Quel Tee-shirts anti-UV pour la randonnée ?

En été, pour la randonnée  il est toujours difficile de choisirun équipement qui soit adapté aux caprices de la météo et à la difficulté de votre parcours . Quel Tee-Shirts sont adaptés à votre activité et vous protègent des rayons UV, tous en vous apportant à la fois une parfaite respirabilité pour vous tenir au sec et avec un bon apport en chaleur tous en étant résistants, anti-déchirures et anti-abrasion;

Lors de mes randonnées dans les Pyrénées cet été, j’ ai pu tester deux tee shirt Lafuma tee-shirt de randonnée Homme LAKI WARM Gris en sous couche, avec sa coupe près du corps est ultra-confortable avec un toucher doux, et j’ai pu constater un transfert d’humidité efficace lors d’une randonnée de plus de 5 heures, idéal en voyage ou en randonnée de plusieurs heures, les matériaux stretch, on peut voir sur le site de lafuma est un modèle éco-responsable « Low Impact » (La conception est fait en sorte de minimiser l’impact environnemental du produit) ainsi que le tee- shirt anti uv ECOYA LS TEE qui procure une protection maximale au rayonnement solaire, idéal pour des randos d’été. Et le SHIFT POLO Noir Anti-UV utiliser pour des marches active mais aussi en mode urbain .

Qui dit vêtement anti UV dit protection solaire ou UPF :

L’une des grandes joies d’être à l’extérieur est de se prélasser à la lueur du soleil. Mais comme tant de plaisirs de la vie, il vaut mieux le faire avec modération. La lumière du soleil comprend les rayons ultraviolets (UV) et l’exposition à ces rayons peut provoquer des coups de soleil, le vieillissement prématuré de la peau et le cancer de la peau. En choisissant des vêtements qui ont été conçus pour la protection solaire et testés pour confirmer son facteur de protection contre les rayons ultraviolets (UPF), vous aurez un meilleur contrôle sur votre niveau global d’exposition aux UV.

UPF est le système de classification utilisé pour les vêtements. Il est semblable au FPS (Facteur de protection solaire), le système d’évaluation utilisé pour les produits de protection solaire. Le FPS ne concerne que l’efficacité d’un écran solaire contre les rayons UVB, considéré comme le type de lumière le plus dommageable. UPF, cependant, mesure l’efficacité d’un tissu contre les rayons ultraviolets A (UVA) et B (UVB).

Selon , certains éléments déterminent l’efficacité protectrice d’un vêtement contre le rayonnement UV : forme, type et structure du tissu, couleur et tissage plus ou moins serré, ainsi que le fait d’êtrel’Organisation Mondiale de la Santé mouillé ou sec.

  • Les UV passent moins à travers des tissus tricotés ou tissés serrés.
  • Les couleurs foncées arrêtent habituellement mieux le rayonnement UV.
  • Les tissus lourds arrêtent habituellement mieux les UV que les tissus légers du même type.
  • Les vêtements distendus, mouillés, ou usés peuvent perdre leurs propriétés protectrices contre les UV.
  • Des additifs spéciaux qui absorbent les UVA et les UVB, appliqués au cours du lavage peuvent sensiblement améliorer la protection.Un indice UPF de 25 indique que le tissu d’un vêtement permettra à 1/25e (environ 4 pour cent) du rayonnement UV disponible de le traverser. Un vêtement coté UPF 50 ne permet qu’une transmission UV au 1/50ème (environ 2 %). Tout tissu qui permet une transmission UV inférieure à 2 % est étiqueté UPF 50+.

En trekking, pour les randonneurs qui évolue soit à haute altitude, dans les régions équatoriales, sur la neige ou sur l’eau: L’intensité du soleil est beaucoup plus élevée dans chacun de ces environnements.

 « Il est aussi important de combiner les vêtements anti-UV à  et l ‘utilisation de la crème solaire, et de chapeau  pour lutter efficacement contre les rayons UV »  d’après le Dr Nina Roos, dermatologue .

