Cuba côté plage et plongée !

Cuba, reine de la plongée et du snorkeling !

S’il est une activité reine à Cuba, c’est bien la plongée. Le pays compte nombre sites de plongéé exceptionnel.

Les meilleurs endroits – les Jardines de Reina, María la Gorda et la Isla de la Juventud – sont tous assez reculés et demandent un peu d’organisation. La côte sud, la plus abritée, arrive en tête pour la limpidité de l’eau et la stabilité des conditions climatiques. Toutefois, la côte nord, qui offre un accès facile à l’un des plus grands récifs coralliens au monde, n’est pas en reste.
Plonger à Cuba est particulièrement agréable, car l’eau n’est pas polluée, la visibilité est très bonne (en moyenne 30 à 40 m), la température de l’eau idéale (24°C), les coraux et les poissons sont abondants, les sites faciles d’accès (notamment quelques-uns, splendides, que l’on peut rejoindre depuis la plage) et les fonds marins sont émaillés de fascinantes épaves (Cuba était un point névralgique sur la route des galions aux XVIIe et XVIIIe siècles, et les tempêtes et attaques de pirates en ont envoyé bon nombre par le fond).

5 spots pour plonger à Cuba

Maria la Gorda

Un site isolé, de réputation internationale, prisé pour ses grottes, ses tombants, l’abondance de son corail noir et ses conditions de plongée idéales.

Punta Francés

Passages, tunels, épaves, eaux claires et vie marine extrêmement variée : la Isla de la Juventud ne compte pas moins de 56 stupéfiants spots de plongée.

Baie des cochons

Les plongées les plus accessibles de Cuba, avec un tombant corallien de 70-80 m sur 35 km de long à environ 50 m du rivage. On y trouve aussi plusieurs cenotes (gouffres inondés) d’eau douce et d’eau salée.

Jardines de la Reina

Un écosystème marin pratiquement vierge au large d’un archipel inhabité, où les plongeurs (qui ont réservé) sont hébergés sur un hôtel flottant.

Playa Santa Lucia

À 1,5 km au large se trouve une des barrières de corail les plus longues au monde. Le clou de ce spectacle sous-marin ? Le repas des requins.

Clubs de plongée à Cuba

Cuba compte 25 clubs reconnus répartis sur 17 zones de plongée. Ils sont pour la plupart gérés par Marlin Náutica y Marinas, mais vous en trouverez également certains administrés par Gaviota (7-204-5708 ; gaviota@gaviota.cu ; Av. 47 n°2833, entre Calle 28 et Calle 34, La Havane), Cubanacán Náutica (7-833-4090 ; www.cubanacan.cu) et Cubamar (7-833-2523 ; www.cubamarviajes.cu).
Si les équipements varient d’un centre à l’autre, dans l’ensemble, les prestations sont professionnelles et l’on veille à la sécurité (présence d’une équipe de secours). Le bât blesse en revanche dans le domaine du respect de l’environnement. À chacun donc d’apprendre les règles de la plongée responsable. Outre qu’ils sont certifiés par Scuba Schools International (SSI), American Canadian Underwater Certification (ACUC) et la Confédération mondiale des activités subaquatiques (CMAS), la plupart des moniteurs de plongée parlent plusieurs langues : l’espagnol, bien sûr, mais aussi souvent le français, l’anglais, l’allemand et l’italien. En raison de l’embargo américain, le brevet PADI (Professional Association of Diving Instructors) n’est pour le moment pas proposé à Cuba.
Les plongées et les cours affichent des tarifs comparables dans tout le pays. Comptez 30-45 CUC la plongée (remise à partir de 4 ou 5 plongées). Les cours pour l’obtention d’un brevet coûtent 310-365 CUC. Enfin, les cours des hôtels-clubs) ou les cours d’initiation reviennent à 50-60 CUC.

