La sublime côte suédoise de Bohuslän sur la route

En dérivant sur la surface d’une baie peu profonde de Kosterhavet, le premier parc marin national de Suède, la côte de Bohuslän séduit les visiteurs comme si l’eau à peine agitée sous le kayak devenait claire. Dans un pays louangé pour sa gestion responsable de l’environnement (la Suède se classe au premier et au troisième rang dans le monde, respectivement dans les derniers Global Green Economy Index et Environmental Performance Index publiés), la côte ouest est une vitrine du développement sensible.

S’étendant au nord de Göteborg jusqu’à la frontière norvégienne, la région se caractérise par des forêts de pins encadrant des lacs en forme de fjords, de charmantes villes côtières et, bien sûr, un vaste archipel de 8000 îles, îlots et skerries, dont le granit Bohus caractéristique brille d’un rose orangé au soleil couchant et au lever. En été, le soleil brille 18 heures par jour à cette latitude, ce qui vous laisse tout le temps d’explorer ce que Bohuslän a à offrir ; mieux encore, l’autoroute E6, parallèle à la côte sur une centaine de kilomètres, constitue l’épine dorsale d’un itinéraire tout prêt pour les voyageurs indépendants. La seule décision qui reste à prendre est de savoir ce qu’il faut voir en cours de route.

Marstrand – trouvez l’endroit idéal pour jeter l’ancre

Calculez la valeur totale des voiliers qui vont et viennent dans le gästhamn (port d’escale) du Marstrand et vous obtiendrez probablement un chiffre qui dépasse le PIB de certains pays. Cette petite île, située à une trentaine de kilomètres au nord de Göteborg, est une étape obligatoire pour l’élite suédoise depuis que le roi Oscar II y a construit une résidence d’été à la fin du XIXe siècle ; de nos jours, le Marstrand est un cadre chic pour des événements nautiques de classe mondiale et accueille jusqu’à 10 000 personnes par semaine en haute saison.

L’ancienne résidence du roi – le majestueux Grand Hôtel Marstrand, qui possède des chambres d’école et un restaurant chic – est l’une des deux grandes curiosités historiques de la ville ; l’autre, Carlstens Fästning, une forteresse monumentale construite au 17e siècle après la cession de Marstrand à la Suède par le Danemark et la Norvège dans le cadre d’un traité de paix.

Alors que Carlstens Fästning se consacre à son histoire, offrant des visites guidées et des reconstitutions historiques, l’autre ancien fort de Marstrand – le petit Strandverket Konsthall du XVIIIe siècle – opte pour une réinvention radicale, le Strandverket Art Museum, un avant-poste inattendu de sculpture contemporaine, de photographie et bien plus encore.

Mais ne vous limitez pas à la ville chargée d’histoire – le reste du Marstrand est beau et demande à être exploré. Il est également accessible grâce à des sentiers bien balisés, qui vont de faciles à difficiles. Si vous vous dirigez vers l’ouest, parcourez l’horizon à la recherche de la tour de fer rouge du phare de Pater Noster, maintenant un petit hôtel pour ceux qui veulent vraiment, vraiment, vraiment s’éloigner de tout cela.

Marstrand n’a pas de voiture, vous devrez donc vous garer sur l’île voisine de Koön, puis prendre le ferry, ce qui ne prend que quelques minutes.

 Tjörn – le festin de la haute culture et de la haute cuisine

Comme Marstrand, Skärhamn – la ville principale de Tjörn – est assez jolie pour justifier une visite à part entière, mais il y a une autre raison de s’éloigner des bateaux, des boutiques et des bling style Bohuslän retenu : Skärhamn est devenu un haut lieu des amateurs d’art grâce au Nordiska Akvarellmuseet, un musée primé conçu par les architectes danois Niels Bruun et Henrik Corfitsen.

Inauguré en 2000, cet édifice rectangulaire revêtu de panneaux rouges (écho des cabanes de pêcheurs omniprésentes dans la région) expose fréquemment des œuvres de grands noms tels que Salvador Dali et Louise Bourgeois, ainsi que d’éminents artistes suédois. En d’autres termes, c’est un endroit qui conviendrait à un centre-ville sophistiqué, tout en s’intégrant parfaitement dans cet endroit obscur.