Lafuma LAKI WARM

Stretch et léger, le t-shirt LAKI WARM combine les atouts du coton (douceur et confort) et du polyester (transfert d’humidité et séchage rapide) pour en faire une matière première couche à la fois technique et agréable à porter.

  • Composition principale: DRYWAY® COTTON EYELET  / 62% POLYESTER 34% COTON 4% ELASTHANNE
  • Poids: 170 g
  • Coupe: Près du corps
  • Utilisation: Première couche
  • Entretien : Les vêtements doivent être lavés en machine à 30° et séchés à l’air libre. Utilisez de la lessive non agressive et retournez votre vêtement. Pour garantir un lavage optimal sans dégradation du produit, réduisez la vitesse de l’essorage au minimum. Fermez les boutons pressions et les fermetures éclairs et desserrez les cordons élastiques avant de les mettre en machine. Ne pas faire sécher au sèche linge.
  • Chaleur 2/5     Séchage rapide 5/5      Stretch 3/5

Lafuma ECOYA LS TEE

  • Composition principale: DRYWAY® ECOYA® HEATHER KNIT / 92% POLYAMIDE 8% ELASTHANNE
  • Poids: 290 g
  • Coloris : Noir ou Bleu
  • Coupe: Près du corps
  • Entretien :Les vêtements doivent être lavés en machine à 30° et séchés à l’air libre. Utilisez de la lessive non agressive et retournez votre vêtement. Pour garantir un lavage optimal sans dégradation du produit, réduisez la vitesse de l’essorage au minimum. Fermez les boutons pressions et les fermetures éclairs et desserrez les cordons élastiques avant de les mettre en machine.
  • Utilisation: Première couche
  • UPF (Indice de protection ultraviolet) : 50
  • Chaleur 2/5   Légèreté 5/5   Stretch 5/5   UV Protection 5/5

Lafuma Polo randonnée Homme SHIFT POLO AntiUV

Sa matière légère, extensible et respirante apporte le meilleur confort pour toutes vos activités intensives tel que du trekking ou la marche active l’accent a été mis sur le plaisir et le bien-être pendant l’effort. Ce polo dispose d’une protection anti-UV qui réduit l’impact des rayons du soleil sur votre peau et sa matière extensible et respirante vous offre toute l’aisance nécessaires pour une journée active à l’extérieur. Grâce à un très bon transfert d’humidité, la matière reste sèche et confortable pendant l’effort et évite la sensation de froid. Ces atouts techniques sont associés à une matière soigneusement travaillée, avec effet damier chiné, pour lui donner une allure moderne.

  • Composition principale: DRYWAY® HEATHER GRID  / 100% Polyester
  • UPF (Indice de protection ultraviolet) : 10
  • Poids: 140 g
  • Coloris : Bleu , Rouge, Noir
  • Coupe: Col de protection contre le soleil ,Ouverture boutonnée.
  • Entretien :Les vêtements doivent être lavés en machine à 30° et séchés à l’air libre. Utilisez de la lessive non agressive et retournez votre vêtement. Pour garantir un lavage optimal sans dégradation du produit, réduisez la vitesse de l’essorage au minimum. Fermez les boutons pressions et les fermetures éclairs et desserrez les cordons élastiques avant de les mettre en machine.
  • Stretch 1/5    Séchage rapide 5/5     UV Protection 1/5

    Tentez l’expérience de voyages mythiques

    Tentez l’expérience de voyages mythiques

    everest_north_face_toward_base_camp_tibet

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quel voyageur n’a jamais rêver de traverser l’Antarctique en ski , de réaliser un road-trip en Australie ou de faire l’ascesion de l’Éverest ou  parcourir la route de la Soie…

    1. Parcourir la route de la soie (Asie centrale)

    Aucun panneau, aucune carte de référence, aucun GPS avec la voix de Marco Polo pour prendre à gauche au prochain caravansérail. Ce réseau tentaculaire d’antiques routes commerciales reliant la Méditerranée à l’Orient compte en fait plusieurs routes de la Soie. Au départ d’Istanbul, choisissez votre propre chemin vers l’est. Parmi les sites phares : les grandes villes d’Ouzbékistan, le marché du dimanche de Kachgar, la route du Karakoram (Pakistan) et les innombrables pays en -stan, hors du temps. Pour éviter certains maillons de la chaîne (comme l’Irak ou l’Afghanistan), il vous suffira de suivre un parcours alternatif.

