Les meilleurs road trip du Monde

Il n’y a rien de tel que la liberté de la route, mais qu’il s’agisse d’un dimanche en voiture sur les routes secondaires de la campagne française ou d’une épopée continentale, vous devrez choisir les bonnes voitures, pour tirer le meilleur parti de votre voyage.

 

The Kimberley, Australie-Occidentale

  • Voitures conseillées : Toyota Land Cruiser ou Nissan Patrol
  • Combien de temps : Une à deux semaines
  • Points forts : le ciel nocturne, la baignade dans les gorges

La chaleur étouffante, les pistes et routes défoncées et des centaines de kilomètres de poussière rouge ne sont pas l’idée que tout le monde se fait du plaisir, mais traverser l’outback australien et cette célèbre route à travers la dernière frontière de l’Australie est une aventure épique. De vastes savanes parsemées de bosquets s’étendent jusqu’à l’horizon tandis que des chaînes rocheuses cachent des bassins bordés de fougères, des chutes d’eau et de l’art rupestre ancien.
Cet itinéraire éloigné est jonché d’épaves de routes, alors oubliez les prétendus tout-terrain – vous aurez besoin d’un vrai 4×4 qui peut traverser des criques inondées et remplies de crocodiles, grimper sur des rochers. Choisissez une Toyota ou une Nissan, vous aurez plus de chances de trouver des pièces lorsqu’elle tombera en panne. Et, vu le nombre de coups qu’il vont recevoir, mieux vaut qu’il ne soit pas vraiment la vôtre !
Autres solutions des loueurs spécialisé proposent des camping-cars 4×4 tout équipés pour affronter la Gibb.

Toronto,Ontario à Vancouver, Colombie-Britannique, Canada

  • Durée : 8 à 10 jours
  • Points forts : grands horizons, montagnes majestueuses, lacs…

Les vastes routes et le grand ciel de la Saskatchewan et du Manitoba s’ont l’endroit parfait pour les claustrophobe. Se déplacer à travers des paysages arides avec rien à voir sur des centaines de kilomètres peut être libérateur, et un bon moyen de décompressez bon marché.
Toronto est un bon point de départ. Avec un peu de créativité et (quelques nuits entières à dormir dans la voiture), des détours intéressants sont possibles, comme la promenade des Glaciers dans les Rocheuses. L es incontournables sont les villes de Banff, Lake Louise , Jasper ainsi que Kamloops et enfin Vancouver pour terminer et enfin déguster un bon plat de fruits de mer.

Novossibirsk, Sibérie à Kyzyl, République de Touva, Russie

  • Voitures conseillées : camping-car 4 roues motrices
  • Combien de temps : une à deux semaines (de Novossibirsk)
  • Points forts : le lac au bout du monde

Si la terre était carrée, la République de Touva, peu connue en Russie, nichée entre la Sibérie et la Mongolie, se trouverait sur un bord. Et à ce bord, il y a un lac, le légendaire Khindiktig Khol; vierge, entouré de prairies, de montagnes enneigées et de kilomètres de tourbières avalées par les véhicules. Personne ne va vous louer un véhicule pour ce voyage – juste pour atteindre le point de départ de Novossibirsk implique un trajet en voiture de +10.000 km depuis Paris.
Une fois sur place, dirigez-vous vers le sud en direction de l’Altaï, et juste à l’extérieur de Kosh-Agach, prenez la  » piste de Tuva « . Apportez quelque chose de robuste, car vous suivrez surtout les ornières de roue à travers la steppe, les rivières à gué, les cols rocailleux parsemés de bouteilles de vodka et vous demanderez votre chemin à l’occasion d’une yourtes étrange. Un véhicule dans lequel vous pouvez dormir est indispensable ; mieux vaut partir à plusieurs (pour pousser et se sortir dans les tourbières). Une fois sorti du lac, il est plus facile de se rendre en voiture jusqu’au Kyzyl, le  » Centre de l’Asie « autoproclamé, où les voyelles sont difficiles à lire.

Sud de la Baja California , Mexique

  • Voitures conseillées : Coccinelle
  • Combien de temps : une semaine à un mois
  • Points forts : surf,fruits de mer et soleil

Les journaux regorgent d’histoires d’horreur dans la région frontalière du nord du Mexique, mais le fond de la péninsule de Baja est considéré comme l’une des régions les plus amicales et les plus sûres du pays. C’est aussi le berceau du surf légendaire, et la côte sauvage est parsemée de petits villages de pêcheurs.
Déserts, canyons,réserves naturelles et montagnes forment l’intérieur du pays,tandis que la route 1, la Carretera Transpeninsular, y donne accès.L’omniprésent Coccinelle de Woslkvagen, hecho en Mexico (fabriqué au Mexique), est le moyen de transport discret parfait pour vous aider à vous fondre dans la masse comme un local.

Namibie et Botswana

  • Voitures conseillées : Land Rover Defender 4RM
  • Combien de temps : de deux semaines à deux mois
  • Points forts : la faune migratrice

Que vous soyez à la poursuite d’animaux sauvages dans le delta de l’Okavango et le parc national de Chobe au Botswana, ou de vagues et de naufrages le long de la côte déserte de la Namibie, vous aurez besoin d’un véhicule 4×4 .
A la fois dans le désert du Kalahari et dans le désert du Namib, voir les sites touristiques (paysages incroyables, faune et population) dans les deux pays implique de parcourir de nombreuses pistes sablonneuses, et les habitants préfèrent le Defender plus léger que les autres 4×4. Il est possible de louer des Land Rover Defenders entièrement équipés.

Côte d’Amalfi, Campanie, Italie

  • Voitures conseillées : Fiat 500
  • Combien de temps : Un après-midi ensoleillé
  • Points forts : Positano coloré

Vous pensez à une Ferrari ? Réfléchissez encore. Pour en louer-une, vaut mieux avoir les moyens. A l’autre bout de l’échelle se trouve la mythique Fiat 500, l’une des plus petites voitures jamais construites, avec un moteur deux cylindres refroidi par air produisant moins de puissance que la plupart des tondeuses à gazon modernes. Pourtant, ce classique italien est le véhicule idéal pour longer la S145 et la S163, des plus pittoresques, entre Sorrente et Salerne, dans le sud de l’Italie, en longeant la falaise.
Avec autant de patrimoine historique, de touristes et de villages de cartes postales perchés au-dessus de la mer couleur azur, la côte amalfitaine ne doit pas être traversée à la hâte. Et avec une Fiat Cinquecento, ça n’arrivera jamais.