Gagnez du temps pour explorer le lac environnant, une affaire de famille avec un joli croissant de plage, une jetée et une tour de plongée ; vous voudrez peut-être même y passer la nuit en louant l’un des cinq studios d’hôtes du musée, des cubes modernistes gris intrigants qui s’étirent au-dessus de l’eau.

Un an avant l’apparition du musée, le tourisme de Tjörn a reçu un coup de pouce d’une autre source avec l’ouverture de Salt & Sill, un restaurant flottant. Ce restaurant réputé, situé à quelques kilomètres au sud de Klädesholmen, n’a cessé depuis d’être acclamé pour ses produits de la mer innovants. Elle est spécialisée dans la pierre angulaire du régime alimentaire suédois, le hareng.

Le plat signature est – vous l’aurez deviné – une  » planche  » de hareng, qui présente six variations de ce goût acquis mais authentique de la côte ouest. En 2008, les propriétaires de Salt & Sill ont ajouté au site le premier hôtel flottant de Suède ; comme c’est souvent le cas ici, les 23 chambres sont simples mais élégantes, et la terrasse sur le toit offre une vue imprenable sur l’archipel.

Smögen – promenade sur la jetée la plus photographiée de Suède

Bien que Smögen soit toujours une ville de pêcheurs en activité, où les bateaux déchargent leurs prises aux enchères tous les jours de la semaine (vous pouvez aussi les acheter à la source), les entrepôts qui bordaient autrefois le quai ridiculement pittoresque de la ville, ou Smögenbryggan, ont depuis longtemps laissé place à une économie axée sur le tourisme.

Un petit musée installé dans un entrepôt à mi-chemin de la jetée donne un aperçu de l’humble passé de la ville. De nos jours, cependant, Smögen vibre tout au long de l’été avec un flot de personnes en quête de plaisir, qui arrivent par mer et par terre pour faire leurs courses, qui surveillent les gens depuis les cafés du port et, bien sûr, qui mangent les superlatifs fruits de mer (essayez Göstas, à côté du marché au poisson).

L’île est un excellent point de départ pour explorer les mers environnantes lors d’une excursion, qui va de la pêche au homard aux safaris aux phoques. En été, vous pouvez aussi prendre un bateau pour Hållö, une réserve naturelle pour la baignade et l’observation des oiseaux qui abrite également le plus vieux phare de Bohuslän, ainsi qu’une auberge éloignée.

 Fjällbacka – suivez les traces d’une sirène à écran argenté

Un buste en bronze de l’actrice suédoise Ingrid Bergman se dresse sur la petite place qui porte son nom à Fjällbacka, une autre ville parfaite pour les cartes postales qui entoure les falaises au pied du Vetteberget, un monolithe en granit de 74 mètres de haut dans la municipalité de Tanum.

De la fin des années 1950 à sa mort en 1982, Bergman passait presque chaque été sur l’île voisine de Dannholmen, à Fjällbacka pour le fika (un mot intraduisible qui englobe l’idée d’une rencontre pour un café, un gâteau et une discussion). Les visiteurs de Fjällbacka trouveront également de nombreux arrêts fika sur le front de mer (le Stora Hotellet Bryggan, en particulier, a une position imbattable).

Une fois que vous avez mangé, brûlez-le avec une randonnée dans le ravin de Kungsklyftan, qui mène à un escalier en bois qui serpente jusqu’au sommet du Vetteberget balayé par le vent. De là, vous avez une vue panoramique des îles extérieures qui s’éparpillent dans le détroit du Skagerrak.

Improbablement pour un endroit de cette taille, Bergman n’est pas le seul lien showbiz de Fjällbacka : La  » reine du crime  » suédoise – alias l’auteure Camilla Läckberg – est une fille de la ville natale et y a placé une série de romans policiers. Faites une visite guidée mystérieuse si vous voulez explorer les bas-fonds fictifs de la ville.

Kosteröarna – s’évader du monde moderne sur une paire d’îles vierges

Comme il est probablement évident maintenant, Bohuslän a un surplus de beauté naturelle – mais vous devez vous rendre à quelques kilomètres de la frontière norvégienne pour visiter ce qui pourrait être le joyau de la couronne de la région : Kosteröarna, également connue sous le nom de Koster Nord et Sud, les îles les plus habitées à l’ouest de la Suède. Sans voiture mais accessibles toute l’année par ferry depuis Strömstad, ces îles sublimes offrent le genre de sérénité que certaines personnes recherchent toute leur vie.

