Les traditions du carnaval les plus authentiques d’Amérique latine

 

Rio n’est pas la seule ville qui sait célébrer le carnaval avec style. Au cours de la semaine qui précède le Carême, des millions de personnes à travers l’Amérique latine descendent dans la rue pour danser, écouter de la musique en direct, boire et se réjouir – et une série d’autres traditions inhabituelles et surprenantes.

A Paraty, au Brésil, les participants se couvrent le corps de boue ; à Trinité-et-Tobago, ils s’enduisent de chocolat fondu. Au Paraguay, les fervents du carnaval s’aspergent mutuellement de fausse neige. Au Panama, les camions à eau refroidissent les foules. Et au Mexique, la fête commence avec l’incendie d’une effigie géante en papier mâché.

Brûlage de la mauvaise humeur (Quema del Mal Humor) au Mexique

Au Mexique, le carnaval débute avec une tradition bien-aimée : le Quema del Mal Humor, ou brûlage de la mauvaise humeur. Le rituel commence par l’effigie plus grande que nature d’une personnalité politique ou d’une célébrité détestée – imaginez une énorme piñata caricaturale – suspendue au-dessus des foules. Puis la marionnette en papier mâché est mise en feu, et les carnavaliers acclament et célèbrent l’événement en s’enflammant. La tradition est symbolique : comme la piñata brûle, c’est l’occasion pour les gens de laisser tomber leurs soucis quotidiens et de profiter du début des festivités.
Le brûlage de la mauvaise humeur a lieu lors des célébrations du carnaval dans tout le Mexique, notamment à Veracruz et à Mazatlan, où les itérations de 2016 et 2017 ont toutes deux présenté la même effigie : le président américain Donald Trump.

Bloc de boue (Bloco da Lama) au Brésil

A plus de 100 miles des lumières clignotantes du Sambadrome de Rio, il y a une célébration moins connue dans la ville historique de Paraty – une célébration plus terre à terre. Littéralement. Au lieu de coiffures à plumes et d’ailes à paillettes, de nombreux carnavaliers portent de la boue.

Le Bloco da Lama a des origines modestes : pendant le carnaval en 1986, après une pluie tropicale, un groupe d’adolescents a commencé à jouer avec la boue sur la plage, puis a défilé dans les rues, méconnaissable pour leurs propres amis et famille. C’est ainsi qu’est née une tradition annuelle. Chaque année, les festivaliers s’engouffrent dans des mares de boue, s’enduisent le corps et le visage, le jettent, s’y battent, puis dansent pour vivre la samba et le reggaeton dans le cadre de la grande fête du carnaval. C’est un spectacle unique en son genre qui est pratiquement l’opposé polaire des paillettes et des néons du Carnaval de Rio, mais il suffit de regarder la foule des fêtards couverts de boue, et il n’y a aucun doute, c’est tout aussi amusant.

Neige en été au Paraguay
Il ne neige presque jamais dans la ville douce d’Encarnación, au Paraguay. Ce qui explique peut-être la nouveauté des fausses bombes d’aspersion de neige qui font partie intégrante des célébrations du carnaval local. Attention : si vous participez à cette fête de rue, vous risquez d’être aspergé de « neige » sur le visage, ou d’être arrosé de crème à raser, ou encore d’avoir vos vêtements tachés de peinture blanche.
L’illusion du temps hivernal en été fait partie de la fantaisie d’Encarnación, la « Capitale du Carnaval du Paraguay » autoproclamée. C’est un titre que la ville mérite, étant donné qu’Encarnación a l’une des célébrations les plus animées de la région – et un Sambadrome permanent qui accueille jusqu’à 12.000 fêtards à la fois.
Bataille entre le bien et le mal en Bolivie

Le Carnaval d’Oruro, en Bolivie, jouit d’une distinction spéciale : L’UNESCO l’a nommée chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité. Ces célébrations annuelles ont de profondes racines indigènes et une histoire qui remonte à l’antiquité, lorsque la région était un centre religieux majeur. Les colons espagnols ont interdit les cérémonies autochtones, forçant une introduction aux traditions catholiques.
L’une de ces traditions est encore aujourd’hui l’un des temps forts du Carnaval d’Oruro. Les couleurs et les sons du carnaval sont au rendez-vous lors de la « Diablada » (La Danse des Diables), une danse rituelle mettant en vedette des centaines de diables en costumes décoratifs, masques grotesques et perruques fluides. C’est la bataille entre le bien et le mal qui met en scène une bande de démons et d’anges costumés, ainsi que des danseurs représentant les sept péchés capitaux : orgueil, avidité, luxure, colère, gourmandise, envie et paresse.

