privilégiez les bouteilles d’eau réutilisables et les sacs de commissions en tissu, ou encore n’utilisez pas de pailles dans vos boissons.

Le site www.mescoursespourlaplanete.com vous aidera à adopter tous les bons réflexes lors de vos courses, partout dans le monde.

Source Lonely planet

 




Idées de voyages en famille

Envie de vivre des sensations nouvelles lors de votre prochain voyage ? Sortez votre famille de sa zone de confort avec ces idées d’aventures à partager.

1. L’Islande avec ses enfants

Faire du traîneau à chiens, voir des baleines, marcher sur un glacier, admirer des aurores boréales, se baigner dans d’innombrables bassins géothermiques : un séjour en Islande permet tout cela à la fois. Et si ce n’est pas encore suffisant, vous pourrez aussi descendre dans les entrailles d’un volcan en activité.
Un âge minimal est requis pour certaines activités et d’autres sont dépendantes des conditions climatiques. www.insidethevolcano.com.
Cratère de Viti, région de Krafla, Islande

2. Voyage nature en Nouvelle-Zélande

La beauté de la Nouvelle-Zélande et sa réputation en matière d’activités de plein air en font une destination appréciée des familles. Louer un camping-car est un moyen économique d’explorer le pays en toute liberté tout en profitant de la nature sans devoir monter sa tente chaque soir.
Ne sous-estimez pas les distances : choisissez entre l’île du Sud et celle du Nord et planifiez vos trajets ; www.newzealand.com donne des infos utiles sur la conduite.
Camping-car en Nouvelle-Zélande

3. Au cœur de la médina de Marrakech, Maroc

L’appel à la prière et les charmeurs de serpents, les ruelles, les boutiques débordant de marchandises, les épices, les tagines et les jus de fruits frais : la visite de la médina de Marrakech est une aventure pour les sens mais aussi une formidable occasion d’acquérir un savoir-faire indispensable en voyage, l’art du marchandage.
Préparez vos enfants en leur donnant des clés pour comprendre la culture locale et la marche à suivre si vous deviez vous perdre dans le dédale de ruelles !

4. Observation de la faune en Afrique du Sud

Pour la plupart des voyageurs, observer des animaux à l’état sauvage est le nec plus ultra en matière de sensations fortes. Le parc national Kruger est parfaitement adapté aux enfants car il y a une forte probabilité de voir des animaux et les distances à parcourir sont relativement faibles dans la partie sud du parc. Des lodges dotés de piscine permettent de se rafraîchir.
Les enfants apprendront tous les secrets des éléphants au musée de Letaba. Avant de réserver, vérifiez les restrictions d’âge si vous voyagez avec des moins de six ans.
Lion au parc national Kruger, Afrique du Sud

5. Activités insolites à Snowdonia, Pays de Galles, Royaume-Uni

Faire du trampoline dans une grotte, s’envoler sur une balançoire géante, surfer dans un lagon artificiel : le nord-ouest du pays de Galles s’impose logiquement parmi nos destinations aventure. Les enfants adoreront aussi s’initier à l’histoire dans les nombreux châteaux, grimper au sommet du Snowdon et monter à bord d’un train à vapeur.
Pour d’autres activités insolites, voyez www.surfsnowdonia.co.uk et www.zipworld.co.uk.
Train à vapeur du Snowdon, Snowdonia, pays de Galles

6. Explorer Washington en famille, États-Unis

Explorer une capitale célèbre est une aventure en soi. À Washington, vous pourrez combiner l’apprentissage (de l’art de l’espionnage à l’International Spy Museum), les études (d’histoire au Lincoln Memorial et dans d’excellents musées) et les distractions (monter en ascenseur en haut du Washington Monument, naviguer sur le Tidal Basin).
Beaucoup de sites sont gratuits mais il faut parfois réserver un créneau horaire.
Lincoln Memorial, Washington DC, USA

7. Escapades dans le Sud-Ouest de l’Australie

Vos enfants ont la tête dans les nuages ? À eux le parcours dans la canopée à 600 m de haut dans la Valley of the Giants. Ils préfèrent les souterrains ? Cap sur les grottes de la région de Margaret River. Ils préfèrent les animaux ? Allez voir les baleines à Geographe Bay. Ou peut-être aiment-ils ramasser des coquillages, faire du vélo, grimper aux arbres ? Ici, tout est possible…
Les baleines sont visibles de juin à début décembre. Pour des infos sur les activités de plein air, voyez www.margaretriver.com.
Valley of the Giants, Australie

8. Le Japon avec des jeunes aventuriers

Pour les ados amateurs de robots, de jeux vidéo et de technologie, le Japon est un paradis. Ajoutez des occupations plus cérébrales (découverte des mangas et des anime, visite des temples et des sanctuaires) et une escapade dans un parc national ou sur une plage, et vous satisferez même le plus réticent des jeunes aventuriers.
À Kyoto, voyez le musée international du Manga ; Akihabara, à Tokyo, est le quartier des jeux vidéo.

9. Aventure familiale au Sri Lanka

Entre les éléphants, les trains, les temples, les plages, les forts et les parcs naturels, ce petit coin (mais grande île) du sous-continent indien a largement de quoi occuper vos chers petits, sans compter qu’ils seront partout accueillis chaleureusement. Avec un peu d’organisation et le goût de l’aventure, le séjour sera une expérience enrichissante pour tous.
Le forum des voyageurs de Lonely Planet propose des informations utiles. Emportez de la crème solaire, de l’anti-moustique et des moustiquaires : on en trouve difficilement sur place.
World's End, parc national de Horton Plains, Sri Lanka

10. Voyage en famille en Malaisie

Que vous optiez pour les plages, la jungle ou les villes, la Malaisie constitue pour vos enfants une excellente introduction à l’Asie du Sud-Est. La facilité des déplacements et le niveau de confort équivalent aux standards européens permettent de tempérer le côté exotique (la chaleur et l’humidité, les saveurs inconnues, l’agitation).
Singapour est un bon point d’accès, avec de fantastiques attractions pour les enfants. Les plus grands apprécieront de partir observer les animaux dans les parcs au cœur de la jungle.