Route 50, États-Unis

  • Voitures conseillées : Ford Mustang ou Dodge Challenger
  • Combien de temps : Une à trois semaines
  • Points forts : La solitude du désert

Alors que de plus en plus de voyageurs redécouvrent le plaisir de la Route 66, la  » route la plus isolée d’Amérique  » – alias la Route 50 – est largement inconnue en dehors des Etats-Unis. Reliant les côtes du Pacifique et de l’Atlantique, et plus longue d’environ 1000 km que sa célèbre sœur, la Route 50 traverse des déserts, des montagnes isolées et des terres agricoles du Midwest au départ de Sacramento en Californie jusqu’ à Ocean City dans le Maryland. La partie ouest des badlands du Nevada et de l’Utah est particulièrement peu développée et a été le lieu du classique road movie de1971, ‘Vanishing Point’. Bien sûr, vous pourriez utiliser n’importe quelle voiture, mais pour une bonne dose de rêve et de culture américaine, assurez-vous que c’est un poney.
Louer une Mustang des années 60 aux Etats-Unis n’est pas bon marché (bien que vous puissiez en acheter une moins chère qu’en France). La plupart des entreprises de location peuvent fournir des version récentes

The Big One – Melbourne, Australie à Londres, Angleterre

  • Voitures conseillées : quelque chose de robuste et simple à la fois
  • Combien de temps : De 6 mois à 1 an
  • Points forts : La Chine

Un filet régulier de guerriers de la route purs et durs s’embarquent dans ce voyage des plus engagés. Visez Darwin par la côte ou par le Centre . Expédier votre véhicule directement à Singapour ou à Port Klang en Malaisie, ou sauter la barge en direction de Timor L’Este et traverser l’Indonésie en car ferry. L’Asie du Sud-Est est à vous alors que vous vous dirigez vers la frontière chinoise au Laos.
Il est possible de traverser la Chine dans votre propre véhicule si vous réservez à l’avance un guide auprès d’une agence de voyage chinoise accréditée. De la Chine, dirigez-vous vers l’ouest en passant par le Stans, ou vers le nord en passant par la Mongolie jusqu’en Russie, et ensuite vers la Trans-Siberienne. Prenez tout ce qui, à votre avis, le rendra léger, solide et simple. Vous vous efforcerez d’achever ce voyage dans six mois, mais encore une fois,pourquoi se presser ?

Echappées automnales au Tyrol en Autriche :

Reportages

Autriche : échappées automnales au Tyrol

 

 

 

 

 

 

Au cœur des Alpes autrichiennes, Alpbachtal Landen est une de ces délicieuses vallées dont le Tyrol a le secret. La beauté de ses paysages de montagne est saisissante ! Et le début de l’automne est marqué par de très belles fêtes de transhumance.

Région montagneuse de l’ouest de l’Autriche, le Tyrol est peu connu des Français. Fort de panoramas alpins vraiment féériques, il compte tout de même quelque 500 sommets de plus de 3 000 mètres, des crêtes émaillées par plus de 600 glaciers et de verdoyants alpages d’une quiétude rare. Pour éviter la foule tout en profitant de vues à couper le souffle, cap sur un des dix villages de charme qui composent la vallée d’Alpbachtal.

Le plein d’activités en plein air

La randonnée arrive en tête des activités à pratiquer au début de l’automne. Jusqu’à fin octobre, les températures restent très douces et les journées peuvent être encore très ensoleillées. L’une de nos marches coups de cœur ? Se hisser jusqu’au sommet du Gratlspitz (1 882m), qui toise le village d’Alpbach. De là-haut, la vue sur les alpages et les villages environnants est tout simplement sublime ! À moins que vous ne préfériez faire le tour du Wiedersbergerhorn ? Vous y verrez sans doute s’élancer les parapentistes en quête de sensation, et au fil de votre marche, vous pourrez trouver encore quelques myrtilles dans les buissons, ou observer la flore alpine. Les chanceux apercevront peut-être même un aigle, l’oiseau emblématique du Tyrol. Et les moins sportifs opteront pour le vélo électrique, qui s’est largement répandu dans la vallée.

Les gorges de Tiefenbach

Entre Kramsach et Brandenberg, ces gorges de charme sont adulées par les kayakistes comme par les simples promeneurs. On y faisait autrefois descendre le bois dans des conditions éprouvantes, tant les gorges sont étroites et profondes. Au bout d’une heure de marche, elles débouchent sur une prairie bucolique digne d’une carte postale et dès la première quinzaine d’octobre, les teintes rousses commencent à apparaître au fil de la rivière. Un spectacle enchanteur !

L’Almabtrieb, la grande fête populaire

Le Tyrol peut se targuer de posséder une culture folklorique riche sans être ringarde, qui occupe une place de poids dans le quotidien et le cœur des Tyroliens. À partir de mi-septembre, il est temps pour 3 200 vachers et bergers de descendre le bétail des alpages pour le ramener à l’étable, dans les vallées. Cette transhumance (almabtrieb en allemand) est l’occasion d’une grande série de fêtes -une cinquantaine- dans toute la région. Le premier samedi d’octobre, le jour de la Saint-Rosaire, a toujours lieu la grande désalpe. Des semaines avant l’événement, amis et familles se réunissent déjà pour préparer les cloches et les magnifiques coiffes que porteront les vaches le jour J, toutes agrémentées d’images religieuses, de croix ou de maximes, de roses des Alpes, de branches de pin ou de chardons argentés. À Reith im Alpbachtal, chaque année, ce sont ainsi 15 000 visiteurs, des Tyroliens comme des vacanciers en goguette, qui se retrouvent pour accueillir les vaches. Parties au matin, elles ont parfois marché 20 km pour regagner leur étable.

Gastronomie tyrolienne

Le Tyrol est une terre résolument gourmande ! Côté sucrée, il y a bien sûr le fameux strudel aux pommes, cher à toute l’Autriche, mais si vous visitez la charmante ville médiévale de Rattenberg, ne manquez pas de goûter l’Augustiner torte, un gâteau au chocolat fourré à l’orange. C’est la spécialité de l’adorable café Hacker. Pour le salé, testez donc les Schlipfkrapfen, des ravioles de pommes de terre et d’herbes aromatiques, et les Kaskrapfen, des ravioles au fromage. Goûtez aussi les Ingsante Niggelen et les Mohnblattln,  à base de pâte levée et de pavot. Et ne manquez pas de terminer votre repas par le traditionnel schnaps de reinettes grises, très savoureux !

 

Les sites à découvrir au Groenland

 

Le Groenland est une terre de contrastes, unique en soi, dévoilant des icebergs gigantesques, une calotte glaciaire de plusieurs kilomètres d’épaisseur et de longs fjords. Cette région isolée se distingue par le plus grand fjord au monde, qui découpe la côte du Groenland sur 350 km. C’est un lieu où s’allient l’exaltation et le calme de la nature.  la période idéale pour découvrir le Groenland est  de juin à Septembre  .

Exploration de l’impressionnant fjord de Scoresbysund
Le fjord de Scoresbysund est le plus grand ensemble de fjords glaciaires du monde. Lors d’une excursion, les passagers découvriront des lieux encore jamais explorés depuis 200 ans. À l’occasion d’une escale dans l’ancien comptoir commerçant de Syd Kap les voyageurs admireront les anciens fours à graisse et les ruines d’anciennes habitations Thule. Les cabanes de chasseurs de Hecla Havn sont parfaites pour observer les oiseaux et les petits mammifères tels que les lièvres arctiques, les lemmings et les lagopèdes.