    Mieux vaut voyager d’ouest en est car plusieurs pays de la partie occidentale délivrent des visas pour des dates d’entrée précises.

    2. Naviguer sur l’Amazone (Brésil, Amérique du Sud)

    « Si l’on ne risquait pas sa vie, ce serait hilarant » selon Ed Stafford, premier homme à avoir descendu à pied le cours de l’Amazone en 2010 : 6 400 km en 860 jours, depuis sa source dans les Andes péruviennes jusqu’à son embouchure dans l’Atlantique au Brésil. Serpentant à travers la plus grande forêt équatoriale au monde, ce gigantesque fleuve est un endroit inhospitalier où l’on peut rencontrer serpents, insectes, maladies et habitants potentiellement hostiles. Mais c’est également le lieu d’une biodiversité inestimable, de tribus fascinantes et de véritables aventures à la Indiana Jones. Pour les vivre, il suffira de sauter dans un bateau (ferry, yacht de croisière ou pirogue).

    Les plus grandes villes sur l’Amazone sont rarement accessibles par la route, mais en avion ou en bateau. Manaus, Iquitos et Belém sont des points stratégiques.

    Amazone, Brésil

    3. Road-trip en l’Australie en van

    Plus que des vacances, il s’agit d’un rite de passage. La longueur et la grandeur de l’Australie poussent les voyageurs à prendre la route dans des camping-cars vintage. Vers le nord depuis Sydney, vers l’ouest depuis Adélaïde ou englobant le continent dans son intégralité (environ 16 000 km, pour information), votre périple présentera certaines constantes : vous manquerez de renverser un wallaby, vous vous affolerez de votre niveau d’essence au diable vauvert, vous développerez une obsession pour ces Big Things (sculptures géantes) kitsch jalonnant les routes, et vous passerez le moment le plus extraordinaire de votre vie. De quoi vivre des expériences hors du commun en Australie.

    Il vous sera utile d’emporter des roues de secours, quantité de nourriture et d’eau ainsi qu’un portable ou téléphone par satellite chargé. Évitez de conduire la nuit.

    Sur la route, Australie

    4. Admirer l’Iditarod, Alaska (États-Unis)

    Inspirée de l’époque des chercheurs d’or et des traditions sur le déclin, l’Iditarod est surnommée Last Great Race (« dernière grande course sur terre »). Cette gigantesque course de chiens de traîneau d’Anchorage à Nome s’est tenue pour la première fois en 1973 pour promouvoir cet héritage alaskien (et faire un pied de nez aux motoneiges dernier cri), et suit la route qu’empruntaient jadis les pionniers de la ruée vers l’or. Aujourd’hui, cette quête de 1 600 km est d’une incroyable rudesse. Les meneurs guident leurs chiens à travers une toundra impitoyable, en haut de cols de montagne, et sous des blizzards et des températures de −70°C. Laissez-la aux experts ; assistez à la cérémonie de départ à Anchorage, à la reprise à Wasilia (à 65 km au nord), ou louez une motoneige pour essayer de les suivre.

    La course débute à Anchorage le 1er samedi de mars ; les compétiteurs la terminent généralement en 9 à 15 jours.

    5. Rejoindre le pôle sud en skis (Antarctique)

    Voyager vers les rives de l’Antarctique est à inscrire sur sa liste de choses à faire avant de mourir, mais atteindre le pôle Sud géographique lui-même (niché au redoutable cœur du Continent Blanc) est une aventure unique. L’entreprise ressemble plus à une expédition à la Scott et Amundsen, stalactites sur la barbe et panneau impossible à trouver inclus. Heureusement, un siècle après ces pionniers du pôle Sud, on peut atteindre les 89° de latitude Sud en avion puis glisser à skis sur les derniers 110 km jusqu’à destination. Ou alors, on peut prendre un itinéraire plus long : partir de l’Anse d’Hercule, à l’extrémité du continent, et parcourir les 1 170 km éreintants jusqu’à ce réjouissant repère polaire.