De l’eau, de l’eau partout au Panama

Il fait chaud et transpire dans les rues pendant les célébrations du Carnaval à Las Tablas, Panama. Heureusement, les foules locales sont préparées pour le temps tropical. Chaque année, des culecos (camions citernes) stationnent sur les places et circulent lentement dans les rues, arrosant d’eau les festivaliers qui dansent, chantent et boivent beaucoup de cerveza.

Portez un maillot de bain : quand la fête bat son plein, il est impossible d’éviter la mojadera (eau pulvérisée), qui pourrait vous arroser ou vous tremper complètement, selon votre chance. Les participants au carnaval apportent aussi des pistolets à eau et des ballons d’eau, et c’est facile – et amusant ! – pour se faire prendre dans le feu croisé. Quand la température monte en flèche, certains habitants ont recours à une approche encore plus simple. Ne soyez pas surpris si quelqu’un jette un seau d’eau froide directement sur votre tête. (Conseil Pro : procurez-vous un étui imperméable pour votre téléphone ou votre appareil photo.)

Le désordre à Trinité-et-Tobago

À Port of Spain, Trinité-et-Tobago, le carnaval commence à l’aube. J’Ouvert (le mot est considéré comme dérivé d’un terme créole français, jou ouvè, signifiant  » aube « ) est la fête rauque qui marque le début officiel des festivités. Les rues se remplissent de gens qui dansent et célèbrent, mais contrairement à Rio et à beaucoup d’autres destinations de carnaval célèbres, les participants ne portent pas de costumes glamour éblouis par les paillettes et les plumes. Ils portent de vieux vêtements et se couvrent de chocolat, d’huile, de peinture ou de boue.

Plongez dans les plus belles piscines naturelles ou incroyables du monde.

Parfois, nous avons envie de plonger dans l’océan, de voir les vagues se briser au-dessus de nos têtes, les profondeurs sous nos pieds. Mais d’autres fois, nous voulons une baignade au bord de la mer plus  » confinée  » – la même expérience élémentaire, mais avec le luxe de pouvoir toucher le fond (et peut-être même prendre une douche chaude après). C’est là qu’interviennent les piscines océaniques.

Qu’il s’agisse de grottes rocheuses naturelles ou de grottes artificielles en béton et en carrelage, ces piscines au bord de l’océan vous offrent le meilleur des deux mondes : des eaux sûres et sereines avec des vues mer et ciel sans limites. Si vous êtes à la recherche d’une expérience balnéaire alternative ou d’un tremplin pour passer des piscines traditionnelles au’grand bleu’, ces oasis aquatiques pourraient vous convenir.

Grotte de la Poésie, Salento, Italie

Signifiant  » grotte de poésie « , ce gouffre naturel de 100 pieds de large est certainement digne de poésie. Sautez des falaises de calcaire dans l’eau cyan fraîche, puis nagez sous la voûte dans la mer Adriatique. Arrivez tôt en été pour éviter la foule ; le reste de l’année, il n’y aura que vous et les oiseaux de mer (et quelques touristes russes résistants au froid). Plusieurs sites archéologiques se trouvent à proximité, dont la Grotte della Poesia Piccola (« petite grotte de la poésie »), dont les murs sont couverts d’inscriptions anciennes. Vous trouverez la grotte à l’est de la péninsule du Salento (alias’la botte’).

Bains de la Reine, Eleuthera, Bahamas

Grimpez les collines rocheuses de cette île décontractée des Bahamas pour découvrir la série de piscines peu profondes et chauffées par le soleil, connues localement sous le nom de  » bains de la reine  » ou (un peu moins fantaisistes) de  » bains tourbillons « . Visitez à marée basse ou moyenne pour passer une heure ou deux à tremper, éclabousser et chercher des coquillages pendant que l’Atlantique bleu marine se met à barboter. À seulement un demi-mille de là se trouve le célèbre Glass Window Bridge, où l’île devient si maigre que vous pouvez vous tenir sur la falaise et voir le contraste saisissant entre l’Atlantique agité à votre droite et la paisible aigue-marine des Caraïbes sur votre gauche.

