Comment s’habiller pour la randonnée en montagne en hiver

S’habiller pour faire une randonnée en raquettes, faire du ski ou observer des aurores boréales .

Après les conseils pour bien s’équiper pour une randonnée ou un trek  en été …. voici des conseils pour s’habiller confortablement pour une randonnée en montagne ou un voyage au pole nord et de ne pas ressentir le froid.

Comment ne pas avoir froid au sommet d’ une montagne ou lors d’ une balade ? question récurrente qui revient très souvent avant un voyage en terre nordique ou pour une semaine à la montagne !

Le choix des vêtements et des équipements est une étape primordiale pour pouvoir ensuite profiter sereinement des plaisirs que nous offre la nature en période hivernale.

Appliquer le principe des 3 couches

C’est simple mais primordial, pour le confort .

La 1er couche :

Appelé sous vêtements technique ou sous vêtements thermique, il est composé de 2 pièces, un pantalon et d’un tee-shirt à manche courte ou longue généralement composé de tissus en polypropylène, chlorofibre, polyester, acrylique, elle permet l’évacuation de la sueur en séchant rapidement et de garder votre peau au sec et ainsi éviter la sensation de froid .

La 2eme couche : couche intermédiaire ou d’isolation

Cette couche à pour but d’isoler, c’est-à-dire de retenir la chaleur de votre corps du mieux possible. Et d’emprisonner de l’air autour de votre corps, les vêtements synthétiques de type polaire sont de loin les plus couramment utilisés. Ils ont l’avantage de protéger du froid même quand ils sont humides, de transférer l’humidité vers la couche externe et de sécher plus rapidement

Pour cette couche il faut favoriser une couche qui évacue bien la transpiration, sèche rapidement et garde ses propriétés isolantes même humide pendant l’effort. A l’arrêt, une couche plus chaude est conseillée – préférablement respirante pour continuer à évacuer la transpiration accumulée pendant l’effort.

Une bonne polaire fait l’affaire .

La 3éme couche dite la couche de protection .

La veste ou parka, elle a pour but de protéger du vent et de l’humidité extérieure (pluie, brouillard, neige…), et d’évacuer la transpiration . Le but premier de la couche externe est d’être imperméable et coupe-vent pour empêcher l’humidité extérieure de rentrer et éviter les déperditions de chaleur à cause du vent. Son second rôle est aussi d’évacuer la transpiration.

Généralement de type Gore-Tex pour  la veste et le pantalon

La couche imperméable est toujours laminée à l’intérieur du vêtement, car elle est fragile sur le plan mécanique. Le tissu externe assure la protection contre les agressions extérieures (abrasions…). Un revêtement interne (tissu ou polymère) protège l’enduction ou la membrane des frottements à l’intérieur du vêtement. Cela veut dire, qu’en cas de pluie prolongée, le tissu extérieur sera à la longue saturé d’eau : le vêtement sera beaucoup moins respirant, et sera très peu isolant. L’exception à cette règle étant le ciré de marin.

Aujourd’hui la plupart des vestes sont réellement imperméables, les critères de choix se portant plus sur la respirabilité comme les vestes pour homme de la marque Eider

La protection des jambes

Le randonneur peut utiliser un sur-pantalon imper- respirant, la plupart du temps, un pantalon comportant du synthétique séchant vite permet de limiter l’inconfort. On trouve aussi de très bon pantalon stretch et déperlant bien adapté aux conditions plus froides

En hiver et en montagne pour le ski par contre, les jambes peuvent être habillées avec le système des couches. Un collant chaud suivi d’un surpantalon ou d’un pantalon déperlant, voir même un couche chaude supplémentaire.

En résumé, on met 3 couches, la première pour évacuer correctement la transpiration, la seconde pour se tenir au chaud et la dernière pour s’isoler de l’extérieur et notamment faire barrière à la pluie, au vent, et autres intempéries. Après le système des 3 couches est surtout un concept qu’il faut comprendre. Dans beaucoup de situations (en mouvements, après un effort ou à l’arrêt) il faudra l’adapter au condition météo, aux vents, à la températures, et à votre ressenti .

