Les endroits insolites et secrets à découvrir au Philippines

Les endroits insolites et secrets à découvrir au Philippines

L’archipel des Philippines regroupe plus de 7 000 îles et tout autant (ou presque) d’endroits inconnus des voyageurs. Ce mois-ci, quelques-uns de ces lieux secrets vont être dévoilés. Du nord au sud et d’est en ouest, partons à la découverte de ces endroits inexplorés et encore préservés de tout. Des îles lointaines en passant par les paysages atypiques et les attractions naturelles.

Batanes Terres sauvages

Situées à plus de 160 kilomètres au nord de Luzon et à moins de 200 kilomètres du sud de Taïwan, les îles Batanes sont les plus au nord de l’archipel. Elles sont composées de dix îles dont seules trois sont habitées. La majeure partie de la population vit de la chasse et de la pêche, et le reste des habitants est employé par le gouvernement. La particularité de ces îles réside dans les paysages, qui sont très différents de ceux que l’on peut admirer à Luzon où aux Visayas par exemple. La région est très montagneuse et verdoyante, et il n’est pas rare de croiser des troupeaux d’animaux évoluant en toute liberté.

Port Barton – Island hopping

Situé sur le littoral ouest de l’archipel de Palawan, à mi-chemin entre Puerto Princesa et El Nido, Port Barton est l’endroit idéal pour réaliser une escale et profiter pleinement des plages idylliques et désertes des Philippines. A proximité se trouve une mangrove accessible uniquement en bateau et qui est le domicile de nombreux singes, oiseaux et reptiles. Les voyageurs profiteront également du island hopping, activité très répandue dans la région et qui consiste à passer une journée à voyager d’île en île à bord d’une banca. Afin d’admirer les magnifiques fonds marins, le snorkeling est immanquable. Poissons de toutes les couleurs, coraux, tortues et étoiles de mer seront aux rendez-vous.

Callao cave Au cœur de la Terre

C’est à l’extrême nord de Luzon, dans la province de Cagayan, que l’on peut partir à la découverte de cette formation rocheuse très particulière. Cette grotte calcaire, composée de sept chambres, compte parmi les sites naturels les plus impressionnants de la province. Les rais de lumière s’engouffrent par les nombreuses crevasses et laissent entrevoir certains des recoins les plus obscurs. A la nuit tombée, formes et lumière se mélangent et créent un décor mystique. La première cave étant la plus grande, elle est aussi le lieu choisi par les habitants pour y construire une petite chapelle enterrée, au sein de laquelle ont lieu des rassemblements lors de certaines cérémonies.

Kalanggaman Island Tranquille paradis

Un immense banc de sable blanc noyé au milieu des eaux transparentes et turquoises, des palmiers et des fonds marins inoubliables. Voici comment résumer l’île de Kalanggaman en quelques mots. Ce petit paradis, long d’un kilomètre seulement, est accessible en bateau depuis la ville de Palompon, située à environ une heure de navigation. Au cœur de la province de Leyte, cet endroit est encore totalement préservé du tourisme.  Les voyageurs les plus aguerris pourront profiter de la paisible beauté de l’île en ayant pour impression d’être seuls au monde.

Lake BalananParenthèse enchantée

Au sud de l’île de Negros et entouré d’une végétation abondante, se trouve le Lac Balanan.  Créé suite à un puissant séisme il est aujourd’hui le cœur d’une réserve naturelle. Une jolie promenade longe le lac et permet de s’enfoncer au cœur de la forêt environnante et d’observer la nature ainsi que le mode de vie des locaux. Il est également possible d’emprunter la voie des eaux et d’effectuer la traversée en bateau. Perdus au milieu cette verdure, les promeneurs pourront découvrir une cascade nichée au cœur du parc, elle-même à l’origine d’une vaste piscine naturelle d’eau douce. Un moment privilégié à vivre avec les locaux et leurs animaux. Il n’est pas rare de croiser un buffle en train de se baigner afin de se rafraichir.

