Les plus beaux sites de plongée de Malte

Les plus beaux sites de plongée de Malte

Il n’est pas nécessaire d’aller au bout du monde pour des plongées de rêve. Longtemps resté un secret d’initié bien gardé, l’archipel de Malte et Gozo, au sud de la Sicile, a su valoriser son patrimoine sous-marin et séduit aujourd’hui des plongeurs en provenance de toute l’Europe.

La plongée à Malte

  • Un concentré de Méditerranée ! Tout ce que la Grande Bleue peut offrir de mieux aux plongeurs est réuni autour de cet archipel : des falaises calcaires percées de grottes sous-marines grandes comme des cathédrales, des arches titanesques, des tombants abrupts qui se perdent dans le bleu, une poignée d’épaves spécialement sabordées pour les besoins de l’activité, des centres à l’organisation bien rodée…
  • Les trois îles de l’archipel jouissent d’une situation exceptionnelle qui leur confère une visibilité comparable à celle d’une destination tropicale et présentent des conditions idéales pour les débutants et les formations : un climat agréable, une mer calme et chaude et une grande variété de sites intéressants, dont bon nombre sont accessibles du rivage.
  • Les plongées s’effectuent autour de l’île de Malte et plus encore, autour de Gozo, surnommée la perle de la Méditerranée. Toutes les deux sont accessibles à tous les niveaux.
  • La faune est abondante et variée. Les grottes, cheminées et crevasses forment des refuges naturels investis par une multitude de poissons : mérous, langoustes, bancs de sardines, poulpes, girelles, murènes, poissons-libellules, rascasses. Les spirographes, éponges et madrépores rouge-orangé tranchent avec le camaïeu de bleu limpide.

Les plus beaux sites de plongée

HMS Maori – Malte, La Valette, tous niveaux

Sous le fort Saint-Elme repose l’épave du Maori, un destroyer de 115 m de long, coulé en 1942. Il est en partie recouvert par des dépôts sableux mais les superstructures (dans lesquelles on peut pénétrer) servent de refuge à bon nombre d’espèces, dont des poulpes. La mise à l’eau s’effectue du bord. La profondeur ne dépassant pas 18 m, cette très belle plongée est donc accessible pour les petits niveaux.

Ahrax Point – Nord-ouest de Malte, tous niveaux

Au nord-est de Malte, un tunnel débouche sur une vaste grotte, un tombant majestueux et une faune variée. La mise à l’eau, depuis le bord, est très facile, et le site convient également au snorkelling. La profondeur moyenne d’évolution oscille entre 7 et 20 m.

Wied iz Zurrieq (la grotte bleue) – Sud-est de Malte, tous niveaux

Cette pittoresque vallée sous-marine truffée de multiples grottes est un régal pour les yeux, entre -10 et -30 m. Les grottes et les cavités, de toutes tailles, dans lesquelles s’abrite une faune bariolée, notamment des cardinaux, des saupes et des mérous, créent de belles ambiances.

Fungus rock – Ouest de Gozo, intermédiaire

Cet énorme rocher devant la baie de Dwejra fait le bonheur des amateurs de sensations fortes. Sous l’eau, le décor est aussi impressionnant qu’en surface : la falaise verticale descend jusqu’à une zone composée de chaos rocheux, à 60 m de profondeur. La roche est pleine de fissures et de trous, qui forment un habitat convoité par des gros mérous. Également beaucoup de multibranches, d’apogons et de vers.

Crocodile rock, ouest de Gozo, intermédiaire

L’aspect de ce bel écueil au ras des flots évoque celui d’un crocodile. Une partie de la roche est bordée par un plateau, vers – 10 m, mais le secteur le plus spectaculaire est à l’ouest, avec une falaise sous-marine qui dégringole à -38 m jusqu’à un fond d’éboulis rocheux. Ici et là, cachés dans les interstices, on aperçoit des mérous et des murènes. Gardez un oeil vers le large – il est courant que des dentis et des bancs de barracudas soient de la partie.

Comino caves – Nord-est de Comino, tous niveaux

Un site agréable et ludique : au fond d’une large crique, un réseau de tunnels et de grottes entaille la falaise et se prête à merveille à des plongées d’ambiance – les jeux de lumière offrent une belle source d’inspiration pour les photographes. Escorté d’oblades, de mérous et de mostelles, on rejoint une vaste grotte qui traverse toute la falaise sur une trentaine de mètres et débouche sur une autre cavité. Le site est également adapté à la pratique du snorkeling.

La vie marine maltaise

La situation de Malte, entre la Sicile et l’Afrique du Nord, loin de la pollution des grandes villes et des rivières envasées, lui vaut une vie marine plus riche que dans beaucoup d’autres zones méditerranéennes.

Des invertébrés très colorés tels que des bryozoaires, des madréporaires, des anémones, des éponges, des étoiles de mer et des oursins ornent les falaises et les grottes sous-marines autour des rives de Malte et Gozo. Les innombrables anfractuosités du calcaire fournissent un abri aux crabes, homards, poulpes et poulpes tachetés. La nuit, les seiches grignotent le lit algal sous les falaises.

La plupart des plongeurs qui visitent Malte espèrent voir un hippocampe. Ils sont assez nombreux sur les côtes, et privilégient les eaux peu profondes et saumâtres. Ils peuvent atteindre 15 cm, et se nourrissent de plancton et de minuscules crevettes. Ils présentent une inversion peu commune des rôles reproductifs des mâles et des femelles. Avec son ovipositeur tubulaire, la femelle dépose ses œufs dans un sac situé dans l’abdomen du mâle, où ils sont fertilisés. Les œufs s’y développent et éclosent, avant que le mâle “n’accouche” en les relâchant dans l’eau.

