Costa Rica : Une faune sauvage exceptionnelle

Costa Rica : Une faune sauvage exceptionnelle

Capucin à tête blanche, Costa Rica
Nul ne l’ignore : le Costa Rica est un véritable jardin d’Éden. En témoigne sa faune d’une grande richesse, avec en tête l’emblématique morpho bleu, quatre espèces de singes et cinq de tortues marines, des aras rouges et des aras de Buffon, des paresseux à deux et à trois doigts, une myriade de dendrobates, des tapirs et des coatis. Et ce n’est qu’un aperçu de l’extraordinaire vie sauvage de ce pays. Découvrez le Costa Rica à travers notre sélection des espèces animales les plus typiques du pays…

1. Les Oiseaux colorés du Costa Rica

Toucan

Le Costa Rica compte six espèces de cet oiseau typique des forêts tropicales. Parmi les plus courantes, impossible de manquer le toucan de Swainson et le toucan à carène, reconnaissables à leur énorme bec et à leur plumage chatoyant.

Ara rouge

Des 16 espèces de perroquets répertoriées dans le pays, l’ara rouge, ou ara macao, est le plus spectaculaire. Reconnaissable à sa grande taille et à son corps rouge vif, il vit notamment dans le Parque Nacional Carara et sur la Península de Osa. Les aras entretiennent de longues relations monogames et peuvent vivre 50 ans.

Quetzal resplendissant

L’oiseau le plus éblouissant d’Amérique centrale avait un rôle symbolique très fort dans les cultures aztèque et maya. Vous le reconnaîtrez à son corps d’un vert iridescent, à sa poitrine rouge et à sa longue queue verte, dans les zones de haute altitude et aux alentours du Parque Nacional Los Quetzales.
Quetzal resplendissant au Costa Rica

Spatule rosée

Cet échassier à tête blanche est pourvu d’un long bec en forme de spatule, qui se referme au contact d’une proie tandis qu’il fouit les eaux peu profondes. Il est présent sur la Península de Nicoya et dans les plaines du Pacifique. Côté caribéen, on peut en voir dans le Refugio Nacional de Vida Silvestre Caño Negro.

Tangara

On dénombre 42 espèces de cette famille de passereaux dans le pays, toutes de couleurs vives. On peut en voir partout, sauf à haute altitude. Ils sont appelés viuda (veuve) au Costa Rica.

Colibri

Plus de 50 espèces de colibris ont été recensées dans le pays et la plupart vivent en altitude. Le plus grand des colibris, le campyloptère violet, possède une tête et un corps violet vif qui contrastent avec ses ailes vert sombre.

2. Reptiles et amphibiens

Rainette aux yeux rouges

Symbole officieux du Costa Rica, la grenouille aux yeux rouges a un corps vert avec des raies bleu et jaune sur les côtés et des pattes orange. Malgré ses couleurs vives, elle se camoufle parfaitement dans la forêt tropicale. Elle est présente partout sauf sur la Península de Nicoya, dont le climat est trop sec. Vous augmenterez vos chances d’en apercevoir en vous rendant à l’Estación Biológica La Selva.
Rainette aux yeux rouges du Costa Rica

Dendrobate

Parmi les diverses espèces de dendrobates du Costa Rica, la plus courante est le dendrobate fraise, présent de l’Arenal jusqu’à la côte caraïbe. Les sécrétions toxiques de ces grenouilles aux motifs très colorés étaient utilisées par les Indiens pour empoisonner la pointe de leurs flèches.

IGUANE VERT

L’iguane vert, au corps trapu et long de 2 m, s’observe couramment allongé sur une branche. L’iguane est végétarien, avec une préférence pour les jeunes pousses et feuilles. Il est présent partout dans le pays, et vous en croiserez sans doute, en train de paresser au soleil ou traversant tranquillement la chaussée.

