Hawaï : 7 expériences pour des souvenirs inoubliables

Au milieu de l’ Océan pacifique avec ses plages paradisiaques baignées par les alizés, une mer couleur turquoise, des  falaises grandioses, une  végétation luxuriante et la douceur du climat tropical : voici Hawai qui séduit les voyageurs dès le premier regard.

Point de rencontre entre l’Orient et l’Occident, le cinquantième État américain (l’Aloha State) possède une culture mixte, mêlant allégrement le hula et le disco, les feuilletons télévisés et les anciens mythes cosmogoniques, les hamburgers et la cérémonie du thé japonaise, les temples shintoïstes et les clubs de surf. Hawaï est bien l’un des plus beaux chapelets d’îles de tous les océans.

Tour en hélicoptère au-dessus du Volcan Kīlauea

Situé sur l’île d’Hawai’i, le Kīlauea n’est pas seulement le volcan le plus actif au monde, il est aussi le seul sur Terre à déverser sa lave directement dans la mer au moment où nous écrivons ces lignes. La lave rouge et brulante coule dans l’océan, faisant bouillir l’eau et vaporisant un panache de fumée. Regarder la lave se déverser dans l’océan depuis un hélicoptère vous offre une vue aérienne spectaculaire et vous fait vivre une expérience inoubliable.

Même si un tour d’hélicoptère au-dessus d’un volcan actif ne semble pas des plus romantiques, les jeunes mariés à la recherche de souvenirs inoubliables adoreront l’idée, et voler au coucher du soleil apportera une touche magique à l’expérience. L’agence Blue Hawaiian propose le « Circle of fire and waterfalls », un tour au-dessus du Kilauea, et vous fera survoler des forêts tropicales et des cascades d’eau en chemin. Le tour en hélicoptère dure 50 minutes et les prix commencent à partir de 202 dollars par personne.

www.bluehawaiian.com

Se baigner dans les chutes ‘Ōpaeka’a : Kau’a’i

Sur Kaua‘i se trouve le Mont Wai‘ale‘ale, une zone recouverte par une végétation incroyable, et il n’est pas étonnant de voir des chutes d’eau orner le versant de la montagne. Alors qu’atteindre certaines cascades requiert souvent une randonnée ardue, d’autres sont tout de même plus faciles à découvrir. La plus accessible de l’île est ‘Ōpaeka‘a Falls à Wailua, dans une zone toujours considérée comme sacrée. Préparez un copieux pique-nique et allez y passer quelques heures pour profiter du soleil et d’une baignade dans de vertigineuses cascades.

Randonnée à Diamond Head (Lē’ahi) et vue panoramique : O’ahu

Escaladez Diamond Head, l’un des symboles d’Hawai’i. Formé il y a plus de 100 000 ans, le cratère de 230 mètres était utilisé comme un point d’observation militaire stratégique tout au long du XXème siècle. De nos jours, c’est une destination célèbre pour la randonnée avec des vues panoramiques sur Waikīkī et Honolulu. Alors enfilez votre tenue de sport et préparez-vous pour de magnifiques paysages en chemin. Et si vous souffrez du décalage horaire, levez-vous de bonne heure pour admirer le lever du soleil sur la plage de Waikīkī.

www.dlnr.hawaii.gov

Escapade pittoresque sur la route de Hāna: Maui

Effectuer un road trip sur la route de Hāna est un incontournable pour quiconque se rend à Maui. Considéré comme l’un des meilleurs road trip à Hawai‘i, les touristes sont entrainés sur une route panoramique, bordée de falaises, qui passe par des forêts de bambous luxuriantes et des chutes d’eau vertigineuses. Les couples devraient s’arrêter aux nombreux stands de fruits frais postés le long de la route, monter le volume du ukulélé à la radio et se relaxer en admirant des paysages spectaculaires. Ne manquez pas le « Garden of Eden Arboretum and Botanical Garden », un espace de 10 hectares qui apparait dans la scène d’ouverture du film Jurassic Park.

Explorez la Vallée de Waipi’o à cheval : Île d’ Hawai’i

La Vallée de Waipi’o est l’un des plus beaux endroits sur l’île d’Hawai‘i, avec ses points de vues magnifiques, ses chutes d’eau vertigineuses et sa plage de sable noir. Pour les adeptes du romantisme, réservez une balade à cheval dans la vallée de Waipi’o, et partez à la découverte de ses paysages. Les écuries de Na’alapaau Ranch de Kahua offre une excursion de deux heures et demi qui mène les visiteurs au cœur de la vallée, avec des prix à partir de 94 dollars par personne.

http://www.naalapastables.com

Faites une promenade romantique à Pu’u Pehe ‘Sweetheart Rock’: Lāna‘i

Les couples qui visitent Lāna‘i doivent absolument se promener à Pu’u Pehe, également appelé par les locaux Sweetheart Rock. La légende de Pu‘u Pehe raconte la mort de Pehe, la femme du guerrier Lāna‘i. Son mari, le cœur brisé et incapable de surmonter son chagrin, l’enterra au sommet de Pu‘u Pehe et sauta ensuite d’une hauteur de 25 mètres dans les vagues. Situé juste à côté du littoral sud, Pu‘u Pehe se trouve entre Manele Bay et Hulupo‘e Bay et à 45 minutes de marche du Four Seasons Resort de Manele Bay.

Admirer le coucher de soleil au-dessus des cocotiers: Moloka’i

Il n’y a rien de mieux que de se blottir l’un contre l’autre, tandis que les nuances roses et orange du soleil couchant illuminent le ciel. L’un des meilleurs spots pour admirer le coucher de soleil à Moloka‘i est Kapuaiwa Coconut Grove, l’une des dernières plantations royales de cocotiers à Hawai‘i. Admirer le ciel changer de couleur entre les cocotiers est une expérience inoubliable pour les couples.

Admirez le lever du jour sur Haleakalā : Maui

Se levant à plus de 3 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, le lever du jour depuis Haleakalā est décrit comme l’un des plus beaux au monde, car le soleil se lève au-dessus des nuages et peint le ciel de nuances de rose, de jaune et de orange. Pour avoir la chance de voir le jour se lever entre 3 et 7 du matin, les touristes devront réserver leur place. Pour réserver en ligne, rendez-vous sur recreation.gov.

 

 

    Budapest : Les meilleurs thermes de la ville

    Budapest est assis sur un patchwork de près de 125 sources thermales, et «prendre des bains» fait partie de la vie quotidienne. Aucun bain ne fonctionne comme sous l’époque romaine, mais certains sont un héritage de l’occupation turque, d’autres sont des merveilles d’Art Nouveau et il existe même des établissements modernes offrant tous les avantages. Le bain que vous choisissez est une question de goût et ce que vous cherchez exactement, qu’il soit amusant, un remède contre la gueule de bois ou un soulagement pour quelque chose de plus grave.

