Laponie : 10 expériences à vivre cet hiver

La fin de l’hiver approche, laissez-vous tenter par des expériences certes vivifiante mais à vous couper le souffle en Laponie. Cette région qui s’étend sur quatre pays, la Norvège, la Suède, la Finlande et la presqu’île de Kola en Russie, offre une gamme fascinante de paysages, de cultures et d’activités à découvrir.  Idéal de Février à fin Mars.

1. Kiruna, son ambiance de ville américaine et son ice hotel

Commencez par atterrir à Kiruna. Cette petite ville d’une vingtaine de milliers d’habitants vit au rythme de sa mine de fer (la plus grande au monde !). Avec ses gros 4×4 qui sillonnent les rues et ses passages réguliers de Hell’s Angels, Kiruna a des allures de ville américaine. Point de départ d’un road-trip sami, elle n’est qu’à une quinzaine de kilomètres du fameux Ice Hotel de Jukkasjärvi. En plus de l’expérience glaciale, le village donne sur un lac magnifique, possède une église en bois luthérienne qui nous donnerait presque envie d’aller à la messe et un petit musée Sami très sympathique où des rennes vivent en permanence.
Renne à Kiruna, Laponie

2. Goûter au steak de renne

Dans la culture laponne, rennes et Samis sont indissociables. Depuis 10 000 ans, les derniers élèvent les premiers pour leur viande, leur fourrure et leur peau qu’ils utilisent pour fabriquer les tentes traditionnelles (lavo) et les tambours chamaniques. Tendre, savoureuse et très peu grasse, la viande de renne fait d’excellents steaks. Privilégiez le à la sauce d’airelles, recette lapone typique !

3. Surfer aux Lofoten

L’Archipel de Lofoten, au nord-ouest de la Norvège est d’une beauté dramatique avec ses fjords, lacs, forêts, bras de mer, petits ports et maisons en bois de toutes les couleurs, raffinnées et impeccables. Les amoureux de sport de glisse pourront surfer sur les vagues de la mer de Norvège à Unstad où une école de surf (la plus proche au monde du pôle nord) est ouverte toute l’année dans un paysage de rêve : un village coincé entre deux montagnes qui se jettent dans la mer donnant sur une plage déserte et magnifique.
Unstad, Lofoten, Norvège

4. Randonnée et trekking le long de la Kungsleden (la Voie Royale)

Créée il y a un bon siècle par le Svenska Turistföreningen (STF), équivalent du Club Alpin français, la Kungsleden (la Voie Royale) est un parcours de 440 kilomètres qui part de Hemavan au Sud jusqu’à Abisko au Nord. La partie la plus populaire s’étend de Nikkaluokta (environ 45 minutes de route à l’ouest de Kiruna) à Abisko en passant par la plus haute montagne de Suède, le Kebnekaise (2 106 m). Cette partie longue de 110 kilomètres offre un éventail de paysages époustouflants : toundra, forêts de bouleaux, grands lacs, cascades, rivières, glaciers, montagnes et canyons. Comptez une semaine de marche et préparez-vous à des rencontres animalières et humaines sympathiques dans les refuges qui bordent le chemin (environ tous les 20 kilomètres).
Kebnekaise national park, Suède

5. Les aurores boréales

La Laponie est aussi l’endroit idéal pour s’émerveiller devant une aurore boréale. Le magnétisme des pôles attire les particules solaires qui s’embrasent au contact de la couche supérieure de l’atmosphère, l’ionosphère. Un embrasement qui créé ces fameuses aurores boréales, fulgurances lumineuses aux couleurs dans des drégadés de vert (mais qui peuvent également prendre toutes celles du spectre). Pour vous donner toutes les chances de voir les plus belles aurores, partez entre fin septembre et fin mars. Quant aux endroits, Lofoten et toute la région de Tromsö sont de très bons spots en Norvège. La Aurora Sky Station, dans le parc national d’Abisko, est l’un des meilleurs endroits au monde (900 m d’altitude) pour observer les aurores. Quant à la Finlande, L’Urho Kekkonen National Park, et particulièrement la région d’Ivalo avec ses paysages enneigés, offrent des spots d’observation de toute beauté.