South Koster, le plus grand et le plus vert des deux, a plus de commodités (location de vélos et de kayaks, quelques endroits solides pour manger, et une gamme d’endroits pour rester du simple camping à l’élégant et centenaire Hotel Koster), mais pas trop pour diluer le sens du calme. Vous pouvez également rester sur North Koster, qui est relié à son voisin par un téléphérique, pour vous éloigner encore plus du reste de l’humanité.

Alors que North Koster est trop petit et rocheux pour les vélos, deux roues est le meilleur moyen de transport pour explorer les prairies et les bois de son jumeau (louez-les près de la jetée principale à Ekenäs). Ne manquez pas Kosters Trädgårdar lors de votre voyage à travers le paysage bucolique de South Koster ; cette ferme de permaculture pionnière, qui accueille de la musique en direct en été, a un restaurant et un café fantastiques entourés d’un jardin biologique qui produit 80% des aliments servis.

Les deux îles ont des sentiers qui mènent à des baies isolées, bordées de sable, idéales pour se baigner dans l’eau pellucide du parc national de Kosterhavet. Mais pour apprécier pleinement ce havre pour environ 12 000 espèces, vous aurez envie de pagayer dans la mer environnante en kayak.L’écosystème unique de Kosterhavet repose sur un flux d’eau froide et salée de l’Atlantique Nord dans la tranchée profonde qui sépare Kosteröarna du continent ; homards, langoustes, crevettes, huîtres et moules poussent lentement et successivement dans ces conditions, ce qui explique pourquoi les coquillages de Bohuslän sont considérés parmi les meilleurs au monde.

Alors que North Koster est trop petit et rocheux pour les vélos, deux roues est le meilleur moyen de transport pour explorer les prairies et les bois de son jumeau (louez-les près de la jetée principale à Ekenäs). Ne manquez pas Kosters Trädgårdar lors de votre voyage à travers le paysage bucolique de South Koster ; cette ferme de permaculture pionnière, qui accueille de la musique en direct en été, a un restaurant et un café fantastiques entourés d’un jardin biologique qui produit 80% des aliments servis. Les deux îles ont des sentiers qui mènent à des baies isolées, bordées de sable, idéales pour se baigner dans l’eau pellucide du parc national de Kosterhavet. Mais pour apprécier pleinement ce havre pour environ 12 000 espèces, vous aurez envie de pagayer dans la mer environnante en kayak. L’écosystème unique de Kosterhavet repose sur un flux d’eau froide et salée de l’Atlantique Nord dans la tranchée profonde qui sépare Kosteröarna du continent ; homards, langoustes, crevettes, huîtres et moules poussent lentement et successivement dans ces conditions, ce qui explique pourquoi les coquillages de Bohuslän sont considérés parmi les meilleurs au monde.

Les meilleurs road trip du Monde

Il n’y a rien de tel que la liberté de la route, mais qu’il s’agisse d’un dimanche en voiture sur les routes secondaires de la campagne française ou d’une épopée continentale, vous devrez choisir les bonnes voitures, pour tirer le meilleur parti de votre voyage.

 

The Kimberley, Australie-Occidentale

  • Voitures conseillées : Toyota Land Cruiser ou Nissan Patrol
  • Combien de temps : Une à deux semaines
  • Points forts : le ciel nocturne, la baignade dans les gorges

La chaleur étouffante, les pistes et routes défoncées et des centaines de kilomètres de poussière rouge ne sont pas l’idée que tout le monde se fait du plaisir, mais traverser l’outback australien et cette célèbre route à travers la dernière frontière de l’Australie est une aventure épique. De vastes savanes parsemées de bosquets s’étendent jusqu’à l’horizon tandis que des chaînes rocheuses cachent des bassins bordés de fougères, des chutes d’eau et de l’art rupestre ancien.
Cet itinéraire éloigné est jonché d’épaves de routes, alors oubliez les prétendus tout-terrain – vous aurez besoin d’un vrai 4×4 qui peut traverser des criques inondées et remplies de crocodiles, grimper sur des rochers. Choisissez une Toyota ou une Nissan, vous aurez plus de chances de trouver des pièces lorsqu’elle tombera en panne. Et, vu le nombre de coups qu’il vont recevoir, mieux vaut qu’il ne soit pas vraiment la vôtre !
Autres solutions des loueurs spécialisé proposent des camping-cars 4×4 tout équipés pour affronter la Gibb.