Des pantalons de ski ou de randonnée

Pour plus de facilité, le code suivant est utilisé :

  • 1 – fonction couche de base
  • 1F – fonction couche de base par temps froid (hiver)
  • 2E – fonction couche chaude à l’effort
  • 2A – fonction couche chaude à l’arrêt
  • 2EF – fonction couche chaude à l’effort par temps froid (hiver)
  • 2AF – fonction couche chaude à l’arrêt par temps froid (hiver)
  • 3V – fonction couche externe de protection contre le vent
  • 3D – fonction couche externe de protection déperlante
  • 3T- fonction couche externe de protection contre tout les éléments.

Et après on oublie pas : les gants, les chaussures et le bonnet !

Même principe pour les gants, il existe des sous-gants fins et légers idéal pour les activités durant la journée et bien sûr des gants dans lesquels vous devrez être très à l’aise pour que lair circule et chauffe, et imperméable idéalement en Gore-tex .

Pour vos pieds :

Ne pas négligez les chaussettes, on peut mettre un paire de chaussette de sport , puis des chaussettes montant de ski par dessus .

Des bottes imperméables ( ou après-ski chauds et confortable ) ou des chaussures de randonnée en gore tex avec des semelles isolantes.

    6 villes à découvrir cet hiver

    Le remède à la dépression saisonnière est simple : il prend la forme d’un billet d’avion avec, inscrite dessus, une destination qui dépote. Voici 6 villes qui peuvent illuminer votre hiver.

    Escapades festives et romantiques à Vienne

    L’ancienne capitale des Habsbourg paraît avoir toute l’année attendu l’hiver pour pouvoir enfin se livrer à ses jeux favoris : bals échevelés et concerts grandioses (ceux du Nouvel an, au Staatsoper et au Musikverein, sont probablement à l’heure déjà complets, mais il y a mille autres lieux où encore tenter votre chance), marchés de Noël littéralement impériaux, face notamment au château de Schönbrunn, et festins dantesques dans les Heurigen. Car, avant d’être une destination inlassablement romantique et nostalgique, Vienne est avant tout une ville où la qualité de vie est simplement l’une des plus exceptionnelles du monde : on y danse, on y boit (Vienne est à la tête, rappelons-le, du plus grand vignoble urbain au monde) et on y mange comme nulle part ailleurs. L’hiver semble la faire redoubler d’ardeur dans tous ces sports. Que ce soit au Naschmarkt, véritable pépinière culinaire à ciel ouvert de la ville, ou dans l’un des fabuleux restaurants de la nouvelle scène gastronomique viennoise, vos papilles vous remercieront. Bref, à deux heures de vol de Paris, c’est un véritable festival qui vous attend.

    Rathaus (hôtel de ville) à Vienne

    Dubaï, capitale urbain du XXIè siècle,

    Il vous faudra certes plus de deux heures pour vous y rendre, mais si vous avez du temps devant vous, l’hiver est LA saison pendant laquelle découvrir Dubaï. Pour une raison très simple : les températures y sont les plus « douces » – c’est-à-dire 25°C en moyenne. Ce sera donc un excellent remède aux engelures, mais aussi le meilleur moment pour profiter, sans étouffer, des merveilles de cet incroyable laboratoire urbanistique qu’est aujourd’hui Dubaï, entre invraisemblables gratte-ciels dominés par la plus haute tour du monde, Burj Khalifa, et îles artificielles aux formes aussi extravagantes que poétiques (un palmier, le monde…). Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est aussi le moment où les hôtels pratiquent les tarifs les plus abordables (les pics touristiques ont lieu en mars-avril et en octobre-novembre) ! Si vous craignez de ne trouver que du sable et des tours en verre, détrompez-vous : les abras, les bateaux-taxis traditionnels du port, vous feront découvrir la ville à un autre rythme, et sous un autre jour.