Travailler depuis le monde entier

Travailleurs sans frontières

Ordinateur portable et hamac

Grâce aux nouvelles technologies de communication et aux espaces de coworking, de plus en plus de travailleurs indépendants gagnent leur pain tout en voyageant. Pour ces “nomades numériques”, le monde – comme le bureau – ne connaît plus de frontières.

 Travailler aux 4 coins du monde

Le nouveau concept de bleisure − mélange de travail (business) et de loisirs (leisure) – s’applique à cette génération à qui l’essor de “l’économie collaborative” a ouvert les portes d’un monde professionnel itinérant.
À l’origine, ces nouveaux travailleurs, parfois surnommés “nomades numériques” ou “e-travailleurs”, étaient surtout des créatifs, des universitaires et des informaticiens – graphistes attelés à un projet dans un café d’Amsterdam, développeurs web composant un programme entre deux avions, auteurs tapant leur texte au bord d’une plage en Thaïlande… Aujourd’hui, un nombre croissant d’entreprises a saisi l’intérêt que représente le télétravail.
Selon Forbes, 34% de la main-d’œuvre des États-Unis est désormais considérée comme indépendante, un chiffre qui devrait atteindre 40% d’ici à 2020. La crise économique de 2008, l’évolution technologique (smartphone, Cloud) et l’influence des réseaux sociaux ont créé les conditions idéales pour la génération freelance.
Il y a encore 10 ans, il fallait un carnet d’adresses bien rempli pour devenir indépendant. Aujourd’hui, il suffit de rejoindre une plate-forme (Upwork, Fiverr…) permettant aux travailleurs et aux employeurs du monde entier d’entrer directement en contact.
D’abord prisé de la génération Y et des jeunes ayant compris qu’ils pouvaient faire le tour du monde en travaillant, le télétravail a désormais les faveurs de toutes les classes d’âge. Qu’il s’agisse de semi-retraités entamant une deuxième carrière sous les tropiques, d’étudiants prenant une année sabbatique tout en gagnant leur vie, ou de jeunes familles profitant d’une mission pour s’installer durant une courte durée à l’étranger.
Si les bénéfices sont évidents, il existe quelques risques : instabilité, problèmes de trésorerie et contrats “zéro heure”… Autre aspect souvent sous-estimé, il est parfois difficile d’apprécier un pays quand on est trop focalisé sur son ordinateur. Il est donc primordial de savoir gérer son temps et de s’accorder des pauses.
Aujourd’hui, n’importe quel endroit peut se transformer en lieu de travail – hall d’hôtel, café, banc public… Toutefois, l’une des caractéristiques du télétravail est la multiplication des espaces de coworking. Ces derniers permettent aux freelance de disposer des équipements d’un bureau (Wi-Fi, imprimante voire café gratuit) moyennant un forfait à la journée, au mois ou à l’année.
Les lieux de travail partagés leur permettent aussi de rencontrer d’autres personnes travaillant dans leur domaine. Les réseaux comme Copass ou WeWork se développent à vitesse grand V, avec l’apparition de nouveaux sites dans des villes du monde entier.
Si les grandes capitales occidentales figurent parmi les hauts lieux du coworking, des destinations plus habituées à voir passer des voyageurs avec leur sac à dos séduisent de plus en plus. Ubud (Bali) et Medellín (Colombie) sont très appréciées pour le coût de la vie intéressant, leurs écoles internationales et leurs communautés d’expatriés. Plus réputée pour ses temples, Chiang Mai, en Thaïlande, connaît également un succès grandissant grâce à son climat tempéré et à ses services tournés vers les Européens. La ville accueillera la Coworking Unconference en février 2017.

Espaces de coworking au monde

Voici 10 espaces de coworking parmi les plus tendance de la planète…

  1. Betahaus (Berlin, Allemagne) : espace de coworking et café.
  2. Urban Place (Tel-Aviv, Israël) : au cœur du “pays start-up”, sur le très chic boulevard Rothschild, avec vue sur la Méditerranée.
  3. Punspace (Chiang Mai, Thaïlande) : dispose de deux espaces, à Nimman et Tha Phae Gate, avec en-cas, café et accès 24/7.
  4. Laptop (Paris, France) : espaces douillets et salles de réunion dans un atelier du XIXe siècle réaménagé.
  5. The Farm (New York, États-Unis) : installé à SoHo, ce refuge compte même une maison dans les arbres.
  6. Cowo|360 (Rome, Italie) : un espace de travail lumineux, moderne et aéré dans le nord-est de Rome.
  7. Kindred Studios (Melbourne, Australie) : espace de travail, ateliers d’artistes, bar et… cours de yoga.
  8. Thinking Hut (Amsterdam, Pays-Bas) : installé dans d’anciennes écuries datant de 1912.
  9. Hubud (Ubud, Bali) : dynamique carrefour d’expatriés dans un cadre en bambou, avec vue sur les rizières.
  10. Ondas (Medellín, Colombie) : un lieu combinant café, espace de coworking et école de langue espagnole.