Crocodile

On peut voir d’impressionnants spécimens depuis le pont des Crocodiles, sur la côte pacifique centrale, ou bien dans un environnement plus naturel à l’occasion d’une balade en bateau sur les canaux de Tortuguero.
Alligator à Corcovado, Costa Rica

Vipère

Prenez garde à la vipère fer-de-lance, qui vit dans les régions agricoles des côtes pacifique et caraïbe, et à la vipère de Schlegel, présente dans la forêt tropicale de basse altitude. Afin d’éviter les morsures graves, voire fatales, faites attention où vous marchez et lorsque vous repousser les lianes devant vous lors d’une randonnée en forêt.
Vipère au Costa Rica

3. Animaux marins au Costa Rica

Tortue olivâtre

C’est la plus petite des tortues marines du Costa Rica. Entre septembre et octobre, elles arrivent en grand nombre pour pondre sur la Playa Ostional du Refugio Nacional de Fauna Silvestre Ostional, dans la province de Guanacaste.

Tortue luth

Pouvant atteindre 360 kg, l’imposante tortue luth se distingue par une carapace douce et tannée à 7 carènes. Elle pond ses œufs sur les plages du Pacifique des péninsules d’Osa et de Nicoya.

Baleine

Parmi les mammifères marins qui migrent des hémisphères Nord et Sud figurent des orques, des baleines bleues, des cachalots et plusieurs espèces de baleines à bec. Des excursions en bateau le long de la côte pacifique permettent souvent de voir des baleines à bosse.
Baleine à bosse au Costa Rica

Dauphin à gros nez

Ces sympathiques et intelligents cétacés résident toute l’année dans les eaux du Costa Rica. Gardez l’œil ouvert pendant la traversée jusqu’à Bahía Drake.

Requin-baleine

Les plongeurs croiseront sûrement ce gentil géant dans les eaux de la Reserva Biológica Isla del Caño, du Golfo Dulce ou de l’Isla del Coco. Plus gros poisson du monde, il peut mesurer jusqu’à 6 m de long et peser plus de 2 tonnes.

Raie manta

D’une envergure pouvant atteindre 7 m, l’élégante raie manta peuple les eaux chaudes du Pacifique, en particulier au large du Guanacaste et des Islas Murciélagos et Catalinas.

Requin-marteau

L’impressionnant requin-marteau possède deux lobes céphaliques qui lui permettent de manœuvrer avec une vitesse et une précision incroyables. Les plongeurs en verront d’énormes bancs au large de l’Isla del Coco, une île reculée.

4. Mammifères terrestres des forêts

Paresseux

On rencontre au Costa Rica le paresseux à trois doigts (ou tridactyle) ainsi que l’unau d’Hoffmann (à deux doigts). Ils se meuvent si lentement qu’on les croirait suspendus aux branches dans une parfaite immobilité. Vous pouvez les apercevoir dans le Parque Nacional Manuel Antonio.

Singe hurleur

Les cris du singe hurleur à manteau peuvent porter à plus de 1 km, même dans l’épaisse forêt tropicale. On les entend dans de nombreux parcs nationaux.

Capucin à tête blanche

Ce petit singe inquisiteur a une queue préhensile dont il enroule habituellement l’extrémité. Vous vous ferez peut-être voler votre pique-nique par l’un d’entre eux vers le Volcán Arenal ou au Parque Nacional Manuel Antonio.

Singe-écureuil

Le minuscule singe-écureuil se déplace en groupes de tailles diverses durant la journée en quête d’insectes et de fruits. Il vit le long du Pacifique et est assez commun dans le Parque Nacional Manuel Antonio et dans la Península de Nicoya.

Jaguar

Cet animal extrêmement rare et farouche est maître dans l’art du camouflage. Les chances de l’apercevoir sont minimes, mais elles augmentent si vous parcourez le Parque Nacional Corcovado.

Coati à nez blanc

Fréquemment aperçu, le coati à nez blanc appartient à la famille des ratons laveurs. Il se caractérise par un long museau clair et une queue rayée.

Tapir de Baird

Grand mammifère fouisseur, le tapir a une trompe préhensile et habite les profondeurs de la forêt tropicale, de la Península de Osa au Parque Nacional Santa Rosa.

5. Insectes et arachnides tropicaux

Morpho bleu

Ce splendide papillon volette le long des rivières tropicales et dans les clairières. Quand il se pose, ses ailes bleu électrique se ferment pour ne laisser apparaître, en guise de camouflage, que leur revers brun moucheté.