Toronto,Ontario à Vancouver, Colombie-Britannique, Canada

  • Durée : 8 à 10 jours
  • Points forts : grands horizons, montagnes majestueuses, lacs…

Les vastes routes et le grand ciel de la Saskatchewan et du Manitoba s’ont l’endroit parfait pour les claustrophobe. Se déplacer à travers des paysages arides avec rien à voir sur des centaines de kilomètres peut être libérateur, et un bon moyen de décompressez bon marché.
Toronto est un bon point de départ. Avec un peu de créativité et (quelques nuits entières à dormir dans la voiture), des détours intéressants sont possibles, comme la promenade des Glaciers dans les Rocheuses. L es incontournables sont les villes de Banff, Lake Louise , Jasper ainsi que Kamloops et enfin Vancouver pour terminer et enfin déguster un bon plat de fruits de mer.

Novossibirsk, Sibérie à Kyzyl, République de Touva, Russie

  • Voitures conseillées : camping-car 4 roues motrices
  • Combien de temps : une à deux semaines (de Novossibirsk)
  • Points forts : le lac au bout du monde

Si la terre était carrée, la République de Touva, peu connue en Russie, nichée entre la Sibérie et la Mongolie, se trouverait sur un bord. Et à ce bord, il y a un lac, le légendaire Khindiktig Khol; vierge, entouré de prairies, de montagnes enneigées et de kilomètres de tourbières avalées par les véhicules. Personne ne va vous louer un véhicule pour ce voyage – juste pour atteindre le point de départ de Novossibirsk implique un trajet en voiture de +10.000 km depuis Paris.
Une fois sur place, dirigez-vous vers le sud en direction de l’Altaï, et juste à l’extérieur de Kosh-Agach, prenez la  » piste de Tuva « . Apportez quelque chose de robuste, car vous suivrez surtout les ornières de roue à travers la steppe, les rivières à gué, les cols rocailleux parsemés de bouteilles de vodka et vous demanderez votre chemin à l’occasion d’une yourtes étrange. Un véhicule dans lequel vous pouvez dormir est indispensable ; mieux vaut partir à plusieurs (pour pousser et se sortir dans les tourbières). Une fois sorti du lac, il est plus facile de se rendre en voiture jusqu’au Kyzyl, le  » Centre de l’Asie « autoproclamé, où les voyelles sont difficiles à lire.

Sud de la Baja California , Mexique

  • Voitures conseillées : Coccinelle
  • Combien de temps : une semaine à un mois
  • Points forts : surf,fruits de mer et soleil

Les journaux regorgent d’histoires d’horreur dans la région frontalière du nord du Mexique, mais le fond de la péninsule de Baja est considéré comme l’une des régions les plus amicales et les plus sûres du pays. C’est aussi le berceau du surf légendaire, et la côte sauvage est parsemée de petits villages de pêcheurs.
Déserts, canyons,réserves naturelles et montagnes forment l’intérieur du pays,tandis que la route 1, la Carretera Transpeninsular, y donne accès.L’omniprésent Coccinelle de Woslkvagen, hecho en Mexico (fabriqué au Mexique), est le moyen de transport discret parfait pour vous aider à vous fondre dans la masse comme un local.

Namibie et Botswana

  • Voitures conseillées : Land Rover Defender 4RM
  • Combien de temps : de deux semaines à deux mois
  • Points forts : la faune migratrice

Que vous soyez à la poursuite d’animaux sauvages dans le delta de l’Okavango et le parc national de Chobe au Botswana, ou de vagues et de naufrages le long de la côte déserte de la Namibie, vous aurez besoin d’un véhicule 4×4 .
A la fois dans le désert du Kalahari et dans le désert du Namib, voir les sites touristiques (paysages incroyables, faune et population) dans les deux pays implique de parcourir de nombreuses pistes sablonneuses, et les habitants préfèrent le Defender plus léger que les autres 4×4. Il est possible de louer des Land Rover Defenders entièrement équipés.