Tunnels Beaches, Devon, Royaume-Uni

Tiptoe à travers une série de tunnels de falaises sombres, creusés à la main par des mineurs gallois au début des années 1800, pour atteindre ces plages cachées. Sur la  » plage des dames  » (bien qu’elle soit mixte depuis plus de 100 ans), un bassin de marée apparaît pendant trois heures avant et après la marée basse. Le mur de soutènement de la piscine a été construit par les mêmes mineurs à l’aide de blocs rocheux et de mortier de chaux. Au plus fort de l’ère victorienne, les dames  » prenaient les eaux  » ici dans des machines à laver privées en bois tirées par des chevaux qui étaient roulées dans l’océan pour protéger leur modestie. Auparavant, les falaises de la mer, profondément sillonnées, étaient autrefois utilisées par des contrebandiers et des fugitifs. Ne vous attendez pas à du sable blanc comme du sucre ; ces plages sont des plages de galets anglais purs, glissantes, froides et délicieuses.

Vers le sillon océanique de Sua, île d’Upolu, Samoa

Vu d’en haut, ce trou de nage vert pierre précieuse ressemble à un œil de géant qui clignote dans le paysage de lave de l’île d’Upolu aux Samoa. La piscine de 30 mètres de profondeur est accessible par une haute et légèrement terrifiante échelle en bois, bien que les braves (ou téméraires) sautent simplement. L’eau ici est si claire qu’on peut voir des poissons voltiger bien en dessous. La tranchée est alimentée par un tunnel de lave sous-marin qui mène au Pacifique Sud – les plongeurs expérimentés peuvent y nager, mais les nageurs de tous les niveaux doivent être conscients du courant de fond. Le bord du trou s’égoutte avec le feuillage de la jungle, qui s’ouvre sur des jardins de bord de mer soignés avec des aires de pique-nique et une petite plage de baignade au-delà.

Bondi Icebergs Pool, Sydney, Australie

Construits dans les falaises juste au-dessus de l’effondrement de la mer de Tasman, les  » bains de Bondi  » au bord de la plage la plus célèbre de Sydney sont emblématiques depuis plus d’un siècle. N’importe qui peut se baigner dans la piscine à genoux ou dans la piscine pour enfants adjacente, mais pour devenir membre du club de natation d’hiver des Bondi Icebergs, il faut s’engager à nager trois dimanches sur quatre pendant les mois froids – pendant cinq ans ! Parce que les piscines sont en béton, l’eau ici est en fait plus froide que la mer, et si le temps est plus rude, vous risquez d’être assailli par une vague malveillante. Rien de tel qu’une baignade apaisante, hein !?

Piscinas das Marés, près de Porto, Portugal

Envie de vous immerger dans un monument national ? Et nous ne parlons pas au sens figuré. Plongez dans les deux piscines d’eau salée de Piscina das Marés, creusées dans le rocher de la plage de Leça da Palmeira, Matoshinhos, un village de pêcheurs au nord de Porto, dans les années 60 à la demande du célèbre architecte portugais Álvaro Siza Vieira. Mais le maestro n’a pas fini : après un petit plongeon pour se mettre en appétit, suivez la côte vers le nord jusqu’à son Boa Nova Tea House, un charmant restaurant étoilé au Michelin avec vue panoramique sur l’Atlantique endiablé.

Porto de Galinhas, près de Recife, Brésil

Dans un pays qui a honte de ses richesses en matière de plages, Porto de Galinhas, au sud de Recife palpitante, parvient encore à se démarquer grâce à une dispersion de criques turquoises et aigues-marines à quelques encablures de son sable fin et blanc. Les visiteurs de ces piscines naturelles dignes de l’Instagram, formées entre la plage et le récif qui les abrite, sont accueillis par des ferry-boats en jangadas (petits voiliers) à voiles triangulaires pour 25 R$ par personne. Pour quelque chose de plus vigoureux, dirigez-vous vers le sud pour faire de la planche à voile et du kitesurf sur le Pontal de Maracaípe.