Palaui Island – Sanctuaire naturel

Cette petite île d’à peine 40 km² fait partie de la municipalité de Santa Ana. Située au nord de Luzon, l’île principale de l’archipel des Philippines, elle est un véritable sanctuaire naturel. Déclarée réserve marine nationale en août 1994, la faune et la flore y sont très protégées et d’une grande richesse. A l’extrême nord de l’île se trouve le cap Engaño, où trône un majestueux phare érigé lors de la colonisation espagnole et datant des années 1890.  Merveille d’architecture et haut de quatorze mètres, il offre une vue surprenante et imprenable sur l’île voisine de Bauyan ainsi que sur les paysages environnants.

    Voyage aux Philippines, les 5 lieux indispensables à découvrir

     

    Philippines, Chocolate Hills

    1 – Montagnes couleur chocolat

    Situées au cœur de la province de Bohol, les Chocolate Hills représentent une curiosité géologique. Composé de 1268 collines d’environ 1m20 de hauteur, le paysage crée un spectacle saisissant durant les mois de décembre à avril en prenant des teintes marrons, d’où le nom du site. Une légende voudrait que ces reliefs soient des larmes tombées des yeux d’un géant. Sensible à la lumière, ces centaines de petites collines se teintent des couleurs du soleil. Les voyageurs profiteront d’être sur place pour rende visite aux craintifs tarsiers, un des plus petits primates au monde aux yeux démesurément grands.

    2 – Amphithéâtre de rizières en terrasse

    La petite ville de Banaue est située à 1200 mètres d’altitude, au cœur de la province du nord de Luzon. Cette région offre des paysages, une atmosphère et surtout une expérience culturelle uniques. Elle constitue le théâtre de la huitième merveille du monde : les rizières en terrasse de Batad, classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, offrant des paysages à couper le souffle et dont les couleurs varient selon les saisons, mais aussi les heures de la journée. Certaines tribus blotties au cœur des vallées vivent toujours de la culture du riz et de la chasse. L’artisanat local reste aussi très riche. Les brumes du soleil levant qui se reflètent dans les rizières viellent de plus de 2000 ans dévalant la montagne, laissent un souvenir inoubliable ainsi qu’un sentiment de quiétude.

    3 – Siargao, le paradis du surf

    Siargao est une île qui saura conquérir le cœur de tous les amoureux de grands espaces et de nature. Des paysages verdoyants extraordinaires, des plages de sable fin et des eaux cristallines idéales pour la pratique du surf. Le Cloud 9 est d’ailleurs un des meilleurs spots d’Asie du sud-est pour la discipline. Les amateurs pourront profiter de plusieurs sites adaptés à tous les niveaux. Pour les autres, de nombreuses grottes ponctuent la région et il est possible de s’enfoncer au cœur de la montagne pour des treks sauvages, ou encore de simplement s’allonger sur les plages désertes de l’île avec pour unique objectif de se laisser bercer par le son des vagues.

    4 – Apo Island, authenticité et fonds marins

    Dans l’archipel des Visayas se situe une toute petite île qui semble insensible aux effets du temps. Ici tout est authentique : les plages de sable blanc et de coraux, les reliefs verdoyants et le village dont les habitants affichent un sourire constant. Les fonds marins sont riches de coraux et des familles entières de tortues y ont élu domicile à moins d’un mètre du rivage. Pas de voitures mais des enfants qui courent jouer sur la plage dès la sortie de l’école et une atmosphère si paisible qu’entre dégustation de poissons fraichement péchés, snorkeling, promenades et couchers de soleil à couper le souffle, il est difficile de repartir d’Apo Island sans en garder un souvenir mémorable de tranquillité et de partage.