    Voici les conseils essentiels à garder à l’esprit lors de votre planification d’une visite dans les bains de Budapest, et notre sélection des meilleurs d’entre eux. Un regard à l’intérieur La disposition de la plupart des bains de Budapest est similaire: une série de piscines thermales intérieures, où les températures vont de chaud à chaud, avec des hammams, des saunas, une piscine à glace et des salles de massage. Certains possèdent des piscines extérieures avec des fontaines, des sprays et des bains à remous. Étant thermique, certains sont ouverts toute l’année. Selon l’heure et le jour de la semaine, les bains peuvent être réservés aux hommes ou aux femmes. Cependant, il y a généralement des journées mixtes et des bains – les bains Széchenyi dans City Park, par exemple – sont toujours ouverts aux hommes et aux femmes ensemble. Sur les jours de célibat ou dans les sections de même sexe, les hommes sont habituellement des pagnes à cordon et des vêtements de type garçon à la mode, bien que l’utilisation de maillots de bain augmente même pendant les jours d’un seul sexe. Vous devez porter un maillot de bain pendant les jours mixtes; Ceux-ci sont disponibles à la location. Certaines piscines requièrent même que les hommes utilisent un chapeau de bain; La plupart des piscines louent également des serviettes (1000Ft /3.25 €), mais vous disposez d’une «feuille» moins absorbante lorsque vous entrez dans la zone de repos. La plupart des bains offrent une gamme complète de traitements médicaux sérieux et des services plus indulgent tels que le massage (3800 / 5000Ft 12 €/17 € par 20/30 minutes), la pédicure (3500Ft /11 €) et le bain intrigant du vin rouge (8900Ft/29 €). Spécifiez ce que vous voulez lors de l’achat de votre billet.

    Bains Gellért

    Les bains que vous décidez de visiter est vraiment une question de choix, mais vous devriez certainement considérer ce qui suit.

    Bains Rudas

    Les thermes Rudas rénovés, avec une piscine octogonale, sont principalement des hommes seulement pendant la semaine, mais ont des soirées mixtes le week-end. le plus célèbre des bains turcs

    Bains Gellért

    Les bains Art Nouveau Gellért, ouverts aux hommes et aux femmes en tout temps, possèdent les plus belles piscines intérieures de la ville. Baignez-vous dans une cathédrale

    Széchenyi Baths

    Les somptueux Széchenyi Baths disposent de 15 thermes et trois piscines; La température de l’eau est de 38 ° C maximum. eau chaude dans un bâtiment en forme de gâteau de mariage

    Bains Veli Bej

    Ce vénérable bain turc, rénové en 2011, dispose de cinq bassins thermiques et des tuyaux d’argile d’origine pour le pompage de l’eau.  Quelque chose de vieux et quelque chose de nouveau

    Király Baths

    Les quatre piscines aux bains Király de l’époque ottomane sont très authentiques, mais nécessitent une rénovation; Ils sont ouverts aux hommes et aux femmes tous les jours. Ancien et très turc

    Bains de Lukács

    Les eaux des bains de Lukács sont destinées à guérir à peu près tout – de la déformation de la colonne vertébrale et de la luxation vertébrale à la carence en calcium.  Pour les fans de spa sérieux seulement

    Danubius Health Spa Margitsziget

    Les installations du Danubius Health Spa Margitsziget sur Margaret Island sont plutôt sans âme mais modernes, et le choix des traitements spéciaux et épique.




      Pourquoi visiter l’Iran ?

       

      Yazd, Iran

      L’Iran est un pays qui nous est quasiment inconnu, alors qu’il est accessible en cinq petites heures d’avion. Allons au-delà de la mauvaise image que nous avons de ce pays, car derrière le visage fermé des ayatollahs se cache un peuple d’une extraordinaire hospitalité et une culture millénaire. Voici les bonnes raisons de partir en Iran.

      La douceur de vivre persane

      Femme priant à Chiraz, Iran

      Les Iraniens sont un peuple raffiné. Malgré l’interdiction des mollahs, les grands poètes de l’âge d’or perse sont toujours admirés, et leurs tombeaux font l’objet d’un pèlerinage pour beaucoup d’Iraniens. Il n’est pas rare qu’un taxi ou qu’un commerçant puisse vous réciter un poème de Hafez, Saadi ou Ferdowsi, avec légèreté et profondeur. Lecture de poèmes, promenades dans les jardins persans, dégustation de thés… Cette douceur de vivre à l’iranienne est particulièrement saisissable à Shiraz.

      Jardin de Dolat Abad à Yazd, Iran

      Jardin de Dolat Abad à Yazd, Iran

      Le patrimoine culturel millénaire

      L’ancienne Perse abrite sur son sol les vestiges d’une civilisation millénaire. Le pays recense effectivement vingt sites inscrits au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO. Le site de Persépolis par exemple fait prendre la mesure de la puissance de ce que pouvait être l’Empire perse sous Darius I (550–486 av. J-C.), à l’époque où son territoire s’étendait de l’Égypte à l’Asie centrale. Les principaux sites sont concentrés à l’ouest du pays et peuvent aisément être visités au cours d’un seul et même voyage.

      Persépolis, Iran

      Persépolis, Iran

      La fenêtre géopolitique favorable… et précaire

      Après l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015, une grande partie des sanctions économiques internationales ont été levées. Le président Hassan Rohani, considéré comme un modéré, a œuvré pour l’ouverture et le réchauffement des relations avec l’Occident. 2017 s’annonce comme une année charnière. L’équilibre atteint sous les présidences de Barack Obama et de Hassan Rohani peut basculer avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump — ouvertement hostile à l’accord signé — et l’élection du futur président iranien prévue au mois de mai. C’est donc le moment où jamais d’aller visiter l’Iran !

      Savalan, volcan en Iran

      Savalan, volcan en Iran

      L’hospitalité des Iraniens

      Celle-ci est légendaire ! Que leur hôte se sente confortable est une priorité pour les Iraniens. Ce n’est pas obséquieux, cela ne se ressent jamais comme un effort. Tout est fait en finesse, les rapports sont fluides et chaleureux même avec le plus parfait inconnu. Beaucoup de voyageurs revenus d’Iran ont rapporté ces témoignages d’hospitalité. Celle-ci est d’autant plus vivace aujourd’hui que les Iraniens souffrent de leur mauvaise réputation à l’international. Dans le contexte politique actuel, qu’un étranger fasse la démarche de venir à leur rencontre, dans leur pays, les touche véritablement.

      Cuisine traditionnelle iranienne

      Cuisine traditionnelle iranienne

      Source Lonely Planet




        6 villes à découvrir cet hiver

        Le remède à la dépression saisonnière est simple : il prend la forme d’un billet d’avion avec, inscrite dessus, une destination qui dépote. Voici 6 villes qui peuvent illuminer votre hiver.