    Adventure Network International propose 5 jours de ski vers le pôle Sud via l’excursion “Ski Last Degree” ; comptez 60 jours pour le voyage au départ de l’Anse d’Hercule.

    Scène de la vie à Port Lockroy, Antarctique.

    6. Plonger au fond de la mer (Pacifique)

    Des milliers d’alpinistes ont foulé le sommet de l’Everest, le mont culminant de la planète. Mais depuis 2012, seulement 3 personnes ont plongé dans le Challenger Deep, son point le plus bas. Dans ces profondeurs de la fosse des Mariannes, à 320 km au sud-ouest de Guam et à 11 km au-dessous du niveau de la mer, la vie est désolée, noire, froide et dure. On y accède grâce à un sous-marin hautement spécialisé appareillé par une onéreuse mission scientifique. Mais peut-être est-il plus réaliste de prévoir un plongeon vers le Titanic : quelques excursions touristiques (et coûteuses) ont permis à des voyageurs de voir l’« insubmersible », à 3 720 m sous l’Atlantique Nord.

    Tenez vous informé sur l’expédition concernant la fosse des Mariannes.

    7. Partir pour un road-trip sur la route 66 (États-Unis)

    La Route 66 reste un mythe. S’étirant sur 4 000 km entre Chicago et la Californie, elle traverse le Kansas, le Texas et l’Arizona. Un périple à vivre au volant d’une vieille Pontiac ou d’une Chevrolet, comme à la grande époque. Vous ne couperez pas aux hamburgers-frites, aux parts de tarte et aux sodas servis dans des gobelets en carton. Main Street USA ou Mother Road, comme on la surnomme affectueusement, a beau être remplacée, portion après portion, par des autoroutes flambant neuves, sa légende n’est pas près de s’éteindre.

    Environ 85% de la route d’origine existent encore aujourd’hui.

    Road trip sur la Route 66 Creative commons

    8. Naviguer autour du monde

    Naviguer autour du globe comme un capitaine Cook ou un Magellan des temps modernes est un défi envoûtant pour un voyageur. Vous pourrez aller n’importe où et partout au gré du vent et des conseils de sécurité pour éviter les pirates… et vous n’aurez peut-être même pas besoin d’un bateau. Si les milliardaires se prélassent sur leur yacht luxueux, des possibilités existent pour les plus désargentés : avec votre permis bateau, vous n’aurez qu’à vous inscrire pour un tour du monde en navire. À vous Tahiti, les Caraïbes ou le cap Horn.

    Grâce à des organisations comme la Bourse aux équipiers, volontaires et navigateurs chevronnés peuvent intégrer l’équipage de nombreux bateaux.

    9. Gravir l’Everest (Népal)

    Un nombre croissant d’alpinistes s’attaque chaque année à l’Everest. Bien qu’aucun autre sommet au monde ne dépasse ses 8 850 m, et en dépit de ses champs de glace traîtres et de sa « zone de la mort » (dans ce royaume au-dessus de 8 000 m, le corps manque d’oxygène), l’Everest n’est pas le mont le plus difficile à dompter. Certes, l’ascension est très, très dure et très, très chère (environ 50 000 USD), mais avec de l’argent, de la persévérance et bien sûr un entraînement harassant, vous pourrez vous tenir debout sur le Toit du monde.

    Les expéditions sur l’Everest partent de Lukla (accessible en avion depuis Katmandou) et durent environ 70 jours. La saison de l’ascension s’étend de mars à mai.