 

5 capitales d’Europe de l’est à découvrir

5 capitales d’Europe de l’est à découvrir

De Prague à Bucarest en passant par Budapest, Belgrade et Sofia,  Qu’elles soient plutôt branchées innovation technologique, économique et artistique, cuisine, “night life” ou spas et bien-être, ces villes montent…

Meet Factory, Prague

 Prague, l’innovante

Prague n’a pas fini de surprendre ses visiteurs. Cette capitale de conte de fée avec ses petites maisons de la rue Zlata Ulicka, son pont Charles sur la rivière Vltava, reste l’une des plus visitées d’Europe et la tendance ne risque pas de décliner ! Prague se ré-invente en permanence et n’a pas peur des nouveaux concepts, surtout dans les nouvelles technologies : des espaces de co-working y ont fleuri ces dernières années, des cafés bitcoins également mais aussi de plus en plus d’endroits où on peut payer avec la fameuse crypto-monnaie inventée par le mystérieux Satoshi.

Mais la Golden City d’Europe – comme certains la surnomment du fait de son dynanisme et de son taux de chômage très peu élevé – a bien d’autres cordes à son arc : des hôtels boutique en plein coeur de la capitale pour les petits budgets (comme le Fusion Hotel), des hubs artistiques comme le Meet Factory, le quartier de Krimska Corso, surnommé le Little Berlin, en pleine effervescence et gentrification…

Côté culinaire, les chefs ré-inventent la cuisine traditionnelle tchèque à base de veau, poulet et lapin. Ne manquez pas de l’expérimenter à l’Augustine Restaurant… Pour les végétariens et les petits budgets, rassurez-vous, Prague regorge de bonnes adresses et de marchés – celui de Prague 1 est très sympa – pour essayer mets et produits locaux.
Soucieuse de son environnement, Prague favorise les balades à vélo : l’idéal pour longer la rivière Vlata et circuler dans cette ville devenue un incontournable de l’Europe de l’Est.

 Budapest, bains, luxe, calme et volupté !

Tout aussi romantique mais plus imposante que Prague, avec son passé Ottoman, royal, impérial et le beau et large Danube qui sépare Buda de Pest, Budapest est une ville qui donne envie de prendre soin de soi à des prix raisonnables. Elle est, sans comparaison possible, la capitale des bains. Depuis l’ère romaine, on se baigne dans les eaux thermales de Budapest. À votre tour aujourd’hui de plonger dans les eaux thermales et médicales des majestueux Bains Gellert, ouverts depuis 1918 (tous les jours de 6h à 20h), dans un décor à la fois oriental et art déco. Amateurs d’échecs – de gigantesques échéquiers incitent à defier les habitués –  et de piscines extérieures, les bains Széchenyi, situés au coeur du City Park, entourés de bois et ouverts tous les jours de 6h à 20h, vous immergent dans un univers féérique. Surtout en hiver quand les bassins et la vapeur d’eau se confondent avec le sol enneigé.

Et comme Budapest sait aussi innover, il existe une manière moins orthodoxe de profiter des bains : la nuit lors de “night-time bath parties” avec disco et lasers en plus des bulles (trouvez votre bonheur sur : http://www.spasbudapest.com). Bref, de l’eau, des bulles et du bien-être 24h sur 24 tout au long de l’année. Sans oublier les balades au bord de l’eau : les bords du Danube sont magnifiques !

Thermes Széchenyi, Budapest

Belgrade, vivre la nuit

Moins connue et visitée que ses cousines hongroise et tchèque, Belgrade a pourtant bien des attraits. En plus d’être une destination très peu onéreuse, elle est devenue la capitale de la “night life”. Pour les amateurs de clubs, de DJs, de musique électro et de scène underground constamment en mouvement, Belgrade est la destination de rêve. Parmi les clubs les plus en vogue, l’Opservatorijum qui est aussi une galerie d’art et le KGB Caffe, dans un sous-sol, dont le décor, emmitoufflé de posters, n’a pas changé depuis 15 ans et rappelle le temps où les Belgradiens se cachaient dans des appartements ou des caves pour continuer à faire la fête malgré les bombardements de l’OTAN en 1999.

La “night life” de Belgrade ne se vit pas que dans les clubs mais aussi dans la rue. Se balader dans la rue Skadarlija vous enchantera. Lieu connu pour son passé bohème et artistique, il fut fréquenté par des artistes, des écrivains, des journalistes et garde une atmosphère bohème renforcée par pléthore de tavernes et restaurants où des groupes de musique traditionnelles rivalisent avec des bars hyper branchés, punks ou hard rocks ! Un beau mélange des genres et un chouette bar/club où faire une halte, le Club Sioux. À Belgrade, on sait quand la nuit commence mais pas quand elle finit !

Une soirée électro DJ à Belgrade

 Sofia, une halte culinaire nécessaire

Sofia est un paradis du palais et des amateurs de vestiges architecturaux de l’ère communiste. Située au pied des montagnes majestueuses du Vitocha, Sofia est truffée de perles culinaires. Son emplacement géographique au coeur des Balkans du Sud, son histoire liée à l’empire ottoman et ses liens proches avec la Russie ont contribué à faire de ce petit pays un trésor culinaire. La cuisine bulgare est influencée par toutes ces cultures et offre une variété unique dans les Balkans : poissons, viandes, légumes, fruits, tout y est decliné à toutes les sauces et à toutes les cuissons.

Aujourd’hui, les cuisiniers bulgares n’hésitent pas à mélanger les genres et s’inspirer des cuisines d’ailleurs. Pour vous émoustiller les papilles, commencez par un bon repas au restaurant Happy, une chaîne avec un nombre de choix de plats formidables. Vous pourrez ensuite orienter votre palais vers des restaurants plus traditionnels comme Izbite. Mais les bonnes adresses ne manquent pas, au contraire. Suivez les queues devant les petits restos et vous saurez où bien manger.

Vestiges du Communisme, Sofia

Bucarest, un vivier d’énergie

Elle est bien loin la Bucarest toute grise et déprimante des années 90. Aujourd’hui, la capitale roumaine est un vrai vivier où l’on sent l’énergie d’une nouvelle génération prendre le dessus sur la précédente. Elle est devenue un véritable hub pour la création de start-up et le théatre d’une dynamique qui va autour : cafés et restos branchés, comme le Energiea dans la vieille ville ou pura vida, espace de co-working au sein du très chouette hôtel Old Town Bucharest,  … de nouvelles adresses se sont développées un peu partout en ville ces dernières années.