        Escapades festives et romantiques à Vienne

        L’ancienne capitale des Habsbourg paraît avoir toute l’année attendu l’hiver pour pouvoir enfin se livrer à ses jeux favoris : bals échevelés et concerts grandioses (ceux du Nouvel an, au Staatsoper et au Musikverein, sont probablement à l’heure déjà complets, mais il y a mille autres lieux où encore tenter votre chance), marchés de Noël littéralement impériaux, face notamment au château de Schönbrunn, et festins dantesques dans les Heurigen. Car, avant d’être une destination inlassablement romantique et nostalgique, Vienne est avant tout une ville où la qualité de vie est simplement l’une des plus exceptionnelles du monde : on y danse, on y boit (Vienne est à la tête, rappelons-le, du plus grand vignoble urbain au monde) et on y mange comme nulle part ailleurs. L’hiver semble la faire redoubler d’ardeur dans tous ces sports. Que ce soit au Naschmarkt, véritable pépinière culinaire à ciel ouvert de la ville, ou dans l’un des fabuleux restaurants de la nouvelle scène gastronomique viennoise, vos papilles vous remercieront. Bref, à deux heures de vol de Paris, c’est un véritable festival qui vous attend.

        Rathaus (hôtel de ville) à Vienne

        Dubaï, capitale urbain du XXIè siècle,

        Il vous faudra certes plus de deux heures pour vous y rendre, mais si vous avez du temps devant vous, l’hiver est LA saison pendant laquelle découvrir Dubaï. Pour une raison très simple : les températures y sont les plus « douces » – c’est-à-dire 25°C en moyenne. Ce sera donc un excellent remède aux engelures, mais aussi le meilleur moment pour profiter, sans étouffer, des merveilles de cet incroyable laboratoire urbanistique qu’est aujourd’hui Dubaï, entre invraisemblables gratte-ciels dominés par la plus haute tour du monde, Burj Khalifa, et îles artificielles aux formes aussi extravagantes que poétiques (un palmier, le monde…). Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est aussi le moment où les hôtels pratiquent les tarifs les plus abordables (les pics touristiques ont lieu en mars-avril et en octobre-novembre) ! Si vous craignez de ne trouver que du sable et des tours en verre, détrompez-vous : les abras, les bateaux-taxis traditionnels du port, vous feront découvrir la ville à un autre rythme, et sous un autre jour.

        Skyline de Dubaï au crépuscule

        Stockholm : la capitale du Grand Nord

        Si vous préférez, à l’inverse, jouer à fond la carte de la tradition nordique, rendez-vous à Stockholm, surtout si vous y arrivez fin décembre : processions à la bougie, marchés de Noël et patinoires à ciel ouvert rythment les (très) courtes journées sur les 14 îles de la capitale suédoise. Le plus grand marché de Noël de la ville a pour écrin un village un musée à ciel ouvert, Skansen, qui vous plongera dans la vie d’un village suédois de la fin du XIXè siècle ! Attention : le point d’orgue des célébrations de fin d’année, en Suède, est le 24 décembre, pour le Julafton… mais, rassurez-vous, vous aurez tout de même de mémorables feux d’artifices se reflétant dans les eaux glacées de Stockholm à la Saint-Sylvestre. Le début d’année permet à la ville d’offrir son visage le plus avant-gardiste et raffiné, le seul mois de février voyant se succéder à Stockholm de grands raouts culturels, parmi lesquels le Stockholm Furniture Fair, salon de design immobilier durant cinq jours, et Market, qui fait la part belle à l’art contemporain (rappelez-vous également que le métro de Stockholm est surnommé le plus « long musée du monde » car presque toutes ses stations recèlent des œuvres d’art).

        Stockholm en hiver

        Venise intemporelle

        On aime beaucoup Venise, mais force est de constater qu’il peut être difficile d’en savourer pleinement le charme lorsqu’il s’agit de battre le pavé au milieu de centaines de milliers de touristes, sans parler des embouteillages sur les canaux, entre gondoles et vaporettos pris d’assaut. Une seule solution pour avoir la Sérénissime (presque) pour vous seul(s) : l’hiver. De fin janvier à mars, la ville est spectaculairement moins fréquentée ; mais son seul attrait en hiver ne se réduit pas à ce dépeuplement touristique, bien au contraire. La brume qui s’élève des canaux, le pavement des ruelles qui se met à briller, et – si vous avez de la chance – la neige qui s’invite, donnent à ce décor des airs irrésistiblement envoûtants, faisant d’une simple promenade une succession de tableaux hors du temps. Evidemment, il y a deux notables exceptions à ce luxe de solitude : le Nouvel An, et le Carnaval. Là, c’est l’inverse, il y a foule. Mais comme tout le monde est réuni pour la même raison festive et s’abreuve – durant le Carnaval – à la fontaine à vins, dans un froufrou de velours et de masques, on en oublie les températures fraîches ! Cette année, le Carnaval aura lieu du 18 au 28 février.

        Gondoles enneigées à Venise

        Lisbonne : le charme et la douceur du Portugal

        Et puisqu’on en est à parler carnaval, celui de Lisbonne vous promet un moment tout aussi mémorable, quoique foncièrement différent : les airs de samba ont débordé de l’ancienne colonie brésilienne et les costumes sont volontiers plus dénudés. Il faut dire, ici, que l’exception climatique de Lisbonne en Europe est complice : la ville est située dans une zone à la fois atlantique et méditerranéenne, lui assurant une température moyenne de 13°C en hiver. Si vous voulez échapper aux grands froids tout en vous régalant de Pastéis de Belém puis en flânant dans les travessas de l’Alfama, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Et si, par hasard, vous aimez tutoyer la vague, sachez également que l’hiver est la meilleure saison pour surfer sur les côtes portugaises : depuis Lisbonne, une paire d’heures vous séparent de plages désertes sur lesquelles viennent se jeter des vagues aussi grandes que constantes. Température moyenne de l’eau en hiver : 17°C.

        Rue de Lisbonne

        New York : la ville qui ne dort jamais

        Vous connaissez le surnom de New York : la ville qui ne dort jamais. A plus forte raison, elle n’hiberne pas non plus. Si vous vous morfondez en hiver et cherchez une destination qui vous réveille, prenez vos billets pour NYC, d’autant plus qu’hormis pour les fêtes de fin d’année, l’hiver est la période creuse pour les lignes aériennes ! Une fois sur place, vous risquez, il est vrai, de vous retrouver face à une ribambelle d’enfants, d’ânes et de moutons lors de la Three King Parade dans East Harlem, ou en plein dans la commémoration de la lutte pour les droits civiques des Afro-Américains lors de la Martin Luther King Jr Parade. Le tout, très probablement, sous la neige (pour l’éloge de New York en hiver, reportez-vous à Tout le monde dit I love you, de Woody Allen…) ; si toutefois les températures, probablement négatives, vous sont trop rudes, entre le Musée Guggenheim, les dinosaures du Museum ou l’Empire State Building, la liste d’endroits incroyables où trouver refuge ne fait que commencer ! Si vous partez pour New York pour la fin de l’année, ne manquez pas ces deux autres incontournables que sont le sapin géant du Rockefeller Center et le compte à rebours géant de Times Square.

        Gapstow Bridge, Central Park, New York




          Laponie : 10 expériences à vivre cet hiver

          La fin de l’hiver approche, laissez-vous tenter par des expériences certes vivifiante mais à vous couper le souffle en Laponie. Cette région qui s’étend sur quatre pays, la Norvège, la Suède, la Finlande et la presqu’île de Kola en Russie, offre une gamme fascinante de paysages, de cultures et d’activités à découvrir.  Idéal de Février à fin Mars.