Tomber amoureux de l’île Jan Mayen
L’île norvégienne de Jan Mayen est l’une des plus isolées du monde. C’est là que se trouve le volcan actif le plus septentrional de la planète, Beerenberg, à la jonction des plaques tectoniques nord-américaine et eurasienne. Au 16ème siècle, les baleiniers hollandais partaient de Jan Mayen, mais aujourd’hui seule la station météorologique norvégienne abrite encore quelques courageux aventuriers toute l’année.

Découvrir Nuuk, la plus vieille ville de Groenland
Située à l’embouchure de l’un des plus grands et des plus spectaculaires ensembles de fjords du monde, Nuuk est la plus vieille ville du Groenland. En tant que capitale, Nuuk arbitre une université, un centre de formation des enseignants, des églises et le Musée national du Groenland où reposent les momies de Qilakitsoq. Des visites de la ville sont proposées aux voyageurs ainsi que des randonnées et des excursions.

Découvrir le Sud de Groenland
Narsaq est située sur les rives splendides du fjord Tunulliarfik. La région sud du Groenland, est le territoire idéal pour multiplier des activités sportives, comme le kayak, la randonnée ou simplement une visite en ville à pied. Qassiarsuk est le site où Eric Le Rouge construisit son domaine de Brattahlíð en 982 av.J-C. Banni de l’Islande, il vint s’installer sur cette terre qu’il baptisa Groenland. Les plus curieux peuvent aller plus loin en participant à l’excursion en bateau ou à la visite à pied.

Budapest : Les meilleurs thermes de la ville

Budapest est assis sur un patchwork de près de 125 sources thermales, et «prendre des bains» fait partie de la vie quotidienne. Aucun bain ne fonctionne comme sous l’époque romaine, mais certains sont un héritage de l’occupation turque, d’autres sont des merveilles d’Art Nouveau et il existe même des établissements modernes offrant tous les avantages. Le bain que vous choisissez est une question de goût et ce que vous cherchez exactement, qu’il soit amusant, un remède contre la gueule de bois ou un soulagement pour quelque chose de plus grave.

Voici les conseils essentiels à garder à l’esprit lors de votre planification d’une visite dans les bains de Budapest, et notre sélection des meilleurs d’entre eux. Un regard à l’intérieur La disposition de la plupart des bains de Budapest est similaire: une série de piscines thermales intérieures, où les températures vont de chaud à chaud, avec des hammams, des saunas, une piscine à glace et des salles de massage. Certains possèdent des piscines extérieures avec des fontaines, des sprays et des bains à remous. Étant thermique, certains sont ouverts toute l’année. Selon l’heure et le jour de la semaine, les bains peuvent être réservés aux hommes ou aux femmes. Cependant, il y a généralement des journées mixtes et des bains – les bains Széchenyi dans City Park, par exemple – sont toujours ouverts aux hommes et aux femmes ensemble. Sur les jours de célibat ou dans les sections de même sexe, les hommes sont habituellement des pagnes à cordon et des vêtements de type garçon à la mode, bien que l’utilisation de maillots de bain augmente même pendant les jours d’un seul sexe. Vous devez porter un maillot de bain pendant les jours mixtes; Ceux-ci sont disponibles à la location. Certaines piscines requièrent même que les hommes utilisent un chapeau de bain; La plupart des piscines louent également des serviettes (1000Ft /3.25 €), mais vous disposez d’une «feuille» moins absorbante lorsque vous entrez dans la zone de repos. La plupart des bains offrent une gamme complète de traitements médicaux sérieux et des services plus indulgent tels que le massage (3800 / 5000Ft 12 €/17 € par 20/30 minutes), la pédicure (3500Ft /11 €) et le bain intrigant du vin rouge (8900Ft/29 €). Spécifiez ce que vous voulez lors de l’achat de votre billet.

Bains Gellért

Les bains que vous décidez de visiter est vraiment une question de choix, mais vous devriez certainement considérer ce qui suit.

Bains Rudas

Les thermes Rudas rénovés, avec une piscine octogonale, sont principalement des hommes seulement pendant la semaine, mais ont des soirées mixtes le week-end. le plus célèbre des bains turcs

Bains Gellért

Les bains Art Nouveau Gellért, ouverts aux hommes et aux femmes en tout temps, possèdent les plus belles piscines intérieures de la ville. Baignez-vous dans une cathédrale

Széchenyi Baths

Les somptueux Széchenyi Baths disposent de 15 thermes et trois piscines; La température de l’eau est de 38 ° C maximum. eau chaude dans un bâtiment en forme de gâteau de mariage

Bains Veli Bej

Ce vénérable bain turc, rénové en 2011, dispose de cinq bassins thermiques et des tuyaux d’argile d’origine pour le pompage de l’eau.  Quelque chose de vieux et quelque chose de nouveau

Király Baths

Les quatre piscines aux bains Király de l’époque ottomane sont très authentiques, mais nécessitent une rénovation; Ils sont ouverts aux hommes et aux femmes tous les jours. Ancien et très turc

Bains de Lukács

Les eaux des bains de Lukács sont destinées à guérir à peu près tout – de la déformation de la colonne vertébrale et de la luxation vertébrale à la carence en calcium.  Pour les fans de spa sérieux seulement

Danubius Health Spa Margitsziget

Les installations du Danubius Health Spa Margitsziget sur Margaret Island sont plutôt sans âme mais modernes, et le choix des traitements spéciaux et épique.




Voyager durable : faire le bon choix pour du tourisme responsable

L’Année internationale du tourisme durable et pour le développement est le moment idéal pour commencer à réfléchir à la façon dont nous voyageons afin de protéger la planète et  ses habitants, ainsi que nous-même.

 Voir

Les Ours polaire au Spitzberg

Faire un vol transatlantique pour aller au canada ou en Alaska, n’est pas une bonne manière pour votre empreinte carbone ,il faut chercher des opportunités de voyage à proximité Les 400 millions d’Européens pourraient envisager le Spitzberg, îles Norvégiennes du pole nord est l’ endroit idéal pour des aventures à faible impact dont l’environnement est de plus en plus menacé – est aussi éducatif que stimulant. Recherchez des opérateurs avec la certification de tourisme durable.

Baleines et dauphins aux Açores

Voir les baleines et les dauphins virevolter et se faufiler dans leur habitat naturel est sans doute l’une des expériences les plus fascinantes de la faune au monde. Avec 27 espèces de cétacés dans les aux eaux des îles des Açores,y compris les baleines bleues (selon période de l’année), les observations ici sont garanties. Un partenaire de l’Alliance mondiale des cétacés dédié au tourisme durable, Dolphin and Whale Connection (dolphinandwhaleconnection.com) propose des visites d’observation des dauphins et ses petits.

Aller

Suède

Considéré comme le pays le plus durable au monde, le pays propose plus de 250 hôtels et auberges nordiques ayant l’écolabel, ainsi que des centaines de visites avec la certification Nature’s Best ecotourism. Autour de Göteborg en vélos, explorez le parc national urbain de Stockholm et dînez avec des produits issus de produits locaux . En savoir plus sur les initiatives durables de la Suède à sweden.se/nature/sustainable-living.