Côte d’Amalfi, Campanie, Italie

  • Voitures conseillées : Fiat 500
  • Combien de temps : Un après-midi ensoleillé
  • Points forts : Positano coloré

Vous pensez à une Ferrari ? Réfléchissez encore. Pour en louer-une, vaut mieux avoir les moyens. A l’autre bout de l’échelle se trouve la mythique Fiat 500, l’une des plus petites voitures jamais construites, avec un moteur deux cylindres refroidi par air produisant moins de puissance que la plupart des tondeuses à gazon modernes. Pourtant, ce classique italien est le véhicule idéal pour longer la S145 et la S163, des plus pittoresques, entre Sorrente et Salerne, dans le sud de l’Italie, en longeant la falaise.
Avec autant de patrimoine historique, de touristes et de villages de cartes postales perchés au-dessus de la mer couleur azur, la côte amalfitaine ne doit pas être traversée à la hâte. Et avec une Fiat Cinquecento, ça n’arrivera jamais.

Route 50, États-Unis

  • Voitures conseillées : Ford Mustang ou Dodge Challenger
  • Combien de temps : Une à trois semaines
  • Points forts : La solitude du désert

Alors que de plus en plus de voyageurs redécouvrent le plaisir de la Route 66, la  » route la plus isolée d’Amérique  » – alias la Route 50 – est largement inconnue en dehors des Etats-Unis. Reliant les côtes du Pacifique et de l’Atlantique, et plus longue d’environ 1000 km que sa célèbre sœur, la Route 50 traverse des déserts, des montagnes isolées et des terres agricoles du Midwest au départ de Sacramento en Californie jusqu’ à Ocean City dans le Maryland. La partie ouest des badlands du Nevada et de l’Utah est particulièrement peu développée et a été le lieu du classique road movie de1971, ‘Vanishing Point’. Bien sûr, vous pourriez utiliser n’importe quelle voiture, mais pour une bonne dose de rêve et de culture américaine, assurez-vous que c’est un poney.
Louer une Mustang des années 60 aux Etats-Unis n’est pas bon marché (bien que vous puissiez en acheter une moins chère qu’en France). La plupart des entreprises de location peuvent fournir des version récentes

The Big One – Melbourne, Australie à Londres, Angleterre

  • Voitures conseillées : quelque chose de robuste et simple à la fois
  • Combien de temps : De 6 mois à 1 an
  • Points forts : La Chine

Un filet régulier de guerriers de la route purs et durs s’embarquent dans ce voyage des plus engagés. Visez Darwin par la côte ou par le Centre . Expédier votre véhicule directement à Singapour ou à Port Klang en Malaisie, ou sauter la barge en direction de Timor L’Este et traverser l’Indonésie en car ferry. L’Asie du Sud-Est est à vous alors que vous vous dirigez vers la frontière chinoise au Laos.
Il est possible de traverser la Chine dans votre propre véhicule si vous réservez à l’avance un guide auprès d’une agence de voyage chinoise accréditée. De la Chine, dirigez-vous vers l’ouest en passant par le Stans, ou vers le nord en passant par la Mongolie jusqu’en Russie, et ensuite vers la Trans-Siberienne. Prenez tout ce qui, à votre avis, le rendra léger, solide et simple. Vous vous efforcerez d’achever ce voyage dans six mois, mais encore une fois,pourquoi se presser ?

5 capitales d’Europe de l’est à découvrir

5 capitales d’Europe de l’est à découvrir

De Prague à Bucarest en passant par Budapest, Belgrade et Sofia,  Qu’elles soient plutôt branchées innovation technologique, économique et artistique, cuisine, “night life” ou spas et bien-être, ces villes montent…

Meet Factory, Prague

 Prague, l’innovante

Prague n’a pas fini de surprendre ses visiteurs. Cette capitale de conte de fée avec ses petites maisons de la rue Zlata Ulicka, son pont Charles sur la rivière Vltava, reste l’une des plus visitées d’Europe et la tendance ne risque pas de décliner ! Prague se ré-invente en permanence et n’a pas peur des nouveaux concepts, surtout dans les nouvelles technologies : des espaces de co-working y ont fleuri ces dernières années, des cafés bitcoins également mais aussi de plus en plus d’endroits où on peut payer avec la fameuse crypto-monnaie inventée par le mystérieux Satoshi.

