Hawaï : 7 expériences pour des souvenirs inoubliables

Au milieu de l’ Océan pacifique avec ses plages paradisiaques baignées par les alizés, une mer couleur turquoise, des  falaises grandioses, une  végétation luxuriante et la douceur du climat tropical : voici Hawai qui séduit les voyageurs dès le premier regard.

Point de rencontre entre l’Orient et l’Occident, le cinquantième État américain (l’Aloha State) possède une culture mixte, mêlant allégrement le hula et le disco, les feuilletons télévisés et les anciens mythes cosmogoniques, les hamburgers et la cérémonie du thé japonaise, les temples shintoïstes et les clubs de surf. Hawaï est bien l’un des plus beaux chapelets d’îles de tous les océans.

Tour en hélicoptère au-dessus du Volcan Kīlauea

Situé sur l’île d’Hawai’i, le Kīlauea n’est pas seulement le volcan le plus actif au monde, il est aussi le seul sur Terre à déverser sa lave directement dans la mer au moment où nous écrivons ces lignes. La lave rouge et brulante coule dans l’océan, faisant bouillir l’eau et vaporisant un panache de fumée. Regarder la lave se déverser dans l’océan depuis un hélicoptère vous offre une vue aérienne spectaculaire et vous fait vivre une expérience inoubliable.

Même si un tour d’hélicoptère au-dessus d’un volcan actif ne semble pas des plus romantiques, les jeunes mariés à la recherche de souvenirs inoubliables adoreront l’idée, et voler au coucher du soleil apportera une touche magique à l’expérience. L’agence Blue Hawaiian propose le « Circle of fire and waterfalls », un tour au-dessus du Kilauea, et vous fera survoler des forêts tropicales et des cascades d’eau en chemin. Le tour en hélicoptère dure 50 minutes et les prix commencent à partir de 202 dollars par personne.

www.bluehawaiian.com

Se baigner dans les chutes ‘Ōpaeka’a : Kau’a’i

Sur Kaua‘i se trouve le Mont Wai‘ale‘ale, une zone recouverte par une végétation incroyable, et il n’est pas étonnant de voir des chutes d’eau orner le versant de la montagne. Alors qu’atteindre certaines cascades requiert souvent une randonnée ardue, d’autres sont tout de même plus faciles à découvrir. La plus accessible de l’île est ‘Ōpaeka‘a Falls à Wailua, dans une zone toujours considérée comme sacrée. Préparez un copieux pique-nique et allez y passer quelques heures pour profiter du soleil et d’une baignade dans de vertigineuses cascades.

Randonnée à Diamond Head (Lē’ahi) et vue panoramique : O’ahu

Escaladez Diamond Head, l’un des symboles d’Hawai’i. Formé il y a plus de 100 000 ans, le cratère de 230 mètres était utilisé comme un point d’observation militaire stratégique tout au long du XXème siècle. De nos jours, c’est une destination célèbre pour la randonnée avec des vues panoramiques sur Waikīkī et Honolulu. Alors enfilez votre tenue de sport et préparez-vous pour de magnifiques paysages en chemin. Et si vous souffrez du décalage horaire, levez-vous de bonne heure pour admirer le lever du soleil sur la plage de Waikīkī.

www.dlnr.hawaii.gov

Escapade pittoresque sur la route de Hāna: Maui

Effectuer un road trip sur la route de Hāna est un incontournable pour quiconque se rend à Maui. Considéré comme l’un des meilleurs road trip à Hawai‘i, les touristes sont entrainés sur une route panoramique, bordée de falaises, qui passe par des forêts de bambous luxuriantes et des chutes d’eau vertigineuses. Les couples devraient s’arrêter aux nombreux stands de fruits frais postés le long de la route, monter le volume du ukulélé à la radio et se relaxer en admirant des paysages spectaculaires. Ne manquez pas le « Garden of Eden Arboretum and Botanical Garden », un espace de 10 hectares qui apparait dans la scène d’ouverture du film Jurassic Park.