Népal

Voyager durablement s’est aussi consommer et acheter local,afin de soutenir l’ économie locale. Le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a frappé en avril 2015 a dévasté l’industrie du tourisme au Népal. Les routes de trekking les plus touchées sont maintenant rouvertes et de nombreuses communautés dépendent des revenus des groupes de trekking, il n’y a pas de meilleur moment. Voulez-vous rester pour aider à reconstruire un village? L’entreprise de voyage durable Eco Companion (ecocompanion.com) propose un programme de 20 jours

Gansbaai, Afrique du Sud

Récemment,un village de pêcheurs, Gansbaai est en plein essor avec des initiatives et des activités de tourisme responsable et axées sur la communauté: randonnée pédestre, kayak, observation de baleines et plus encore. Sa réserve naturelle privée de Grootbos a été une excellente idée ,qui apporte une diminution de la pauvreté despopulation locales et la conservation de la flore .Regarder des baleines avec Dyer Island Cruises (whalewatchsa.com), une entreprise certifiée Fair Trade Tourism impliquée dans des projets de conservation.

Rester

Logements communautaires

Le logement chez l’habitant est une excellente façon d’apprendre et de restituer aux communautés qui ne bénéficieraient pas autrement du tourisme . La partie la plus délicate est de s’assurer que votre séjour profite à la communauté à long terme. Heureusement, de nombreux opérateurs de voyages durables font ce travail pour vous. Visitez (responsabletravel.com/holidays/homestays) pour des options d’accueil durables à travers le monde, de Goa au Guatemala.

Faire

Optez pour des activités éthiques avec les éléphants Monter sur éléphant était un rite de passage pour les voyageurs en Thaïlande. Aujourd’hui cependant, il existe des preuves des associations pour la protection des animaux d’affirmer que les tours et les spectacles d’éléphants sont nocifs pour ces animaux. Heureusement, un nombre croissant de sanctuaires thaïlandais offre aux visiteurs la possibilité d’interagir avec les éléphants dans un environnement sûr pour les deux parties. Découvrez Elephant Nature Park  près de Chiang Mai et Elephants World près de Kanchanaburi.

Soutenez les restaurants durables Des restaurants qui réduisent le gaspillage alimentaire, les initiatives adoptées par ces restaurants du monde entier font une différence pour la planète. Les villes comme Seattle, avec ses conteneurs de nourriture recyclables obligatoires ou Copenhague qui abrite de nombreux restaurants durables.

Visiter

Copenhague

Réservez une table chez Relae (restaurant-relae.dk).




Ecotourisme : Ou Voyager ?

 

Quelle destination pour faire du tourisme durable

Trek dans la région de Khumbu, Népal

Année internationale du tourisme durable pour le développement, 2017 est le moment parfait pour s’interroger sur la manière dont nos choix de voyageurs peuvent servir la planète et ses populations.

Parcs nationaux en France

Sachant qu’un vol transatlantique a une empreinte carbone équivalant à une année de conduite automobile, plutôt que de partir dans un parc national américain, choisissez-en un près de chez vous. Grâce à leur politique de protection, vous pourrez facilement observer dans les 7 parcs nationaux de métropole des dizaines de mammifères (bouquetins, chamois, marmottes…) et d’oiseaux (vautours, aigles…) dans des paysages dignes des plus grands westerns.

Marmotte dans le parc national des Écrins, France

Marmotte dans le parc national des Écrins, France

Baleine et dauphins dans l’archipel des Açores, Portugal

Tandis que l’enfermement des cétacés à des fins de divertissement cristallise les critiques, ne vous privez pas d’admirer les baleines et les dauphins dans leur habitat naturel. Avec 27 espèces présentes, la mer des Açores, parfois surnommée “le carrefour mondial des cétacés”, ne risque guère de vous décevoir. Et depuis la France, votre empreinte carbone dépassera à peine celle d’un vol pour la Grèce.

La Dolphin and Whale Connection est engagée dans le tourisme durable.

Baleine dans l'archipel des Açores, Portugal

 Suède

Souvent considérée comme le pays le plus respectueux de l’environnement, la Suède vous donne les moyens de voyager avec une empreinte écologique minime. Au choix, plus de 250 hôtels et auberges de jeunesse labellisés Nordic Swan, des centaines de circuits certifiés Nature’s Best. Sillonnez Göteborg à vélo, explorez le parc national urbain de Stockholm, sans oublier de savourer des produits bio d’origine locale en chemin.

Tout sur le développement durable en Suède sur sweden.se/nature/sustainable-living.

Göteborg, Suède

Göteborg, Suède

 Népal

Voyager durable, c’est aussi dépenser son argent de façon généreuse. D’une magnitude de 7,8, le séisme qui a frappé le Népal en avril 2015 a dévasté l’industrie touristique du pays. Sachant que la plupart des itinéraires de randonnée ont rouvert et que nombre de communautés locales dépendent des groupes de marcheurs pour subsister, le moment est idéal pour partir.

Projects abroad propose de participer à la reconstruction de villages.

Annapurna Himal, Himalaya, Népal

Annapurna Himal, Himalaya, Népal

 Gansbaai, Afrique du Sud

De paisible village de pêcheurs Gansbaai, localité sud-africaine du Cap occidental, est devenue l’un des plus importants bastions du tourisme aventurier du pays. Plongée parmi les requins, observation des baleines, kayak et randonnée, tout est certifié Fair Trade Tourism !

Admirez un grand requin blanc avec Marine Dynamics, très impliqué dans la recherche marine et les projets de conservation d’espèces menacées.

Plongée parmi les requins à Gansbaai, Afrique du Sud

Plongée parmi les requins à Gansbaai, Afrique du Sud

Où dormir ?

Hôtels Cayuga Collection, Costa Rica

Parmi les leaders mondiaux en matière d’approche durable, le Costa Rica vise à devenir le premier pays à bilan carbone neutre à l’horizon 2020. Outre les sites et circuits respectueux de l’environnement et de la culture figurent une foule d’hôtels écoresponsables. Nichés dans des recoins de la nature costaricienne, les établissements de la Cayuga Collection méritent tout votre intérêt.

Guettez les hôtels bénéficiant de la certification pour un tourisme durable (CST), qui s’engagent à respecter la nature, la culture et les populations locales.

Séjours chez l’habitant

Loger dans une famille est une excellente façon de découvrir une communauté et de lui faire profiter de l’activité touristique. Le plus difficile est de faire en sorte que son séjour apporte un bénéfice à long terme. Heureusement, de nombreux prestataires spécialisés effectuent pour vous ce travail en amont.

Responsible Travel dispose d’une offre large.

Les bons comportements pour voyager responsable

 Respectez les animaux

Jadis, les balades à dos d’éléphant constituaient un passage obligé pour les touristes en Thaïlande. Aujourd’hui, on considère que ces activités nuisent à la santé des animaux. Heureusement, un nombre croissant de réserves thaïlandaises offre aux visiteurs la chance d’interagir avec ces pachydermes dans un environnement respectueux des deux parties.

Visitez l’Elephant Nature Park près de Chiang Mai, ou ElephantsWorld près de Kanchanaburi.