Fourmi coupe-feuilles

De longues processions d’industrieuses fourmis coupe-feuilles sillonnent les sols des forêts et les sentiers du Costa Rica. Ces fourmis champignonnistes transportent dans leur fourmilière les morceaux de feuilles récoltés. Mastiqués, ceux-ci sont régurgités sous forme de pulpe favorisant la pousse des champignons dont se nourrissent les fourmis.

Mygale

Facilement reconnaissable à sa taille démesurée et à ses appendices velus, la mygale est une araignée impressionnante, capable de tuer une souris, mais complètement inoffensive pour les humains. Elle est particulièrement active la nuit, lorsqu’elle sort pour chercher de quoi manger et s’accoupler.

Dynaste Hercule

Allumez votre lampe torche en visitant l’une des forêts anciennes du pays, et vous distinguerez peut-être le dynaste Hercule, l’un des plus gros insectes au monde. Ce scarabée-rhinocéros à l’aspect impressionnant (et pourtant tout à fait inoffensif) peut atteindre la taille d’un plat à tarte. Et il est capable de porter plus de cent fois son poids !




    Partir pour la première fois au Costa Rica

    Préparer son voyage au Costa Rica

    Le Costa Rica possède une faune incroyable

    Pour préparer votre votre premier voyage au Costa Rica, découvrez notre guide express. Hébergement, savoir-vivre, conseils pratiques, voici l’essentiel à savoir avant de partir au Costa Rica.

    Bon à savoir

    Au Costa Rica, tout prend plus de temps que prévu. Prévoyez de vous attarder à table, et apprenez à tirer le meilleur parti des retards de toutes sortes, notamment pour mieux connaître les Costaricains.
    Évitez de conduire de nuit. Les piétons, les animaux et les énormes nids-de-poule sont très difficiles à voir car les routes, dans leur grande majorité, ne sont pas éclairées. Attention également aux conducteurs pressés qui n’hésitent pas à doubler sur les routes à deux voies.
    Si les cartes de crédit sont largement acceptées, dans les zones les plus reculées, on ne peut souvent payer qu’en espèces. Avoir sur soi une réserve de colones ou de dollars est toujours une bonne idée.

    Comment s’habiller

    La chaleur et l’humidité du littoral poussent à se vêtir le plus légèrement possible (shorts et manches courtes). Cependant, il faut prévoir un pull et un blouson léger de type K-Way pour les destinations de haute altitude. Si vous faites l’ascension du Chirripó, emportez suffisamment de vêtements chauds, un bonnet et des gants. Enfin, la randonnée en forêt tropicale donne chaud et fait beaucoup transpirer. Des manches longues et des pantalons légers séchant vite aident à se prémunir contre les insectes.

    Hébergement

    Si vous voyagez en haute saison, mieux vaut réserver bien à l’avance, notamment pour la période de Noël et du Nouvel An, et durant la Semaine sainte (Semana Santa).
    Hôtels
    Il existe toutes sortes d’hôtels (petits établissements familiaux, hôtels de charme ou très grands hôtels), s’adressant à tous les budgets et offrant diverses prestations.
    B&B
    La grande diversité des B&B dans tout le pays reflète aussi bien celle des paysages que celle de leurs propriétaires.
    Auberges de jeunesse
    Le Costa Rica compte d’excellentes auberges de jeunesse dans les lieux les plus touristiques. La plupart proposent un hébergement en dortoirs, l’accès au Wi-Fi, une cuisine commune et des renseignements très utiles sur le voyage.

    Argent

    Les colones costaricains (₡) et les dollars américains ($US) sont acceptés partout, et disponibles dans les distributeurs automatiques (DAB) de tout le pays. Il est possible de n’utiliser que des dollars si l’on est prêt à accepter un taux de change peu avantageux (environ 500 ₡ pour un dollar). Hormis dans les petites villes et les zones rurales, les cartes de crédit sont acceptées (Visa ou Master Card) ; toutefois, des frais d’un montant de 3% à 5% s’appliquent souvent.
    Il est difficile de changer les chèques de voyage ailleurs que dans les banques et les grandes villes.

    Marchandage

    Sur les marchés, et au moment d’organiser un circuit ou un trajet informels (sans passer par une agence), il est d’usage de négocier avant de tomber d’accord sur le prix. Sinon, on paie le prix affiché.