Des bancs de sardines, des sprats, des thons rouges, des bonites, des maquereaux et des coryphènes – lampuki en maltais, un mets prisé des Maltais – passent au large à la fin de l’été et en automne. Les espadons sont assez courants toute l’année. Dorades, bars, mérous, mulets, labres, roussettes et pastenagues fréquentent les eaux moins profondes près du rivage, où murènes et congres se cachent dans les rochers et sortent la nuit pour se nourrir de poulpe et de poisson.

Les eaux autour de Malte sont réputées pour abriter le plus grand nombre de requins de la Méditerranée. En avril 1987, un requin blanc capturé par Alfredo Cutajar, un pêcheur local, au large de Filfla, battit le record mondial avec 7,13 m de long. Ces mesures ont depuis été remises en question, mais qu’il ait fait 7 m ou 7,13 m, il reste très long !

Les autres espèces de requins évoluant dans les eaux maltaises sont le requin bleu, le renard de mer et le requin mako. Baigneurs et plongeurs n’ont pas grand-chose à craindre, les requins ne s’aventurant que très rarement près des côtes. Le grand blanc est une espèce menacée, et on estime que son déclin est lié à la raréfaction du nombre des thons, sa principale source de nourriture.

La tortue carette est une autre espèce menacée que l’on aperçoit parfois dans les eaux maltaises, mais l’absence de plages de sable isolées l’empêche de nicher sur l’archipel. Le dauphin – denfil en maltais – et le grand dauphin sont assez courants. On en voit souvent depuis les bateaux de croisière ou de plongée.

Source : Lonely planet




    Découvrir Malte

    L’essentiel pour un voyage à Malte

    Port de Marsaxlokk, Malte

    Des temples préhistoriques, des falaises parsemées de fossiles, des criques  charmantes et abritées, des spots de plongée exceptionnels et une histoire passionnante : découvrez les îles maltaises ! Dans cet archipel bat le cœur de la Méditerranée.

    Une visite de La Valette, capitale baroque flamboyante

    La Valette, capitale de Malte, date de 1566, c’est une ville remarquable inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, un véritable musée à ciel ouvert. Sa répartition harmonieuse sous forme de quadrillage permet une exploration facile. Ses habitations, élevées et gracieuses, se reconnaissent à leurs balcons typiques qui semblent leur conférer un poids peu commun.  Ses monuments et ses églises sont des bijoux d’art baroque.  Son relief digne des montagnes russes nous offre des vues saisissantes sur les axes urbains, les ruelles étroites et l’horizon marin.

    Vue aérienne de La Valette

     Une excursion en bateau dans des eaux cristallines

    L’un des plus grands plaisirs que propose Malte est de fendre l’azur de la mer méditerranée qui entoure les îles. Car c’est bien en bateau que l’on profite des plus beaux points de vue sur les étonnantes structures côtières de Malte : les cavernes spectaculaires de la Grotte Bleue et les formations extraordinaires de Dwejra sur l’île de Gozo. Les excursions autour de Gozo et Comino permettent de contempler sous tous les angles cette remarquable beauté naturelle, notamment les eaux claires et irisées du Blue Lagoon. Ou, pour découvrir un avant-goût de toutes ces splendeurs, les excursions autour de l’île mettent en valeur des falaises impressionnantes sculptées par la mer, les criques mystérieuses et les rutilantes stations balnéaires.

    Blue Lagoon, Malte

    Un repas de poissons dans le village typique de Marsaxlokk

    Chaque dimanche, le petit village côtier de Marsaxlokk entre en effervescence. La population locale et les touristes se pressent pour arpenter le marché aux poissons très animé où se vendent toutes les douceurs de la mer, des bars rayés aux jeunes requins. Le port regorge de bateaux de pêche colorés qui exhibent l’oeil peint d’Osiris, selon une tradition réputée qui remonte à l’époque phénicienne. Le front de mer, qui offre aux palais affamés des spécialités de poissons servies dans d’excellents restaurants, est l’endroit idéal pour un long déjeuner aux allures de farniente. Ce pourrait bien être l’une des activités favorites en ce lieu, pour les insulaires comme pour les touristes.

    Une promenade dans les ruelles médiévales de Mdina

    Perchée au sommet d’une colline, l’ancienne capitale de Malte est une cité médiévale fortifiée qui abrite de ravissantes maisons aux couleurs de miel. Ses bastions offrent une vue sensationnelle sur toute l’île et l’horizon marin. Véritable trésor recelant musées, objets artisanaux et églises (notamment la cathédrale de Malte), la mystérieuse Mdina exerce également son attrait la nuit, quand les devantures sont closes, les rues dépeuplées et les lumières tamisées. Promenez-vous une fois que la foule a déserté les lieux et vous comprendrez pourquoi elle se nomme la « ville silencieuse ».

    Un saut de 7 000 ans dans le passé

    Classés au patrimoine mondial de l’Unesco, les Temples de Hagar Qim et de Mnajdra remontent à l’an 3200 avant J.-C. et figurent parmi les sites les plus enchanteurs de Malte, en partie grâce à leur situation à couper le souffle. Ils sont en effet bâtis en bordure de falaises côtières que le printemps tapisse de fleurs sauvages. La vue sur la mer est exceptionnelle, tout comme le paysage qui offre au regard le lointain îlot de Filfla. La campagne environnante se laisse découvrir au gré des sentiers naturels balisés.

    Hagar Qim temple

     S’égarer dans les ruelles de BIrgu, petite ville portuaire de Malte

    Connue localement sous le nom de Birgu qu’elle portait avant le grand siège de 1565, Vittoriosa est la plus fascinante des trois cités. Cette petite ville, juchée sur son étroite langue de terre, jouit d’une vue imprenable de tous côtés et s’enorgueillit de rues anciennes admirablement préservées. Elle fut le berceau des chevaliers de Saint-Jean, mais n’en est pas le tombeau : c’est une agglomération au souffle bien vivant qui inspire un fort sentiment communautaire.  Jumelé avec le port de Saint-Tropez depuis 2012, la séduction est totale au cours du mois d’octobre, lorsque ses rues se parent de flammèches allumées à l’occasion du « Birgu aux chandelles ».