6. S’imprégner de la culture Sami

Rien de tels que les festivals pour vous imprégner de cette culture nomade et chamanique en osmose avec la nature. Des festivals, comme celui d’Isogaisa en Norvège autour du troisième week-end d’août, vous permettront de vous familiariser avec les pratiques chamaniques grace à des cérémonies autour du feu dans les Lavo (tentes traditionnelles). Celui de Kautokeino, le Sami Easter Festival, se déroule au moment de Pâques et est le festival de musique sami le plus important de Laponie. On y chante des Joïks, chants guturaux traditionnels, accompagnés de tambours samis… Un vrai “Eurovision” version lapon !
Festival d'Isogaisa, Norvège

7. Faire du ski en Laponie finlandaise

Vous en avez marre des stations de ski des Alpes ou des Pyrénnées, avez envie de dépaysement mais aussi de sports de neige ? Les stations laponnes de Finlande, telles que Ylläs et Levi sont des petits trésors de calme et de beauté. Truffées de chalets en bois, au milieu de sapins touffus, elles ne sont qu’à environ 700 m d’altitude. Elles offrent cependant un bon choix de pistes et sont connues pour leur ambiance familiale, leur côté relax et à des années-lumière du “m’as-tu vu” de certaines stations des Alpes. En plein hiver, quand le soleil ne brille que très peu de temps par jour, les pistes sont éclairées artificiellement.

8. Les safaris lapons : motoneige, rennes ou chiens de traineaux

Pour ceux qui préfèrent la découverte de grands espaces sauvages, la Laponie offre pléthore d’options et de parcours, aussi bien en Finlande, qu’en Suède et en Norvège. À vous de choisir une formule qui vous convient : privilégiez le sport et la glisse sur les lacs gelés ou à travers bois, découvrez la faune arctique ou laissez-vous tenter par la pêche sur les lacs gelés ou la visite d’igloos… Dans tous les cas, ne lésinez pas sur les dessous thermiques !
Parcours en chiens de traîneaux, Laponie

9. La Laponie en maillot de bains

Et oui, n’oubliez pas votre maillot lors de votre voyage… Le sauna fait partie de la vie quotidienne en Laponie, notamment en Finlande. Véritable lieu de détente mais aussi de bavardage, on s’y purifie le corps comme l’esprit tout en parlant de tout et de rien. Les saunas sont partout, notamment à proximité des lacs, l’idée étant d’y retourner après quelques plongeons dans le lac ! Pour les amateurs de saunas moins “roots”, essayez les hôtels-spas comme celui de Kakslauttanen en Finlande au design étonnant : chaque chambre est un petit igloo de verre…

10. Réaliser un rêve d’enfant : voir le Père Noël

C’est dans le petit village de Rovaniemi en Finlande que vit le Père Noël ! Et vous pouvez le rencontrer, tous les jours (sauf les jours de pointe du 24 et 25 décembre). Le Père Noël reçoit dans sa maison. Installlé à son bureau, il vous écouvte énumérer la liste des cadeaux que vous voulez pour Noël. Vous pouvez aussi bien sûr lui donner votre lettre en main propre. La magie ne s’arrête pas à la rencontre avec petit papa Noël mais continue dans sa grotte, Santa Park, transformée en parc d’attraction… Bref, un retour dans la magie de l’enfance pour finir en beauté votre voyage lapon.




    Barentsburg, vestige de l’URSS

     

     

    Barentsburg n’est pas seulement l’une des villes les plus septentrionales du monde. C’est un voyage dans le temps et l’espace, un fantôme de l’histoire, un vestige de l’empire soviétique figé dans le permafrost norvégien, au-delà du cercle arctique. 370 Russes et Ukrainiens vivent et travaillent dans cette colonie minière installée sur l’île de Spitzberg, dans l’archipel du Svalbard attribué à Oslo par un détour de l’Histoire. Au début du XXe siècle, des compagnies américaines, anglaises, suédoises, russes et norvégiennes sont venues là extraire le charbon, réputé être d’excellente qualité, notamment pour la sidérurgie. En 1920, le traité du Spitzberg, signé à Paris, offre à la couronne norvégienne l’archipel du Svalbard sous deux conditions : l’interdiction de toute utilisation militaire du territoire et la possibilité pour les nations signataires d’en exploiter le sous-sol.

    Barentsburg connaîtra alors des jours fastes. De 1960 à l’effondrement de l’URSS en 1990, jusqu’à 900 mineurs venus des républiques soviétiques vivent là avec leurs familles comme dans un petit village. Les salaires sont attractifs, la nourriture est gratuite, importée d’Union soviétique ou fournie par une ferme locale.

    Immeubles vides et délabrés

    Aujourd’hui, la Russie est le dernier pays à maintenir ici une colonie. Moins pour en tirer un bénéfice immédiat que pour devenir incontournable dans une région qui sera stratégique quand le recul des glaces ouvrira de nouvelles routes maritimes par l’océan Arctique. Mais l’unique mine de charbon de Barentsburg s’épuise. La majorité de sa production est désormais consommée sur place pour fournir chaleur et électricité aux résidents, pris au piège de ce qui n’est plus qu’une étape dans le carnet de voyage des touristes aventurés au Svalbard.