L’innovation roumaine ne se limite pas aux start-ups mais se prolonge dans un renouveau artistique. Les ateliers d’artistes prolifèrent comme les fascinants ateliers d’artistes du collectif Carol 53 dans une vieille maison abandonnée du début du siècle. Bucarest a perdu de sa grisaille et offre aujourd’hui un véritable bol d’énergie.

Café Trendy, Bucarest
Source Lonely Planet 




Tentez l’expérience de voyages mythiques

Tentez l’expérience de voyages mythiques

everest_north_face_toward_base_camp_tibet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel voyageur n’a jamais rêver de traverser l’Antarctique en ski , de réaliser un road-trip en Australie ou de faire l’ascesion de l’Éverest ou  parcourir la route de la Soie…

1. Parcourir la route de la soie (Asie centrale)

Aucun panneau, aucune carte de référence, aucun GPS avec la voix de Marco Polo pour prendre à gauche au prochain caravansérail. Ce réseau tentaculaire d’antiques routes commerciales reliant la Méditerranée à l’Orient compte en fait plusieurs routes de la Soie. Au départ d’Istanbul, choisissez votre propre chemin vers l’est. Parmi les sites phares : les grandes villes d’Ouzbékistan, le marché du dimanche de Kachgar, la route du Karakoram (Pakistan) et les innombrables pays en -stan, hors du temps. Pour éviter certains maillons de la chaîne (comme l’Irak ou l’Afghanistan), il vous suffira de suivre un parcours alternatif.

Mieux vaut voyager d’ouest en est car plusieurs pays de la partie occidentale délivrent des visas pour des dates d’entrée précises.

2. Naviguer sur l’Amazone (Brésil, Amérique du Sud)

« Si l’on ne risquait pas sa vie, ce serait hilarant » selon Ed Stafford, premier homme à avoir descendu à pied le cours de l’Amazone en 2010 : 6 400 km en 860 jours, depuis sa source dans les Andes péruviennes jusqu’à son embouchure dans l’Atlantique au Brésil. Serpentant à travers la plus grande forêt équatoriale au monde, ce gigantesque fleuve est un endroit inhospitalier où l’on peut rencontrer serpents, insectes, maladies et habitants potentiellement hostiles. Mais c’est également le lieu d’une biodiversité inestimable, de tribus fascinantes et de véritables aventures à la Indiana Jones. Pour les vivre, il suffira de sauter dans un bateau (ferry, yacht de croisière ou pirogue).

Les plus grandes villes sur l’Amazone sont rarement accessibles par la route, mais en avion ou en bateau. Manaus, Iquitos et Belém sont des points stratégiques.

Amazone, Brésil

3. Road-trip en l’Australie en van

Plus que des vacances, il s’agit d’un rite de passage. La longueur et la grandeur de l’Australie poussent les voyageurs à prendre la route dans des camping-cars vintage. Vers le nord depuis Sydney, vers l’ouest depuis Adélaïde ou englobant le continent dans son intégralité (environ 16 000 km, pour information), votre périple présentera certaines constantes : vous manquerez de renverser un wallaby, vous vous affolerez de votre niveau d’essence au diable vauvert, vous développerez une obsession pour ces Big Things (sculptures géantes) kitsch jalonnant les routes, et vous passerez le moment le plus extraordinaire de votre vie. De quoi vivre des expériences hors du commun en Australie.

Il vous sera utile d’emporter des roues de secours, quantité de nourriture et d’eau ainsi qu’un portable ou téléphone par satellite chargé. Évitez de conduire la nuit.

Sur la route, Australie

4. Admirer l’Iditarod, Alaska (États-Unis)

Inspirée de l’époque des chercheurs d’or et des traditions sur le déclin, l’Iditarod est surnommée Last Great Race (« dernière grande course sur terre »). Cette gigantesque course de chiens de traîneau d’Anchorage à Nome s’est tenue pour la première fois en 1973 pour promouvoir cet héritage alaskien (et faire un pied de nez aux motoneiges dernier cri), et suit la route qu’empruntaient jadis les pionniers de la ruée vers l’or. Aujourd’hui, cette quête de 1 600 km est d’une incroyable rudesse. Les meneurs guident leurs chiens à travers une toundra impitoyable, en haut de cols de montagne, et sous des blizzards et des températures de −70°C. Laissez-la aux experts ; assistez à la cérémonie de départ à Anchorage, à la reprise à Wasilia (à 65 km au nord), ou louez une motoneige pour essayer de les suivre.

La course débute à Anchorage le 1er samedi de mars ; les compétiteurs la terminent généralement en 9 à 15 jours.

5. Rejoindre le pôle sud en skis (Antarctique)

Voyager vers les rives de l’Antarctique est à inscrire sur sa liste de choses à faire avant de mourir, mais atteindre le pôle Sud géographique lui-même (niché au redoutable cœur du Continent Blanc) est une aventure unique. L’entreprise ressemble plus à une expédition à la Scott et Amundsen, stalactites sur la barbe et panneau impossible à trouver inclus. Heureusement, un siècle après ces pionniers du pôle Sud, on peut atteindre les 89° de latitude Sud en avion puis glisser à skis sur les derniers 110 km jusqu’à destination. Ou alors, on peut prendre un itinéraire plus long : partir de l’Anse d’Hercule, à l’extrémité du continent, et parcourir les 1 170 km éreintants jusqu’à ce réjouissant repère polaire.

Adventure Network International propose 5 jours de ski vers le pôle Sud via l’excursion “Ski Last Degree” ; comptez 60 jours pour le voyage au départ de l’Anse d’Hercule.