    Jouer au pirate sur l’île de Comino

    Cette île rocheuse aux dimensions modestes est ceinte d’un magnifique littoral. L’étude de son passé éclectique révèle qu’elle a hébergé un ermite ainsi qu’un camp de prisonniers. Elle fut vantée par Ptolémée et attire aujourd’hui un nombre impressionnant de visiteurs qui viennent admirer le site de Blue Lagoon (le lagon Bleu). Inspirant la sérénité, ce bassin marin est si bleu qu’il ressemble à une image aux couleurs saturées. L’impression est saisissante si vous parvenez à échapper à la foule (essayez de vous baigner tôt le matin). Comino est également l’endroit rêvé pour les balades à pied accessibles à tous. L’île est parsemée de chemins aboutissant à une tour de guet datant du XVIIe siècle et le sentier du littoral mène à l’unique hôtel de l’ile.

    Vue aérienne de Comina

    Une randonnée sur l’île de Gozo

    L’île qui jouxte Malte en est la réplique miniature et profite d’une atmosphère champêtre, notamment lorsqu’elle est couverte d’un tapis de fleurs sauvages au printemps. Parsemée de villages et d’églises massives, elle présente un relief caractérisé par des collines accueillantes, des falaises abruptes et un littoral rocheux spectaculaire. On peut voir le bleu azur de la méditerranée depuis presque tous les sites de l’île. Les routes y sont calmes et le paysage sillonné par des sentiers de randonnée, ce qui fait de cette île un endroit fantastique pour se promener. Les dimensions de l’île sont si modestes (elle fait environ 14 km de longueur) qu’il est possible de la parcourir presque intégralement en un jour seulement.

    Tour Xlendi, Malte

    Participer aux célébrations religieuses et traditionnelles

    Les iles de Malte sont truffées d’églises et des temples sont érigés à chaque coin de rue. Pâques et noël sont des périodes particulièrement propices au tourisme, bien qu’il y ait toujours quelque part une fête de village ou un autre événement majeur, comme un carnaval. La splendeur des manifestations religieuses est peu commune, à l’occasion du rassemblement des communautés qui exhibent des icônes saintes au cours de processions colorées. Jeune ou âgé, chacun est impliqué. les plus anciens sont accompagnés sur le pas de leur porte pour admirer la parade. de telles festivités ne constituent pas seulement un fantastique spectacle vivant, elles offrent également un aperçu inoubliable de la vie maltaise.

    Feu d'artifice maltais

     Partager un repas maltais avec les locaux

    La gastronomie maltaise compte l’un des meilleurs pains au monde – le ftira – souvent rempli d’un mélange irrésistible de thon, de tomates, d’olives et de cornichons. Les Pastizzi sont de petites parts de pâte filo fourrées à la ricotta ou à la purée de pois : c’est la quintessence de l’en-cas maltais. Les restaurants sont autant d’endroits pour déguster des plats locaux plus copieux, comme le lapin mijoté au vin rouge, la pieuvre farcie ou le ragoût d’escargots, accompagnés d’une bière Cisk maltaise ou d’un Kinnie sans alcool. Les recettes locales fusionnent les influences italiennes et turques. Goûter à ces mets dans un restaurant local animé est une délicieuse façon de découvrir une facette de la vie maltaise.

    Les plus belles plages de Malte et Gozo

    Sur les côtes de Malte et de Gozo, rochers et piscines naturelles alternent avec étendues de sable. Les plus belles plages de sable de Malte sont au nord ouest. Ailleurs, les rochers du front de mer de Sliema et les criques rocheuses de la côte sud-est sont de beaux points de baignade. Du côté de Gozo, les meilleures plages de sable se trouvent au nord-est et il existe de nombreuses baies et criques rocheuses au nord comme au sud. Découvrez-les toutes selon vos envies !

    Les plages idéales pour la baignade

    Le Lagon Bleu

    Magnifique crique abritée entre la pointe ouest de l’île et l’îlot inhabité de Cominotto (Kemmunett en maltais), le Blue Lagoon ensorcelle tant son sable est blanc et ses eaux transparentes. Peut-on imaginer une eau si bleue ? La pointe sud du lagon est délimitée par une corde pour interdire l’accès aux bateaux. Le site est idéal pour la baignade et le snorkeling.
    Blue Lagoon sur l'île de Comino, Malte

    St Peter’s Pool

    St Peter’s Pool est un lieu de baignade superbe : une piscine naturelle dans les rochers avec de vastes étendues plates pour bronzer. Suivez l’étroite route en direction du phare de Delimara et, juste après la cheminée de la centrale (à environ 1,5 km de la route principale), vous verrez un bâtiment bas sur la gauche avec un panneau indiquant “Peter’s Pool”.
    St Peter's pool, Malte

    Għar Lapsi

    Une petite crique dans les basses falaises calcaires a été reconvertie en piscine naturelle, avec des marches en pierre et des échelles en fer pour accéder à une eau d’un bleu limpide. Les habitants l’apprécient pour se baigner et pique-niquer, tout comme les plongeurs et les pêcheurs.
      Les plages maltaises de sable fin

    Golden Bay

    Sports nautiques, balades en bateau, farniente au soleil, cafés et restaurants : cette jolie baie sablonneuse a tout pour séduire les vacanciers. En dehors de l’imposant cinq-étoiles qui domine le rivage, le site reste relativement peu construit.

    Għajn Tuffieħa Bay

    Sans aucune construction et moins fréquentée, Għajn Tuffieħa Bay (“baie de la source des pommes”) est encore plus charmante que sa voisine Golden Bay. C’est une étendue de sable rouge-brun de 250 m de long, adossée à des pentes couvertes d’acacias et de tamaris.
    Għajn Tuffieħa Bay, Malte

    Ramla Bay

    Avec son sable roux-doré, Ramla Bay est l’une des plus belles plages de sable de Gozo. Les maigres vestiges d’une villa romaine se cachent au milieu des bambous derrière la plage, et la grotte de Calypso règne sur l’ensemble du haut de la colline à l’ouest.