Mais la Golden City d’Europe – comme certains la surnomment du fait de son dynanisme et de son taux de chômage très peu élevé – a bien d’autres cordes à son arc : des hôtels boutique en plein coeur de la capitale pour les petits budgets (comme le Fusion Hotel), des hubs artistiques comme le Meet Factory, le quartier de Krimska Corso, surnommé le Little Berlin, en pleine effervescence et gentrification…

Côté culinaire, les chefs ré-inventent la cuisine traditionnelle tchèque à base de veau, poulet et lapin. Ne manquez pas de l’expérimenter à l’Augustine Restaurant… Pour les végétariens et les petits budgets, rassurez-vous, Prague regorge de bonnes adresses et de marchés – celui de Prague 1 est très sympa – pour essayer mets et produits locaux.
Soucieuse de son environnement, Prague favorise les balades à vélo : l’idéal pour longer la rivière Vlata et circuler dans cette ville devenue un incontournable de l’Europe de l’Est.

 Budapest, bains, luxe, calme et volupté !

Tout aussi romantique mais plus imposante que Prague, avec son passé Ottoman, royal, impérial et le beau et large Danube qui sépare Buda de Pest, Budapest est une ville qui donne envie de prendre soin de soi à des prix raisonnables. Elle est, sans comparaison possible, la capitale des bains. Depuis l’ère romaine, on se baigne dans les eaux thermales de Budapest. À votre tour aujourd’hui de plonger dans les eaux thermales et médicales des majestueux Bains Gellert, ouverts depuis 1918 (tous les jours de 6h à 20h), dans un décor à la fois oriental et art déco. Amateurs d’échecs – de gigantesques échéquiers incitent à defier les habitués –  et de piscines extérieures, les bains Széchenyi, situés au coeur du City Park, entourés de bois et ouverts tous les jours de 6h à 20h, vous immergent dans un univers féérique. Surtout en hiver quand les bassins et la vapeur d’eau se confondent avec le sol enneigé.

Et comme Budapest sait aussi innover, il existe une manière moins orthodoxe de profiter des bains : la nuit lors de “night-time bath parties” avec disco et lasers en plus des bulles (trouvez votre bonheur sur : http://www.spasbudapest.com). Bref, de l’eau, des bulles et du bien-être 24h sur 24 tout au long de l’année. Sans oublier les balades au bord de l’eau : les bords du Danube sont magnifiques !

Thermes Széchenyi, Budapest

Belgrade, vivre la nuit

Moins connue et visitée que ses cousines hongroise et tchèque, Belgrade a pourtant bien des attraits. En plus d’être une destination très peu onéreuse, elle est devenue la capitale de la “night life”. Pour les amateurs de clubs, de DJs, de musique électro et de scène underground constamment en mouvement, Belgrade est la destination de rêve. Parmi les clubs les plus en vogue, l’Opservatorijum qui est aussi une galerie d’art et le KGB Caffe, dans un sous-sol, dont le décor, emmitoufflé de posters, n’a pas changé depuis 15 ans et rappelle le temps où les Belgradiens se cachaient dans des appartements ou des caves pour continuer à faire la fête malgré les bombardements de l’OTAN en 1999.

La “night life” de Belgrade ne se vit pas que dans les clubs mais aussi dans la rue. Se balader dans la rue Skadarlija vous enchantera. Lieu connu pour son passé bohème et artistique, il fut fréquenté par des artistes, des écrivains, des journalistes et garde une atmosphère bohème renforcée par pléthore de tavernes et restaurants où des groupes de musique traditionnelles rivalisent avec des bars hyper branchés, punks ou hard rocks ! Un beau mélange des genres et un chouette bar/club où faire une halte, le Club Sioux. À Belgrade, on sait quand la nuit commence mais pas quand elle finit !

Une soirée électro DJ à Belgrade

 Sofia, une halte culinaire nécessaire

Sofia est un paradis du palais et des amateurs de vestiges architecturaux de l’ère communiste. Située au pied des montagnes majestueuses du Vitocha, Sofia est truffée de perles culinaires. Son emplacement géographique au coeur des Balkans du Sud, son histoire liée à l’empire ottoman et ses liens proches avec la Russie ont contribué à faire de ce petit pays un trésor culinaire. La cuisine bulgare est influencée par toutes ces cultures et offre une variété unique dans les Balkans : poissons, viandes, légumes, fruits, tout y est decliné à toutes les sauces et à toutes les cuissons.

Aujourd’hui, les cuisiniers bulgares n’hésitent pas à mélanger les genres et s’inspirer des cuisines d’ailleurs. Pour vous émoustiller les papilles, commencez par un bon repas au restaurant Happy, une chaîne avec un nombre de choix de plats formidables. Vous pourrez ensuite orienter votre palais vers des restaurants plus traditionnels comme Izbite. Mais les bonnes adresses ne manquent pas, au contraire. Suivez les queues devant les petits restos et vous saurez où bien manger.