    Pourboire

    Il n’est pas courant de laisser un pourboire, hormis dans les restaurants et hôtels haut de gamme.
    Restaurants
    L’addition comporte en principe une taxe de 13%, à laquelle s’ajoutent 10% pour le service.
    Taxis
    Pourboire optionnel, mais beaucoup de gens arrondissent le prix de la course aux 100 colones supérieurs.
    Guides
    Quand on est content du service, il est d’usage de laisser aux guides quelques dollars par participant.

    Langue

    L’espagnol est la langue officielle du Costa Rica. En avoir quelques notions basiques est non seulement courtois à l’égard des Costaricains, mais aussi essentiel, surtout dans les zones rurales. Ceci dit, les touristes nord-américains visitent le pays depuis si longtemps que l’anglais est pratiquement sa deuxième langue. À l’exception des sodas (gargotes bon marché), des bus locaux et des commerces dont la clientèle est exclusivement costaricaine, vous trouverez à peu près partout des cartes de restaurant, des panneaux et des brochures rédigés dans les deux langues.

    Savoir-vivre

    Les Ticos (Costaricains) attachent une grande importance au fait de se montrer bien educado (poli, bien éduqué).
    Un salut lorsque vous croisez le regard de quelqu’un, ou plus généralement une attitude courtoise accompagnée d’un sourire, vous seront des atouts très précieux.
    En visite dans les villages amérindiens
    Demandez la permission avant de prendre des photos, en particulier des enfants, et optez pour une tenue plus sobre qu’en bord de mer.
    Surf
    Avis aux novices : renseignez-vous sur les règles à suivre dans le line-up (zone où l’on attend la vague pour démarrer). Attention également aux autres surfeurs et aux baigneurs.
    Auto-stop
    En zone rurale, il est courant de prendre des auto-stoppeurs à son bord. Si un habitant vous fait faire un bout de chemin, laissez-lui un petit pourboire.
    Monokini
    Cela ne se fait pas du tout ; il faut donc respecter l’usage local.

    À ne pas oublier…

    • Vérifier la validité de son passeport et se renseigner sur les visas requis auprès de l’ambassade du Costa Rica bien avant le départ
    • Contracter une assurance voyage
    • S’informer sur les restrictions concernant le transport des bagages par avion, y compris pour les vols intérieurs
    • Mettre à jour ses vaccins
    • Emporter son permis de conduire et se renseigner sur l’assurance automobile des touristes en cas de location d’une voiture

    Ce qu’il faut emporter

    • Un maillot de bain
    • Un appareil photo
    • Des tongs et des chaussures de randonnée
    • Des lunettes de soleil
    • De l’écran solaire
    • Une gourde
    • Du répulsif au DEET
    • Une lampe torche
    • Un poncho imperméable
    • Des jumelles
    • Une trousse de premier secours

    La gastronomie et la cuisine au Costa Rica ?

    Plat de poisson frit au Costa Rica
    La cuisine costaricaine traditionnelle met l’accent sur les plats simples et peu épicés. Si le riz et les haricots entrent dans la composition de presque tous les repas, les produits de la mer sont aussi à l’honneur. Dans les cuisines à toit de chaume des campagnes, les femmes mitonnent une comida típica (“nourriture typique”) – des plats locaux simples et nourrissants. Préparez votre voyage et découvrez les spécialités culinaires du Costa Rica !

    Manger comme un Tico !