    Camp de base de l'Everest.Creative commons

    10. Parcourir l’Afrique du caire au cap à vélo (Afrique)

    Déserts torrides, jungle moite et savane où maraudent d’énormes créatures : sillonner l’Afrique en camion s’avère épique. Maintenant… imaginez de le faire à vélo : 12 000 km à pédaler, à la merci des éléments, sur des routes en nids-de-poule, ou qui n’existent pas, ou encore avec des éléphants qui ont la priorité. Cette vulnérabilité ne vous rendra toutefois pas moins acteur de votre voyage : aucune barrière ne vous sépare des gens, des sites, des sons et des senteurs. Voyager à grande échelle, lentement et avec intensité : voilà comment s’imprégner de l’Afrique.

    Prévoyez environ 4 mois et au moins 10 000 € pour l’intégralité de l’itinéraire.




      Voyager pas cher : les destinations en 2017

      Destinations pas cher en 2017

      Randonneurs descendant Thorung La, le plus haut col de montagne au monde, Népal
      Envie de voir le monde sans trop dépenser ? Découvrez notre palmarès des destinations de rêve à des prix abordables en 2017, pour les voyageurs soucieux de leur budget.

       Le Népal, un pays asiatique pas cher

      Le Népal commence à se redresser après les séismes de 2015 et la pénurie de carburant qui compliquait fortement les déplacements. Il reste un excellent choix pour les voyageurs à petit budget qui peuvent découvrir les plus beaux itinéraires de trek et une faune sauvage méconnue pour moins de 45 € par jour. Les touristes reviennent peu à peu, emboîtez-leur le pas : où que vous alliez, on vous accueillera à bras ouverts, car vos devises seront des plus précieuses pour aider le pays à se reconstruire.
      La monarchie ayant été abolie en 2008, le mont Everest remplace le roi du Népal sur tous les billets de banque.

       La Namibie, une destination très abordable

      Indexé sur le rand sud-africain, le dollar namibien se déprécie depuis plusieurs années face aux devises étrangères. C’est le moment d’en profiter pour visiter ce fabuleux pays où vous attendent des expériences sans pareilles : observation de la faune dans le parc national d’Etosha, randonnée à travers le sublime Fish River Canyon, surf des sables sur les immenses dunes de Sossusvlei…
      Pour dénicher les vols les moins chers, faisant généralement escale à Johannesburg, évitez les vacances scolaires sud-africaines et européennes, en particulier fin décembre et janvier. Sinon, optez pour un vol charter Condor passant par Francfort. Le bleu infini du ciel et la clarté des nuits étoilées vous laisseront des souvenirs inoubliables sans vous coûter un centime de plus.
      Les pourboires sont interdits dans les parcs nationaux. Dans les lodges des safaris, laissez un premier pourboire aux guides et un second que se partageront les autres employés.
      Les dunes du désert du Namib figurent parmi les plus hautes du monde

       Porto, ville accessible au Portugal

      Cette cité moins prisée que Lisbonne mérite d’être découverte, ne serait-ce que pour sa situation à l’embouchure du Douro et ses très bons restaurants et hôtels aux tarifs abordables, d’autant que les nombreuses compagnies low cost qui la desservent rendent le trajet en avion plus économique que jamais. La deuxième ville du Portugal possède plusieurs musées peu coûteux, des tramways qui raviront les amateurs de transports rétro et une plage de galets accessible en une heure de marche le long du fleuve. Ses caves pittoresques proposent des visites et des dégustations, et il est facile d’organiser des excursions vers les domaines viticoles des environs. La délicieuse francesinha, sorte de sandwich au steak, au jambon et à la saucisse, nappé de fromage fondu et de sauce tomate, vous nourrira toute une journée. Cette spécialité locale est même souvent assez copieuse pour deux.
      Le FC Porto, l’un des grands clubs de foot européens, joue à l’Estádio do Dragão. Les billets pour les matchs sont relativement peu chers : cherchez sur viagogo.com.
      Des maisons aux façades carrelées traditionnelles décorent les berges de Porto