    5 – Plage secrète et rivière souterraine

    Situé sur l’île de Palawan et à côté de sa capitale Puerto Princesa, ce parc offre un paysage karstique spectaculaire avec sa rivière souterraine qui se jette dans la mer et subit l’influence des marées. Le site présente des fonds marins exceptionnellement préservés et abrite des forêts parmi les plus significatives d’Asie du sud-est. Le parc et sa rivière souterraine sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO et figurent également dans le classement des sept nouvelles merveilles de la Nature depuis 2011. Cet endroit emblématique dévoile ses nombreuses richesses toutes plus impressionnantes les unes que les autres et saura surprendre les voyageurs grâce à sa beauté naturelle préservée.

      Découvrez l’incroyable parc national de Komodo.

      Des crabes de l’île Christmas ? Les adorables quokkas de Rottnest ? Il n’y a peut-être pas d’endroit au monde aussi synonyme de ses habitants animaux que le parc national indonésien de Komodo.

      Archipel de 603 km2, le parc national de Komodo fait partie des petites îles Sunda, réparties entre les provinces indonésiennes de l’est et de l’ouest de Nusa Tenggara. Ici, le remarquable dragon Komodo – un lézard moniteurs bestiaux mesurant jusqu’à 3 m de long – prospère sur des îles paradisiaques entourées d’une mer d’un bleu étincelant.

      Mais l’observation de ce lézard célèbre n’est qu’une des nombreuses attractions naturelles du parc, les visiteurs peuvent également profiter de la richesse de la vie marine, des sentiers de randonnée en forêt (et réalisables) et des plages de baignade vierges aux sables aux couleurs éclatantes.

      Voici quelques idées afin de vous aider à tirer le meilleur parti de votre visite, pour découvrir la multitude d’attractions fauniques du parc national de Komodo.

      Y aller .

      La petite ville de Labuanbajo sur la grande île de Flores ne fait pas partie du parc mais fonctionne comme la porte d’entrée d’où partent tous les bateaux, ce qui en fait l’un des centres de transport les plus pittoresques du monde ; un village de pêcheurs qui s’éloigne du développement et offre des couchers de soleil épiques de l’Indonésie et une ambiance tropicale à ceux qui passent par là.

      Les points culminants ici incluent manger du homard frais (pour quelques rupiah) au marché de nuit, une sélection de beaux spots de snorkelling et de natation et – si le paysage côtier jaune et lumineux commence à vous faire mal aux yeux – un trek apaisant à travers les villages ruraux et les terres agricoles jusqu’aux piscines bleu pâle de Cunca Waterfall, cachées dans l’intérieur de l’île.

      Plongée sous marine

      Vous ne pouvez entrer dans le parc national de Komodo que lors d’une excursion en bateau organisée à partir de Labuanbajo. Certains circuits vous diront qu’il est possible de tout réaliser en une journée, mais il est beaucoup plus gratifiant, relaxant et responsable de prolonger l’aventure jusqu’à au moins quelques nuits à bord d’un bateau de croisière robuste mais battu par le temps. Un voyage autour de la réserve protégée par l’Unesco avec un équipage local expérimenté donne non seulement un sentiment d’authenticité à l’aventure, mais profite aussi directement à la communauté et à l’économie locales.

      Ce style de randonnée vous donne aussi plus de liberté sur les endroits où vous passez du temps dans l’eau. Le parc porte le nom de ses habitants, mais la faune sous la surface est tout aussi fascinante. Les eaux ici sont rarement beaucoup plus profondes que 3m, donc vous pouvez facilement plonger à travers de grands bancs de poissons colorés qui apparaissent comme des cristaux scintillants à travers les marées translucides.

      Manta Point est à la hauteur de son titre, et les plongeurs sont assurés de voir les raies manta glisser le long du fond de l’océan. Il y a en fait deux spots communément appelés Manta Point, mais ils ont tous les deux des courants doux et une visibilité élevée. Les sites populaires comme Batu Balong et le Chaudron exigent un haut niveau d’expérience pour négocier les eaux tourbillonnantes, mais Castle Rock est une série de corniches plus facile à gérer où vous êtes susceptible d’apercevoir des requins noirs et blancs de récif, des carangues géantes de taille importante et peut-être un dauphin ou deux. Les belles tortues vertes et les tortues à écailles fréquentent aussi ces eaux – attendez-vous à ce qu’au moins quelques-unes dérivent dans votre trajectoire de plongée à un moment donné.