          1. Kiruna, son ambiance de ville américaine et son ice hotel

          Commencez par atterrir à Kiruna. Cette petite ville d’une vingtaine de milliers d’habitants vit au rythme de sa mine de fer (la plus grande au monde !). Avec ses gros 4×4 qui sillonnent les rues et ses passages réguliers de Hell’s Angels, Kiruna a des allures de ville américaine. Point de départ d’un road-trip sami, elle n’est qu’à une quinzaine de kilomètres du fameux Ice Hotel de Jukkasjärvi. En plus de l’expérience glaciale, le village donne sur un lac magnifique, possède une église en bois luthérienne qui nous donnerait presque envie d’aller à la messe et un petit musée Sami très sympathique où des rennes vivent en permanence.
          Renne à Kiruna, Laponie

          2. Goûter au steak de renne

          Dans la culture laponne, rennes et Samis sont indissociables. Depuis 10 000 ans, les derniers élèvent les premiers pour leur viande, leur fourrure et leur peau qu’ils utilisent pour fabriquer les tentes traditionnelles (lavo) et les tambours chamaniques. Tendre, savoureuse et très peu grasse, la viande de renne fait d’excellents steaks. Privilégiez le à la sauce d’airelles, recette lapone typique !

          3. Surfer aux Lofoten

          L’Archipel de Lofoten, au nord-ouest de la Norvège est d’une beauté dramatique avec ses fjords, lacs, forêts, bras de mer, petits ports et maisons en bois de toutes les couleurs, raffinnées et impeccables. Les amoureux de sport de glisse pourront surfer sur les vagues de la mer de Norvège à Unstad où une école de surf (la plus proche au monde du pôle nord) est ouverte toute l’année dans un paysage de rêve : un village coincé entre deux montagnes qui se jettent dans la mer donnant sur une plage déserte et magnifique.
          Unstad, Lofoten, Norvège

          4. Randonnée et trekking le long de la Kungsleden (la Voie Royale)

          Créée il y a un bon siècle par le Svenska Turistföreningen (STF), équivalent du Club Alpin français, la Kungsleden (la Voie Royale) est un parcours de 440 kilomètres qui part de Hemavan au Sud jusqu’à Abisko au Nord. La partie la plus populaire s’étend de Nikkaluokta (environ 45 minutes de route à l’ouest de Kiruna) à Abisko en passant par la plus haute montagne de Suède, le Kebnekaise (2 106 m). Cette partie longue de 110 kilomètres offre un éventail de paysages époustouflants : toundra, forêts de bouleaux, grands lacs, cascades, rivières, glaciers, montagnes et canyons. Comptez une semaine de marche et préparez-vous à des rencontres animalières et humaines sympathiques dans les refuges qui bordent le chemin (environ tous les 20 kilomètres).
          Kebnekaise national park, Suède

          5. Les aurores boréales

          La Laponie est aussi l’endroit idéal pour s’émerveiller devant une aurore boréale. Le magnétisme des pôles attire les particules solaires qui s’embrasent au contact de la couche supérieure de l’atmosphère, l’ionosphère. Un embrasement qui créé ces fameuses aurores boréales, fulgurances lumineuses aux couleurs dans des drégadés de vert (mais qui peuvent également prendre toutes celles du spectre). Pour vous donner toutes les chances de voir les plus belles aurores, partez entre fin septembre et fin mars. Quant aux endroits, Lofoten et toute la région de Tromsö sont de très bons spots en Norvège. La Aurora Sky Station, dans le parc national d’Abisko, est l’un des meilleurs endroits au monde (900 m d’altitude) pour observer les aurores. Quant à la Finlande, L’Urho Kekkonen National Park, et particulièrement la région d’Ivalo avec ses paysages enneigés, offrent des spots d’observation de toute beauté.

          6. S’imprégner de la culture Sami

          Rien de tels que les festivals pour vous imprégner de cette culture nomade et chamanique en osmose avec la nature. Des festivals, comme celui d’Isogaisa en Norvège autour du troisième week-end d’août, vous permettront de vous familiariser avec les pratiques chamaniques grace à des cérémonies autour du feu dans les Lavo (tentes traditionnelles). Celui de Kautokeino, le Sami Easter Festival, se déroule au moment de Pâques et est le festival de musique sami le plus important de Laponie. On y chante des Joïks, chants guturaux traditionnels, accompagnés de tambours samis… Un vrai “Eurovision” version lapon !
          Festival d'Isogaisa, Norvège

          7. Faire du ski en Laponie finlandaise

          Vous en avez marre des stations de ski des Alpes ou des Pyrénnées, avez envie de dépaysement mais aussi de sports de neige ? Les stations laponnes de Finlande, telles que Ylläs et Levi sont des petits trésors de calme et de beauté. Truffées de chalets en bois, au milieu de sapins touffus, elles ne sont qu’à environ 700 m d’altitude. Elles offrent cependant un bon choix de pistes et sont connues pour leur ambiance familiale, leur côté relax et à des années-lumière du “m’as-tu vu” de certaines stations des Alpes. En plein hiver, quand le soleil ne brille que très peu de temps par jour, les pistes sont éclairées artificiellement.

          8. Les safaris lapons : motoneige, rennes ou chiens de traineaux

          Pour ceux qui préfèrent la découverte de grands espaces sauvages, la Laponie offre pléthore d’options et de parcours, aussi bien en Finlande, qu’en Suède et en Norvège. À vous de choisir une formule qui vous convient : privilégiez le sport et la glisse sur les lacs gelés ou à travers bois, découvrez la faune arctique ou laissez-vous tenter par la pêche sur les lacs gelés ou la visite d’igloos… Dans tous les cas, ne lésinez pas sur les dessous thermiques !
          Parcours en chiens de traîneaux, Laponie

          9. La Laponie en maillot de bains

          Et oui, n’oubliez pas votre maillot lors de votre voyage… Le sauna fait partie de la vie quotidienne en Laponie, notamment en Finlande. Véritable lieu de détente mais aussi de bavardage, on s’y purifie le corps comme l’esprit tout en parlant de tout et de rien. Les saunas sont partout, notamment à proximité des lacs, l’idée étant d’y retourner après quelques plongeons dans le lac ! Pour les amateurs de saunas moins “roots”, essayez les hôtels-spas comme celui de Kakslauttanen en Finlande au design étonnant : chaque chambre est un petit igloo de verre…

          10. Réaliser un rêve d’enfant : voir le Père Noël

          C’est dans le petit village de Rovaniemi en Finlande que vit le Père Noël ! Et vous pouvez le rencontrer, tous les jours (sauf les jours de pointe du 24 et 25 décembre). Le Père Noël reçoit dans sa maison. Installlé à son bureau, il vous écouvte énumérer la liste des cadeaux que vous voulez pour Noël. Vous pouvez aussi bien sûr lui donner votre lettre en main propre. La magie ne s’arrête pas à la rencontre avec petit papa Noël mais continue dans sa grotte, Santa Park, transformée en parc d’attraction… Bref, un retour dans la magie de l’enfance pour finir en beauté votre voyage lapon.