 

Visiter les favelas de Rio de Janeiro

Visiter les favelas de Rio de Janeiro

Favela à Rio de Janeiro
Ces dernières années, certaines favelas de Rio de Janeiro ont connu de profondes transformations. Bien que controversé, le programme de pacification – descentes de police contre les trafiquants de drogue et installation d’unités de police pacificatrices (UPP) – a globalement été une réussite. Les investissements publics dans ces quartiers nouvellement pacifiés ont pour objectif de les intégrer au reste de la ville. Après avoir visité les plages de Rio, ses clubs et botecos, découvrez les favelas accompagnés d’un guide.

Modernisation des transports à Rio

Des moyens de transport ont été installés dans les favelas. Un téléphérique survole à présent le vaste Complexo do Alemão, des ascenseurs montent jusqu’à Cantagalo et Pavão/Pavãozinho, et un tram grimpe jusqu’en haut de Santa Marta. Le projet d’aménagement du port, (appellé “Porto Maravilha”, Port merveilleux) prévoit aussi l’installation d’un téléphérique pour rejoindre Morro da Providência, la plus ancienne favela de Rio qui, jusque récemment, était l’une des plus touchées par la criminalité.

L’art au service des favelas de Rio

Les favelas attirent désormais les artistes. À Santa Marta, les maisons aux couleurs de l’arc-en-ciel de la Praça Cantão révèlent au monde que les favelas ne se résument pas à la pauvreté et au désespoir. Le photographe français JR a également sensibilisé le public au sort des populations marginalisées. À Morro da Providência, ses immenses portraits photographiés, placardés sur les maisons de la favela, cherchent, à travers le visage de ces habitants, à humaniser l’image de la favela ordinairement présentée comme une masse informe impersonnelle.
Favela Santa Marta, Rio de Janeiro

Découvrir les favelas

Favela Tour

(3322-2727 ; www.favelatour.com.br ; circuits 90 R$). Pionnier des visites dans les favelas, Marcelo Armstrong (qui parle aussi le français) propose des circuits très instructifs. L’excursion de 3 heures englobe Rocinha et Vila Canoas.

Paulo Amendoim

(99747-6860 ; www.favelatourrio.com ; circuits 75 R$). Ancien président de l’association des habitants de Rocinha, Paulo Amendoim est un guide vivement recommandé. Il semble connaître tout le monde dans la favela, et organise une visite chaleureuse et personnalisée qui permet d’aller bien au-delà des stéréotypes.

Be A Local

(9643-0366 ; www.bealocal.com ; circuits 80 R$). Excursions quotidiennes à Rocinha (montée à moto-taxi, descente à pied), avec arrêts en chemin. Organise aussi une favela funk party (soirée de baile funk) à Castelo das Pedras le dimanche.
Favela de la Rocinha, Rio de Janeiro

Séjourner dans une pension de la favela

Loger dans une favela n’a rien de nouveau – les voyageurs intrépides s’aventurent dans ces dédales urbains depuis plus de dix ans. En revanche, avec leur pacification croissante, auberges de jeunesse et pousadas poussent encore plus vite que les constructions rudimentaires qui font ces quartiers. Nos adresses favorites :

Maze Inn

(2558-5547 ; www.jazzrio.com ; Rua Tavares Bastos 414, Casa 66, Catete ; dortoir 90 R$, simple/double à partir de 175/225 R$). Cette adresse de la favela de Tavares Bastos est une étape fantastique pour découvrir Rio autrement. Les chambres sont décorées d’œuvres du talentueux propriétaire anglais, Bob Nadkarni. La terrasse offre une vue imprenable sur la baie et le Pain de Sucre. Soirée jazz le premier vendredi du mois.

Mirante do Arvrão

(3114-1868 ; www.mirantedoarvrao.com.br ; Rua Armando de Almeida Lima 8, Vidigal ; dort/s/d à partir de 58/158/400 R$). S Cette perle située à Vidigal propose des chambres joliment aménagées, dont les plus belles donnent sur l’océan. Les deluxe, équipées de baies vitrées et d’un balcon privé, méritent bien quelques reais de plus. L’auberge a été construite avec des matériaux écologiques et les douches sont chauffées à l’énergie solaire.