    Skyline de Dubaï au crépuscule

    Stockholm : la capitale du Grand Nord

    Si vous préférez, à l’inverse, jouer à fond la carte de la tradition nordique, rendez-vous à Stockholm, surtout si vous y arrivez fin décembre : processions à la bougie, marchés de Noël et patinoires à ciel ouvert rythment les (très) courtes journées sur les 14 îles de la capitale suédoise. Le plus grand marché de Noël de la ville a pour écrin un village un musée à ciel ouvert, Skansen, qui vous plongera dans la vie d’un village suédois de la fin du XIXè siècle ! Attention : le point d’orgue des célébrations de fin d’année, en Suède, est le 24 décembre, pour le Julafton… mais, rassurez-vous, vous aurez tout de même de mémorables feux d’artifices se reflétant dans les eaux glacées de Stockholm à la Saint-Sylvestre. Le début d’année permet à la ville d’offrir son visage le plus avant-gardiste et raffiné, le seul mois de février voyant se succéder à Stockholm de grands raouts culturels, parmi lesquels le Stockholm Furniture Fair, salon de design immobilier durant cinq jours, et Market, qui fait la part belle à l’art contemporain (rappelez-vous également que le métro de Stockholm est surnommé le plus « long musée du monde » car presque toutes ses stations recèlent des œuvres d’art).

    Stockholm en hiver

    Venise intemporelle

    On aime beaucoup Venise, mais force est de constater qu’il peut être difficile d’en savourer pleinement le charme lorsqu’il s’agit de battre le pavé au milieu de centaines de milliers de touristes, sans parler des embouteillages sur les canaux, entre gondoles et vaporettos pris d’assaut. Une seule solution pour avoir la Sérénissime (presque) pour vous seul(s) : l’hiver. De fin janvier à mars, la ville est spectaculairement moins fréquentée ; mais son seul attrait en hiver ne se réduit pas à ce dépeuplement touristique, bien au contraire. La brume qui s’élève des canaux, le pavement des ruelles qui se met à briller, et – si vous avez de la chance – la neige qui s’invite, donnent à ce décor des airs irrésistiblement envoûtants, faisant d’une simple promenade une succession de tableaux hors du temps. Evidemment, il y a deux notables exceptions à ce luxe de solitude : le Nouvel An, et le Carnaval. Là, c’est l’inverse, il y a foule. Mais comme tout le monde est réuni pour la même raison festive et s’abreuve – durant le Carnaval – à la fontaine à vins, dans un froufrou de velours et de masques, on en oublie les températures fraîches ! Cette année, le Carnaval aura lieu du 18 au 28 février.

    Gondoles enneigées à Venise

    Lisbonne : le charme et la douceur du Portugal

    Et puisqu’on en est à parler carnaval, celui de Lisbonne vous promet un moment tout aussi mémorable, quoique foncièrement différent : les airs de samba ont débordé de l’ancienne colonie brésilienne et les costumes sont volontiers plus dénudés. Il faut dire, ici, que l’exception climatique de Lisbonne en Europe est complice : la ville est située dans une zone à la fois atlantique et méditerranéenne, lui assurant une température moyenne de 13°C en hiver. Si vous voulez échapper aux grands froids tout en vous régalant de Pastéis de Belém puis en flânant dans les travessas de l’Alfama, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Et si, par hasard, vous aimez tutoyer la vague, sachez également que l’hiver est la meilleure saison pour surfer sur les côtes portugaises : depuis Lisbonne, une paire d’heures vous séparent de plages désertes sur lesquelles viennent se jeter des vagues aussi grandes que constantes. Température moyenne de l’eau en hiver : 17°C.

    Rue de Lisbonne

    New York : la ville qui ne dort jamais

    Vous connaissez le surnom de New York : la ville qui ne dort jamais. A plus forte raison, elle n’hiberne pas non plus. Si vous vous morfondez en hiver et cherchez une destination qui vous réveille, prenez vos billets pour NYC, d’autant plus qu’hormis pour les fêtes de fin d’année, l’hiver est la période creuse pour les lignes aériennes ! Une fois sur place, vous risquez, il est vrai, de vous retrouver face à une ribambelle d’enfants, d’ânes et de moutons lors de la Three King Parade dans East Harlem, ou en plein dans la commémoration de la lutte pour les droits civiques des Afro-Américains lors de la Martin Luther King Jr Parade. Le tout, très probablement, sous la neige (pour l’éloge de New York en hiver, reportez-vous à Tout le monde dit I love you, de Woody Allen…) ; si toutefois les températures, probablement négatives, vous sont trop rudes, entre le Musée Guggenheim, les dinosaures du Museum ou l’Empire State Building, la liste d’endroits incroyables où trouver refuge ne fait que commencer ! Si vous partez pour New York pour la fin de l’année, ne manquez pas ces deux autres incontournables que sont le sapin géant du Rockefeller Center et le compte à rebours géant de Times Square.