Elephant Nature Park, région de Chiang Mai, Thaïlande

Elephant Nature Park, région de Chiang Mai, Thaïlande

 Soutenez les restaurants durables

De la pratique “de la ferme à l’assiette” jusqu’à la réduction du gaspillage alimentaire, les initiatives se multiplient et influent sur la planète à l’échelle locale et internationale. Parmi les villes les plus militantes figurent Seattle, avec l’obligation de recycler les déchets alimentaires et des plantations de légumes sur les trottoirs, et Copenhague, qui recèle des restaurants parmi les plus écologiques au monde.

De passage à Copenhague ? Réservez au Relae ou au Rub & Stub.

10. Limitez votre empreinte plastique

Sur l’île indonésienne de Bali, quelque trois millions de bouteilles plastiques seraient utilisées chaque mois. Privilégiez les bouteilles d’eau réutilisables et les sacs de commissions en tissu, ou encore n’utilisez pas de pailles dans vos boissons.

Le site www.mescoursespourlaplanete.com vous aidera à adopter tous les bons réflexes lors de vos courses, partout dans le monde.

Source Lonely planet

 




Découverte de l’islande

Paysages lunaires secoués de geysers fumants, volcans aux lacs d’eau marine, fiers glaciers immaculés, deltas ténébreux aux plages de sable noir ou sources chaudes d’un bleu fluorescent… l’Islande bouleverse et ressource. Une île de flamme et de glaces, la terre des éléments bruts, le pays des extrêmes où vivre 10 expériences hors du commun.

 Plonger au Lagon Bleu

C’est l’un des lieux les plus populaires de la région. Aménagé dans une coulée de lave, ce complexe thermal (récemment relifté) dévoile une eau laiteuse d’un bleu étincelant, presque fluorescent. Riche en sulfite et d’une température de 36° à 40°, elle est réputée pour ses vertus curatives. On plonge dans ce bain chaud à la couleur surnaturelle et l’on s’enveloppe de boue blanche de silice tout en sirotant un cocktail maison.

Lagon Bleu, Islande

 Sursauter aux geysers

La tranquillité des reflets argentés des geysers n’est qu’apparente… À intervalles plus ou moins réguliers, des jets d’eau bouillante sont subitement projetés à 20 mètres de haut (et parfois jusqu’à 80 mètres de hauteur !). Ces extraordinaires crachats terrestres s’observent autour du geyser de Strokkur ou ceux de Geysir, au nord-est de la capitale. Ces derniers ont donné leur nom aux phénomènes de ce genre dans le monde entier.

Geyser de Strokkur, Islande

 Admirer les glaciers en Islande

La vallée de Thorsmörk dévoile les trois fiers glaciers Myrdalsjökull, Eyjafjallajökull et Tindfallajökull. Au prix d’un téméraire passage entre les blocs de pierres et les eaux de la Krossá, on accède à ces paysages fabuleux ponctués de spectaculaires coulées de glaces. Plus loin, l’immense calotte glaciaire du Vatnajökull se déploie sur 8300 km2 : le plus grand parc national d’Europe domine un paysage de bout du monde.

 Passer une nuit blanche à Reykjavik

Avec 200 000 habitants environ, Reykjavik est une petite capitale à taille humaine. Si humaine que son atmosphère joyeuse lui confère la réputation d’une cité dynamique et branchée, à la vie nocturne enfiévrée ! Entourée de quartiers modernes et de parcs verdoyants, la vieille ville déploie des rues bordées de jolies maisons en bois peint et régulièrement ponctuées de bars & discothèques. Dans cette ville dont le nom signifie « baie brumeuse », on combat l’hiver polaire avec gaieté et chaleur humaine !

Méditer à la faille de l’Almannagja

Vaste plaine bordée de falaises abruptes, inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, Þingvellir est un haut lieu symbolique. Géologiquement d’abord : son incroyable paysage dessine clairement la frontière entre les plaques tectoniques américaine et eurasienne. S’élargissant inexorablement, cette faille laisse place à un immense « no man’s land » continuellement comblé de magma. Historiquement ensuite : les « plaines du Parlement » abritèrent la première assemblée nationale du pays, en l’an 930 – l’une des plus anciennes du monde.

 Faire du scooter des neiges sur les sommets

Au pays des contrastes, les activités au grand air prennent une tournure magistrale. C’est le cas d’une séance de moto-neige dans le cadre nébuleux du glacier Langjökull, dont les pentes immaculées se prêtent merveilleusement à ce sport de glisse. On profitera de l’occasion pour faire un tour dans l’impressionnant tunnel de glace « Into the Glacier » qui offre 550 mètres de parcours à travers la glace.

 Chasser les aurores boréales en Islande

Spectaculaires mais imprévisibles, les aurores boréales sont un magnifique phénomène naturel, observé uniquement sur des latitudes septentrionales extrêmes, entre septembre et avril, à certaines conditions climatiques. On part à leur recherche à la manière d’un chercheur d’or : avec passion mais sans garantie. Des guides expérimentés dans la « chasse » aux aurores boréales vous aideront à les apercevoir et vous guideront vers les lieux où les conditions sont optimales. Le centre météorologique fournit aussi des prévisions fiables, calculées sur une échelle de 0 à 9 (plus la probabilité d’observation augmente). Bonne chasse !

Aurore boréale en Islande

8. Écouter les légendes elfiques

Un des aspects les plus envoûtants de l’Islande ne se voit pas. Il faut s’immerger dans cette culture tissée au coeur des éléments pour s’accoutumer à la vision très singulière qu’ont les Islandais de leur terre. Cette dernière est habitée. Par un peuple invisible mais omniprésent : le « peuple caché ». Celui des elfes, des trolls et autres créatures féeriques. L’Islande est un royaume enchanté : chaque route, chaque rue et chaque maison respecte une typologie sacrée, transmise de génération en génération. Aujourd’hui encore, la majorité de la population croit en la possibilité d’une vie elfique et, régulièrement, la vie publique est marquée par des épisodes surnaturels : l’été 2016, par exemple, une entreprise de travaux publics a dû déterrer un rocher pour apaiser la colère des elfes…

9.  Boucler le « cercle d’or » à Gullfoss

Après les « plaines du Parlement » à Þingvellir et les geysers de Geysir, le fameux périple appelé « cercle d’or » se poursuit à la magnifique chute de Gullfoss. Signifiant « chute d’or », elle a la particularité d’être souvent couronnée d’un arc-en-ciel entre ses deux rives.

Gullfoss, Islande

10. Chevaucher les plaines volcaniques d’Islande

Juste assez grand pour n’être pas poney, le petit cheval islandais est vif et vigoureux. Entre cratères volcaniques, champs de lave et plaines ondoyantes, il sera un compagnon idéal pour parcourir ces vastes contrées.

5 capitales d’Europe de l’est à découvrir

5 capitales d’Europe de l’est à découvrir

De Prague à Bucarest en passant par Budapest, Belgrade et Sofia,  Qu’elles soient plutôt branchées innovation technologique, économique et artistique, cuisine, “night life” ou spas et bien-être, ces villes montent…

Meet Factory, Prague

 Prague, l’innovante

Prague n’a pas fini de surprendre ses visiteurs. Cette capitale de conte de fée avec ses petites maisons de la rue Zlata Ulicka, son pont Charles sur la rivière Vltava, reste l’une des plus visitées d’Europe et la tendance ne risque pas de décliner ! Prague se ré-invente en permanence et n’a pas peur des nouveaux concepts, surtout dans les nouvelles technologies : des espaces de co-working y ont fleuri ces dernières années, des cafés bitcoins également mais aussi de plus en plus d’endroits où on peut payer avec la fameuse crypto-monnaie inventée par le mystérieux Satoshi.