Vestiges du Communisme, Sofia

Bucarest, un vivier d’énergie

Elle est bien loin la Bucarest toute grise et déprimante des années 90. Aujourd’hui, la capitale roumaine est un vrai vivier où l’on sent l’énergie d’une nouvelle génération prendre le dessus sur la précédente. Elle est devenue un véritable hub pour la création de start-up et le théatre d’une dynamique qui va autour : cafés et restos branchés, comme le Energiea dans la vieille ville ou pura vida, espace de co-working au sein du très chouette hôtel Old Town Bucharest,  … de nouvelles adresses se sont développées un peu partout en ville ces dernières années.

L’innovation roumaine ne se limite pas aux start-ups mais se prolonge dans un renouveau artistique. Les ateliers d’artistes prolifèrent comme les fascinants ateliers d’artistes du collectif Carol 53 dans une vieille maison abandonnée du début du siècle. Bucarest a perdu de sa grisaille et offre aujourd’hui un véritable bol d’énergie.

Café Trendy, Bucarest
Source Lonely Planet 




Sicile : Randonnées et Parc régionaux

Idées de voyage

Sicile : les plus beaux parcs régionaux

Laurier-rose et cascade dans les gorges de l'Alcantara, Sicile

Sicile : les plus beaux parcs régionaux

Au-delà de ses plages somptueuses et de sa gastronomie réputée, la Sicile offre des paysages grandioses à l’intérieur des terres. Rien n’est comparable à l’ascension du volcan du Stromboli sur les îles Éoliennes, à l’escalade du mont Etna, ou à la visite des réserves et parcs naturels siciliens.  Découvrez les meilleures randonnées sur la plus grande île de la Méditerranée. La Sicile possède aussi de nombreux paysages naturels protégés, parmi lesquels on compte 79 réserves naturelles, six zones marines et un marais protégés. D’une vaste superficie et tous dotés de nombreux lieux d’hébergement et de restauration, les parcs sont très différents les uns des autres et méritent chacun quelques jours de visite.

1. Parco dell’Etna, célèbre volcan de Sicile

Riches en vignobles, les pentes du volcan produisent l’Etna DOC, l’un des 22 vins siciliens portant la dénomination d’origine contrôlée. Nombre d’établissements vinicoles de la région, dont Gambino (095 227 26 78 ; www.vinigambino.it) près de Linguaglossa, permettent de déguster les crus locaux. Sur le flan est de l’Etna, la bourgade de Zafferana Etnea possède une longue tradition d’apiculture, et 35% du miel italien provient de ses ruches. Pour goûter la spécificité de sa production à base de fleurs d’oranger, de châtaigner et de citronnier, visitez Oro d’Etna.
Vignoble dans le parc naturel de l'Etna, Sicile

2. Parco Fluviale dell’Alcantara, fleuve sicilien

Baignade, pique-nique, balades en quad, randonnée et canyoning. Dans l’arrière-pays, à 15 km de Giardini-Naxos, les Gola dell’Alcantara, hautes de 25 m, sont traversées par la rivière homonyme (al qantara signifie “pont” en arabe). Ces étranges formations rocheuses symétriques résultent du contact entre une coulée de lave brûlante et l’eau, qui provoqua l’éclatement du basalte. Spectaculaire, l’endroit mérite le détour. Le site fait désormais partie du parc botanique et géologique Terralcantara, lui-même dans le périmètre du parc fluvial de l’Alcantara.
Gorges de l'Alcantara, Sicile

3. Parco Regionale dei Nebrodi et ses villages traditionnels

Créé en 1993, le Parco Regionale dei Nebrodi (www.parcodeinebrodi.it) représente la seule région boisée de cette taille en Sicile. Il constitue ce que l’auteur sicilien Gesualdo Bufalino appelle “une île dans l’île”, ponctuée de villages traditionnels isolés et guère visités. Entre 1 200 m et 1 500 m d’altitude, la forêt compose un paysage où hêtres, chênes, ormes, frênes, chênes-lièges, érables et ifs servent d’habitat à la faune sauvage sicilienne : porcs-épics, chevaux de San Fratello, chats sauvages et oiseaux de proie (aigle royal, faucon lanier, faucon pèlerin et vautour fauve). Quant aux hauts pâturages, ils ont toujours accueilli des communautés rurales qui pratiquent l’élevage.
Alcara Li Fusi, parc régional des Nebrodi, Sicile