Scène de la vie à Port Lockroy, Antarctique.

6. Plonger au fond de la mer (Pacifique)

Des milliers d’alpinistes ont foulé le sommet de l’Everest, le mont culminant de la planète. Mais depuis 2012, seulement 3 personnes ont plongé dans le Challenger Deep, son point le plus bas. Dans ces profondeurs de la fosse des Mariannes, à 320 km au sud-ouest de Guam et à 11 km au-dessous du niveau de la mer, la vie est désolée, noire, froide et dure. On y accède grâce à un sous-marin hautement spécialisé appareillé par une onéreuse mission scientifique. Mais peut-être est-il plus réaliste de prévoir un plongeon vers le Titanic : quelques excursions touristiques (et coûteuses) ont permis à des voyageurs de voir l’« insubmersible », à 3 720 m sous l’Atlantique Nord.

Tenez vous informé sur l’expédition concernant la fosse des Mariannes.

7. Partir pour un road-trip sur la route 66 (États-Unis)

La Route 66 reste un mythe. S’étirant sur 4 000 km entre Chicago et la Californie, elle traverse le Kansas, le Texas et l’Arizona. Un périple à vivre au volant d’une vieille Pontiac ou d’une Chevrolet, comme à la grande époque. Vous ne couperez pas aux hamburgers-frites, aux parts de tarte et aux sodas servis dans des gobelets en carton. Main Street USA ou Mother Road, comme on la surnomme affectueusement, a beau être remplacée, portion après portion, par des autoroutes flambant neuves, sa légende n’est pas près de s’éteindre.

Environ 85% de la route d’origine existent encore aujourd’hui.

Road trip sur la Route 66 Creative commons

8. Naviguer autour du monde

Naviguer autour du globe comme un capitaine Cook ou un Magellan des temps modernes est un défi envoûtant pour un voyageur. Vous pourrez aller n’importe où et partout au gré du vent et des conseils de sécurité pour éviter les pirates… et vous n’aurez peut-être même pas besoin d’un bateau. Si les milliardaires se prélassent sur leur yacht luxueux, des possibilités existent pour les plus désargentés : avec votre permis bateau, vous n’aurez qu’à vous inscrire pour un tour du monde en navire. À vous Tahiti, les Caraïbes ou le cap Horn.

Grâce à des organisations comme la Bourse aux équipiers, volontaires et navigateurs chevronnés peuvent intégrer l’équipage de nombreux bateaux.

9. Gravir l’Everest (Népal)

Un nombre croissant d’alpinistes s’attaque chaque année à l’Everest. Bien qu’aucun autre sommet au monde ne dépasse ses 8 850 m, et en dépit de ses champs de glace traîtres et de sa « zone de la mort » (dans ce royaume au-dessus de 8 000 m, le corps manque d’oxygène), l’Everest n’est pas le mont le plus difficile à dompter. Certes, l’ascension est très, très dure et très, très chère (environ 50 000 USD), mais avec de l’argent, de la persévérance et bien sûr un entraînement harassant, vous pourrez vous tenir debout sur le Toit du monde.

Les expéditions sur l’Everest partent de Lukla (accessible en avion depuis Katmandou) et durent environ 70 jours. La saison de l’ascension s’étend de mars à mai.

Camp de base de l'Everest.Creative commons

10. Parcourir l’Afrique du caire au cap à vélo (Afrique)

Déserts torrides, jungle moite et savane où maraudent d’énormes créatures : sillonner l’Afrique en camion s’avère épique. Maintenant… imaginez de le faire à vélo : 12 000 km à pédaler, à la merci des éléments, sur des routes en nids-de-poule, ou qui n’existent pas, ou encore avec des éléphants qui ont la priorité. Cette vulnérabilité ne vous rendra toutefois pas moins acteur de votre voyage : aucune barrière ne vous sépare des gens, des sites, des sons et des senteurs. Voyager à grande échelle, lentement et avec intensité : voilà comment s’imprégner de l’Afrique.

Prévoyez environ 4 mois et au moins 10 000 € pour l’intégralité de l’itinéraire.




Voyager pas cher : les destinations en 2017

Destinations pas cher en 2017

Randonneurs descendant Thorung La, le plus haut col de montagne au monde, Népal
Envie de voir le monde sans trop dépenser ? Découvrez notre palmarès des destinations de rêve à des prix abordables en 2017, pour les voyageurs soucieux de leur budget.

 Le Népal, un pays asiatique pas cher

Le Népal commence à se redresser après les séismes de 2015 et la pénurie de carburant qui compliquait fortement les déplacements. Il reste un excellent choix pour les voyageurs à petit budget qui peuvent découvrir les plus beaux itinéraires de trek et une faune sauvage méconnue pour moins de 45 € par jour. Les touristes reviennent peu à peu, emboîtez-leur le pas : où que vous alliez, on vous accueillera à bras ouverts, car vos devises seront des plus précieuses pour aider le pays à se reconstruire.
La monarchie ayant été abolie en 2008, le mont Everest remplace le roi du Népal sur tous les billets de banque.