Varandas do Vidigal

(3114-3661 ; www.varandasdovidigal.com.br ; Rua Madre Ana Coimbra, Casa 3, Vidigal ; dort 38-45 R$, d 110-130 R$). Cette auberge conviviale possède des dortoirs carrelés propres et zen, équipés de 4 à 12 excellents lits, ainsi qu’une chambre double. La vue sur la mer est hypnotique, surtout depuis le bar en terrasse décontracté. Le sympathique propriétaire anglophone, originaire de Rio Grande do Sul, est tomé sous le charme de Vidigal et connaît parfaitement la communauté.

Vidigalbergue

(3114-8025 ; www.vidigalbergue.com.br ; Av. Niemeyer 314, Casa 2, Vidigal ; dort 45-60 R$). À 15 minutes de marche de Leblon, cette petite auberge au pied de la favela de Vidigal s’est dotée d’une carte touristique permettant de s’orienter. Son principal atout est la vue sensationnelle sur l’océan depuis tous les dortoirs, sans oublier l’hospitalité des deux propriétaires et amis anglophones, Luis et André.

Babilônia Rio Hostel

(3873-6826 ; www.babiloniariohostel.com.br ; Ladeira Ary Barroso 50, Leme ; dort 40-50 R$, d 140-170 R$). Surplombant Leme, cette auberge abrite 5 dortoirs et 2 chambres doubles, dont la très demandée Quarto Vidigal, climatisée et donnant sur la mer. Une adresse conviviale au sein d’une accueillante communauté, avec de bons restaurants et bars à proximité. La plage est à 10 minutes à pied – la descente est facile, mais ça grimpe au retour – prenez une moto-taxi pour épargner vos mollets !

Pousada Favelinha

(98406-7764 ; www.favelinha.com ; Rua Almirante Alexandrino 2023, Santa Teresa ; dort 50 R$, d 110 R$). Installée dans la favela de Pereirão da Silva, cette pousada dispose de 4 chambres doubles et d’un dortoir de 5 lits, dotés de balcons offrant une superbe vue sur la ville et le Pain de Sucre. Il y a aussi une terrasse et un salon. Les chaleureux propriétaires germano-brésiliens pourront vous fournir des conseils avisés.

Source Lonely planet

Eté austral découvrez de Rio de Janeiro

Idées Voyages

Eté austral découvrez Rio de Janeiro

Les plus belles plages de Rio

Les plages de Rio de Janeiro enchantent depuis longtemps les visiteurs. Merveilleux terrain de jeu insouciant de la cité, c’est là que les Cariocas de tous horizons viennent se retrouver et se distraire entre les vagues vigoureuses du rivage et les pics verdoyants qui dominent l’ancienne capitale du Brésil. Vivez au rythme de Rio en vous prélassant sur l’une des 5 plus belles plages de la « ville merveilleuse »…

1. Ipanema, plage culte de Rio

Vous avez sans doute fredonné la mélodie suave The Girl from Ipanema et vu des photos de son cadre unique, mais rien n’est comparable à la sensation de fouler le sable doré de la plage la plus célèbre de Rio. Elle est le grand terrain de jeu de la ville, gratuit et ouvert à tous, avec son lot de distractions, du jogging le long du rivage au farniente en sirotant une agua de côco (eau de coco), un œil attentif à l’animation de la plage.

2. Copacabana, croissant de sable

Magnifique rencontre entre la terre et la mer, la très longue plage de Copacabana dessine une courbe de quelque 4 km. Tout du long, on s’y adonne à diverses activités : des footballeurs survoltés entonnent l’hymne de leur équipe, Cariocas et touristes se pressent pour siroter des caïpirinhas aux kiosques, des enfants des favelas fanfaronnent en jouant au ballon et des vendeurs de plage font l’article de leurs produits entre les corps bronzés.

3. Praia Vermelha et son incroyable panorama

Nichée près de la station de téléphérique du Pain de Sucre, cette petite plage est un incontournable de Rio. Au pied du Morro da Urca, l’étroite Praia Vermelha bénéficie d’une vue superbe sur la côte rocheuse. Elle doit son nom (vermelha signifie rouge) à son sable grossier. Protégée par le promontoire, elle est baignée par une eau habituellement calme.

4. Barra da Tijuca, perle rare de Rio

C’est la perle de Barra : sa plage, longue de 12 km, et baignée d’une eau d’un bleu étincelant. Bars et restaurants de poisson sont alignés sur les premiers kilomètres de son extrémité est. La jeunesse branchée se retrouve devant la barraca (stand) n°1, dans le secteur appelé Praia do Pepê, du nom d’un célèbre champion du monde carioca de parapente décédé lors d’une compétition au Japon en 1991.