Faire du snorkeling à Cuba

Nul besoin de descendre dans les profondeurs, ou de plonger avec une bouteille, pour admirer l’aquarium tropical de Cuba. Il suffit de barboter avec masque et tuba de la Playa Larga à la Caleta Buena, aux alentours de Cienfuegos ou le long du récif de Guardalavaca. À Varadero, une sortie snorkeling est organisée tous les jours vers Cayo Blanco, où les eaux sont translucides et les poissons tropicaux abondants. Si vous préférez mener vos explorations en solo, vous pourrez enfiler un masque à Playa Coral, à 20 km de là.
On peut aussi rejoindre d’excellents spots de snorkeling en bateau au large de la Isla de la Juventud et de Cayo Largo. Si vous comptez plonger souvent, n’hésitez pas à emporter votre matériel : celui que vous louerez sur place est en général en mauvais état et vous ne pourrez en acheter que de piètre qualité.

Les plus belles plages de Cuba

Les plus belles plages de Cuba offrent des paysages idylliques pour les amateurs de farniente sous le soleil des Caraïbes. Que vous soyez plus sable blanc ou gros rouleaux poussés par le vent, plage déserte ou station balnéaire, la plus grande île des grandes Antilles vous offrira les expériences dont vous avez toujours rêvé dès votre premier voyage à Cuba. 

1. Playa Pilar, plage paradisiaque de Cuba

Régulièrement présentée comme la plus belle plage de Cuba (et des Caraïbes), cette sublime étendue doit sa réputation à son sable blanc fin comme de la poussière de diamant et à ses dunes de 15 m de haut constellées de sentiers invitant à les explorer. La mer y est chaude, peu profonde, avec de nombreuses possibilités de snorkeling. Une véritable plage de carte postale sans hôtels en arrière-plan… pour l’instant.

2. Varadero, la plus grande 

Un ruban de sable ininterrompu de 20 km fait de Varadero la plus grande station balnéaire des Caraïbes et la tête de proue de l’activité économique la plus importante de Cuba : le tourisme. Si l’authenticité et le charme cubains ne sont pas présents, les voyageurs trouveront là de quoi faire relâche le temps de quelques jours.

3. Playa Maguana, l’irrésistible 

Bien qu’elle ne soit plus le paisible refuge d’autrefois, cette plage caribéenne relativement peu exploitée conserve une grande part de sa magie. Elle est essentiellement fréquentée par des Cubains désireux de s’amuser. De gros rouleaux poussés par le vent et des nuages gris-bleu rendent irrésistible la plus belle plage de Baracoa.

4. Playa Pesquero, la splendide 

Même à 200 m au large, l’eau ne vous arrive qu’à la taille… Tout ce qu’on imagine quand on parle de plage paradisiaque est réuni ici.

5. Playa Sirena, la protégée

La plus belle plage de Cayo Largo del Sur (et peut-être de Cuba), la Playa Sirena, (2 km de sable blanc extrêmement fin) est orientée à l’ouest, protégée des vagues et du vent. Cette longue plage, sur une île privée, est dédiée aux touristes.

6. Playa Los Pinos, plage déserte à cuba

 

 

    Australia’s Nature Coast

    Idées Voyages du Lonely Planet
    Tortue à Lady Elliot Island, Australie

    Lorsque l’on aime voyager, gagner l’Australie est un désir paré des ors du paradis lointain : une destination à l’autre bout de la planète, dont la population est l’une des plus jeunes et dynamiques du monde, où la nature semble avoir conservé une puissance et une beauté hors du commun… 

    Mais pour bien débuter son séjour, voire pour ne pas être déçu si l’on n’a que deux ou trois semaines devant soi, sur quelle région de ce gigantesque pays, qui est aussi un continent, jeter son dévolu ? La réponse prend peut-être bien la forme d’une portion de quelque 400 km de la côte est de l’Australie sur la Fraser Coast et la Sunshine Coast. À l’intérieur des terres : des forêts tropicales, des chaînes de montagnes mythiques, mais aussi des villes huppées. Côté océan : la grande barrière de corail, des eaux chéries par des colonies de baleines, de dauphins, de tortues, mais aussi des îles paradisiaques classées à l’Unesco. Et au milieu : des dizaines et des dizaines de kms de plages vierges… Voici 5 preuves qu’à votre retour, vous pourrez situer le paradis sur cette côte de l’Australie.