      4. Séjour bon marché à Venise, Italie

      Venise rime rarement avec petits prix. La cité des Doges est pourtant une destination incontournable où affluent chaque jour des voyageurs mus par l’espoir de la visiter sans vider leur compte en banque. Autrefois, on conseillait de dormir à Mestre, voire à Trévise, et de prendre le train pour venir passer la journée sur place, mais cela ne permettait pas de s’attarder pour une balade nocturne ou une soirée dans les osterie (bars) de la ville. Aujourd’hui, avec les locations offertes sur des sites tels qu’Airbnb, on peut loger à Venise même, à des tarifs compétitifs. En optant pour un quartier peu touristique, vous pourrez ainsi cuisiner vous-même vos repas, réduire le coût des transports et arriver le premier dans les sites les plus appréciés.
      Économisez du temps et de l’argent en réservant vos transports et vos entrées aux musées avant de partir. www.veneziaunica.it.
      Gondole se dirigeant vers la Basilique Santa Maria della Salute, Grand Canal de Venise

      5. Voyage pour petits budgets à Debrecen, Hongrie

      S’étendant à l’est de Budapest, Debrecen est la deuxième ville du pays et le cœur de la Hongrie rurale. Désormais accessible par des vols low cost depuis sept pays européens (dont la France et la Belgique), elle commence à s’ouvrir aux visiteurs étrangers. Riche d’une longue histoire mâtinée d’influences plus modernes auxquelles elle doit sa vie artistique florissante et les festivals d’été qui animent ses rues, Debrecen se distingue surtout par sa situation en lisière de la puszta (Grande Plaine). Pays des chevaux et des cavaliers, abritant le parc national de  Hortobágy, cette région continue d’incarner une image romantique de la Hongrie.
      Voici un petit coin d’Europe où l’on peut voyager à moindre coût en ayant l’impression d’être un pionnier. En Belgique les vols partent de l’aéroport Charleroi-Bruxelles-Sud, en France de celui de Paris-Beauvais. Pour des informations et des conseils, voyez fr.gotohungary.com.
      Au-delà de sa riche histoire, Debrecen est importante pour sa scène d'art contemporain et son large choix de festivals

      6. Le Belize, un pays à bas prix

      Souvent considérée comme l’une des destinations les plus coûteuses d’Amérique centrale, le Belize présente cependant de nombreux atouts, comme la possibilité de faire de la plongée ou du snorkeling dans la mer des Caraïbes et d’explorer des ruines mayas, telles que Caracol, dans une jungle peuplée d’animaux. Sa petite taille facilite les déplacements et la proximité du Mexique et des Caraïbes inspire une cuisine de rue d’un exceptionnel rapport qualité/prix qui permet de manger pour quelques sous. Il suffit de partir au sud vers Placencia et Hopkins pour découvrir des stations balnéaires paisibles et encore peu connues, bien loin des luxueux complexes hôteliers d’Ambergris Caye.

      Mai et juin sont d’excellentes périodes, avec des températures plus basses qu’en été mais moins de visiteurs, donc des tarifs hôteliers plus intéressants.

      Tobacco Caye est l'une des petites îles tropicales à explorer pour un séjour réussi à Belize

      7. Le Maroc, pays des bonnes affaires

      Stable, accessible et multiforme, le Maroc est synonyme de dépaysement à moindre coût. Facile à rejoindre depuis les pays d’Europe occidentale, il présente un contraste saisissant avec ces derniers. Offrant plus de possibilités d’hébergement que jamais, l’incontournable Marrakech conserve, malgré la présence d’une foule de touristes, son ambiance à la fois frénétique et chaleureuse. Essaouira est désormais desservie par des vols directs au départ de Londres ou Paris. Quant à la cité portuaire de Tanger, elle est en pleine renaissance, avec des hôtels en cours de construction ou de rénovation dans sa vieille ville jadis décrépie.
      La transformation de la côte atlantique est vouée à s’accélérer avec la construction d’une ligne de TGV entre Tanger et Casablanca qui devrait entrer en service en 2018.
      Place Djemaa el-Fna, Marrakech