    Au petit-déjeuner, les Ticos (Costaricains) mangent habituellement du gallo pinto (littéralement “coq tacheté”), composé de restes de riz et de haricots sautés. Les haricots noirs déteignent sur le riz, d’où une apparence mouchetée. Servi avec des œufs, du fromage ou de la natilla (crème aigre), le gallo pinto est généralement bon marché, nourrissant et parfois très savoureux. Il constitue un excellent repas énergétique avant une bonne journée de surf ou de marche. S’il ne vous tente pas, nombre d’hôtels proposent des petits-déjeuners continentaux “tropicalisés”, comprenant généralement toasts, beurre, confiture et fruits frais. Beaucoup de restaurants servent aussi des petits-déjeuners à l’américaine, bien plus gras.
    Casado au Costa Rica
    Dans la plupart des restaurants, il y a toujours au déjeuner et au dîner une formule peu coûteuse appelée casado (“marié”), constituée d’un plat équilibré de riz, haricots et salade, avec parfois des plátanos maduros (bananes plantains caramélisées) ou des patacones (bananes plantains frites), dont la saveur évoque celle des frites.
    La cuisine est peu épicée, exception faite des plats traditionnels caribéens.
    La plupart des restaurants locaux mettent sur les tables une sauce de type Tabasco, de la sauce maison et/ou de la salsa sizano, version tica de la sauce Worcestershire (et ingrédient “secret” du gallo pinto).

    Spécialités du Costa Rica

    Étant donné la longueur du littoral, l’abondance de produits de la mer n’a rien de surprenant et les plats de poisson sont généralement frais et délicieux. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une spécialité tica traditionnelle, le ceviche – généralement de pargo (vivaneau rouge), de dorado (dorade coryphène), de poulpe ou de tilapia – figure sur la plupart des cartes. La chair crue du poisson est marinée dans le jus de citron vert avec des piments, des oignons, des tomates et des herbes. Il est servi très froid et c’est une délicieuse manière de déguster des produits de la mer frais. Attention : s’agissant de poisson cru, ne vous risquez pas à le manger si vous doutez de sa fraîcheur.
    La cuisine caribéenne, la plus typée du Costa Rica, est imprégnée des saveurs criollas (créoles) et afro-caribéennes. Elle change agréablement des éternels casados et comprend des spécialités régionales comme le rondón (un gombo de la mer épicé), le riz aux haricots (haricots rouges, lait de coco, curry) et le patí, version caribéenne de l’empanada (chausson garni d’une farce salée ou sucrée), idéal pour manger sur le pouce, dans le bus et en pique-nique.

    Boissons au Costa Rica

    Le café est probablement la boisson la plus prisée au Costa Rica et vous risquez de vous voir offrir un cafecito où que vous alliez. Également appelé café con leche, il est traditionnellement fort et mêlé de lait chaud. Les puristes peuvent demander un café negro (café noir) ; précisez leche al lado (lait à part) si vous voulez y ajouter vous-même un peu de lait. Beaucoup d’établissements branchés servent des expressos.
    Pour se rafraîchir, rien ne vaut les batidos, ces boissons à base de fruits mixés al agua (avec de l’eau) ou con leche (avec du lait). D’innombrables fruits tropicaux peuvent être transformés en batido, notamment les suivants :
    • mango (mangue)
    • papaya (papaye)
    • piña (ananas)
    • sandía (pastèque)
    • melón (melon)
    • mora (mûre)
    • carambola (carambole)
    • cas (sorte de goyave acide)
    • guanabana (corossol)
    • tamarindo (tamarin)
    Batido au Costa Rica
    Si vous avez des doutes sur la salubrité de l’eau, demandez que votre batido soit préparé avec de l’agua enbotellada (eau en bouteille) et sin hielo (sans glaçon), mais l’eau potable est généralement sûre au Costa Rica.
    Les pipas sont des noix de coco vertes décapitées à la machette dont on boit le jus à l’aide d’une paille – très rafraîchissant sous la chaleur tropicale. Avec un peu de chance, vous dénicherez de l’agua dulce,
    ce jus de canne à sucre au léger goût d’herbe sucrée que l’on obtient en écrasant la canne dans un pressoir à main.
    Sur la côte caraïbe, demandez l’agua de sapo (“eau de crapaud”), délicieuse citronnade au jus de gingembre frais et au tapa de dulce (ou tapa dulce, sucre brun).
    La resbaladera, principalement présente dans l’arrière-pays du Guanacaste, est une boisson lactée sucrée (voisine de la horchata de riz mexicaine) à base de riz, d’orge, de lait et de cannelle.
    Il existe d’autres boissons locales comme la linaza, breuvage à base de graines de lin réputé faciliter la digestion, et le chan, à base de graines de chia (de la famille des sauges) et de citron, de texture plutôt visqueuse.
    La boisson alcoolisée la plus répandue est la cerveza (ou birra, bière), dont il existe plusieurs marques costaricaines. L’Imperial, omniprésente, est la plus consommée. La Pilsen, plus alcoolisée, est célèbre pour ses calendriers coquins où figurent las chicas Pilsen (les filles Pilsen). Bavaria produit aussi de la blonde, ainsi que la Bavaria Negro, une brune corsée, mais cette marque est plus difficile à trouver. De nouvelles bières artisanales viennent actuellement élargir la gamme des bières costaricaines et affiner le goût des palais ticos.
    Après la bière, les préférences vont au guaro, un alcool de canne incolore qu’on avale généralement cul sec mais qu’on peut également commander en cocktail. Il se boit facilement mais provoque une gueule de bois redoutable.
    Comme dans la plupart des pays d’Amérique centrale, le rhum local est bon marché, surtout le Ron Centenario, récemment promu à une célébrité internationale. Au risque d’irriter le patriotisme des Ticos, n’oublions pas de mentionner le rhum nicaraguayen Flor de Caña, plus parfumé. Le cocktail à base de rhum le plus prisé est le cuba libre (rhum, coca), incomparable par une chaude journée moite, surtout lorsqu’il est agrémenté d’un filet de jus de citron vert.
    Cocktail Cuba Libre