Mais la Golden City d’Europe – comme certains la surnomment du fait de son dynanisme et de son taux de chômage très peu élevé – a bien d’autres cordes à son arc : des hôtels boutique en plein coeur de la capitale pour les petits budgets (comme le Fusion Hotel), des hubs artistiques comme le Meet Factory, le quartier de Krimska Corso, surnommé le Little Berlin, en pleine effervescence et gentrification…

Côté culinaire, les chefs ré-inventent la cuisine traditionnelle tchèque à base de veau, poulet et lapin. Ne manquez pas de l’expérimenter à l’Augustine Restaurant… Pour les végétariens et les petits budgets, rassurez-vous, Prague regorge de bonnes adresses et de marchés – celui de Prague 1 est très sympa – pour essayer mets et produits locaux.
Soucieuse de son environnement, Prague favorise les balades à vélo : l’idéal pour longer la rivière Vlata et circuler dans cette ville devenue un incontournable de l’Europe de l’Est.

 Budapest, bains, luxe, calme et volupté !

Tout aussi romantique mais plus imposante que Prague, avec son passé Ottoman, royal, impérial et le beau et large Danube qui sépare Buda de Pest, Budapest est une ville qui donne envie de prendre soin de soi à des prix raisonnables. Elle est, sans comparaison possible, la capitale des bains. Depuis l’ère romaine, on se baigne dans les eaux thermales de Budapest. À votre tour aujourd’hui de plonger dans les eaux thermales et médicales des majestueux Bains Gellert, ouverts depuis 1918 (tous les jours de 6h à 20h), dans un décor à la fois oriental et art déco. Amateurs d’échecs – de gigantesques échéquiers incitent à defier les habitués –  et de piscines extérieures, les bains Széchenyi, situés au coeur du City Park, entourés de bois et ouverts tous les jours de 6h à 20h, vous immergent dans un univers féérique. Surtout en hiver quand les bassins et la vapeur d’eau se confondent avec le sol enneigé.

Et comme Budapest sait aussi innover, il existe une manière moins orthodoxe de profiter des bains : la nuit lors de “night-time bath parties” avec disco et lasers en plus des bulles (trouvez votre bonheur sur : http://www.spasbudapest.com). Bref, de l’eau, des bulles et du bien-être 24h sur 24 tout au long de l’année. Sans oublier les balades au bord de l’eau : les bords du Danube sont magnifiques !

Thermes Széchenyi, Budapest

Belgrade, vivre la nuit

Moins connue et visitée que ses cousines hongroise et tchèque, Belgrade a pourtant bien des attraits. En plus d’être une destination très peu onéreuse, elle est devenue la capitale de la “night life”. Pour les amateurs de clubs, de DJs, de musique électro et de scène underground constamment en mouvement, Belgrade est la destination de rêve. Parmi les clubs les plus en vogue, l’Opservatorijum qui est aussi une galerie d’art et le KGB Caffe, dans un sous-sol, dont le décor, emmitoufflé de posters, n’a pas changé depuis 15 ans et rappelle le temps où les Belgradiens se cachaient dans des appartements ou des caves pour continuer à faire la fête malgré les bombardements de l’OTAN en 1999.

La “night life” de Belgrade ne se vit pas que dans les clubs mais aussi dans la rue. Se balader dans la rue Skadarlija vous enchantera. Lieu connu pour son passé bohème et artistique, il fut fréquenté par des artistes, des écrivains, des journalistes et garde une atmosphère bohème renforcée par pléthore de tavernes et restaurants où des groupes de musique traditionnelles rivalisent avec des bars hyper branchés, punks ou hard rocks ! Un beau mélange des genres et un chouette bar/club où faire une halte, le Club Sioux. À Belgrade, on sait quand la nuit commence mais pas quand elle finit !

Une soirée électro DJ à Belgrade

 Sofia, une halte culinaire nécessaire

Sofia est un paradis du palais et des amateurs de vestiges architecturaux de l’ère communiste. Située au pied des montagnes majestueuses du Vitocha, Sofia est truffée de perles culinaires. Son emplacement géographique au coeur des Balkans du Sud, son histoire liée à l’empire ottoman et ses liens proches avec la Russie ont contribué à faire de ce petit pays un trésor culinaire. La cuisine bulgare est influencée par toutes ces cultures et offre une variété unique dans les Balkans : poissons, viandes, légumes, fruits, tout y est decliné à toutes les sauces et à toutes les cuissons.

Aujourd’hui, les cuisiniers bulgares n’hésitent pas à mélanger les genres et s’inspirer des cuisines d’ailleurs. Pour vous émoustiller les papilles, commencez par un bon repas au restaurant Happy, une chaîne avec un nombre de choix de plats formidables. Vous pourrez ensuite orienter votre palais vers des restaurants plus traditionnels comme Izbite. Mais les bonnes adresses ne manquent pas, au contraire. Suivez les queues devant les petits restos et vous saurez où bien manger.

Vestiges du Communisme, Sofia

Bucarest, un vivier d’énergie

Elle est bien loin la Bucarest toute grise et déprimante des années 90. Aujourd’hui, la capitale roumaine est un vrai vivier où l’on sent l’énergie d’une nouvelle génération prendre le dessus sur la précédente. Elle est devenue un véritable hub pour la création de start-up et le théatre d’une dynamique qui va autour : cafés et restos branchés, comme le Energiea dans la vieille ville ou pura vida, espace de co-working au sein du très chouette hôtel Old Town Bucharest,  … de nouvelles adresses se sont développées un peu partout en ville ces dernières années.

L’innovation roumaine ne se limite pas aux start-ups mais se prolonge dans un renouveau artistique. Les ateliers d’artistes prolifèrent comme les fascinants ateliers d’artistes du collectif Carol 53 dans une vieille maison abandonnée du début du siècle. Bucarest a perdu de sa grisaille et offre aujourd’hui un véritable bol d’énergie.

Café Trendy, Bucarest
Source Lonely Planet 




Les plus belles mosquées du monde

Les  plus belles mosquées du monde

La mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, Israël

Quelles sont les plus belles mosquées du monde ? Chaussez vos sandales de pèlerin et habillez-vous de modestie pour partir à la découverte de ces hauts lieux de la spiritualité.

1. La mosquée Al-Aqsa à Jérusalem (Israël)

Troisième lieu le plus sacré de l’islam derrière La Mecque et Médine, Haram ash-Sharif (le Mont-du-Temple) accueille la mosquée « la plus lointaine ». Construite au VIIIe siècle en référence au voyage que Mahomet aurait accompli avant d’arriver au paradis pour recevoir des instructions d’Allah, elle fit les frais de nombreux séismes : il ne subsiste aujourd’hui aucun vestige de la construction d’origine. L’édifice actuel est le résultat de plusieurs restaurations, avec des colonnes financées par Benito Mussolini, ainsi que des plafonds peints offerts par le roi Farouk d’Égypte. Le mihrab (niche indiquant la direction de La Mecque pour la prière), très travaillé, date de l’époque de Saladin (XIIe siècle).