            Découvrir Malte

            L’essentiel pour un voyage à Malte

            Port de Marsaxlokk, Malte

            Des temples préhistoriques, des falaises parsemées de fossiles, des criques  charmantes et abritées, des spots de plongée exceptionnels et une histoire passionnante : découvrez les îles maltaises ! Dans cet archipel bat le cœur de la Méditerranée.

            Une visite de La Valette, capitale baroque flamboyante

            La Valette, capitale de Malte, date de 1566, c’est une ville remarquable inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, un véritable musée à ciel ouvert. Sa répartition harmonieuse sous forme de quadrillage permet une exploration facile. Ses habitations, élevées et gracieuses, se reconnaissent à leurs balcons typiques qui semblent leur conférer un poids peu commun.  Ses monuments et ses églises sont des bijoux d’art baroque.  Son relief digne des montagnes russes nous offre des vues saisissantes sur les axes urbains, les ruelles étroites et l’horizon marin.

            Vue aérienne de La Valette

             Une excursion en bateau dans des eaux cristallines

            L’un des plus grands plaisirs que propose Malte est de fendre l’azur de la mer méditerranée qui entoure les îles. Car c’est bien en bateau que l’on profite des plus beaux points de vue sur les étonnantes structures côtières de Malte : les cavernes spectaculaires de la Grotte Bleue et les formations extraordinaires de Dwejra sur l’île de Gozo. Les excursions autour de Gozo et Comino permettent de contempler sous tous les angles cette remarquable beauté naturelle, notamment les eaux claires et irisées du Blue Lagoon. Ou, pour découvrir un avant-goût de toutes ces splendeurs, les excursions autour de l’île mettent en valeur des falaises impressionnantes sculptées par la mer, les criques mystérieuses et les rutilantes stations balnéaires.

            Blue Lagoon, Malte

            Un repas de poissons dans le village typique de Marsaxlokk

            Chaque dimanche, le petit village côtier de Marsaxlokk entre en effervescence. La population locale et les touristes se pressent pour arpenter le marché aux poissons très animé où se vendent toutes les douceurs de la mer, des bars rayés aux jeunes requins. Le port regorge de bateaux de pêche colorés qui exhibent l’oeil peint d’Osiris, selon une tradition réputée qui remonte à l’époque phénicienne. Le front de mer, qui offre aux palais affamés des spécialités de poissons servies dans d’excellents restaurants, est l’endroit idéal pour un long déjeuner aux allures de farniente. Ce pourrait bien être l’une des activités favorites en ce lieu, pour les insulaires comme pour les touristes.

            Une promenade dans les ruelles médiévales de Mdina

            Perchée au sommet d’une colline, l’ancienne capitale de Malte est une cité médiévale fortifiée qui abrite de ravissantes maisons aux couleurs de miel. Ses bastions offrent une vue sensationnelle sur toute l’île et l’horizon marin. Véritable trésor recelant musées, objets artisanaux et églises (notamment la cathédrale de Malte), la mystérieuse Mdina exerce également son attrait la nuit, quand les devantures sont closes, les rues dépeuplées et les lumières tamisées. Promenez-vous une fois que la foule a déserté les lieux et vous comprendrez pourquoi elle se nomme la « ville silencieuse ».

            Un saut de 7 000 ans dans le passé

            Classés au patrimoine mondial de l’Unesco, les Temples de Hagar Qim et de Mnajdra remontent à l’an 3200 avant J.-C. et figurent parmi les sites les plus enchanteurs de Malte, en partie grâce à leur situation à couper le souffle. Ils sont en effet bâtis en bordure de falaises côtières que le printemps tapisse de fleurs sauvages. La vue sur la mer est exceptionnelle, tout comme le paysage qui offre au regard le lointain îlot de Filfla. La campagne environnante se laisse découvrir au gré des sentiers naturels balisés.

            Hagar Qim temple

             S’égarer dans les ruelles de BIrgu, petite ville portuaire de Malte

            Connue localement sous le nom de Birgu qu’elle portait avant le grand siège de 1565, Vittoriosa est la plus fascinante des trois cités. Cette petite ville, juchée sur son étroite langue de terre, jouit d’une vue imprenable de tous côtés et s’enorgueillit de rues anciennes admirablement préservées. Elle fut le berceau des chevaliers de Saint-Jean, mais n’en est pas le tombeau : c’est une agglomération au souffle bien vivant qui inspire un fort sentiment communautaire.  Jumelé avec le port de Saint-Tropez depuis 2012, la séduction est totale au cours du mois d’octobre, lorsque ses rues se parent de flammèches allumées à l’occasion du « Birgu aux chandelles ».

            Jouer au pirate sur l’île de Comino

            Cette île rocheuse aux dimensions modestes est ceinte d’un magnifique littoral. L’étude de son passé éclectique révèle qu’elle a hébergé un ermite ainsi qu’un camp de prisonniers. Elle fut vantée par Ptolémée et attire aujourd’hui un nombre impressionnant de visiteurs qui viennent admirer le site de Blue Lagoon (le lagon Bleu). Inspirant la sérénité, ce bassin marin est si bleu qu’il ressemble à une image aux couleurs saturées. L’impression est saisissante si vous parvenez à échapper à la foule (essayez de vous baigner tôt le matin). Comino est également l’endroit rêvé pour les balades à pied accessibles à tous. L’île est parsemée de chemins aboutissant à une tour de guet datant du XVIIe siècle et le sentier du littoral mène à l’unique hôtel de l’ile.

            Vue aérienne de Comina

            Une randonnée sur l’île de Gozo

            L’île qui jouxte Malte en est la réplique miniature et profite d’une atmosphère champêtre, notamment lorsqu’elle est couverte d’un tapis de fleurs sauvages au printemps. Parsemée de villages et d’églises massives, elle présente un relief caractérisé par des collines accueillantes, des falaises abruptes et un littoral rocheux spectaculaire. On peut voir le bleu azur de la méditerranée depuis presque tous les sites de l’île. Les routes y sont calmes et le paysage sillonné par des sentiers de randonnée, ce qui fait de cette île un endroit fantastique pour se promener. Les dimensions de l’île sont si modestes (elle fait environ 14 km de longueur) qu’il est possible de la parcourir presque intégralement en un jour seulement.

            Tour Xlendi, Malte

            Participer aux célébrations religieuses et traditionnelles

            Les iles de Malte sont truffées d’églises et des temples sont érigés à chaque coin de rue. Pâques et noël sont des périodes particulièrement propices au tourisme, bien qu’il y ait toujours quelque part une fête de village ou un autre événement majeur, comme un carnaval. La splendeur des manifestations religieuses est peu commune, à l’occasion du rassemblement des communautés qui exhibent des icônes saintes au cours de processions colorées. Jeune ou âgé, chacun est impliqué. les plus anciens sont accompagnés sur le pas de leur porte pour admirer la parade. de telles festivités ne constituent pas seulement un fantastique spectacle vivant, elles offrent également un aperçu inoubliable de la vie maltaise.