      Il est intéressant de noter que l’eau se déplace beaucoup entre les îles, donc vous devriez être un nageur en eau libre décent avec une certaine expérience de snorkelling pour vous sentir complètement en sécurité. Un bon capitaine se déplacera avec le courant, alors soyez prêt à sauter à rapidement

      Les autres îles

      De nombreux visiteurs du parc ne se rendent pas à l’île de Komodo, surtout si le temps est court, et optent plutôt pour l’île Rinca où il est possible de voir les dragons (ce qui est sans doute plus facile en raison du paysage en grande partie dénudé) tout en faisant des randonnées autour de l’île. Parmi les autres espèces sauvages proposées, on trouve le bison, le cerf du Timor, le cochon sauvage et l’aigle. Mais il peut faire très chaud rapidement, alors venez préparé avec beaucoup d’eau et de protection solaire.

      Padar, une petite île étroite à côté de Komodo, elle est la plus populaire pour les amateurs de trekking. Elle offre une magnifique randonnée de 2 heures jusqu’à un point de vue spectaculaire qui offre l’une des meilleures vues panoramiques de tout le parc. Padar est aussi le foyer de la plage rose qui a, vous l’avez deviné, du sable rose. L’effet est causé par un corail rouge qui se développe juste au large et qui tache le sable blanc par ailleurs brillant.

      Plus petite et moins connue, l’île Kalong abrite l’une des expositions de faune les plus étranges du parc. Autour du coucher du soleil, l’île aux chauves-souris, comme on l’appelle en anglais, est enveloppée de vastes nuages de créatures nocturnes s’élevant au-dessus des mangroves à la recherche de nourriture. C’est une gâterie naturelle spectaculaire qui caractérise l’expérience viscérale de la visite du parc national de Komodo.

      Entrer dans le repaire du dragon

      L’île de Komodo est un atout majeur lorsqu’il s’agit de destinations fauniques. L’île abrite quelque 25 espèces en voie de disparition, plus des milliers d’oiseaux migrateurs qui nichent dans le feuillage dense dispersé sous le mont Satalibo.

      Et puis, bien sûr, il y a les dragons. En repérer un est d’une grande expérience pour les amateurs de faunes sauvages et il y a un certain enthousiasme à voir ces bêtes dans leurs environnement naturels.

        Expériences inoubliables à vivre en Asie

        Expériences inoubliables à vivre en Asie

        Faire du trekking dans l'Himalaya, Népal

        Avec des paysages irréels et les plus hautes montagnes du monde, l’Asie attire les aventuriers depuis toujours.

        1. Faire du trekking dans l’Himalaya (Népal)

        Le trekking ne s’est développé au Népal qu’à partir du milieu des années 1960, mais il est rapidement devenu la destination la plus prisée du globe dans ce domaine : la plus haute chaîne de montagnes au monde s’y étire, marbrée de vallées attirant les randonneurs dans l’orbite de monts tels que l’Everest, l’Ama Dablam, le Dhaulagiri, le Cho Oyu ou l’Annapurna. Le camp de base de l’Everest est la destination la plus fréquentée et, dernièrement, les routes ont grignoté le célèbre circuit de l’Annapurna, repoussant les trekkeurs basés à Pokhara vers le sanctuaire de l’Annapurna, voire plus haut dans le Mustang. Parmi les destinations moins traditionnelles, citons la région de Dolpo, immortalisée dans Le Léopard des neiges de Peter Matthiessen, et le camp de base du Makalu.

        La quasi-totalité des compagnies de trekking proposent des itinéraires au Népal. Thamel, l’animé quartier touristique de Katmandou, est plein à craquer d’agences de trekking.