Explorez la Vallée de Waipi’o à cheval : Île d’ Hawai’i

La Vallée de Waipi’o est l’un des plus beaux endroits sur l’île d’Hawai‘i, avec ses points de vues magnifiques, ses chutes d’eau vertigineuses et sa plage de sable noir. Pour les adeptes du romantisme, réservez une balade à cheval dans la vallée de Waipi’o, et partez à la découverte de ses paysages. Les écuries de Na’alapaau Ranch de Kahua offre une excursion de deux heures et demi qui mène les visiteurs au cœur de la vallée, avec des prix à partir de 94 dollars par personne.

http://www.naalapastables.com

Faites une promenade romantique à Pu’u Pehe ‘Sweetheart Rock’: Lāna‘i

Les couples qui visitent Lāna‘i doivent absolument se promener à Pu’u Pehe, également appelé par les locaux Sweetheart Rock. La légende de Pu‘u Pehe raconte la mort de Pehe, la femme du guerrier Lāna‘i. Son mari, le cœur brisé et incapable de surmonter son chagrin, l’enterra au sommet de Pu‘u Pehe et sauta ensuite d’une hauteur de 25 mètres dans les vagues. Situé juste à côté du littoral sud, Pu‘u Pehe se trouve entre Manele Bay et Hulupo‘e Bay et à 45 minutes de marche du Four Seasons Resort de Manele Bay.

Admirer le coucher de soleil au-dessus des cocotiers: Moloka’i

Il n’y a rien de mieux que de se blottir l’un contre l’autre, tandis que les nuances roses et orange du soleil couchant illuminent le ciel. L’un des meilleurs spots pour admirer le coucher de soleil à Moloka‘i est Kapuaiwa Coconut Grove, l’une des dernières plantations royales de cocotiers à Hawai‘i. Admirer le ciel changer de couleur entre les cocotiers est une expérience inoubliable pour les couples.

Admirez le lever du jour sur Haleakalā : Maui

Se levant à plus de 3 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, le lever du jour depuis Haleakalā est décrit comme l’un des plus beaux au monde, car le soleil se lève au-dessus des nuages et peint le ciel de nuances de rose, de jaune et de orange. Pour avoir la chance de voir le jour se lever entre 3 et 7 du matin, les touristes devront réserver leur place. Pour réserver en ligne, rendez-vous sur recreation.gov.

 

 

    Costa Rica : Une faune sauvage exceptionnelle

    Costa Rica : Une faune sauvage exceptionnelle

    Capucin à tête blanche, Costa Rica
    Nul ne l’ignore : le Costa Rica est un véritable jardin d’Éden. En témoigne sa faune d’une grande richesse, avec en tête l’emblématique morpho bleu, quatre espèces de singes et cinq de tortues marines, des aras rouges et des aras de Buffon, des paresseux à deux et à trois doigts, une myriade de dendrobates, des tapirs et des coatis. Et ce n’est qu’un aperçu de l’extraordinaire vie sauvage de ce pays. Découvrez le Costa Rica à travers notre sélection des espèces animales les plus typiques du pays…

    1. Les Oiseaux colorés du Costa Rica

    Toucan

    Le Costa Rica compte six espèces de cet oiseau typique des forêts tropicales. Parmi les plus courantes, impossible de manquer le toucan de Swainson et le toucan à carène, reconnaissables à leur énorme bec et à leur plumage chatoyant.

    Ara rouge

    Des 16 espèces de perroquets répertoriées dans le pays, l’ara rouge, ou ara macao, est le plus spectaculaire. Reconnaissable à sa grande taille et à son corps rouge vif, il vit notamment dans le Parque Nacional Carara et sur la Península de Osa. Les aras entretiennent de longues relations monogames et peuvent vivre 50 ans.

    Quetzal resplendissant

    L’oiseau le plus éblouissant d’Amérique centrale avait un rôle symbolique très fort dans les cultures aztèque et maya. Vous le reconnaîtrez à son corps d’un vert iridescent, à sa poitrine rouge et à sa longue queue verte, dans les zones de haute altitude et aux alentours du Parque Nacional Los Quetzales.
    Quetzal resplendissant au Costa Rica

    Spatule rosée

    Cet échassier à tête blanche est pourvu d’un long bec en forme de spatule, qui se referme au contact d’une proie tandis qu’il fouit les eaux peu profondes. Il est présent sur la Península de Nicoya et dans les plaines du Pacifique. Côté caribéen, on peut en voir dans le Refugio Nacional de Vida Silvestre Caño Negro.

    Tangara

    On dénombre 42 espèces de cette famille de passereaux dans le pays, toutes de couleurs vives. On peut en voir partout, sauf à haute altitude. Ils sont appelés viuda (veuve) au Costa Rica.

    Colibri

    Plus de 50 espèces de colibris ont été recensées dans le pays et la plupart vivent en altitude. Le plus grand des colibris, le campyloptère violet, possède une tête et un corps violet vif qui contrastent avec ses ailes vert sombre.