            Feu d'artifice maltais

             Partager un repas maltais avec les locaux

            La gastronomie maltaise compte l’un des meilleurs pains au monde – le ftira – souvent rempli d’un mélange irrésistible de thon, de tomates, d’olives et de cornichons. Les Pastizzi sont de petites parts de pâte filo fourrées à la ricotta ou à la purée de pois : c’est la quintessence de l’en-cas maltais. Les restaurants sont autant d’endroits pour déguster des plats locaux plus copieux, comme le lapin mijoté au vin rouge, la pieuvre farcie ou le ragoût d’escargots, accompagnés d’une bière Cisk maltaise ou d’un Kinnie sans alcool. Les recettes locales fusionnent les influences italiennes et turques. Goûter à ces mets dans un restaurant local animé est une délicieuse façon de découvrir une facette de la vie maltaise.

            Les plus belles plages de Malte et Gozo

            Sur les côtes de Malte et de Gozo, rochers et piscines naturelles alternent avec étendues de sable. Les plus belles plages de sable de Malte sont au nord ouest. Ailleurs, les rochers du front de mer de Sliema et les criques rocheuses de la côte sud-est sont de beaux points de baignade. Du côté de Gozo, les meilleures plages de sable se trouvent au nord-est et il existe de nombreuses baies et criques rocheuses au nord comme au sud. Découvrez-les toutes selon vos envies !

            Les plages idéales pour la baignade

            Le Lagon Bleu

            Magnifique crique abritée entre la pointe ouest de l’île et l’îlot inhabité de Cominotto (Kemmunett en maltais), le Blue Lagoon ensorcelle tant son sable est blanc et ses eaux transparentes. Peut-on imaginer une eau si bleue ? La pointe sud du lagon est délimitée par une corde pour interdire l’accès aux bateaux. Le site est idéal pour la baignade et le snorkeling.
            Blue Lagoon sur l'île de Comino, Malte

            St Peter’s Pool

            St Peter’s Pool est un lieu de baignade superbe : une piscine naturelle dans les rochers avec de vastes étendues plates pour bronzer. Suivez l’étroite route en direction du phare de Delimara et, juste après la cheminée de la centrale (à environ 1,5 km de la route principale), vous verrez un bâtiment bas sur la gauche avec un panneau indiquant “Peter’s Pool”.
            St Peter's pool, Malte

            Għar Lapsi

            Une petite crique dans les basses falaises calcaires a été reconvertie en piscine naturelle, avec des marches en pierre et des échelles en fer pour accéder à une eau d’un bleu limpide. Les habitants l’apprécient pour se baigner et pique-niquer, tout comme les plongeurs et les pêcheurs.
              Les plages maltaises de sable fin

            Golden Bay

            Sports nautiques, balades en bateau, farniente au soleil, cafés et restaurants : cette jolie baie sablonneuse a tout pour séduire les vacanciers. En dehors de l’imposant cinq-étoiles qui domine le rivage, le site reste relativement peu construit.

            Għajn Tuffieħa Bay

            Sans aucune construction et moins fréquentée, Għajn Tuffieħa Bay (“baie de la source des pommes”) est encore plus charmante que sa voisine Golden Bay. C’est une étendue de sable rouge-brun de 250 m de long, adossée à des pentes couvertes d’acacias et de tamaris.
            Għajn Tuffieħa Bay, Malte

            Ramla Bay

            Avec son sable roux-doré, Ramla Bay est l’une des plus belles plages de sable de Gozo. Les maigres vestiges d’une villa romaine se cachent au milieu des bambous derrière la plage, et la grotte de Calypso règne sur l’ensemble du haut de la colline à l’ouest.

            Ramla Bay, Malte

            Pour les adeptes de sports nautiques

            Mellieħa Bay

            Cette plage de fin sable blanc, aux eaux chaudes et peu profondes, se prête à la baignade et s’avère sans danger pour les enfants. La présence intrusive des skieurs, canoës, bananes gonflables, bateaux de parachutisme ascensionnel et planches à voile découragera toutefois les amateurs de calme. On peut louer sur place du matériel de planche à voile et de kitesurf.
            Mellieha bay, Malte

            Buġibba Beach

            La baie de Saint-Paul s’appelle ainsi car l’apôtre y aurait fait naufrage vers l’an 60. Malgré l’urbanisation, la vue sur les bateaux qui se balancent dans le port n’a rien perdu de son caractère pittoresque. La promenade de Qawra est d’une beauté resplendissante, et il y a des rochers d’où l’on peut se baigner.
            Buggiba beach, Malte

            Les plus secrètes et isolées

            Fomm ir-Riħ

            Fomm ir-Riħ (“la bouche du vent”) est la baie la plus isolée et la moins urbanisée de Malte. Par mauvais temps, elle peut être triste et morne, lorsque les rochers calcaires escarpés fusionnent avec les nuages et l’eau trouble. Mais par une belle journée d’été, l’endroit est magnifique, et il fait bon se baigner ou faire du snorkeling dans l’eau bleue et claire, au large des falaises sud.
            Baie de Fomm ir-Riħ, Malte

            Selmun (Imgiebah) Bay

            Pour fuir les touristes, direction cette baie bien cachée. De Mellieħa, prenez la route en direction du palais Selmun, mais tournez à gauche avant le palais au niveau de la chapelle Selmun (Notre-Dame-de-la-Rançon).

            Wied il-Għasri

            Un escalier étroit creusé dans la roche permet d’atteindre la minuscule plage de galets nichée dans l’étroite crique de Wied il-Għasri cernée par les falaises. C’est un lieu hautement pittoresque, où il fait bon nager et faire du snorkeling lorsque la mer est calme, mais à éviter par mauvais temps quand de grosses vagues viennent s’engouffrer dans la gorge étroite où se glisse la mer.

             Les plages aux plus beaux paysages

            Mġarr ix-Xini

            L’étroite crique bordée de falaises de Mġarr ix-Xini (“port des galères”) était à Gozo le grand port des chevaliers de Saint-Jean, gardé par des tours dont une est conservée, la Torri ta’ Mġarr ix-Xini. Il y a une minuscule plage de galets au fond de la crique. C’est un cadre magnifique pour nager et faire du snorkeling, idéal en semaine bien sûr.
            Mġarr ix-Xini, Malte

            SAN BLAS BAY

            Minuscule baie parsemée de rochers avec des poches de gros sable couleur rouille, San Blas est adossée à des champs en terrasses avec des haies de figuiers de Barbarie. Une piste très étroite et pentue y mène à pied (aller ou retour en Jeep 2,50 €/pers) au départ d’un tout petit parking en hauteur.

            Malte : manger et boire à la Maltaise

            Soupe de poisson maltaise

            Tout comme sa langue, la cuisine de l’archipel maltais est un surprenant mélange de saveurs. L’influence de ses occupants successifs – Italiens, Français, Britanniques et Arabes en particulier – se manifeste encore aujourd’hui. Mais si les habitants mangent local au quotidien, les restaurants servent les plats les plus divers, du hamburger gastronomique aux recettes exotiques ou fusion.