        2. Faire de l’Escalade à Railay (Thaïlande)

        Grimper directement depuis une plage tropicale sur des hauteurs dont le décor rappelle celui qui a vu fanfaronner James Bond dans L’Homme au pistolet d’or ? C’est possible ici. Paillotes entre les palmiers, bars de plage et falaises donnant sur un abrupt arrière-pays, plages de sable blanc : difficile de trouver plus décontracté que Railay. Parmi les innombrables possibilités d’escalade, les débutants apprécieront la face nord de la Diamond Cave et l’ABC Wall. On peut y faire du solo intégral : une fois la falaise escaladée et votre corps couvert de poussière, vous n’aurez qu’à vous jeter dans les eaux profondes de la mer d’Andaman.

        L’accès le plus facile à Railay s’effectue en longtail boat depuis la plage d’Ao Nang. King Climbers (www.railay.com/railay/climbing/climbing_intro.shtml) est le doyen des clubs locaux.

        Faire de l'escalade à Railay, Thaïlande

        3. Faire du river tubing à Vang Vieng (Laos)

        Descendre la rivière Nam Song sur une chambre à air de tracteur : l’activité a l’air tranquille, mais c’est sans compter l’élément festif. L’amusement que procure le river tubing et l’engouement pour ce loisir sont tels qu’il est devenu l’un des rites de passage pour les globe-trotteurs en Asie du Sud-Est. Criblées de tunnels et de grottes, les falaises calcaires de Vang Vieng surplombent la rivière mais désormais, rares sont ceux qui profitent réellement du décor : les bars longent les berges de la rivière, incitant les tubers à ingurgiter force bières locales. Les autorités ont fermé beaucoup de bars à la suite de plusieurs accidents mortels ; la prudence est toujours de mise.

        Des bus relient Vang Vieng à Luang Prabang et Vientiane.

        Faire du river tubing à Vang Vieng (Laos) Creative commons

        4. Randonner sur la Grande Muraille de Chine

        Les terres protégées sont au sud et les hordes de pilleurs, au nord. Du moins était-ce ainsi que les Chinois voyaient les choses lorsqu’ils bâtirent cet incroyable édifice : la Grande Muraille s’étendait jadis sur plus de 8 000 km, et l’on peut aujourd’hui en parcourir 3 000 à 4 000 km si l’on en suit le moindre vestige. Plus facile à dire qu’à faire : la muraille est délabrée en maints endroits, et s’orienter est parfois un défi en soi. La plupart des aspirants randonneurs se contenteront d’une excursion d’une semaine sur la portion de la province du Hebei (près de Pékin), bien conservée.

        Des treks guidés sur la Grande Muraille couvrent généralement les portions aux alentours de Gubeikou (à 140 km de Pékin), de Jinshanling et de Simatei.

        Randonner sur la Grande Muraille de Chine

        5. Faire du kayak dans la baie d’Ha-Long (Vietnam)

        Avec ses eaux ponctuées de milliers de pics et d’îlots calcaires, la baie d’Ha-Long se classe parmi les paysages les plus reconnaissables d’Asie. Si, des années durant, les jonques filant entre les îles en furent le symbole, le site est aujourd’hui un haut lieu pour les kayakistes souhaitant évoluer à proximité de ses rochers. Comme tout paysage karstique, la baie est mouchetée de grottes, d’arcs et de piliers : où que vous pointiez votre kayak, vous découvrirez de nouvelles formations. Des excursions de plusieurs journées se font souvent à bord des fameuses jonques (où vous vous restaurerez et dormirez).

        La baie d’Ha-Long est à environ 3 heures de route d’Hanoi, d’où partent souvent les excursions en kayak.

        Faire du kayak dans la baie d'Ha-Long (Vietnam)

        6. Traverser la jungle de Bornéo (Indonésie)

        La forêt tropicale humide de Bornéo est probablement l’un des endroits les plus vierges de la planète, et la traversée de la troisième plus grande île au monde d’une côte à l’autre est une des aventures les plus fantastiques (et les moins entreprises) d’Asie. Depuis Balikpapan, vous pourrez remonter le fleuve Sungai Mahakam sur diverses embarcations (comptez environ une semaine pour ces 900 km). De l’autre côté de l’île, vous pourrez descendre le Sungai Kapuas, le plus long fleuve insulaire au monde, mais les monts Muller sont un obstacle majeur : 5–7 jours de marche dans un massif connu pour ses gués, ses sangsues et ses pentes escarpées.