    Ramla Bay, Malte

    Pour les adeptes de sports nautiques

    Mellieħa Bay

    Cette plage de fin sable blanc, aux eaux chaudes et peu profondes, se prête à la baignade et s’avère sans danger pour les enfants. La présence intrusive des skieurs, canoës, bananes gonflables, bateaux de parachutisme ascensionnel et planches à voile découragera toutefois les amateurs de calme. On peut louer sur place du matériel de planche à voile et de kitesurf.
    Mellieha bay, Malte

    Buġibba Beach

    La baie de Saint-Paul s’appelle ainsi car l’apôtre y aurait fait naufrage vers l’an 60. Malgré l’urbanisation, la vue sur les bateaux qui se balancent dans le port n’a rien perdu de son caractère pittoresque. La promenade de Qawra est d’une beauté resplendissante, et il y a des rochers d’où l’on peut se baigner.
    Buggiba beach, Malte

    Les plus secrètes et isolées

    Fomm ir-Riħ

    Fomm ir-Riħ (“la bouche du vent”) est la baie la plus isolée et la moins urbanisée de Malte. Par mauvais temps, elle peut être triste et morne, lorsque les rochers calcaires escarpés fusionnent avec les nuages et l’eau trouble. Mais par une belle journée d’été, l’endroit est magnifique, et il fait bon se baigner ou faire du snorkeling dans l’eau bleue et claire, au large des falaises sud.
    Baie de Fomm ir-Riħ, Malte

    Selmun (Imgiebah) Bay

    Pour fuir les touristes, direction cette baie bien cachée. De Mellieħa, prenez la route en direction du palais Selmun, mais tournez à gauche avant le palais au niveau de la chapelle Selmun (Notre-Dame-de-la-Rançon).

    Wied il-Għasri

    Un escalier étroit creusé dans la roche permet d’atteindre la minuscule plage de galets nichée dans l’étroite crique de Wied il-Għasri cernée par les falaises. C’est un lieu hautement pittoresque, où il fait bon nager et faire du snorkeling lorsque la mer est calme, mais à éviter par mauvais temps quand de grosses vagues viennent s’engouffrer dans la gorge étroite où se glisse la mer.

     Les plages aux plus beaux paysages

    Mġarr ix-Xini

    L’étroite crique bordée de falaises de Mġarr ix-Xini (“port des galères”) était à Gozo le grand port des chevaliers de Saint-Jean, gardé par des tours dont une est conservée, la Torri ta’ Mġarr ix-Xini. Il y a une minuscule plage de galets au fond de la crique. C’est un cadre magnifique pour nager et faire du snorkeling, idéal en semaine bien sûr.
    Mġarr ix-Xini, Malte

    SAN BLAS BAY

    Minuscule baie parsemée de rochers avec des poches de gros sable couleur rouille, San Blas est adossée à des champs en terrasses avec des haies de figuiers de Barbarie. Une piste très étroite et pentue y mène à pied (aller ou retour en Jeep 2,50 €/pers) au départ d’un tout petit parking en hauteur.

    Malte : manger et boire à la Maltaise

    Soupe de poisson maltaise

    Tout comme sa langue, la cuisine de l’archipel maltais est un surprenant mélange de saveurs. L’influence de ses occupants successifs – Italiens, Français, Britanniques et Arabes en particulier – se manifeste encore aujourd’hui. Mais si les habitants mangent local au quotidien, les restaurants servent les plats les plus divers, du hamburger gastronomique aux recettes exotiques ou fusion.

    Spécialités locales maltaises

    Pastizzi, pains et fromages

    Typique de Malte, le pastizz est un feuilleté fourré de ricotta ou de purée de petits pois, généralement servi chaud. Deux pastizzi font un solide et savoureux petit-déjeuner ou goûter. Comptez environ 0,30 € pièce. On les trouve dans la plupart des bars et dans de minuscules échoppes appelées pastizzeriji.
    Les boulangeries vendent le délicieux pain traditionnel, le ħobż. Élaboré comme du pain au levain, il utilise un reste de pâton de la veille pour faire lever les miches du jour. Vous le verrez sur les menus en tant que ħobż biż-żejt, soit des tranches de pain frottées de tomates mûres et d’huile d’olive jusqu’à devenir roses et parfumées, puis surmontées d’un mélange de thon, oignon, câpres, olives, ail, poivre noir et sel.
    Le ftira est un autre pain maltais traditionnel cuit sous forme de disque plat, avec lequel on confectionne de savoureux sandwichs garnis d’un mélange de tomates, olives, câpres, anchois, romarin et autres ingrédients.
    Gozo est réputée pour ses fromages, en particulier le ġbejniet, petit fromage dur et blanc traditionnellement fait avec du lait de brebis ou de chèvre cru. Il est souvent mariné dans de l’huile d’olive avec du sel et du poivre noir. Le meilleur est celui de Żebbuġ. Vous pourrez composer vos propres sandwichs avec du fromage et du ħobż ou du ftira.

    Soupes et pâtes

    Les soupes ont toujours eu une place de choix dans la cuisine maltaise, la cuisson de certains plats de viande se faisant traditionnellement dans un bouillon, consommé ensuite en entrée. Cette pratique s’est popularisée à une époque où nombre de foyers étaient dépourvus de four.
    L’aljotta, délicieuse soupe de poisson à base de tomates, de riz et de beaucoup d’ail, est celle qui figure le plus couramment à la carte. Au printemps, vous aurez peut-être l’occasion de goûter le kusksu, composé de fèves et de petites pâtes, qu’on sert souvent avec du ġbejniet (fromage de brebis), de la ricotta et un œuf au milieu.
    La soppa tal-armla signifie “soupe du veuf” (sans doute parce qu’elle est bon marché). Les ingrédients doivent être verts ou blancs : un goûteux mélange de choux-fleurs, d’épinards, d’endives et de petits pois, les protéines étant fournies par un œuf poché, un ġbejniet et un peu de ricotta.
    La minestra, une épaisse soupe de tomates, haricots, pâtes et légumes, ressemble à certaines versions du minestrone italien, en plus dense et plus orangée car elle contient du potiron.
    Autres plats d’influence italienne : les ravjul/ravjuletti, des raviolis fourrés de ricotta, parmesan et persil, et la timpana, une tourte de macaronis d’origine sicilienne (et apparentée au pastitsio grec) contenant fromage, œuf, bœuf haché, tomate, ail et oignon. Généralement préparée pour les grandes occasions, elle paraît parfois sur la carte des restaurants.