5. Praia da Prainha, plage sauvage

À l’écart, la Praia da Prainha s’étire sur 700 m juste après Recreio. C’est l’un des meilleurs spots de surf de Rio ; les surfeurs y viennent donc nombreux affronter les vagues. Elle est l’une des plages les plus isolées et les mieux préservées parmi celles proches de la ville. Elle bénéficie d’un emplacement magnifique, entourée de montagnes et d’une végétation dense. Cette plage est difficile d’accès en transports en commun. Mieux vaut s’y rendre en voiture ou en taxi, en prévoyant du temps en raison de la circulation parfois dense.

Tout comprendre des plages de Rio…

Une foule métissée

Bien que le mélange soit parfaitement démocratique, des postos (postes de sécurité) divisent la plage en différentes sections, qui attirent chacune une catégorie particulière, qu’il s’agisse des gamins des favelas, des amateurs de volley-ball, des familles huppées ou de la jeunesse dorée.

Les joies du sport

Le sport est l’un des grands attraits du bord de mer, et se décline à l’infini sur l’eau comme sur le sable : surf ou stand-up paddle ; jogging, vélo ou rollers sur la promenade en bord de plage ; football, volley-ball et futevôlei (un sport typiquement brésilien combinant volley-ball et règles du football – interdiction d’utiliser les mains !). Le frescobol, un jeu de raquettes, où les deux joueurs tentent de faire le plus d’échanges possible, est également apprécié.

Détente et animation

Beaucoup de Cariocas vont à la plage pour se détendre et profiter de l’animation. Entre le sable, la mer, les marchands ambulants, les passants et les sportifs, ils peuvent lézarder au soleil sans s’ennuyer une seule seconde.

Nos conseils pour aller À la plage à Rio de Janeiro !

  • Laissez vos objets de valeur à l’hôtel. Ne prenez que l’argent nécessaire pour la journée.
  • Au diable la serviette ! Utilisez un kanga (paréo) ou mieux, asseyez-vous sur une chaise pliante. Les hommes restent debout ou s’asseyent sur le sable.
  • Choisissez votre endroit ; repérez une barraca (stand) qui vous plaît pour y louer transat et parasol.
  • Inutile d’apporter nourriture ou boissons ; faites vivre les vendeurs locaux.

Où faire la fête à Rio de Janeiro ?

Quel que soit le soir de la semaine, vous pourrez profiter de la trépidante vie nocturne de Rio : bars en plein air en bordure de lac, petits bars de quartier (botecos) accueillants, bistrots festifs dans les rues coloniales du Centro, kiosques de plage, bars-lounge et clubs chics parsèment toute la ville. Découvrez les lieux où faire la fête jusqu’au bout de la nuit à Rio !

1. La scène festive de Rio

Comme dans la plupart des villes du monde, plusieurs tendances se dessinent selon les affinités des noctambules (mannequins, surfeurs, branchés, hippies, bobos, etc.), même s’il n’est pas rare que les frontières se brouillent. La population fortunée de la Zona Sul privilégie généralement les clubs huppés de Gávea et de Barra, tandis qu’une foule alternative fréquente les discothèques de Botafogo. Les bars et les salles de bal de Lapa attirent des fêtards de tous les milieux, tous unis dans l’amour de la samba.
Les établissements apparaissent et disparaissent, et les meilleures soirées sont souvent des événements exceptionnels organisés dans des lieux uniques ; une source locale est précieuse pour des informations d’actualité. Si vous lisez un peu le portugais, consultez le supplément Veja Rio du magazine Veja, qui paraît le dimanche. Rio Show, l’encart consacré aux loisirs dans l’édition du vendredi du journal O Globo, comporte également une longue liste d’adresses.