    1. Des îles qui battent des records insensés

    Pour les amoureux de nature et de plongée sous-marine, l’Australie, c’est d’abord la Grande Barrière de corail. À la limite sud de celle-ci, les eaux incroyablement diaphanes d’une île corallienne de 40 ha offrent la meilleure visibilité sur ce trésor : Lady Elliot Island. Les visites de raies manta et d’inoffensifs requins léopards, ainsi que des fonds émaillés d’épaves, viennent enrichir le tableau aux chanceux qui y plongent. Et à votre retour sur la plage, prenez garde aux œufs des tortues de mer…

    Plus au sud, Fraser Island n’est rien moins que la plus grande île sablonneuse du monde (120 km sur 15). Ne vous attendez cependant pas à n’y trouver que du sable : oiseaux, dingos, et créatures marines évoluent là dans un décor unique de forêts tropicales, de lacs et de dunes. Préparez cette expédition à partir de la ville de Hervey Bay, dont l’intense vie culturelle, entre galeries d’art, centre Discovery Sphere et restaurants raffinés, complète à merveille ce tourbillon de sensations.

    Lake McKenzie, Fraser Island, Australie

    2. L’arche australienne s’y trouve

    Megaptera novaeangliae : retenez bien ce nom, car vous allez mettre plusieurs visages dessus, ceux des majestueuses baleines à bosse que vous verrez dans les eaux abritées de Hervey Bay. Elles sont plusieurs milliers à y transiter entre août et début novembre, et à saluer les humains venus les admirer. À Tin Can Bay, ce sont des dauphins sauvages que vous pourrez nourrir, cette fois toute l’année. Dans les terres, une autre expérience au contact de l’exceptionnelle faune de ce continent vous attend : il s’agit de l’Australia Zoo, véritable réserve de kangourous, de koalas, de crocodiles.

    Baleine à bosse, Hervey Bay, Australie

    3. Vous y rencontrerez la « mère » des Aborigènes en randonnant

    L’apparition du profil des seize sommets volcaniques de la Glass House Mountain sur la ligne d’horizon n’a jamais laissé personne indifférent, à commencer par les Aborigènes eux-mêmes, qui dans leur grand récit cosmogonique, le « Temps du Rêve », ont identifié le plus élevé d’entre eux, le mont Beerwah, comme « la mère ». Vous pourrez tutoyer celle-ci en vous dotant de bonnes chaussures de marche, en traversant un décor somptueux de végétation subtropicale, des forêts d’eucalyptus aux rochers.

    4. Noosa, la ville dont on ne veut plus partir

    À Noosa, il est possible, la matin, de côtoyer des koalas près de Tea Tree Bay, de déjeuner en observant les dauphins depuis les caps rocheux autour d’Alexandra Bay, de choisir entre une sortie en kayak sur la rivière ou une randonnée dans le bush l’après-midi, avant de finir par se faire quelques vagues au soleil couchant, pour finir dans un restaurant huppé ou un bar branché de Hastings Street. Et dire que cette ville qui rassemble des plages sublimes, des forêts tropicales et des quartiers hype ne compte même pas 10 000 habitants ! Le jardin d’éden ?

    5. Le paradis du surf

    Rainbow Beach, Noosa Heads, Maroochy, Coolum Beach : tous ces noms ne vous évoquent peut-être rien, mais pour tout surfeur, australien par-dessus le marché, ils sont synonymes de spots fameux. Évidemment, vous pourrez toujours avoir le choix avec la voile ou le paddle pour profiter du cadre somptueux qui vous entoure… et avec le farniente pour jouir des infinies plages vierges de cette côte taillée pour les épicuriens !

    Rainbow Beach, Australie

     

      Les plus belles plages d’Amérique Centrale

      costa_rica

      Avec l’arrivée de l’automne, les bons moments de détente passés à la plage pendant l’été semblent avoir été oubliés. Pour les amoureux de la mer, l’hiver Européen est justement la meilleure période pour profiter des plages paradisiaques de l’autre côté de l’Océan. Voici une sélection des plus belles plages d’Amérique Centrale.