    Viandes maltaises

    Les Maltais affectionnent les plats de résistance roboratifs, tels que tourtes carnées, rosbif, agneau, porc, cailles et canard rôtis.
    La viande la plus typique reste toutefois le lapin (fenek). L’animal, introduit par les Normands, était un symbole de la répression féodale, car les chevaliers interdisaient aux paysans de les manger pour s’en réserver l’apanage. Comble d’injustice, les lapins ne se gênaient pas pour attaquer les cultures. Les Maltais ont eu l’occasion de se venger, car c’est devenu le mets le plus apprécié des insulaires, qu’il soit frit à l’huile d’olive, rôti, en ragoût, servi avec des spaghettis ou en tourte. Le fenek bit-tewm u l-inbid est un plat de lapin cuit à l’ail et au vin ; le fenek moqli, du lapin frit ; et le stuffat tal-fenek, du lapin en ragoût.
    Véritable festin, la fenkata commence habituellement par des spaghettis accommodés d’une sauce au lapin, suivis de morceaux de lapin frits. Il s’agit d’un plat de fête, consommé en particulier lors de L-Imnarja (29 juin), qui célèbre les saints Pierre et Paul. À cette occasion, les habitants pique-niquent dans les jardins de Buskett et le vin coule à flots (autrefois, les contrats de mariage stipulaient que le mari devait amener son épouse au L-Imnarja). Certains restaurants, tels le Ta’Marija à Mosta, proposent couramment de la fenkata.
    Les braġioli (paupiettes) sont de fines tranches de bœuf enveloppant une farce de viande, bacon, œuf dur, ail et persil, le tout revenu dans une sauce à la tomate et au vin rouge. La tigieja est un poulet rôti farci de bœuf, porc, jambon, œufs, persil et basilic. Le stuffat tal-Laham (ragoût de bœuf) mijote avec champignons, oignons, carottes et pommes de terre.
    Les savoureuses saucisses maltaises (zalzetta tal-malti), présentées sèches ou fraîches (et plus aillée), dénotent une influence britannique et portugaise.

    Fruits de mer

    Comme ailleurs en Méditerranée, les produits de la mer occupent une place importante dans la cuisine. Le lampuka (dorade coryphène) a la faveur des Maltais, notamment sous forme de tourte (torta tal-lampuki ou lampuki pie). On le prépare d’ordinaire avec tomates, oignons, olives noires, épinards, raisins secs et noix – mais il existe des recettes alternatives. Ċerna (mérou), pagru (dorade), dentiċi (dentex), spnotta (bar) et saint-pierre comptent aussi parmi les poissons fréquents sur les cartes des restaurants. Il n’y a pas de cabillaud en Méditerranée, les recettes maltaises utilisent donc souvent le bakkaljaw (morue). Poulpe et seiche agrémentent également les menus.

    Douceurs maltaises

    D’origine sicilienne, les kannoli ont été largement adoptés à Malte. Ces tubes de pâte frite farcis de ricotta, à laquelle on ajoute parfois des pépites de chocolat ou des fruits confits, sont meilleurs frais, car la pâte se détrempe avec le temps. Le mqaret est une pâtisserie frite, en forme d’amande, fourrée de dattes hachées parfumées d’épices – un régal avec de la glace à la vanille !
    Délicieusement tendre, le nougat maltais (qubbajt), aux amandes ou aux noisettes, est traditionnellement vendu les jours de festa (fête). Les qagħaq tal-għasel, anneaux de pâte légère au miel ou à la mélasse, sont servis avec le café.
    Qaghaq tal-Ghasel, spécialité maltaise

    Boissons à Malte

    Alcools locaux

    On trouve de tout dans les bars maltais, de la bière anglaise à la liqueur Galliano. L’archipel possède une longue tradition de brasserie, introduite par les Britanniques. La Cisk Lager et l’Hopleaf Ale sont de bonnes bières locales (à base de houblon importé), moins chères que les bières d’importation. La brasserie Lord Chambray, ouverte à Gozo en 2014, fabrique les bières artisanales San Blas (pale ale), Golden Bay (golden ale), Blue Lagoon (blanche belge) et Fungus Rock (brune).
    Les principaux acteurs de la scène viticole maltaise sont Camilleri Wines, Emmanuel Delicata, Marsovin, Meridiana et Maria Rosa Winery. Tous produisent des vins à base de cépages locaux, ainsi que quelques vins de “réserve spéciale” plus onéreux (merlot, cabernet sauvignon, chardonnay et sauvignon blanc) à base de raisin importé d’Italie. La qualité de ses crus, parfois excellents, est en constante progression. Les vignobles organisent des visites et des dégustations intéressantes ; consultez leur site Internet.
    Les liqueurs maltaises font de bons cadeaux. Celles de Zeppi sont à base de miel maltais, d’anis ou de figue de Barbarie. Le délicieux limunċell produit à Gozo (variante du limoncello italien, au citron) existe aussi à l’orange et à la mandarine.