      8. La Russie, un voyage peu coûteux

      À l’heure où nous écrivons ces lignes, le cours du rouble est favorable aux touristes européens et la Russie reçoit de ce fait un nombre croissant de visiteurs. Les tarifs affichés dans les grands hôtels de Moscou peuvent faire figure de repoussoir, mais voyons les choses autrement : les dépenses quotidiennes sur place étant réduites, on peut par exemple profiter des liaisons aériennes à bas coût pour rejoindre l’une des villes d’étape du transsibérien et en parcourir un tronçon. C’est aussi le bon moment pour découvrir les trésors de Saint-Pétersbourg. Surveillez les fluctuations du rouble mais, même si elles tournaient à votre désavantage, sachez qu’en 2018 la Coupe du monde de foot provoquera une hausse de la fréquentation touristique… et des prix : une autre raison de se rendre en Russie dès maintenant.
      Pour trouver des billets d’avion à bas prix vers la Russie et dans le pays, consultez skyscanner.fr.
      La splendeur des canaux et des cathédrales de Saint-Pétersbourg nous rappelle que la ville fut jadis capitale de l'Empire russe

      9. Péninsule de Bellarine, destination moins chère en Australie

      Depuis des générations, la presqu’île de Bellarine est la villégiature favorite des habitants de Melbourne en quête de tranquillité. Aujourd’hui, outre ses plages à la beauté intemporelle et ses villes historiques telles que Queenscliff et Portarlington, cette région de l’État du Victoria offre plusieurs centres d’intérêt, comme le Jack Rabbit Vineyard et la Flying Brick Cider Co. On peut aussi faire du vélo sur le tracé d’une ancienne voie ferrée ou pratiquer la pêche à pied, le snorkeling et le surf. Accessible en ferry depuis la péninsule voisine de Mornington, beaucoup plus cossue, Bellarine constitue un point de chute pratique où passer quelques jours avant de continuer vers la Great Ocean Rd.
      Jusqu’à 14 ferries relient quotidiennement Queenscliff et Sorrento, dans la péninsule de Mornington. www.searoad.com.au.
      Phare de Point Lonsdale, point de repère dans le Sud-Est de la péninsule de Bellarine

      10. Upper Peninsula et ses prix raisonnables, Michigan, États-Unis

      Vous n’avez sans doute jamais entendu parler de l’Upper Peninsula, la plus au nord des deux vastes presqu’îles qui forment le Michigan. Avec son cadre naturel de toute beauté et ses villes et villages charmants qui semblent tout droit sortis d’un tableau de Norman Rockwell, cette région a pourtant de quoi rivaliser avec les destinations les plus courues du pays. Fréquentée essentiellement par les habitants du Middle West, elle se démarque par ses prix raisonnables, ses touristes relativement peu nombreux et son ambiance détendue. Elle recèle des vieux phares, des centaines de kilomètres de plages le long des Grands Lacs, des forêts parmi les mieux préservées du pays et plus de 300 cascades, petites ou très spectaculaires. Interdite aux voitures, l’île Mackinac est un joyau de 10 km2 aux jolies boutiques et aux panoramas fabuleux.
      Plus de 40 phares jalonnent les berges de l’Upper Peninsula. Certains sont ouverts au public, d’autres ont été transformés en B&B. www.uptravel.com.
      Plus de 40 phares ponctuent les rives de l'Upper Peninsula dans le Michigan
      Source Lonely Planet




        Australia’s Nature Coast

        Idées Voyages du Lonely Planet
        Tortue à Lady Elliot Island, Australie

        Lorsque l’on aime voyager, gagner l’Australie est un désir paré des ors du paradis lointain : une destination à l’autre bout de la planète, dont la population est l’une des plus jeunes et dynamiques du monde, où la nature semble avoir conservé une puissance et une beauté hors du commun… 

        Mais pour bien débuter son séjour, voire pour ne pas être déçu si l’on n’a que deux ou trois semaines devant soi, sur quelle région de ce gigantesque pays, qui est aussi un continent, jeter son dévolu ? La réponse prend peut-être bien la forme d’une portion de quelque 400 km de la côte est de l’Australie sur la Fraser Coast et la Sunshine Coast. À l’intérieur des terres : des forêts tropicales, des chaînes de montagnes mythiques, mais aussi des villes huppées. Côté océan : la grande barrière de corail, des eaux chéries par des colonies de baleines, de dauphins, de tortues, mais aussi des îles paradisiaques classées à l’Unesco. Et au milieu : des dizaines et des dizaines de kms de plages vierges… Voici 5 preuves qu’à votre retour, vous pourrez situer le paradis sur cette côte de l’Australie.