 La Namibie, une destination très abordable

Indexé sur le rand sud-africain, le dollar namibien se déprécie depuis plusieurs années face aux devises étrangères. C’est le moment d’en profiter pour visiter ce fabuleux pays où vous attendent des expériences sans pareilles : observation de la faune dans le parc national d’Etosha, randonnée à travers le sublime Fish River Canyon, surf des sables sur les immenses dunes de Sossusvlei…
Pour dénicher les vols les moins chers, faisant généralement escale à Johannesburg, évitez les vacances scolaires sud-africaines et européennes, en particulier fin décembre et janvier. Sinon, optez pour un vol charter Condor passant par Francfort. Le bleu infini du ciel et la clarté des nuits étoilées vous laisseront des souvenirs inoubliables sans vous coûter un centime de plus.
Les pourboires sont interdits dans les parcs nationaux. Dans les lodges des safaris, laissez un premier pourboire aux guides et un second que se partageront les autres employés.
Les dunes du désert du Namib figurent parmi les plus hautes du monde

 Porto, ville accessible au Portugal

Cette cité moins prisée que Lisbonne mérite d’être découverte, ne serait-ce que pour sa situation à l’embouchure du Douro et ses très bons restaurants et hôtels aux tarifs abordables, d’autant que les nombreuses compagnies low cost qui la desservent rendent le trajet en avion plus économique que jamais. La deuxième ville du Portugal possède plusieurs musées peu coûteux, des tramways qui raviront les amateurs de transports rétro et une plage de galets accessible en une heure de marche le long du fleuve. Ses caves pittoresques proposent des visites et des dégustations, et il est facile d’organiser des excursions vers les domaines viticoles des environs. La délicieuse francesinha, sorte de sandwich au steak, au jambon et à la saucisse, nappé de fromage fondu et de sauce tomate, vous nourrira toute une journée. Cette spécialité locale est même souvent assez copieuse pour deux.
Le FC Porto, l’un des grands clubs de foot européens, joue à l’Estádio do Dragão. Les billets pour les matchs sont relativement peu chers : cherchez sur viagogo.com.
Des maisons aux façades carrelées traditionnelles décorent les berges de Porto

4. Séjour bon marché à Venise, Italie

Venise rime rarement avec petits prix. La cité des Doges est pourtant une destination incontournable où affluent chaque jour des voyageurs mus par l’espoir de la visiter sans vider leur compte en banque. Autrefois, on conseillait de dormir à Mestre, voire à Trévise, et de prendre le train pour venir passer la journée sur place, mais cela ne permettait pas de s’attarder pour une balade nocturne ou une soirée dans les osterie (bars) de la ville. Aujourd’hui, avec les locations offertes sur des sites tels qu’Airbnb, on peut loger à Venise même, à des tarifs compétitifs. En optant pour un quartier peu touristique, vous pourrez ainsi cuisiner vous-même vos repas, réduire le coût des transports et arriver le premier dans les sites les plus appréciés.
Économisez du temps et de l’argent en réservant vos transports et vos entrées aux musées avant de partir. www.veneziaunica.it.
Gondole se dirigeant vers la Basilique Santa Maria della Salute, Grand Canal de Venise

5. Voyage pour petits budgets à Debrecen, Hongrie

S’étendant à l’est de Budapest, Debrecen est la deuxième ville du pays et le cœur de la Hongrie rurale. Désormais accessible par des vols low cost depuis sept pays européens (dont la France et la Belgique), elle commence à s’ouvrir aux visiteurs étrangers. Riche d’une longue histoire mâtinée d’influences plus modernes auxquelles elle doit sa vie artistique florissante et les festivals d’été qui animent ses rues, Debrecen se distingue surtout par sa situation en lisière de la puszta (Grande Plaine). Pays des chevaux et des cavaliers, abritant le parc national de  Hortobágy, cette région continue d’incarner une image romantique de la Hongrie.
Voici un petit coin d’Europe où l’on peut voyager à moindre coût en ayant l’impression d’être un pionnier. En Belgique les vols partent de l’aéroport Charleroi-Bruxelles-Sud, en France de celui de Paris-Beauvais. Pour des informations et des conseils, voyez fr.gotohungary.com.
Au-delà de sa riche histoire, Debrecen est importante pour sa scène d'art contemporain et son large choix de festivals

6. Le Belize, un pays à bas prix

Souvent considérée comme l’une des destinations les plus coûteuses d’Amérique centrale, le Belize présente cependant de nombreux atouts, comme la possibilité de faire de la plongée ou du snorkeling dans la mer des Caraïbes et d’explorer des ruines mayas, telles que Caracol, dans une jungle peuplée d’animaux. Sa petite taille facilite les déplacements et la proximité du Mexique et des Caraïbes inspire une cuisine de rue d’un exceptionnel rapport qualité/prix qui permet de manger pour quelques sous. Il suffit de partir au sud vers Placencia et Hopkins pour découvrir des stations balnéaires paisibles et encore peu connues, bien loin des luxueux complexes hôteliers d’Ambergris Caye.

Mai et juin sont d’excellentes périodes, avec des températures plus basses qu’en été mais moins de visiteurs, donc des tarifs hôteliers plus intéressants.

Tobacco Caye est l'une des petites îles tropicales à explorer pour un séjour réussi à Belize

7. Le Maroc, pays des bonnes affaires

Stable, accessible et multiforme, le Maroc est synonyme de dépaysement à moindre coût. Facile à rejoindre depuis les pays d’Europe occidentale, il présente un contraste saisissant avec ces derniers. Offrant plus de possibilités d’hébergement que jamais, l’incontournable Marrakech conserve, malgré la présence d’une foule de touristes, son ambiance à la fois frénétique et chaleureuse. Essaouira est désormais desservie par des vols directs au départ de Londres ou Paris. Quant à la cité portuaire de Tanger, elle est en pleine renaissance, avec des hôtels en cours de construction ou de rénovation dans sa vieille ville jadis décrépie.
La transformation de la côte atlantique est vouée à s’accélérer avec la construction d’une ligne de TGV entre Tanger et Casablanca qui devrait entrer en service en 2018.
Place Djemaa el-Fna, Marrakech