    2. Reptiles et amphibiens

    Rainette aux yeux rouges

    Symbole officieux du Costa Rica, la grenouille aux yeux rouges a un corps vert avec des raies bleu et jaune sur les côtés et des pattes orange. Malgré ses couleurs vives, elle se camoufle parfaitement dans la forêt tropicale. Elle est présente partout sauf sur la Península de Nicoya, dont le climat est trop sec. Vous augmenterez vos chances d’en apercevoir en vous rendant à l’Estación Biológica La Selva.
    Rainette aux yeux rouges du Costa Rica

    Dendrobate

    Parmi les diverses espèces de dendrobates du Costa Rica, la plus courante est le dendrobate fraise, présent de l’Arenal jusqu’à la côte caraïbe. Les sécrétions toxiques de ces grenouilles aux motifs très colorés étaient utilisées par les Indiens pour empoisonner la pointe de leurs flèches.

    IGUANE VERT

    L’iguane vert, au corps trapu et long de 2 m, s’observe couramment allongé sur une branche. L’iguane est végétarien, avec une préférence pour les jeunes pousses et feuilles. Il est présent partout dans le pays, et vous en croiserez sans doute, en train de paresser au soleil ou traversant tranquillement la chaussée.

    Crocodile

    On peut voir d’impressionnants spécimens depuis le pont des Crocodiles, sur la côte pacifique centrale, ou bien dans un environnement plus naturel à l’occasion d’une balade en bateau sur les canaux de Tortuguero.
    Alligator à Corcovado, Costa Rica

    Vipère

    Prenez garde à la vipère fer-de-lance, qui vit dans les régions agricoles des côtes pacifique et caraïbe, et à la vipère de Schlegel, présente dans la forêt tropicale de basse altitude. Afin d’éviter les morsures graves, voire fatales, faites attention où vous marchez et lorsque vous repousser les lianes devant vous lors d’une randonnée en forêt.
    Vipère au Costa Rica

    3. Animaux marins au Costa Rica

    Tortue olivâtre

    C’est la plus petite des tortues marines du Costa Rica. Entre septembre et octobre, elles arrivent en grand nombre pour pondre sur la Playa Ostional du Refugio Nacional de Fauna Silvestre Ostional, dans la province de Guanacaste.

    Tortue luth

    Pouvant atteindre 360 kg, l’imposante tortue luth se distingue par une carapace douce et tannée à 7 carènes. Elle pond ses œufs sur les plages du Pacifique des péninsules d’Osa et de Nicoya.

    Baleine

    Parmi les mammifères marins qui migrent des hémisphères Nord et Sud figurent des orques, des baleines bleues, des cachalots et plusieurs espèces de baleines à bec. Des excursions en bateau le long de la côte pacifique permettent souvent de voir des baleines à bosse.
    Baleine à bosse au Costa Rica

    Dauphin à gros nez

    Ces sympathiques et intelligents cétacés résident toute l’année dans les eaux du Costa Rica. Gardez l’œil ouvert pendant la traversée jusqu’à Bahía Drake.

    Requin-baleine

    Les plongeurs croiseront sûrement ce gentil géant dans les eaux de la Reserva Biológica Isla del Caño, du Golfo Dulce ou de l’Isla del Coco. Plus gros poisson du monde, il peut mesurer jusqu’à 6 m de long et peser plus de 2 tonnes.

    Raie manta

    D’une envergure pouvant atteindre 7 m, l’élégante raie manta peuple les eaux chaudes du Pacifique, en particulier au large du Guanacaste et des Islas Murciélagos et Catalinas.

    Requin-marteau

    L’impressionnant requin-marteau possède deux lobes céphaliques qui lui permettent de manœuvrer avec une vitesse et une précision incroyables. Les plongeurs en verront d’énormes bancs au large de l’Isla del Coco, une île reculée.

    4. Mammifères terrestres des forêts

    Paresseux

    On rencontre au Costa Rica le paresseux à trois doigts (ou tridactyle) ainsi que l’unau d’Hoffmann (à deux doigts). Ils se meuvent si lentement qu’on les croirait suspendus aux branches dans une parfaite immobilité. Vous pouvez les apercevoir dans le Parque Nacional Manuel Antonio.

    Singe hurleur

    Les cris du singe hurleur à manteau peuvent porter à plus de 1 km, même dans l’épaisse forêt tropicale. On les entend dans de nombreux parcs nationaux.

    Capucin à tête blanche

    Ce petit singe inquisiteur a une queue préhensile dont il enroule habituellement l’extrémité. Vous vous ferez peut-être voler votre pique-nique par l’un d’entre eux vers le Volcán Arenal ou au Parque Nacional Manuel Antonio.

    Singe-écureuil

    Le minuscule singe-écureuil se déplace en groupes de tailles diverses durant la journée en quête d’insectes et de fruits. Il vit le long du Pacifique et est assez commun dans le Parque Nacional Manuel Antonio et dans la Península de Nicoya.