    Boissons non alcoolisées

    Bien que potable, l’eau du robinet a un goût désagréable en raison d’un taux élevé de chlorure et de sodium.
    Tous les cafés servent de bons expressos à l’italienne et du thé à l’anglaise.
    On trouve partout des boissons fraîches sucrées. Kinnie, le soda maltais par excellence, dont les panneaux publicitaires sont omniprésents à Malte, se compose d’oranges amères et de plantes. On le consomme seul ou mélangé à de l’alcool.

    Se restaurer et prendre un verre à Malte

    Quand se restaurer

    Le petit-déjeuner comprend habituellement du café ou du thé accompagné de biscuits, d’un croissant ou de céréales. Certains Maltais sautent toutefois cette collation matinale et prennent un thé et un pastizz à l’extérieur. Les plus âgés gardent souvent une préférence pour le ħobż (pain) traditionnel.
    Le déjeuner, pris entre 13h et 15h, constituait autrefois le repas le plus consistant de la journée. Peu de gens ayant aujourd’hui l’occasion de rentrer chez eux, beaucoup se contentent d’un sandwich ou de pastizzi sur le pouce (même si un nombre croissant de personnes se soucient de leur alimentation). Le dîner est donc devenu le repas principal. Les restaurants se remplissent à partir de 20h.
    Contrairement aux autres jours, le dimanche donne lieu à des déjeuners copieux. L’été, les Maltais passent la journée à la plage où ils pique-niquent au déjeuner et font des barbecues le soir.

    Où manger et prendre un verre à Malte ?

    Restaurants maltais

    Il y a à Malte des restaurants en tout genre, du plus simple au plus sélect. Beaucoup de tables haut de gamme n’ouvrent que le soir et n’acceptent pas les jeunes enfants afin de préserver la tranquillité des convives. Le Definitive(ly) Good Guide to Restaurants in Malta & Gozo (www.restaurantsmalta.com ; 8 €), disponible en ligne et dans les librairies locales, vous aidera à choisir.
    Les portions ont tendance à être énormes. Les pâtes servies en entrée constituent souvent un repas à elles seules et un plat de résistance peut suffire pour deux. Pensez à garder de la place pour les desserts, excellents.
    Plat de fruits de mer dans un restaurant à Malte

    Kiosques

    Ces petits établissements avec quelques tables dehors sont situés au bord des routes ou sur le littoral. Il en existe notamment sur les promenades de Qawra, de Sliema et de Ta’Xbiex, ainsi que dans les jardins Barrakka du haut à La Valette. Ce sont en général des lieux corrects, où se restaurer de plats sans prétention et bon marché, tels que côtes de porc ou fish and chips. Parfait pour manger en famille.

    Pastizzeriji

    La plupart des villes abritent au moins deux ou trois de ces échoppes de pastizzi et autres pâtisseries.

    Cafés à Malte

    Les cafés maltais, à l’ambiance décontractée, sont généralement ouverts toute la journée. Certains, comme le Café Jubilee, à Victoria, se transforment en bars le soir ; ils ferment très tard et servent cocktails, vin et en-cas.
    Source : Lonely Planet

      Sicile : Randonnées et Parc régionaux

      Idées de voyage

      Sicile : les plus beaux parcs régionaux

      Laurier-rose et cascade dans les gorges de l'Alcantara, Sicile

      Sicile : les plus beaux parcs régionaux

      Au-delà de ses plages somptueuses et de sa gastronomie réputée, la Sicile offre des paysages grandioses à l’intérieur des terres. Rien n’est comparable à l’ascension du volcan du Stromboli sur les îles Éoliennes, à l’escalade du mont Etna, ou à la visite des réserves et parcs naturels siciliens.  Découvrez les meilleures randonnées sur la plus grande île de la Méditerranée. La Sicile possède aussi de nombreux paysages naturels protégés, parmi lesquels on compte 79 réserves naturelles, six zones marines et un marais protégés. D’une vaste superficie et tous dotés de nombreux lieux d’hébergement et de restauration, les parcs sont très différents les uns des autres et méritent chacun quelques jours de visite.

      1. Parco dell’Etna, célèbre volcan de Sicile

      Riches en vignobles, les pentes du volcan produisent l’Etna DOC, l’un des 22 vins siciliens portant la dénomination d’origine contrôlée. Nombre d’établissements vinicoles de la région, dont Gambino (095 227 26 78 ; www.vinigambino.it) près de Linguaglossa, permettent de déguster les crus locaux. Sur le flan est de l’Etna, la bourgade de Zafferana Etnea possède une longue tradition d’apiculture, et 35% du miel italien provient de ses ruches. Pour goûter la spécificité de sa production à base de fleurs d’oranger, de châtaigner et de citronnier, visitez Oro d’Etna.
      Vignoble dans le parc naturel de l'Etna, Sicile

      2. Parco Fluviale dell’Alcantara, fleuve sicilien

      Baignade, pique-nique, balades en quad, randonnée et canyoning. Dans l’arrière-pays, à 15 km de Giardini-Naxos, les Gola dell’Alcantara, hautes de 25 m, sont traversées par la rivière homonyme (al qantara signifie “pont” en arabe). Ces étranges formations rocheuses symétriques résultent du contact entre une coulée de lave brûlante et l’eau, qui provoqua l’éclatement du basalte. Spectaculaire, l’endroit mérite le détour. Le site fait désormais partie du parc botanique et géologique Terralcantara, lui-même dans le périmètre du parc fluvial de l’Alcantara.
      Gorges de l'Alcantara, Sicile

      3. Parco Regionale dei Nebrodi et ses villages traditionnels

      Créé en 1993, le Parco Regionale dei Nebrodi (www.parcodeinebrodi.it) représente la seule région boisée de cette taille en Sicile. Il constitue ce que l’auteur sicilien Gesualdo Bufalino appelle “une île dans l’île”, ponctuée de villages traditionnels isolés et guère visités. Entre 1 200 m et 1 500 m d’altitude, la forêt compose un paysage où hêtres, chênes, ormes, frênes, chênes-lièges, érables et ifs servent d’habitat à la faune sauvage sicilienne : porcs-épics, chevaux de San Fratello, chats sauvages et oiseaux de proie (aigle royal, faucon lanier, faucon pèlerin et vautour fauve). Quant aux hauts pâturages, ils ont toujours accueilli des communautés rurales qui pratiquent l’élevage.
      Alcara Li Fusi, parc régional des Nebrodi, Sicile