        Vous ne pourrez franchir les monts muller sans un guide. Nous conseillons De’Giant Tours (www.borneotourgigant.com) et Kompakh (www.tatunet.ddo.jp/kompakh/en/about_us.php).

        Traverser la jungle de Bornéo (Indonésie) Creative commons

        7. Faire du vélo au Vietnam

        Le vélo est presque l’incarnation du Vietnam, et que ce soit dans les rues coloniales d’Hoi An ou sur les hautes berges des rizières, il est devenu l’un des véhicules privilégiés des visiteurs. Différentes expériences sont possibles. Au sud, le très plat delta du Mékong donne à voir presque autant d’étendues d’eau que de terre (les ponts y sont peut-être plus nombreux que partout ailleurs dans le monde). Au centre, il est possible de combiner cyclisme côtier autour de stations balnéaires comme Danang ou Nha Trang avec des sessions d’escalade sur les hauteurs, où vous pédalerez au milieu de forêts tropicales et de plantations de café.

        Les tour-opérateurs du monde entier proposent des excursions cyclistes à travers le Vietnam.

        Faire du vélo au Vietnam Creative commons

        8. Sauter à l’élastique depuis la tour de Macao (Chine)

        L’ancien comptoir portugais n’est aujourd’hui probablement connu que pour deux choses : les flambeurs de ses casinos et le plus haut saut à l’élastique au monde. Sauter de la tour de Macao revient à tomber du toit d’un immeuble de 76 étages. Il faut 60 secondes en ascenseur rien que pour atteindre la plate-forme mais, bonne ( ?) nouvelle, y chuter à près de 200 km/heure prend le 10e de ce temps. Pour voir Macao sous un angle encore plus unique, sautez de nuit.

        Vous trouverez plus d’informations sur le saut à l’élastique à Macao sur http://macau.ajhackett.com.

        9. Surfer à Bali (Indonésie)

        À l’extrême sud de Bali, la péninsule de Bukit ressemble à une digue en pleine mer arrosée par la houle de l’océan Indien. Les breaks longent toute sa côte est, attirant les surfeurs de tous niveaux du monde entier. Sur la très fréquentée plage de Kuta, de doux beach breaks forment l’environnement idéal pour apprendre, tandis que la longue vague tubulaire de Padang Padang (alias le pipeline de Bali) est légendaire. Juste au sud de Padang Padang, Uluwatu est sans doute le spot de surf le plus pittoresque : on y rame vers les cinq breaks en traversant une grotte.

        Les vols à destination de Bali atterrissent à Denpasar, à l’entrée de la péninsule de Bukit. Vous pourrez louer des planches de surf dans l’animée Kuta. Pour la météo des vagues, consultez le site www.baliwaves.com.

        Surfer à Bali (Indonésie)

         

        10.. Relier les villes de la route de la soie par voie de Terre

        Trois villes phares symbolisent particulièrement le tenace parfum d’exotisme de la route de la Soie : Samarcande, Boukhara et Kachgar ont, des siècles durant, attiré les esprits vers l’immensité de l’Asie centrale. En Ouzbékistan, le Registan, place centrale de Samarcande à l’architecture époustouflante, est probablement le site le plus évocateur de la route de la Soie. Dans la proche Boukhara, le minaret de Kalon impressionna un Gengis Khan saccageur avant de devenir un donjon pour les officiers et espions de l’Empire britannique. En Chine, les bruyants bazars de Kachgar attirent toujours les voyageurs et marchands qui répondent à l’appel de cette fantastique route terrestre.

        Presque équidistante de Boukhara et de Kachgar, Tachkent est la porte d’entrée la plus pratique.

        Source : Lonely Planet