2. Mosquée Lala Mustafa Pacha à Chypre

Chypre est écartelée entre deux héritages : grec et turc, chrétien et musulman, et cette mosquée peut s’enorgueillir d’un suberbe style gothique ! Il s’agit de l’ancienne cathédrale Saint-Nicolas (1328), située dans la partie turque de Chypre, à Famagouste (appelée localement Gazimağusa). Construite lorsque l’île était sous la domination d’une famille d’origine française, les Lusignan, elle fut convertie en mosquée en 1571, quand la Sublime Porte s’empara de Chypre. Les hautes tours de la façade ouest disparurent alors, supplantées par un minaret. Parmi les éléments décoratifs d’origine subsistent les belles dentelles de pierre du porche et un vitrail, sur la façade principale.

3. Mosquée du Sultan à Singapour

Sir Raffles, fondateur de Singapour pour la Couronne britannique, finança la construction de cette mosquée en allouant la somme de 3 000 $S en 1824 à Hussein Shah, sultan de Johore. La communauté musulmane devenant plus nombreuse sur l’île, la mosquée fut agrandie un siècle plus tard. Reflétant la diversité culturelle de l’île, les nouveaux plans associaient des styles mauresque, turc et perse, ainsi qu’un dôme doré, coiffant la salle de prière de 5 000 places.

Mosquée du Sultan à Singapour

4. Mosquée d’Al-Azhar au Caire (Égypte)

Fondée en 970 et pièce maîtresse de la toute nouvelle cité fatimide, cette mosquée est l’une des premières de la ville. Son cheikh est la plus haute autorité religieuse des musulmans égyptiens. Une madrasa y fut établie en 988, transformée plus tard en université, le second centre d’enseignement le plus ancien au monde encore en activité après l’université Karaouine de Fès, au Maroc. Les fréquents agrandissements intervenus au cours du dernier millénaire apportent à la mosquée un harmonieux mélange de styles architecturaux. La cour centrale est la partie la plus ancienne ; du sud au nord, ses trois minarets datent des XIVe, XVe et XVIe siècles. Le dernier, orné d’un double faîte, fut ajouté par le sultan Al-Ghouri, dont la mosquée et le mausolée se dressent à proximité.

Mosquée d'Al-Azhar au Caire, Égypte

5. Mosquée de Djenné au Mali

Sous l’éclat du soleil, l’élégance de cet édifice recouvert de banco, où les briques d’argile s’appuient sur un important maillage de poutres porteuses en bois, est indéniable : la grande mosquée de Djenné, ville baignée par les eaux du Niger, est typique de l’art sahélien. Cette merveille architecturale en ferait presque oublier que l’édifice actuel a été construit en 1907, sur le modèle de la mosquée qui se dressait là depuis 1280 et tombait en ruine. Ville étape du commerce transsaharien, Djenné a aussi été un grand centre spirituel au fort rayonnement culturel aux XVe et XVIe siècles.

Mosquée de Djenné au Mali

6. La Mosquée Sainte-Sophie en Turquie

Cette ancienne mosquée d’İstanbul, appelée Ayasofya en turc, fait référence à la sagesse divine (sophos signifiant « sagesse » en grec). Sainte-Sophie fut d’abord une basilique, érigée sur l’ordre de l’empereur Justinien en 532–537, dans le plus pur style byzantin. Son immense coupole (plus de 30 m de diamètre), qui semble flotter en apesanteur à 50 m du sol, s’appuie sur des piliers cachés. Convertie en mosquée par les Turcs, elle se vit adjoindre quatre minarets aux lignes fuselées. Sainte-Sophie est aujourd’hui un musée. Pourtant, quand le soleil darde ses rayons sur les mosaïques dorées de sa coupole, la spiritualité du lieu est encore bien concrète.

Mosquée Sainte-Sophie en Turquie

 

7. Mosquée Shah Faisal au Pakistan

À Islamabad, cette mosquée reprend la forme très stylisée d’une tente bédouine, flanquée à chaque angle d’un minaret fuselé qui s’élance vers le ciel à 90 m de hauteur. Par son architecture contemporaine (1986), la plus grande mosquée du Pakistan (elle peut accueillir 250 000 personnes) a un fort magnétisme, en particulier lorsqu’elle est illuminée, la nuit ou lors de grandes fêtes comme l’aïd. L’intérieur (marbre blanc, mosaïques et lustre sophistiqué de facture turque) en impose également.

Mosquée Shah Faisal à Islamabad au Pakistan

 

8. Mosquée de l’Imam en Iran

À Ispahan, près de la place Naghsh-e Jahan, cette mosquée, édifiée au XVIIe siècle par Shah Abbas, de la dynastie perse des Safavides, est une pure merveille. Sa beauté tient beaucoup à son décor – des carreaux de céramique bleus, verts ou jaunes qui la recouvrent totalement. Le dôme principal, haut de 54 m, est orné d’une mosaïque stylisée, tandis que le portail est un bel exemple de l’architecture safavide, lorsque Ispahan était la capitale de l’Empire perse. La mosquée fait un angle à 45 degrés avec la place pour faire face à La Mecque.

Mosquée de l'Imam en Iran

 

9. Grande Mosquée de Xi’An en Chine

La route de la Soie donna bien plus à la Chine que des espèces sonnantes et trébuchantes. Au VIIe siècle, les marchands perses et afghans apportèrent l’islam dans leurs bagages et ceux qui se sédentarisèrent devinrent les pères de la communauté musulmane du pays. Érigée en 742, sous la dynastie des Tang, la mosquée de Xi’an est aussi intéressante que la célèbre armée de soldats en terre cuite de la ville. Ce lieu saint musulman n’en a cependant pas l’architecture. Pergolas à arcades, jardins paysagers verdoyants et absence de minaret : on pardonnera à l’œil peu averti de le confondre avec un temple chinois traditionnel.

10. Mosquée Al-Haram en Arabie Saoudite

Chaque année, des millions de musulmans font le déplacement pour venir prier dans la plus vénérée des mosquées, à La Mecque. En raison de l’importance du hadj, le pèlerinage que tous les musulmans doivent effectuer une fois dans leur vie s’ils le peuvent, la mosquée Al-Haram est à nulle autre pareille. Extrêmement vaste, l’édifice, qui peut accueillir 800 000 fidèles en temps normal et jusqu’à 4 millions durant le hadj, signifie tout simplement « mosquée sacrée ». Au centre se dresse la Kaaba, édifice qui abrite la Pierre noire, vers laquelle les musulmans se tournent pour prier.

Source Lonely Planet

 

6 villes à découvrir cet hiver

Le remède à la dépression saisonnière est simple : il prend la forme d’un billet d’avion avec, inscrite dessus, une destination qui dépote. Voici 6 villes qui peuvent illuminer votre hiver.