            Spécialités locales maltaises

            Pastizzi, pains et fromages

            Typique de Malte, le pastizz est un feuilleté fourré de ricotta ou de purée de petits pois, généralement servi chaud. Deux pastizzi font un solide et savoureux petit-déjeuner ou goûter. Comptez environ 0,30 € pièce. On les trouve dans la plupart des bars et dans de minuscules échoppes appelées pastizzeriji.
            Les boulangeries vendent le délicieux pain traditionnel, le ħobż. Élaboré comme du pain au levain, il utilise un reste de pâton de la veille pour faire lever les miches du jour. Vous le verrez sur les menus en tant que ħobż biż-żejt, soit des tranches de pain frottées de tomates mûres et d’huile d’olive jusqu’à devenir roses et parfumées, puis surmontées d’un mélange de thon, oignon, câpres, olives, ail, poivre noir et sel.
            Le ftira est un autre pain maltais traditionnel cuit sous forme de disque plat, avec lequel on confectionne de savoureux sandwichs garnis d’un mélange de tomates, olives, câpres, anchois, romarin et autres ingrédients.
            Gozo est réputée pour ses fromages, en particulier le ġbejniet, petit fromage dur et blanc traditionnellement fait avec du lait de brebis ou de chèvre cru. Il est souvent mariné dans de l’huile d’olive avec du sel et du poivre noir. Le meilleur est celui de Żebbuġ. Vous pourrez composer vos propres sandwichs avec du fromage et du ħobż ou du ftira.

            Soupes et pâtes

            Les soupes ont toujours eu une place de choix dans la cuisine maltaise, la cuisson de certains plats de viande se faisant traditionnellement dans un bouillon, consommé ensuite en entrée. Cette pratique s’est popularisée à une époque où nombre de foyers étaient dépourvus de four.
            L’aljotta, délicieuse soupe de poisson à base de tomates, de riz et de beaucoup d’ail, est celle qui figure le plus couramment à la carte. Au printemps, vous aurez peut-être l’occasion de goûter le kusksu, composé de fèves et de petites pâtes, qu’on sert souvent avec du ġbejniet (fromage de brebis), de la ricotta et un œuf au milieu.
            La soppa tal-armla signifie “soupe du veuf” (sans doute parce qu’elle est bon marché). Les ingrédients doivent être verts ou blancs : un goûteux mélange de choux-fleurs, d’épinards, d’endives et de petits pois, les protéines étant fournies par un œuf poché, un ġbejniet et un peu de ricotta.
            La minestra, une épaisse soupe de tomates, haricots, pâtes et légumes, ressemble à certaines versions du minestrone italien, en plus dense et plus orangée car elle contient du potiron.
            Autres plats d’influence italienne : les ravjul/ravjuletti, des raviolis fourrés de ricotta, parmesan et persil, et la timpana, une tourte de macaronis d’origine sicilienne (et apparentée au pastitsio grec) contenant fromage, œuf, bœuf haché, tomate, ail et oignon. Généralement préparée pour les grandes occasions, elle paraît parfois sur la carte des restaurants.

            Viandes maltaises

            Les Maltais affectionnent les plats de résistance roboratifs, tels que tourtes carnées, rosbif, agneau, porc, cailles et canard rôtis.
            La viande la plus typique reste toutefois le lapin (fenek). L’animal, introduit par les Normands, était un symbole de la répression féodale, car les chevaliers interdisaient aux paysans de les manger pour s’en réserver l’apanage. Comble d’injustice, les lapins ne se gênaient pas pour attaquer les cultures. Les Maltais ont eu l’occasion de se venger, car c’est devenu le mets le plus apprécié des insulaires, qu’il soit frit à l’huile d’olive, rôti, en ragoût, servi avec des spaghettis ou en tourte. Le fenek bit-tewm u l-inbid est un plat de lapin cuit à l’ail et au vin ; le fenek moqli, du lapin frit ; et le stuffat tal-fenek, du lapin en ragoût.
            Véritable festin, la fenkata commence habituellement par des spaghettis accommodés d’une sauce au lapin, suivis de morceaux de lapin frits. Il s’agit d’un plat de fête, consommé en particulier lors de L-Imnarja (29 juin), qui célèbre les saints Pierre et Paul. À cette occasion, les habitants pique-niquent dans les jardins de Buskett et le vin coule à flots (autrefois, les contrats de mariage stipulaient que le mari devait amener son épouse au L-Imnarja). Certains restaurants, tels le Ta’Marija à Mosta, proposent couramment de la fenkata.
            Les braġioli (paupiettes) sont de fines tranches de bœuf enveloppant une farce de viande, bacon, œuf dur, ail et persil, le tout revenu dans une sauce à la tomate et au vin rouge. La tigieja est un poulet rôti farci de bœuf, porc, jambon, œufs, persil et basilic. Le stuffat tal-Laham (ragoût de bœuf) mijote avec champignons, oignons, carottes et pommes de terre.
            Les savoureuses saucisses maltaises (zalzetta tal-malti), présentées sèches ou fraîches (et plus aillée), dénotent une influence britannique et portugaise.

            Fruits de mer

            Comme ailleurs en Méditerranée, les produits de la mer occupent une place importante dans la cuisine. Le lampuka (dorade coryphène) a la faveur des Maltais, notamment sous forme de tourte (torta tal-lampuki ou lampuki pie). On le prépare d’ordinaire avec tomates, oignons, olives noires, épinards, raisins secs et noix – mais il existe des recettes alternatives. Ċerna (mérou), pagru (dorade), dentiċi (dentex), spnotta (bar) et saint-pierre comptent aussi parmi les poissons fréquents sur les cartes des restaurants. Il n’y a pas de cabillaud en Méditerranée, les recettes maltaises utilisent donc souvent le bakkaljaw (morue). Poulpe et seiche agrémentent également les menus.

            Douceurs maltaises

            D’origine sicilienne, les kannoli ont été largement adoptés à Malte. Ces tubes de pâte frite farcis de ricotta, à laquelle on ajoute parfois des pépites de chocolat ou des fruits confits, sont meilleurs frais, car la pâte se détrempe avec le temps. Le mqaret est une pâtisserie frite, en forme d’amande, fourrée de dattes hachées parfumées d’épices – un régal avec de la glace à la vanille !
            Délicieusement tendre, le nougat maltais (qubbajt), aux amandes ou aux noisettes, est traditionnellement vendu les jours de festa (fête). Les qagħaq tal-għasel, anneaux de pâte légère au miel ou à la mélasse, sont servis avec le café.
            Qaghaq tal-Ghasel, spécialité maltaise

            Boissons à Malte

            Alcools locaux

            On trouve de tout dans les bars maltais, de la bière anglaise à la liqueur Galliano. L’archipel possède une longue tradition de brasserie, introduite par les Britanniques. La Cisk Lager et l’Hopleaf Ale sont de bonnes bières locales (à base de houblon importé), moins chères que les bières d’importation. La brasserie Lord Chambray, ouverte à Gozo en 2014, fabrique les bières artisanales San Blas (pale ale), Golden Bay (golden ale), Blue Lagoon (blanche belge) et Fungus Rock (brune).
            Les principaux acteurs de la scène viticole maltaise sont Camilleri Wines, Emmanuel Delicata, Marsovin, Meridiana et Maria Rosa Winery. Tous produisent des vins à base de cépages locaux, ainsi que quelques vins de “réserve spéciale” plus onéreux (merlot, cabernet sauvignon, chardonnay et sauvignon blanc) à base de raisin importé d’Italie. La qualité de ses crus, parfois excellents, est en constante progression. Les vignobles organisent des visites et des dégustations intéressantes ; consultez leur site Internet.
            Les liqueurs maltaises font de bons cadeaux. Celles de Zeppi sont à base de miel maltais, d’anis ou de figue de Barbarie. Le délicieux limunċell produit à Gozo (variante du limoncello italien, au citron) existe aussi à l’orange et à la mandarine.