8. La Russie, un voyage peu coûteux

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le cours du rouble est favorable aux touristes européens et la Russie reçoit de ce fait un nombre croissant de visiteurs. Les tarifs affichés dans les grands hôtels de Moscou peuvent faire figure de repoussoir, mais voyons les choses autrement : les dépenses quotidiennes sur place étant réduites, on peut par exemple profiter des liaisons aériennes à bas coût pour rejoindre l’une des villes d’étape du transsibérien et en parcourir un tronçon. C’est aussi le bon moment pour découvrir les trésors de Saint-Pétersbourg. Surveillez les fluctuations du rouble mais, même si elles tournaient à votre désavantage, sachez qu’en 2018 la Coupe du monde de foot provoquera une hausse de la fréquentation touristique… et des prix : une autre raison de se rendre en Russie dès maintenant.
Pour trouver des billets d’avion à bas prix vers la Russie et dans le pays, consultez skyscanner.fr.
La splendeur des canaux et des cathédrales de Saint-Pétersbourg nous rappelle que la ville fut jadis capitale de l'Empire russe

9. Péninsule de Bellarine, destination moins chère en Australie

Depuis des générations, la presqu’île de Bellarine est la villégiature favorite des habitants de Melbourne en quête de tranquillité. Aujourd’hui, outre ses plages à la beauté intemporelle et ses villes historiques telles que Queenscliff et Portarlington, cette région de l’État du Victoria offre plusieurs centres d’intérêt, comme le Jack Rabbit Vineyard et la Flying Brick Cider Co. On peut aussi faire du vélo sur le tracé d’une ancienne voie ferrée ou pratiquer la pêche à pied, le snorkeling et le surf. Accessible en ferry depuis la péninsule voisine de Mornington, beaucoup plus cossue, Bellarine constitue un point de chute pratique où passer quelques jours avant de continuer vers la Great Ocean Rd.
Jusqu’à 14 ferries relient quotidiennement Queenscliff et Sorrento, dans la péninsule de Mornington. www.searoad.com.au.
Phare de Point Lonsdale, point de repère dans le Sud-Est de la péninsule de Bellarine

10. Upper Peninsula et ses prix raisonnables, Michigan, États-Unis

Vous n’avez sans doute jamais entendu parler de l’Upper Peninsula, la plus au nord des deux vastes presqu’îles qui forment le Michigan. Avec son cadre naturel de toute beauté et ses villes et villages charmants qui semblent tout droit sortis d’un tableau de Norman Rockwell, cette région a pourtant de quoi rivaliser avec les destinations les plus courues du pays. Fréquentée essentiellement par les habitants du Middle West, elle se démarque par ses prix raisonnables, ses touristes relativement peu nombreux et son ambiance détendue. Elle recèle des vieux phares, des centaines de kilomètres de plages le long des Grands Lacs, des forêts parmi les mieux préservées du pays et plus de 300 cascades, petites ou très spectaculaires. Interdite aux voitures, l’île Mackinac est un joyau de 10 km2 aux jolies boutiques et aux panoramas fabuleux.
Plus de 40 phares jalonnent les berges de l’Upper Peninsula. Certains sont ouverts au public, d’autres ont été transformés en B&B. www.uptravel.com.
Plus de 40 phares ponctuent les rives de l'Upper Peninsula dans le Michigan
Source Lonely Planet




Conseils pour un votre premier voyage aux Philippines

Conseils pour votre premier voyage aux Philippines

Astuces voyage

Blue Lagoon, Philippines

Les Philippines vous ouvrent les bras pour un voyage inoubliable dans l’un des plus beaux pays d’Asie du Sud-Est. Malgré sa domination par les civilisations espagnoles et américaines, l’archipel a su conserver une culture propre et une identité forte. Lors d’un voyage aux Philippines, comment vivre, visiter, et dépenser « malin » ? Comment bien se comporter et parler aux Philippins ? Vous trouverez ici tout ce qu’il faut savoir sur les Philippines et ses habitants, pour bien vous préparer et profiter de votre voyage dans les meilleures conditions.

Pense-bête avant de partir

1. Votre passeport doit être valable au moins six mois après la date de votre arrivée (toutes nos infos sur les formalités d’entrée aux Philippines)
2. Renseignez-vous sur les frais relatifs à votre carte bancaire aux Philippines
3. Certains hébergements préfèrent percevoir leur règlement à partir d’un compte Paypal au lieu d’une carte bancaire
4. Prévoyez une assurance de voyage adéquate

Ce qu’il faut emporter

1. Pull-over ou blouson pour les bus exagérément climatisés et les ferries
2. Bouchons d’oreille (les coqs et les karaokés ne manquent pas de voix)
3. Lampe frontale (baisses de tensions et pannes de courant sont fréquentes)
4. Sarong : peut servir de serviette de plage, de drap ou de châle
5. Sac imperméable pour visiter les îles
6. Combinaison à manches longues et chaussons de plongée pour le snorkeling
7. Lunettes de soleil et crème solaire en abondance
Paysage paradisiaque aux Philippines

Comment s’habiller aux philippines

En raison du climat tropical aux Philippines, la décontraction est de mise. Cela dit, la plupart des habitants sont tellement habitués à la chaleur qu’ils portent souvent des pantalons dans les zones urbaines (au bureau, notamment) et les centres commerciaux. Dans les villages, les zones rurales et les stations balnéaires, vous aurez uniquement besoin d’une paire de sandales, d’un short et d’un T-shirt. Excepté aux abords de la plage, les femmes éviteront de porter des vêtements courts qui pourraient attirer l’attention. Sinon, les tenues légères et confortables constituent la règle.

Hébergement aux philippines

En haute saison, il est conseillé de réserver son hébergement aux Philippines, surtout dans les régions touristiques prisées comme Boracay ou El Nido.
– Resorts Du complexe hôtelier ultra-luxueux à la simple hutte en nipa avec ventilateur. Les resorts battant pavillon européen sont généralement plus sophistiqués.
– Hôtels Visant une clientèle nationale, les hôtels sont souvent d’anonymes constructions bétonnées et climatisées, tandis que les 5-étoiles de Manille ont des allures de palaces un peu pompeux.
– Pensionnes Des hôtels indépendants relativement bon marché.
– Auberges de jeunesse Les auberges pour touristes étrangers sont généralement plus confortables que celles destinées aux jeunes Philippins (les lits de ces dernières sont souvent plus courts).