Escapades festives et romantiques à Vienne

L’ancienne capitale des Habsbourg paraît avoir toute l’année attendu l’hiver pour pouvoir enfin se livrer à ses jeux favoris : bals échevelés et concerts grandioses (ceux du Nouvel an, au Staatsoper et au Musikverein, sont probablement à l’heure déjà complets, mais il y a mille autres lieux où encore tenter votre chance), marchés de Noël littéralement impériaux, face notamment au château de Schönbrunn, et festins dantesques dans les Heurigen. Car, avant d’être une destination inlassablement romantique et nostalgique, Vienne est avant tout une ville où la qualité de vie est simplement l’une des plus exceptionnelles du monde : on y danse, on y boit (Vienne est à la tête, rappelons-le, du plus grand vignoble urbain au monde) et on y mange comme nulle part ailleurs. L’hiver semble la faire redoubler d’ardeur dans tous ces sports. Que ce soit au Naschmarkt, véritable pépinière culinaire à ciel ouvert de la ville, ou dans l’un des fabuleux restaurants de la nouvelle scène gastronomique viennoise, vos papilles vous remercieront. Bref, à deux heures de vol de Paris, c’est un véritable festival qui vous attend.

Rathaus (hôtel de ville) à Vienne

Dubaï, capitale urbain du XXIè siècle,

Il vous faudra certes plus de deux heures pour vous y rendre, mais si vous avez du temps devant vous, l’hiver est LA saison pendant laquelle découvrir Dubaï. Pour une raison très simple : les températures y sont les plus « douces » – c’est-à-dire 25°C en moyenne. Ce sera donc un excellent remède aux engelures, mais aussi le meilleur moment pour profiter, sans étouffer, des merveilles de cet incroyable laboratoire urbanistique qu’est aujourd’hui Dubaï, entre invraisemblables gratte-ciels dominés par la plus haute tour du monde, Burj Khalifa, et îles artificielles aux formes aussi extravagantes que poétiques (un palmier, le monde…). Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est aussi le moment où les hôtels pratiquent les tarifs les plus abordables (les pics touristiques ont lieu en mars-avril et en octobre-novembre) ! Si vous craignez de ne trouver que du sable et des tours en verre, détrompez-vous : les abras, les bateaux-taxis traditionnels du port, vous feront découvrir la ville à un autre rythme, et sous un autre jour.

Skyline de Dubaï au crépuscule

Stockholm : la capitale du Grand Nord

Si vous préférez, à l’inverse, jouer à fond la carte de la tradition nordique, rendez-vous à Stockholm, surtout si vous y arrivez fin décembre : processions à la bougie, marchés de Noël et patinoires à ciel ouvert rythment les (très) courtes journées sur les 14 îles de la capitale suédoise. Le plus grand marché de Noël de la ville a pour écrin un village un musée à ciel ouvert, Skansen, qui vous plongera dans la vie d’un village suédois de la fin du XIXè siècle ! Attention : le point d’orgue des célébrations de fin d’année, en Suède, est le 24 décembre, pour le Julafton… mais, rassurez-vous, vous aurez tout de même de mémorables feux d’artifices se reflétant dans les eaux glacées de Stockholm à la Saint-Sylvestre. Le début d’année permet à la ville d’offrir son visage le plus avant-gardiste et raffiné, le seul mois de février voyant se succéder à Stockholm de grands raouts culturels, parmi lesquels le Stockholm Furniture Fair, salon de design immobilier durant cinq jours, et Market, qui fait la part belle à l’art contemporain (rappelez-vous également que le métro de Stockholm est surnommé le plus « long musée du monde » car presque toutes ses stations recèlent des œuvres d’art).

Stockholm en hiver

Venise intemporelle

On aime beaucoup Venise, mais force est de constater qu’il peut être difficile d’en savourer pleinement le charme lorsqu’il s’agit de battre le pavé au milieu de centaines de milliers de touristes, sans parler des embouteillages sur les canaux, entre gondoles et vaporettos pris d’assaut. Une seule solution pour avoir la Sérénissime (presque) pour vous seul(s) : l’hiver. De fin janvier à mars, la ville est spectaculairement moins fréquentée ; mais son seul attrait en hiver ne se réduit pas à ce dépeuplement touristique, bien au contraire. La brume qui s’élève des canaux, le pavement des ruelles qui se met à briller, et – si vous avez de la chance – la neige qui s’invite, donnent à ce décor des airs irrésistiblement envoûtants, faisant d’une simple promenade une succession de tableaux hors du temps. Evidemment, il y a deux notables exceptions à ce luxe de solitude : le Nouvel An, et le Carnaval. Là, c’est l’inverse, il y a foule. Mais comme tout le monde est réuni pour la même raison festive et s’abreuve – durant le Carnaval – à la fontaine à vins, dans un froufrou de velours et de masques, on en oublie les températures fraîches ! Cette année, le Carnaval aura lieu du 18 au 28 février.

Gondoles enneigées à Venise

Lisbonne : le charme et la douceur du Portugal

Et puisqu’on en est à parler carnaval, celui de Lisbonne vous promet un moment tout aussi mémorable, quoique foncièrement différent : les airs de samba ont débordé de l’ancienne colonie brésilienne et les costumes sont volontiers plus dénudés. Il faut dire, ici, que l’exception climatique de Lisbonne en Europe est complice : la ville est située dans une zone à la fois atlantique et méditerranéenne, lui assurant une température moyenne de 13°C en hiver. Si vous voulez échapper aux grands froids tout en vous régalant de Pastéis de Belém puis en flânant dans les travessas de l’Alfama, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Et si, par hasard, vous aimez tutoyer la vague, sachez également que l’hiver est la meilleure saison pour surfer sur les côtes portugaises : depuis Lisbonne, une paire d’heures vous séparent de plages désertes sur lesquelles viennent se jeter des vagues aussi grandes que constantes. Température moyenne de l’eau en hiver : 17°C.

Rue de Lisbonne

New York : la ville qui ne dort jamais

Vous connaissez le surnom de New York : la ville qui ne dort jamais. A plus forte raison, elle n’hiberne pas non plus. Si vous vous morfondez en hiver et cherchez une destination qui vous réveille, prenez vos billets pour NYC, d’autant plus qu’hormis pour les fêtes de fin d’année, l’hiver est la période creuse pour les lignes aériennes ! Une fois sur place, vous risquez, il est vrai, de vous retrouver face à une ribambelle d’enfants, d’ânes et de moutons lors de la Three King Parade dans East Harlem, ou en plein dans la commémoration de la lutte pour les droits civiques des Afro-Américains lors de la Martin Luther King Jr Parade. Le tout, très probablement, sous la neige (pour l’éloge de New York en hiver, reportez-vous à Tout le monde dit I love you, de Woody Allen…) ; si toutefois les températures, probablement négatives, vous sont trop rudes, entre le Musée Guggenheim, les dinosaures du Museum ou l’Empire State Building, la liste d’endroits incroyables où trouver refuge ne fait que commencer ! Si vous partez pour New York pour la fin de l’année, ne manquez pas ces deux autres incontournables que sont le sapin géant du Rockefeller Center et le compte à rebours géant de Times Square.

Gapstow Bridge, Central Park, New York