    Gapstow Bridge, Central Park, New York




      Laponie : 10 expériences à vivre cet hiver

      La fin de l’hiver approche, laissez-vous tenter par des expériences certes vivifiante mais à vous couper le souffle en Laponie. Cette région qui s’étend sur quatre pays, la Norvège, la Suède, la Finlande et la presqu’île de Kola en Russie, offre une gamme fascinante de paysages, de cultures et d’activités à découvrir.  Idéal de Février à fin Mars.

      1. Kiruna, son ambiance de ville américaine et son ice hotel

      Commencez par atterrir à Kiruna. Cette petite ville d’une vingtaine de milliers d’habitants vit au rythme de sa mine de fer (la plus grande au monde !). Avec ses gros 4×4 qui sillonnent les rues et ses passages réguliers de Hell’s Angels, Kiruna a des allures de ville américaine. Point de départ d’un road-trip sami, elle n’est qu’à une quinzaine de kilomètres du fameux Ice Hotel de Jukkasjärvi. En plus de l’expérience glaciale, le village donne sur un lac magnifique, possède une église en bois luthérienne qui nous donnerait presque envie d’aller à la messe et un petit musée Sami très sympathique où des rennes vivent en permanence.
      Renne à Kiruna, Laponie

      2. Goûter au steak de renne

      Dans la culture laponne, rennes et Samis sont indissociables. Depuis 10 000 ans, les derniers élèvent les premiers pour leur viande, leur fourrure et leur peau qu’ils utilisent pour fabriquer les tentes traditionnelles (lavo) et les tambours chamaniques. Tendre, savoureuse et très peu grasse, la viande de renne fait d’excellents steaks. Privilégiez le à la sauce d’airelles, recette lapone typique !

      3. Surfer aux Lofoten

      L’Archipel de Lofoten, au nord-ouest de la Norvège est d’une beauté dramatique avec ses fjords, lacs, forêts, bras de mer, petits ports et maisons en bois de toutes les couleurs, raffinnées et impeccables. Les amoureux de sport de glisse pourront surfer sur les vagues de la mer de Norvège à Unstad où une école de surf (la plus proche au monde du pôle nord) est ouverte toute l’année dans un paysage de rêve : un village coincé entre deux montagnes qui se jettent dans la mer donnant sur une plage déserte et magnifique.
      Unstad, Lofoten, Norvège

      4. Randonnée et trekking le long de la Kungsleden (la Voie Royale)

      Créée il y a un bon siècle par le Svenska Turistföreningen (STF), équivalent du Club Alpin français, la Kungsleden (la Voie Royale) est un parcours de 440 kilomètres qui part de Hemavan au Sud jusqu’à Abisko au Nord. La partie la plus populaire s’étend de Nikkaluokta (environ 45 minutes de route à l’ouest de Kiruna) à Abisko en passant par la plus haute montagne de Suède, le Kebnekaise (2 106 m). Cette partie longue de 110 kilomètres offre un éventail de paysages époustouflants : toundra, forêts de bouleaux, grands lacs, cascades, rivières, glaciers, montagnes et canyons. Comptez une semaine de marche et préparez-vous à des rencontres animalières et humaines sympathiques dans les refuges qui bordent le chemin (environ tous les 20 kilomètres).
      Kebnekaise national park, Suède