        1. Des îles qui battent des records insensés

        Pour les amoureux de nature et de plongée sous-marine, l’Australie, c’est d’abord la Grande Barrière de corail. À la limite sud de celle-ci, les eaux incroyablement diaphanes d’une île corallienne de 40 ha offrent la meilleure visibilité sur ce trésor : Lady Elliot Island. Les visites de raies manta et d’inoffensifs requins léopards, ainsi que des fonds émaillés d’épaves, viennent enrichir le tableau aux chanceux qui y plongent. Et à votre retour sur la plage, prenez garde aux œufs des tortues de mer…

        Plus au sud, Fraser Island n’est rien moins que la plus grande île sablonneuse du monde (120 km sur 15). Ne vous attendez cependant pas à n’y trouver que du sable : oiseaux, dingos, et créatures marines évoluent là dans un décor unique de forêts tropicales, de lacs et de dunes. Préparez cette expédition à partir de la ville de Hervey Bay, dont l’intense vie culturelle, entre galeries d’art, centre Discovery Sphere et restaurants raffinés, complète à merveille ce tourbillon de sensations.

        Lake McKenzie, Fraser Island, Australie

        2. L’arche australienne s’y trouve

        Megaptera novaeangliae : retenez bien ce nom, car vous allez mettre plusieurs visages dessus, ceux des majestueuses baleines à bosse que vous verrez dans les eaux abritées de Hervey Bay. Elles sont plusieurs milliers à y transiter entre août et début novembre, et à saluer les humains venus les admirer. À Tin Can Bay, ce sont des dauphins sauvages que vous pourrez nourrir, cette fois toute l’année. Dans les terres, une autre expérience au contact de l’exceptionnelle faune de ce continent vous attend : il s’agit de l’Australia Zoo, véritable réserve de kangourous, de koalas, de crocodiles.

        Baleine à bosse, Hervey Bay, Australie

        3. Vous y rencontrerez la « mère » des Aborigènes en randonnant

        L’apparition du profil des seize sommets volcaniques de la Glass House Mountain sur la ligne d’horizon n’a jamais laissé personne indifférent, à commencer par les Aborigènes eux-mêmes, qui dans leur grand récit cosmogonique, le « Temps du Rêve », ont identifié le plus élevé d’entre eux, le mont Beerwah, comme « la mère ». Vous pourrez tutoyer celle-ci en vous dotant de bonnes chaussures de marche, en traversant un décor somptueux de végétation subtropicale, des forêts d’eucalyptus aux rochers.

        4. Noosa, la ville dont on ne veut plus partir

        À Noosa, il est possible, la matin, de côtoyer des koalas près de Tea Tree Bay, de déjeuner en observant les dauphins depuis les caps rocheux autour d’Alexandra Bay, de choisir entre une sortie en kayak sur la rivière ou une randonnée dans le bush l’après-midi, avant de finir par se faire quelques vagues au soleil couchant, pour finir dans un restaurant huppé ou un bar branché de Hastings Street. Et dire que cette ville qui rassemble des plages sublimes, des forêts tropicales et des quartiers hype ne compte même pas 10 000 habitants ! Le jardin d’éden ?

        5. Le paradis du surf

        Rainbow Beach, Noosa Heads, Maroochy, Coolum Beach : tous ces noms ne vous évoquent peut-être rien, mais pour tout surfeur, australien par-dessus le marché, ils sont synonymes de spots fameux. Évidemment, vous pourrez toujours avoir le choix avec la voile ou le paddle pour profiter du cadre somptueux qui vous entoure… et avec le farniente pour jouir des infinies plages vierges de cette côte taillée pour les épicuriens !

        Rainbow Beach, Australie