2. Botecos et brasseries

Pour se faire une idée de la vie nocturne de Rio, familiarisiez-vous d’abord avec l’un des emblèmes socioculturels de la ville : le boteco. Ces bars détendus, ouverts sur la rue, sont installés à tous les coins de rue et attirent une clientèle très diverse. Les Cariocas de tous milieux socioculturels s’y retrouvent autour d’une chope (bière à la pression) bien fraîche ou d’une caïpirinha (cocktail à base de cachaça, de citron vert et de sucre), pour flirter et échanger les derniers ragots tandis que des serveurs en nœud papillon évoluent parmi la foule.
Si chaque Carioca a son équipe de foot favorite, chaque habitant a également son boteco préféré. Les botecos varient du petit bistrot sans prétention, où l’on sert des canettes de bière aux clients attablés autour de simples tables en plastique, au bar classique, ouvert depuis plusieurs générations, avec boiseries et peintures murales et cocktails élaborés.
Quel que soit l’endroit que vous choisirez, vous constaterez qu’une part importante est accordée à la nourriture. En effet, les Cariocas classent les bars non seulement en fonction des boissons et de l’ambiance, mais aussi de la carte.
Dernièrement, l’offre brassicole s’est considérablement améliorée du fait de l’essor des brasseries artisanales dans tout le pays. De nouveaux bars servant d’excellentes bières de microbrasseries locales et nationales ont ouvert dans toute la ville, et les Cariocas se découvrent une nouvelle passion pour ces bières.

3. Clubs et discothèques à Rio de Janeiro

Rio compte d’excellents endroits où remuer son bunda (popotin). Les DJ sortent des bacs les derniers tubes de house, drum‘n’bass et hip-hop, ainsi que des mix typiquement brésiliens comme l’électro-samba et la bossa-jazz. Outre les DJ locaux, la ville attire des gourous du vinyle de São Paulo, New York et Londres lors des grands événements. Des flyers annonçant les soirées dance sont disponibles dans les boutiques d’Ipanema et Leblon, et dans les magasins de surf de la Galeria River, à côté de la Praia Arpoador. Vous ferez des économies
en vous inscrivant sur la liste des invités – cela consiste généralement à simplement ajouter son nom à la liste de la soirée sur la page Facebook du club.

L’essentiel pour sortir à Rio !

Heures d’ouverture

Bars

De 18h à 2h du lundi au vendredi, à partir de 12h le samedi et le dimanche. La plupart des établissements restent ouverts plus tard (habituellement jusqu’à 4h) les vendredis et samedis soir.

Clubs et discothèques

De 23h à 5h du jeudi au samedi.

Prix

Prix des consommations

Une bière pression coûte de 6 à 10 R$, un cocktail de 14 à 22 R$, voire plus de 30 R$ dans les bars-lounge les plus chers. La plupart des bars ajoutent 10% de service.

Entrée en club et discothèque

Les prix varient ; généralement, les femmes paient moins cher que les hommes. Les soirées du vendredi et du samedi sont les plus chères. En moyenne, comptez 50 R$ pour les hommes et 30 R$ pour les femmes
le week-end.

Admission

  • Le code vestimentaire n’a rien de strict dans les clubs. Un short et des baskets propres sont acceptés, contrairement aux tongs et au maillot de bain.
  • Les groupes d’hommes auront du mal à entrer. Essayez d’inviter quelques femmes.
  • Arrivez avant minuit pour éviter la foule.

La sélection de Lonely Planet

Palaphita Kitch

Cocktails aux saveurs amazoniennes et vue paisible sur le lac (2227-0837 ; www.palaphitakitch.com.br ; Av. Epitácio Pessoa s/n ; 18h-1h).

Canastra

Bar de quartier accueillant tenu par des Français, avec d’excellents plats et boissons (Rua Jangadeiros 42 ; 18h30-1h mardi-samedi).

Bar dos Descasados

Bar-lounge romantique en plein air avec vue sur les collines (3380-0200 ; Rua Almirante Alexandrino 660 ; 12h-minuit).

Comuna

Espace créatif au tiercé gagnant : art, musique et bières artisanales (3029-0789 ; www.comuna.cc ; Rua Sorocaba 585, Botafogo ; 18h-2h mardi-dimanche).

Complex Esquina 111

Excellents cocktails et clientèle élégante dans ce bar branché d’Ipanema (Rua Maria Quitéria 111 ; 12h-minuit dimanche-jeudi, 12h-3h vendredi-samedi).

Estrelas da Babilônia

Vue époustouflante depuis la terrasse haut perchée de ce bar de la favela Babilônia (Ladeira Ary Barroso ; 17h-23h mardi-jeudi et dimanche, 17h-3h vendredi-samedi).

Pour plus d’infos : http://www.lonelyplanet.fr