      5. Les aurores boréales

      La Laponie est aussi l’endroit idéal pour s’émerveiller devant une aurore boréale. Le magnétisme des pôles attire les particules solaires qui s’embrasent au contact de la couche supérieure de l’atmosphère, l’ionosphère. Un embrasement qui créé ces fameuses aurores boréales, fulgurances lumineuses aux couleurs dans des drégadés de vert (mais qui peuvent également prendre toutes celles du spectre). Pour vous donner toutes les chances de voir les plus belles aurores, partez entre fin septembre et fin mars. Quant aux endroits, Lofoten et toute la région de Tromsö sont de très bons spots en Norvège. La Aurora Sky Station, dans le parc national d’Abisko, est l’un des meilleurs endroits au monde (900 m d’altitude) pour observer les aurores. Quant à la Finlande, L’Urho Kekkonen National Park, et particulièrement la région d’Ivalo avec ses paysages enneigés, offrent des spots d’observation de toute beauté.

      6. S’imprégner de la culture Sami

      Rien de tels que les festivals pour vous imprégner de cette culture nomade et chamanique en osmose avec la nature. Des festivals, comme celui d’Isogaisa en Norvège autour du troisième week-end d’août, vous permettront de vous familiariser avec les pratiques chamaniques grace à des cérémonies autour du feu dans les Lavo (tentes traditionnelles). Celui de Kautokeino, le Sami Easter Festival, se déroule au moment de Pâques et est le festival de musique sami le plus important de Laponie. On y chante des Joïks, chants guturaux traditionnels, accompagnés de tambours samis… Un vrai “Eurovision” version lapon !
      Festival d'Isogaisa, Norvège

      7. Faire du ski en Laponie finlandaise

      Vous en avez marre des stations de ski des Alpes ou des Pyrénnées, avez envie de dépaysement mais aussi de sports de neige ? Les stations laponnes de Finlande, telles que Ylläs et Levi sont des petits trésors de calme et de beauté. Truffées de chalets en bois, au milieu de sapins touffus, elles ne sont qu’à environ 700 m d’altitude. Elles offrent cependant un bon choix de pistes et sont connues pour leur ambiance familiale, leur côté relax et à des années-lumière du “m’as-tu vu” de certaines stations des Alpes. En plein hiver, quand le soleil ne brille que très peu de temps par jour, les pistes sont éclairées artificiellement.

      8. Les safaris lapons : motoneige, rennes ou chiens de traineaux

      Pour ceux qui préfèrent la découverte de grands espaces sauvages, la Laponie offre pléthore d’options et de parcours, aussi bien en Finlande, qu’en Suède et en Norvège. À vous de choisir une formule qui vous convient : privilégiez le sport et la glisse sur les lacs gelés ou à travers bois, découvrez la faune arctique ou laissez-vous tenter par la pêche sur les lacs gelés ou la visite d’igloos… Dans tous les cas, ne lésinez pas sur les dessous thermiques !
      Parcours en chiens de traîneaux, Laponie

      9. La Laponie en maillot de bains

      Et oui, n’oubliez pas votre maillot lors de votre voyage… Le sauna fait partie de la vie quotidienne en Laponie, notamment en Finlande. Véritable lieu de détente mais aussi de bavardage, on s’y purifie le corps comme l’esprit tout en parlant de tout et de rien. Les saunas sont partout, notamment à proximité des lacs, l’idée étant d’y retourner après quelques plongeons dans le lac ! Pour les amateurs de saunas moins “roots”, essayez les hôtels-spas comme celui de Kakslauttanen en Finlande au design étonnant : chaque chambre est un petit igloo de verre…

      10. Réaliser un rêve d’enfant : voir le Père Noël

      C’est dans le petit village de Rovaniemi en Finlande que vit le Père Noël ! Et vous pouvez le rencontrer, tous les jours (sauf les jours de pointe du 24 et 25 décembre). Le Père Noël reçoit dans sa maison. Installlé à son bureau, il vous écouvte énumérer la liste des cadeaux que vous voulez pour Noël. Vous pouvez aussi bien sûr lui donner votre lettre en main propre. La magie ne s’arrête pas à la rencontre avec petit papa Noël mais continue dans sa grotte, Santa Park, transformée en parc d’attraction… Bref, un retour dans la magie de l’enfance pour finir en beauté votre voyage lapon.