    Où manger au Costa Rica ?

    Restaurantes, sodas, et panaderías

    Les endroits les plus populaires sont les sodas, gargotes informelles où l’on sert quotidiennement quelques casados. Parmi les autres établissements bon marché, citons notamment les omniprésentes rôtisseries de poulet.
    Un vrai restaurante est généralement plus cher et plus plaisant en matière de décor. Nombre de restaurantes proposent aussi des casados, et les plus chics appellent almuerzo ejecutivo (littéralement “déjeuner d’affaires”) le menu du jour.
    Pour les petites faims, pastelerías et panaderías vendent des pâtisseries et du pain, et quantité de bars proposent des bocas, plats servis sous forme de ration, comme les tapas.
    Le déjeuner, servi vers midi, est généralement le repas principal.
    Le dîner, identique mais plus léger, se prend vers 19h.

    Cuisine végétarienne

    Si vous aimez le riz et les haricots, le Costa Rica est une destination plutôt agréable pour les végétariens.
    La plupart des restaurants préparent des casados végétariens à la demande, et beaucoup en proposent désormais à la carte. Ces plats comprennent généralement du riz et des haricots, de la salade de chou et un ou deux légumes cuisinés.
    San José et les villes touristiques comptent désormais de nombreuses tables végétariennes ou avec une carte spéciale. Dans les régions isolées, les lodges où séjourner en pension complète peuvent préparer des menus végétariens si vous les prévenez à l’avance.
    Les végétaliens, adeptes du régime macrobiotique ou du régime cru rencontreront plus de difficultés, car rares sont les établissements qui proposent ce type d’alimentation – une situation qui s’améliore lentement. Pour observer ce régime, mieux vaut faire sa cuisine soi-même. S’il y a dans nombre de villes des macrobióticas (magasins d’alimentation bio), l’offre s’avère toutefois inégale. Les légumes frais sont parfois difficiles à trouver dans les régions reculées et souvent onéreux, mais les marchés fermiers se multiplient dans le pays.
    Cake orange-carotte-noix, Costa Rica

    Les bonnes manières à table

    Lorsque vous vous installez dans un restaurant, n’oubliez pas de saluer d’un buenos días (bonjour), buenas tardes (bonjour, l’après-midi) ou buenas noches (bonsoir) le personnel et les convives dont vous partagez éventuellement la table – de fait, il est de bon ton de saluer toutes les personnes présentes. Il est également poli de souhaiter buen provecho (bon appétit) au début du repas.
    Source Lonely Planet




      Les plus belles plages d’Amérique Centrale

      costa_rica

      Avec l’arrivée de l’automne, les bons moments de détente passés à la plage pendant l’été semblent avoir été oubliés. Pour les amoureux de la mer, l’hiver Européen est justement la meilleure période pour profiter des plages paradisiaques de l’autre côté de l’Océan. Voici une sélection des plus belles plages d’Amérique Centrale.