      4. Parco Naturale Regionale delle Madonie et son superbe panorama

      Savourez le magnifique panorama et les paysages tranquilles du Parco Naturale Regionale delle Madonie (www.parcodellemadonie.it) couvrant 400 km2. Le point culminant des monts Madonie (Monti Madonie) est le pic Carbonara (1 979 m), deuxième plus haut sommet de Sicile après l’Etna – et le parc régional comprend des fermes, des villes et des stations de ski. Les saisons y sont très marquées : l’été, les fleurs sauvages tapissent les flancs de la montagne, l’automne dépose des champignons sauvages et teinte de riches nuances les feuillages de la forêt, l’hiver les pistes de ski sont noires de monde et juin et juillet offrent des températures parfaites.
      Parc naturel régional des Madonies, Sicile

      Idées randonnées et trek en Sicile

      1. Piano Battaglia

      Savourez le magnifique panorama et les paysages tranquilles du Parco Naturale Regionale delle Madonie, couvrant 400 km2. Le point culminant des monts Madonie (Monti Madonie) est le pic Carbonara (1 979 m), deuxième plus haut sommet de Sicile après l’Etna – et le parc régional comprend des fermes, des villes et des stations de ski.
      Parc naturel régional des Madonies, Sicile

      2. Mont Etna

      Dominant le paysage de l’est de la Sicile, l’Etna (3 329 m) est le point culminant de l’Italie au sud des Alpes et le plus haut volcan actif d’Europe. Son activité quasi constante se traduit par des éruptions fréquentes. Les plus spectaculaires se produisent dans les quatre cratères du sommet, mais les fissures et les cratères anciens à flanc de montagne se manifestent plus souvent et présentent un danger supérieur.
      Versant Nord du Mont Etna, Sicile

      3. Vulcano

      La randonnée jusqu’au cratère (391 m) peut aisément s’entreprendre sans guide. Si possible, partez tôt le matin, muni d’un chapeau, de crème solaire et d’eau. Comptez environ 1 heure jusqu’au bord inférieur du cratère (290 m), avec, à la clef, une vue sur le cratère fumant incrusté de cristaux rouges et jaunes. On peut descendre au fond du cratère par un sentier abrupt, ou mieux encore, continuer à grimper autour de la crête pour jouir d’un panorama remarquable sur le chapelet d’îles au nord.
      Vue sur l'île de Vulcano, Sicile

      4. Réserve naturelle du Zingaro

      Protégée de l’urbanisation par les militants locaux, la tranquille réserve naturelle du Zingaro fut la première réserve de Sicile, fondée en 1981. Elle est devenue la grande curiosité du golfe, fréquentée par des amoureux de la nature et des amateurs de plein air, italiens comme étrangers, de plus en plus nombreux.
      Crique située dans la réserve naturelle du Zingaro, Sicile

      5. Stromboli

      Expérience incontournable pour les amoureux de la nature et les volcanologues amateurs, l’ascension du Stromboli est strictement réglementée depuis 2005. On ne peut pas monter sans guide au-delà de 400 m d’altitude. Des randonnées encadrées partent tous les jours, afin d’arriver au sommet (924 m) pour admirer le coucher du soleil et l’activité volcanique pendant 45 minutes.
      Le Stromboli, volcan situé sur les îles Éoliennes, Sicile

      6. Valle dell’Anapo

      Pour découvrir une campagne sauvage et préservée, visitez la Valle dell’Anapo (vallée de l’Anapo), une profonde gorge de calcaire. Une fois au fond, vous pouvez laisser votre voiture près de la cabane de la Commission forestière et marcher à travers bois, une promenade facile ; les sentiers signalés “B” sont un peu plus ardus.

      Vallee dell'Anapo, Nécropole de Pantalica, Sicile

      7. Réserve naturelle de Torre Salsa

      À environ 5 km à l’ouest de Realmonte, vous pourrez marcher dans la réserve naturelle Torre Salsa, gérée par le WWF, où des sentiers bien balisés offrent des vues panoramiques sur les montagnes et la côte alentour. La superbe plage Torre Salsa, accessible par l’entrée nord de la réserve, est idéale pour se détendre.
      Source : Lonely Planet




        Découvrir la sardaigne

        Partir voyager et découvrir la Sardaigne

        Scoglio Pan di Zucchero, Sardaigne

        Les sites naturels de Sardaigne

        Lors d’un voyage en Sardaigne, venez observer les  beautés naturelles de l’île italienne. La nature y a fait des merveilles : la côte est creusée de baies et de grottes, ponctuée de formations granitiques, tandis que de profondes gorges découpent l’intérieur des terres. Loin des plages de Sardaigne, les amateurs d’escalades seront séduits par la grandeur de ces blocs rocheux, et les plongeurs apprécieront de flâner aux alentours des imposantes grottes marines. 

        1. GROTTA DI NETTUNO, repaire des stalagmites

        Une grotte marine aux allures de cathédrale, accessible par un escalier de 656 marches. La visite vous emmène dans d’étroits couloirs flanqués de forêts de stalactites et de stalagmites aux formes étranges, portant des noms tels que l’“orgue”, le “dôme d’église” (ou “tête de guerrier”). La grotte s’enfonce sur 1 km, mais une grande partie est inaccessible, notamment les lacs d’eau douce.

        Grotta di Nettuno, Sardaigne

        2. GROTA DI ISPINIGOLI, grotte féerique

        Cette grotte immense abrite une véritable forêt de formations rocheuses, dont la deuxième plus grande stalagmite au monde. Contrairement aux autres grottes de ce type dans lesquelles on pénètre en principe par le côté, on accède à celle-ci par un “puits” géant de 60 m de profondeur, au centre duquel se dresse la grandiose stalagmite, haute de 38 m. Dans les années 1960, on y a découvert  un réseau de 15 km de galeries, ainsi que huit rivières souterraines.