            Boissons non alcoolisées

            Bien que potable, l’eau du robinet a un goût désagréable en raison d’un taux élevé de chlorure et de sodium.
            Tous les cafés servent de bons expressos à l’italienne et du thé à l’anglaise.
            On trouve partout des boissons fraîches sucrées. Kinnie, le soda maltais par excellence, dont les panneaux publicitaires sont omniprésents à Malte, se compose d’oranges amères et de plantes. On le consomme seul ou mélangé à de l’alcool.

            Se restaurer et prendre un verre à Malte

            Quand se restaurer

            Le petit-déjeuner comprend habituellement du café ou du thé accompagné de biscuits, d’un croissant ou de céréales. Certains Maltais sautent toutefois cette collation matinale et prennent un thé et un pastizz à l’extérieur. Les plus âgés gardent souvent une préférence pour le ħobż (pain) traditionnel.
            Le déjeuner, pris entre 13h et 15h, constituait autrefois le repas le plus consistant de la journée. Peu de gens ayant aujourd’hui l’occasion de rentrer chez eux, beaucoup se contentent d’un sandwich ou de pastizzi sur le pouce (même si un nombre croissant de personnes se soucient de leur alimentation). Le dîner est donc devenu le repas principal. Les restaurants se remplissent à partir de 20h.
            Contrairement aux autres jours, le dimanche donne lieu à des déjeuners copieux. L’été, les Maltais passent la journée à la plage où ils pique-niquent au déjeuner et font des barbecues le soir.

            Où manger et prendre un verre à Malte ?

            Restaurants maltais

            Il y a à Malte des restaurants en tout genre, du plus simple au plus sélect. Beaucoup de tables haut de gamme n’ouvrent que le soir et n’acceptent pas les jeunes enfants afin de préserver la tranquillité des convives. Le Definitive(ly) Good Guide to Restaurants in Malta & Gozo (www.restaurantsmalta.com ; 8 €), disponible en ligne et dans les librairies locales, vous aidera à choisir.
            Les portions ont tendance à être énormes. Les pâtes servies en entrée constituent souvent un repas à elles seules et un plat de résistance peut suffire pour deux. Pensez à garder de la place pour les desserts, excellents.
            Plat de fruits de mer dans un restaurant à Malte

            Kiosques

            Ces petits établissements avec quelques tables dehors sont situés au bord des routes ou sur le littoral. Il en existe notamment sur les promenades de Qawra, de Sliema et de Ta’Xbiex, ainsi que dans les jardins Barrakka du haut à La Valette. Ce sont en général des lieux corrects, où se restaurer de plats sans prétention et bon marché, tels que côtes de porc ou fish and chips. Parfait pour manger en famille.

            Pastizzeriji

            La plupart des villes abritent au moins deux ou trois de ces échoppes de pastizzi et autres pâtisseries.

            Cafés à Malte

            Les cafés maltais, à l’ambiance décontractée, sont généralement ouverts toute la journée. Certains, comme le Café Jubilee, à Victoria, se transforment en bars le soir ; ils ferment très tard et servent cocktails, vin et en-cas.
            Source : Lonely Planet

              Pérou : les plus beaux sites naturels

              Pérou : les plus beaux sites naturels

              Avec son relief tout en courbes et en plissements et ses vallées fluviales encaissées, le Pérou abrite quantité d’écosystèmes au climat, à l’altitude et aux sols très variés. Du désert à la forêt tropicale, en passant par les chaînes de montagnes, il en résulte une faune et une flore d’une incroyable diversité. La découverte des espèces animales et végétales fait ainsi partie des expériences à vivre absolument au Pérou. Vivez l’aventure en parcourant les 5 meilleurs sites d’observation.

              1. Parque Nacional de Manú, le plus sauvage du Pérou

              Jaguars, tapirs, singes et perroquets vivent dans ce vaste parc, l’un des plus sauvages du continent, au plus profond de la forêt amazonienne. Son exceptionnelle biodiversité est due à la variété de ses habitats, des versants orientaux des Andes au bassin amazonien, de la forêt de nuages à la jungle. La protection scrupuleuse du parc, une rareté sur la planète, ajoute à ses attraits naturels.

              2. Cañón del Colca, site d’observation idéal

              Les condors des Andes planent au-dessus de ce canyon escarpé, le second plus profond au monde. Outre son immensité et sa profondeur, le Cañón del Colca fascine par la diversité des paysages qu’il décline sur 100 km, de la steppe aride de Sibayo aux anciennes cultures en terrasses de Yanque et de Chivay jusqu’à la gorge abrupte située après Cabanaconde, laquelle ne fut pas entièrement explorée avant les années 1980.

              3. Islas Ballestas, le plus riche écosystème du Pérou

              Un circuit en bateau, proposé par de nombreux tour-opérateurs, est le seul moyen de découvrir les îles Ballestas. Le bateau navigue une heure autour des arches et des grottes des îles, offrant la vue sur des hardes d’otaries à crinière (aussi appelées lions de mer) qui se prélassent sur les rochers. Les principaux producteurs de guano sont le cormoran de Bougainville, le fou varié et le pélican thage, qui vivent en colonies de plusieurs milliers d’individus. Vous verrez aussi des cormorans, des manchots de Humboldt et, avec de la chance, des dauphins.

              4. Parque Nacional Huascarán, refuge des espèces menacées

              Ce parc de 3 400 km2 englobe pratiquement toute la Cordillera Blanca au-dessus de 4 000 m, incluant plus de 600 glaciers et près de 300 lacs, et protège des espèces extraordinaires et menacées, telles que la Puya raimondii, l’ours à lunettes et le condor des Andes. Les visiteurs doivent présenter leur passeport pour s’inscrire au bureau du parc à Huaraz et payer un droit d’entrée. On peut aussi accomplir ces formalités au poste de contrôle.

              5. Tumbes et ses étonnantes réserves naturelles

              Sur la côte nord, une rare forêt de mangrove abrite crocodiles, oiseaux de mer, flamants roses et crabes. Tumbes se situe dans l’unique section verdoyante de la côte péruvienne. Les mangroves remplacent le désert comme par magie et des réserves naturelles s’étendent dans toutes les directions. Tumbes constitue aussi une bonne base pour découvrir les superbes plages de Máncora, à 2 heures de route au sud.