4. Parco Naturale Regionale delle Madonie et son superbe panorama

Savourez le magnifique panorama et les paysages tranquilles du Parco Naturale Regionale delle Madonie (www.parcodellemadonie.it) couvrant 400 km2. Le point culminant des monts Madonie (Monti Madonie) est le pic Carbonara (1 979 m), deuxième plus haut sommet de Sicile après l’Etna – et le parc régional comprend des fermes, des villes et des stations de ski. Les saisons y sont très marquées : l’été, les fleurs sauvages tapissent les flancs de la montagne, l’automne dépose des champignons sauvages et teinte de riches nuances les feuillages de la forêt, l’hiver les pistes de ski sont noires de monde et juin et juillet offrent des températures parfaites.
Parc naturel régional des Madonies, Sicile

Idées randonnées et trek en Sicile

1. Piano Battaglia

Savourez le magnifique panorama et les paysages tranquilles du Parco Naturale Regionale delle Madonie, couvrant 400 km2. Le point culminant des monts Madonie (Monti Madonie) est le pic Carbonara (1 979 m), deuxième plus haut sommet de Sicile après l’Etna – et le parc régional comprend des fermes, des villes et des stations de ski.
Parc naturel régional des Madonies, Sicile

2. Mont Etna

Dominant le paysage de l’est de la Sicile, l’Etna (3 329 m) est le point culminant de l’Italie au sud des Alpes et le plus haut volcan actif d’Europe. Son activité quasi constante se traduit par des éruptions fréquentes. Les plus spectaculaires se produisent dans les quatre cratères du sommet, mais les fissures et les cratères anciens à flanc de montagne se manifestent plus souvent et présentent un danger supérieur.
Versant Nord du Mont Etna, Sicile

3. Vulcano

La randonnée jusqu’au cratère (391 m) peut aisément s’entreprendre sans guide. Si possible, partez tôt le matin, muni d’un chapeau, de crème solaire et d’eau. Comptez environ 1 heure jusqu’au bord inférieur du cratère (290 m), avec, à la clef, une vue sur le cratère fumant incrusté de cristaux rouges et jaunes. On peut descendre au fond du cratère par un sentier abrupt, ou mieux encore, continuer à grimper autour de la crête pour jouir d’un panorama remarquable sur le chapelet d’îles au nord.
Vue sur l'île de Vulcano, Sicile

4. Réserve naturelle du Zingaro

Protégée de l’urbanisation par les militants locaux, la tranquille réserve naturelle du Zingaro fut la première réserve de Sicile, fondée en 1981. Elle est devenue la grande curiosité du golfe, fréquentée par des amoureux de la nature et des amateurs de plein air, italiens comme étrangers, de plus en plus nombreux.
Crique située dans la réserve naturelle du Zingaro, Sicile

5. Stromboli

Expérience incontournable pour les amoureux de la nature et les volcanologues amateurs, l’ascension du Stromboli est strictement réglementée depuis 2005. On ne peut pas monter sans guide au-delà de 400 m d’altitude. Des randonnées encadrées partent tous les jours, afin d’arriver au sommet (924 m) pour admirer le coucher du soleil et l’activité volcanique pendant 45 minutes.
Le Stromboli, volcan situé sur les îles Éoliennes, Sicile

6. Valle dell’Anapo

Pour découvrir une campagne sauvage et préservée, visitez la Valle dell’Anapo (vallée de l’Anapo), une profonde gorge de calcaire. Une fois au fond, vous pouvez laisser votre voiture près de la cabane de la Commission forestière et marcher à travers bois, une promenade facile ; les sentiers signalés “B” sont un peu plus ardus.

Vallee dell'Anapo, Nécropole de Pantalica, Sicile

7. Réserve naturelle de Torre Salsa

À environ 5 km à l’ouest de Realmonte, vous pourrez marcher dans la réserve naturelle Torre Salsa, gérée par le WWF, où des sentiers bien balisés offrent des vues panoramiques sur les montagnes et la côte alentour. La superbe plage Torre Salsa, accessible par l’entrée nord de la réserve, est idéale pour se détendre.
Source : Lonely Planet