    Jaguar

    Cet animal extrêmement rare et farouche est maître dans l’art du camouflage. Les chances de l’apercevoir sont minimes, mais elles augmentent si vous parcourez le Parque Nacional Corcovado.

    Coati à nez blanc

    Fréquemment aperçu, le coati à nez blanc appartient à la famille des ratons laveurs. Il se caractérise par un long museau clair et une queue rayée.

    Tapir de Baird

    Grand mammifère fouisseur, le tapir a une trompe préhensile et habite les profondeurs de la forêt tropicale, de la Península de Osa au Parque Nacional Santa Rosa.

    5. Insectes et arachnides tropicaux

    Morpho bleu

    Ce splendide papillon volette le long des rivières tropicales et dans les clairières. Quand il se pose, ses ailes bleu électrique se ferment pour ne laisser apparaître, en guise de camouflage, que leur revers brun moucheté.

    Fourmi coupe-feuilles

    De longues processions d’industrieuses fourmis coupe-feuilles sillonnent les sols des forêts et les sentiers du Costa Rica. Ces fourmis champignonnistes transportent dans leur fourmilière les morceaux de feuilles récoltés. Mastiqués, ceux-ci sont régurgités sous forme de pulpe favorisant la pousse des champignons dont se nourrissent les fourmis.

    Mygale

    Facilement reconnaissable à sa taille démesurée et à ses appendices velus, la mygale est une araignée impressionnante, capable de tuer une souris, mais complètement inoffensive pour les humains. Elle est particulièrement active la nuit, lorsqu’elle sort pour chercher de quoi manger et s’accoupler.

    Dynaste Hercule

    Allumez votre lampe torche en visitant l’une des forêts anciennes du pays, et vous distinguerez peut-être le dynaste Hercule, l’un des plus gros insectes au monde. Ce scarabée-rhinocéros à l’aspect impressionnant (et pourtant tout à fait inoffensif) peut atteindre la taille d’un plat à tarte. Et il est capable de porter plus de cent fois son poids !




      Lac Inle, le Paradis du Myanmar menacé de disparaître

      Lac Inle, le Paradis du Myanmar menacé de disparaître

      Lac Inle Birmanie

      Article de Jean Claude Pomonti paru sur Slate.fr

      Après de neuf cents mètres d’altitude, en pleine Asie des moussons, le lac et ses environs rappellent que la nature et l’homme se marient parfois avec bonheur. Dans le sud de l’Etat shan, les jardins et villages flottants du lac Inle, dont les alentours abritent pagodes, sites historiques, sources d’eau chaude, sont si attrayants que les touristes s’y précipitent depuis 2011 et l’ouverture du Myanmar, nouveau nom de la Birmanie depuis 1989. Toutefois, intervenant dans la foulée d’un demi-siècle de négligences sous la dictature militaire, ce fort afflux ne sera peut-être pas béni s’il ne s’accompagne de fermes mesures de protection d’un écosystème unique.

      A la surface du lac, les potagers reposent sur un assemblage délicat de boues, de jacinthes d’eau et d’autres plantes à l’aide de tiges de bambou plantées verticalement et de pieux qui les empêchent de dériver. Ce mélange peut atteindre un mètre d’épaisseur, dont le tiers émerge.

      Les potagers flottants couvrent aujourd’hui le quart de la superficie du lac. Leurs tomates, très appréciées et cueillies lorsqu’elles sont encore vertes, sont vendues sur tous les marchés du pays pendant les huit mois de production. Les jardins flottants produisent également fleurs, légumes à gousse, courges ou concombres.

      Ces matelas sont stables mais fragiles car les cultivateurs –membres du peuple intha, qui compte plusieurs milliers d’individus et ont fui des combats dans le sud birman au début du XVIIIe siècle– limitent au mieux la quantité de limon utilisé pour éviter de les faire sombrer en les alourdissant. Les cultivateurs se déplacent entre les plants de tomates ou de concombres à bord de barques sans moteur dont ils enroulent l’unique rame d’une jambe afin de lui imprimer un mouvement circulaire.

      De nos jours, toutefois, les touristes s’y promènent à bord de centaines d’embarcations à moteur appelées «long-tail boats» parce que leur hélice se situe, à la façon thaïlandaise, deux mètres derrière le moteur. Les vagues ainsi provoquées agitent trop fortement les matelas qui supportent les cultures. En prime, les fuites d’essence des moteurs contribuent à une pollution supplémentaire d’eaux dans lesquelles les habitants des villages flottants continuent de procéder à leurs ablutions.

      Inle Lake

      La profondeur moyenne de ce lac de 12.000 hectares –le deuxième de Birmanie par la superficie–  …. suite de l ‘article sur slate.fr