        3. SCOGLIO PAN DI ZUCCHERO, géante aiguille rocheuse

        Le Scoglio Pan di Zucchero (« rocher en pain de sucre ») est le plus gros des faraglioni (aiguilles rocheuses) qui émergent des eaux turquoise de la côte sarde. Il domine le paysage marin du haut de ses 133 m.

        Pan di Zucchero, Sardaigne

        4. ROCCIA DELL’ ELEFANTE, merveille naturelle

        La Roccia dell’Elefante (roche de l’Éléphant) est un rocher de trachyte dont la forme évoque précisément un éléphant levant sa trompe en direction de la route. Ce monolithe, dont la forme est due à l’érosion, fascine les habitants depuis des millénaires, comme en atteste la présence de deux tombes néolithiques qui se nichent à l’intérieur. La tombe supérieure a été endommagée par l’érosion, mais la tombe inférieure a conservé ses quatre petites salles et des cornes de taureau sculptées dans la roche.

        5. ROCCIA DELL’ ORSO, sculture majestueuse

        Ce rocher granitique sculpté par les éléments se situe sur une hauteur, à 6 km à l’est de Palau. Sous certains angles, la Roccia dell’Orso (roche de l’ours)  ressemble à un ours ou un dragon. La vue sur la côte est extraordinaire.

        Roccia dell' Orso, Sardaigne

        6. IL GOLGO, exploit de la nature

        Un gouffre de 270 mètres de profondeur, large d’à peine 40 m à sa base. Si l’ouverture en forme de cheminée est maintenant protégée par une barrière, un seul coup d’œil dans le vide suffira à vous donner le vertige. Ce plateau, accessible par une route de 2 km en lacets serrés, est indiqué depuis Baunei. Roulez vers le nord, en suivant les panneaux indiquant Su Sterru (Il Golgo).

        Sardaigne : les activités

        Publié le 12 Août 2016, dans Sports et activités

        Tous les adeptes d’exercices au grand air seront comblés par la Sardaigne. Du littoral grandiose à l’arrière-pays escarpé, l’île se prête à une multitude d’activités. Si l’on s’éloigne du rivage, les eaux translucides autorisent toutes sorte de plaisirs nautiques comme la plongée. Mais pour les plus courageux, l’île est aussi un terrain de jeu propice aux sports extrêmes : canyoning, kitesurf, spéléologie, ski nautique, randonnée… rien ne manque. Repoussez vos limites avec notre top 5 des sports nautiques à sensations fortes ! 

        1. Canyoning dans la Gola Su Gorropu

        Les gorges les plus spectaculaires de Sardaigne sont encadrées de parois en grès culminant à 400 m. L’Aquilegia nuragica, une plante endémique, ne pousse qu’ici, et, aux moments les plus calmes, on peut aussi apercevoir des mouflons et des aigles royaux. Depuis le lit du Rio Flumineddu, il est possible de parcourir environ 1 km dans le ravin jonché de gros rochers, sans matériel d’escalade ; suivre les panneaux. Au bout de 500 m, on atteint le point de passage le plus étroit (4 m de large) et le superbe Hotel Supramonte, une voie difficile de niveau 8b à plusieurs longueurs, le long d’une paroi verticale de 400 m.
        Rio Flumineddu, Sardaigne

        2. Kitesurf au large de Putzu Idu

        Laissez-vous tracter par un cerf-volant depuis le rivage de cette plage de rêve. Bordée par un ensemble bigarré de maisons de vacances et de bars de plage, Putzu Idu se situe au nord de la péninsule. Ce pittoresque ruban de sable est un spot idéal de surf, planche à voile et kitesurf. Au nord, le promontoire Capo Mannu subit l’assaut des vagues parmi les plus grosses de Méditerranée.
        Kitesurf en Sardaigne

        3. Spéléologie dans le Supramonte

        Au sud-est de Nuoro, le grand massif calcaire du Supramonte barre le paysage de ses parois abruptes. Son point culminant, le Monte Corrasi, atteint tout juste 1 463 m, mais il est impressionnant par son caractère sauvage, par les ravins et les défilés déchiquetés qui entaillent son plateau dénudé. Ce paysage brut était autrefois réputé être le cœur du banditisme sarde. Le Supramonte permet de faire quelques splendides randonnées et excursions spéléologiques. Toutefois, les sentiers peuvent être parfois difficiles à discerner.

        4. Trek du Selvaggio Blu

        Le trek le plus difficile d’Italie, dans le Golfo di Orosei. Pour les randonneurs chevronnés, le Selvaggio Blu est une sorte de Graal : cet itinéraire de 7 jours et 45 km le long des côtes sauvages du Golfo di Orosei traverse des ravins densément boisés et croise des formations calcaires aux silhouettes insolites, des grottes et des falaises vertigineuses. Sur ce parcours souvent considéré comme le plus difficile d’Italie, le paysage tout comme la marche en elle-même sont de nature à vous couper (littéralement !) le souffle.
        Trek du Selvaggio Blu, Sardaigne

        5. Ski nautique au large de l’Isola Caprera

        “Éden” de Giuseppe Garibaldi, l’Isola Caprera est une île sauvage, couverte de pinèdes vertes qui offrent un superbe contraste avec le bleu de la mer et les falaises de granit aux contours déchiquetés. En quittant la ville de La Maddalena par l’est, vous passez devant des constructions abandonnées avant d’atteindre l’étroite voie surélevée qui franchit le Passo della Moneta entre l’Isola Maddalena et l’Isola Caprera. Une fois sur l’île, une session ski nautique vous fera profiter des magnifiques paysages du littoral. Cramponnez-vous bien en filant sur les flots comme un bolide.
        Source Lonely Planet