      Le Belize, populaire pour son importante offre balnéaire

      Bordé par 400 kilomètres de côtes, le pays dispose de plages magnifiques et se compose de plus de 200 îles paradisiaques, propices aussi bien à la détente qu’à la pratique de sports nautiques. Située au Nord Est du pays, près de la ville de Belize, Cayo Ambergris est la plus grande île du Belize. Ses plages de couleur bleu cristallin abritent des hôtels haut de gamme et offrent une vaste gamme d’activités comme la plongée ou le snorkeling. San Pedro est la commune la plus peuplée et la plus connue, dans laquelle arrivent la majorité des voyageurs. Cayo Ambergris se situe à proximité du fameux Great Big Hole (« Grand trou bleu »), lieu reconnu par les plongeurs du monde entier et qui doit sa renommée à d’importants chercheurs des fonds marins comme Jacques Cousteau. Cette zone, à laquelle il est possible d’accéder en bateau, est reconnue Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

      Les plages spectaculaires des îles de la Bahia au Honduras

      Iles Bahia HondurasLes îles de la Bahia correspondent à un archipel formé par les îles d’Utila, de Roatan et de Guanaja. Les îles de Barbareta, Morat et Santa Elena font également partie de cet archipel ainsi que plus de 60 îlots situés dans les eaux turquoise de la mer des Caraïbes.

      Sur l’île de Roatan, la plage de West Rend, située à la pointe sud de l’île, impressionne par son paysage sauvage et son offre d’activités de repos et de divertissement qui ravi tous les touristes. A l’inverse, Utila est la plus petite des îles formant l’archipel de Bahia. Elle est mondialement célèbre pour ses fonds marins d’exception et les plongeurs s’y précipitent pour obtenir leur certificat de plongée, réputé bon marché. La plus grande barrière de corail d’Amérique borde l’île Utila. Elle s’étend sur environ 1 000 km et héberge plus de 500 espèces de poissons, 1 000 lamantins et de nombreux dauphins. Utila possède également la plus grande population de requins baleine ainsi qu’un centre de recherche dédié à leur étude.

      Le Costa Rica, emplacement privilégié au cœur de l’Amérique Centrale

      Les plages du Costa Rica sont à la fois baignées par la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique, deux côtes qu’il est possible de relier en à peine 3 heures de voiture ou 45 minutes de vol. Il y en a pour tous les goûts : des plages bordées de palmiers protégeant du soleil idéales pour des vacances en famille, aux zones peu fréquentées où l’on peut observer le coucher du soleil pour une escapade romantique, en passant par les plages propices à la pratique du surf, de la plongée et autres sports nautiques.

      Les plages du Parc National Manuel Antonio, sur la côte Pacifique, sont atypiques puisqu’il est possible de partager l’espace avec des iguanes et autres paresseux. Sur la côte Caraïbe, les plages de Limon ou de Cahuita permettent une relaxation totale.

      Au Salvador il y en a pour tous les goûts !

      Le Salvador possède de nombreuses plages très diversifiées, pouvant satisfaire les attentes de tous les types de touristes, de la recherche du soleil et du repos à la pratique de sports nautiques. Les plages de Las Flores à San Miguel et de Punta Roca à La Liberté sont idéales pour les férus de surf. Pour une escapade romantique, les voyageurs pourront profiter des plages de El Zonte, la Barra de Santiago ou encore la Costa del Sol. La plage de la Costa del Sol est la préférée des touristes au Salvador. Située à La Paz, elle s’étend sur 15 km ce qui en fait la plus longue plage du pays. Idéale à la fois pour le repos et la pratique de sports nautiques, de nombreux resorts s’y sont récemment implantés

      Le Guatemala, entre Océan Pacifique et côte Atlantique

      En raison de la configuration naturelle et du passé volcanique du pays, la majorité des plages du Guatemala sont de sable noir ou brun. Playa Blanca est l’une des exceptions avec son sable blanc. Située dans le département d’Izabal, on peut y accéder en bateau depuis Livingston, Rio Dulce ou encore Puerto Barrios. Playa Blanca est une zone privée et protégée, toutefois, l’accès au public est autorisé. Ce lieu presque vierge de toute construction apparaît comme un sanctuaire naturel.