6 conseils pour économiser aux philippines

1. Voyagez léger : la plupart des vols intérieurs facturent l’excédent de bagages, et la limite autorisée est vite atteinte.
2. Des hôtels et restaurants fournissent gratuitement de l’eau purifiée (n’hésitez pas à remplir vos bouteilles).
3. Profitez des tricycles “en commun” pour seulement 8 P.
4. Imitez les Philippins : fréquentez les mêmes petits restaurants qu’eux.
5. Préférez le café instantané à la version moulue, plus chère.
6. Les chambres avec ventilateur (meilleur marché) peuvent être aussi confortables que les chambres climatisées.
De manière générale, le coût de la vie aux Philippines est bien moins élevé qu’en Occident.

Marchandage

Le marchandage modéré se pratique dans nombre de marchés en extérieur, même si le prix de certains produits alimentaires est fixe. Le marchandage est courant partout où on vend de l’artisanat pour les touristes. La même politique s’applique pour la location de motos, de taxis à la journée et de bangka (embarcations en bois), même si les tarifs officiels sont parfois affichés.

Pourboire

– Restaurants Certains restaurants facturent un supplément de 10% pour le service. Cependant, un petit pourboire est toujours apprécié (de 40 à 50 P/personne si le service n’est pas inclus).
– Taxis Au minimum, arrondissez le montant, mais n’hésitez pas à rajouter quelques pesos (de 20 à 50 P).

savoir-vivre

Ne vous énervez pas : les Philippins vous prendraient pour un loco (fou). En général, il leur en faut beaucoup (à moins qu’ils n’aient bu, évidemment) pour se mettre en colère. Adoptez la maxime locale : bahala na (advienne que pourra), notamment dans les transports.
– Karaoké. Évitez les huées et les remarques désobligeantes, quelle que soit la qualité de l’interprète.
– Jeepney. Inutile de se plaindre lorsqu’on voyage serré avec des inconnus (mieux vaut prendre les choses avec le sourire).
– Restaurant. Les Philippins ont l’habitude de siffler pour attirer l’attention d’une personne, notamment d’un serveur.
– Noix d’arec. La noix d’arec (betel nut) se chique couramment dans certains endroits, comme la Cordillère philippine.

Langue

L’anglais est très largement employé dans les villes et les régions touristiques. Même dans les zones rurales, les habitants comprennent parfois quelques expressions de base. L’autre langue officielle est le tagalog (ou filipino). En raison de l’histoire coloniale du pays, les hispanophones reconnaîtront quantité de mots. Si le filipino demeure la lingua franca, on dénombre 165 autres idiomes dans tout l’archipel (le cebuano et l’ilocano étant parmi les plus répandus).

PETITS CONSEILS POUR LA ROUTE

À condition d’être à l’aise, la moto constitue l’une des meilleures façons de découvrir les zones rurales des Philippines. On vous saluera avec le sourire et on vous arrêtera sans doute pour bavarder.
Les amateurs de basketball seront ravis. Même le village le plus modeste possède un terrain, souvent composé d’un simple cercle cloué à un palmier. Approchez-vous pour disputer une partie.
En raison des retards fréquents ou des annulations, prévoyez au moins une demi-journée, voire une journée entière, pour regagner Manille ou Cebu en avion.




Organiser ses bagages pour voyager avec un bébé

Faire ses bagages pour voyager avec un bébé

Il faudra penser ses bagages non seulement en fonction du matériel spécialement prévu pour le bébé, mais aussi tenir compte du portage. Pour des raisons de stabilité et d’ergonomie, il est préférable que le parent porteur supporte une charge moins lourde dans le sac à dos. Plutôt que d’envisager deux sacs de 50 litres, on pourra répartir la charge totale entre un sac à dos de 30 litres et un autre de 70 litres, en portant l’enfant devant. Certains objets légers (couches, langes, tissu) ou essentiels (eau, lingettes) peuvent être transportés dans un sac fourre-tout à bandoulière, à condition de ne pas trop déséquilibrer l’ensemble.

Pendant la journée, il faudra avoir sur soi, et à portée de main, les essentiels :

  • gourde
  • biberon
  • gamelle et couverts
  • sacs plastique
  • comprimés de stérilisation à froid
  • petite trousse de premiers soins
  • mouchoirs
  • lingettes
  • désinfectant en gel
  • couteau suisse
  • petit bout de savon de Marseille
  • couches
  • vêtements de rechange
Bien qu’il soit possible de porter le bébé et le sac à dos, le parent voyageant en solo choisira peut-être une valise à roulettes assortie d’un sac ultraléger et un voyage de type “camp de base” – qui permet aussi de prévoir une poussette, si le terrain le permet.

Astuce pratique pour voyager avec un bébé

L’ajout pratique au sac des familles : un grand morceau de tissu ! On le déploie pour le jeu, pour isoler des banquettes suspectes, pour langer bébé ; il sert aussi d’abri contre le soleil ou la pluie, d’écharpe ou de couverture pour se réchauffer, de voile pour allaiter, d’attache pour transporter l’enfant sur soi ou le stabiliser sur une chaise… Pensez à en trouver un suffisamment large, mais qui sèche rapidement lorsqu’on le lave.

À partir de 3 ans

À partir de 3 ans, le bambin peut porter son sac à dos en journée, avec un ou deux jouets qu’il aura choisis, son doudou, une collation et sa bouteille d’eau… La règle générale pour le poids du sac : ne pas dépasser 12% du poids de l’enfant.