      Le Belize, populaire pour son importante offre balnéaire

      Bordé par 400 kilomètres de côtes, le pays dispose de plages magnifiques et se compose de plus de 200 îles paradisiaques, propices aussi bien à la détente qu’à la pratique de sports nautiques. Située au Nord Est du pays, près de la ville de Belize, Cayo Ambergris est la plus grande île du Belize. Ses plages de couleur bleu cristallin abritent des hôtels haut de gamme et offrent une vaste gamme d’activités comme la plongée ou le snorkeling. San Pedro est la commune la plus peuplée et la plus connue, dans laquelle arrivent la majorité des voyageurs. Cayo Ambergris se situe à proximité du fameux Great Big Hole (« Grand trou bleu »), lieu reconnu par les plongeurs du monde entier et qui doit sa renommée à d’importants chercheurs des fonds marins comme Jacques Cousteau. Cette zone, à laquelle il est possible d’accéder en bateau, est reconnue Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

      Les plages spectaculaires des îles de la Bahia au Honduras

      Iles Bahia HondurasLes îles de la Bahia correspondent à un archipel formé par les îles d’Utila, de Roatan et de Guanaja. Les îles de Barbareta, Morat et Santa Elena font également partie de cet archipel ainsi que plus de 60 îlots situés dans les eaux turquoise de la mer des Caraïbes.

      Sur l’île de Roatan, la plage de West Rend, située à la pointe sud de l’île, impressionne par son paysage sauvage et son offre d’activités de repos et de divertissement qui ravi tous les touristes. A l’inverse, Utila est la plus petite des îles formant l’archipel de Bahia. Elle est mondialement célèbre pour ses fonds marins d’exception et les plongeurs s’y précipitent pour obtenir leur certificat de plongée, réputé bon marché. La plus grande barrière de corail d’Amérique borde l’île Utila. Elle s’étend sur environ 1 000 km et héberge plus de 500 espèces de poissons, 1 000 lamantins et de nombreux dauphins. Utila possède également la plus grande population de requins baleine ainsi qu’un centre de recherche dédié à leur étude.

      Le Costa Rica, emplacement privilégié au cœur de l’Amérique Centrale

      Les plages du Costa Rica sont à la fois baignées par la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique, deux côtes qu’il est possible de relier en à peine 3 heures de voiture ou 45 minutes de vol. Il y en a pour tous les goûts : des plages bordées de palmiers protégeant du soleil idéales pour des vacances en famille, aux zones peu fréquentées où l’on peut observer le coucher du soleil pour une escapade romantique, en passant par les plages propices à la pratique du surf, de la plongée et autres sports nautiques.

      Les plages du Parc National Manuel Antonio, sur la côte Pacifique, sont atypiques puisqu’il est possible de partager l’espace avec des iguanes et autres paresseux. Sur la côte Caraïbe, les plages de Limon ou de Cahuita permettent une relaxation totale.

      Au Salvador il y en a pour tous les goûts !

      Le Salvador possède de nombreuses plages très diversifiées, pouvant satisfaire les attentes de tous les types de touristes, de la recherche du soleil et du repos à la pratique de sports nautiques. Les plages de Las Flores à San Miguel et de Punta Roca à La Liberté sont idéales pour les férus de surf. Pour une escapade romantique, les voyageurs pourront profiter des plages de El Zonte, la Barra de Santiago ou encore la Costa del Sol. La plage de la Costa del Sol est la préférée des touristes au Salvador. Située à La Paz, elle s’étend sur 15 km ce qui en fait la plus longue plage du pays. Idéale à la fois pour le repos et la pratique de sports nautiques, de nombreux resorts s’y sont récemment implantés

      Le Guatemala, entre Océan Pacifique et côte Atlantique

      En raison de la configuration naturelle et du passé volcanique du pays, la majorité des plages du Guatemala sont de sable noir ou brun. Playa Blanca est l’une des exceptions avec son sable blanc. Située dans le département d’Izabal, on peut y accéder en bateau depuis Livingston, Rio Dulce ou encore Puerto Barrios. Playa Blanca est une zone privée et protégée, toutefois, l’accès au public est autorisé. Ce lieu presque vierge de toute construction apparaît comme un sanctuaire naturel.