    Durant l’été, quand les glaces se font plus discrètes, l’ancien bateau de pêche MS Langoysund embarque pour une balade dans les fjords et s’arrête devant le glacier d’Esmark, dans la baie d’Ymir, le temps que les visiteurs se régalent de brochettes de baleine (encore pêchées en Norvège). Après cinq heures de navigation, on aperçoit la cheminée de l’usine de charbon de Barentsburg qui tapisse le ciel d’un voile menaçant. Et on découvre les premiers baraquements : un mélange d’architecture industrielle, de hangars, de maisons en bois et d’immeubles soviétiques, la plupart vides et délabrés.

    Sur le bateau, Oivind Larsen-Lund s’impatiente, il a hâte de débarquer. Ce Norvégien a choisi une virée au Svalbard avec ses employés pour fêter les 25 ans de sa boîte de matériel médical. «Ça me fait toujours quelque chose. Je suis assez nostalgique de la période soviétique, avoue ce grand blond qui vient ici pour la troisième fois. Je voulais partager ça avec mes enfants, avec mes employés, pour qu’ils sachent que de tels endroits existent.»

    Dimitri Andrei attend sur le quai. Avec son bonnet aux couleurs du drapeau norvégien, le jeune guide entame dans un anglais parfait la visite de Barentsburg. Il moque la déliquescence des lieux pour faire rire le groupe. Devant le buste de Lénine : «Notre président, euh, pardon, notre camarade veille toujours sur nous.» Devant l’enseigne déboulonnée de l’ancien bistrot de la ville : «Nous sommes tellement heureux ici que nous n’avons plus besoin de bars.» Devant le gymnase au fronton surmonté d’anneaux olympiques : «Nous nous préparons en secret, ici, aux JO de Moscou[qui se déroulèrent 1980, ndlr].»

    Matriochkas à l’effigie de Medvedev et Poutine

    Texte : Laure Nouhlat

     

    Suite….

     

    Repères

    Se rendre sur l’archipel du Svalbard :

    L’ archipel se situe a la limite de l’ océan arctique et de l’ océan atlantique et constitue la terre la plus septentrionale de la Norvège.

    L’ Archipel du Svalbard est composé de trente îles dont trois îles principales dont la plus connues est l’île de Sptizberg. Les deux autres îles importantes de  l’archipel   sont celles de Nordaustlandet et Edgeøya.  Le Svalbard est bien au-delà du cercle polaire Arctique. La nuit polaire, l’hiver, dure du 26 octobre au 15 février et le soleil de minuit brille du 20 avril au 23 août . Peuplé d’ ours polaires,  l’ île est classé réserve naturelle.

    L’archipel s’ étend sur 62 050 km² .

    Le Spitzberg est l’île principale, elle ne compte que 2 400 habitants dont au moins 800 Ukrainiens et Russes. Spitzberg est aussi le camp de base et le point de départ de nombreuses expéditions polaires.

    Pour y aller, il y a des vols depuis Oslo ;

    Formalités d’entrée en Norvège

    Pour les Français, les Belges, les Suisses et tous les ressortissants de l’UE, une carte d’identité en cours de validité est acceptée à la place du passeport. La Norvège adhère à la convention de Schengen, les contrôles sont donc limités. Les Canadiens auront besoin d’un passeport en cours de validité.

    Climat

    Le jour permanent commence vers la fin avril pour finir fin août. Au début de cette période, la température est proche de -10° à -5 °C. Toutefois, lors de tempêtes polaires ou bien lorsque le soleil se cache quelques heures derrière un pic ou un nuage, la température peut vite descendre à -15° et même -20 °C (dans ce cas extrême, seulement en bas des glaciers, car le vent s’y engouffre et se refroidit).

    Au cours de l’été, la température est normalement faiblement positive, habituellement comprise entre 0 et 10 degrés. Au mois de juillet, il gèle rarement à Longyearbyen. Le ciel est très souvent couvert et les tempêtes y sont moins fréquentes.

    Svalbard a un climat de type ET (Polaire de Toundra) avec comme record de chaleur 21,3 °C le 16 juillet 1979 et comme record de froid -46,3 °C le 4 mars 1986. La température moyenne annuelle est de -5,7 °C.

    Economie

    L’activité économique tourne autour de l’extraction de charbon, complétée par la pêche et la chasse. Le tourisme s’ est developpeé ses dernières années  et la recherche scientifique et quelques entreprises de haute-technologie se sont développées particulièrement les stations relais de satellite.

     

    Pour plus d’ infos : www.visitnorway.com