Voyage aux Philippines, les 5 lieux indispensables à découvrir

 

Philippines, Chocolate Hills

1 – Montagnes couleur chocolat

Situées au cœur de la province de Bohol, les Chocolate Hills représentent une curiosité géologique. Composé de 1268 collines d’environ 1m20 de hauteur, le paysage crée un spectacle saisissant durant les mois de décembre à avril en prenant des teintes marrons, d’où le nom du site. Une légende voudrait que ces reliefs soient des larmes tombées des yeux d’un géant. Sensible à la lumière, ces centaines de petites collines se teintent des couleurs du soleil. Les voyageurs profiteront d’être sur place pour rende visite aux craintifs tarsiers, un des plus petits primates au monde aux yeux démesurément grands.

2 – Amphithéâtre de rizières en terrasse

La petite ville de Banaue est située à 1200 mètres d’altitude, au cœur de la province du nord de Luzon. Cette région offre des paysages, une atmosphère et surtout une expérience culturelle uniques. Elle constitue le théâtre de la huitième merveille du monde : les rizières en terrasse de Batad, classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, offrant des paysages à couper le souffle et dont les couleurs varient selon les saisons, mais aussi les heures de la journée. Certaines tribus blotties au cœur des vallées vivent toujours de la culture du riz et de la chasse. L’artisanat local reste aussi très riche. Les brumes du soleil levant qui se reflètent dans les rizières viellent de plus de 2000 ans dévalant la montagne, laissent un souvenir inoubliable ainsi qu’un sentiment de quiétude.

3 – Siargao, le paradis du surf

Siargao est une île qui saura conquérir le cœur de tous les amoureux de grands espaces et de nature. Des paysages verdoyants extraordinaires, des plages de sable fin et des eaux cristallines idéales pour la pratique du surf. Le Cloud 9 est d’ailleurs un des meilleurs spots d’Asie du sud-est pour la discipline. Les amateurs pourront profiter de plusieurs sites adaptés à tous les niveaux. Pour les autres, de nombreuses grottes ponctuent la région et il est possible de s’enfoncer au cœur de la montagne pour des treks sauvages, ou encore de simplement s’allonger sur les plages désertes de l’île avec pour unique objectif de se laisser bercer par le son des vagues.

4 – Apo Island, authenticité et fonds marins

Dans l’archipel des Visayas se situe une toute petite île qui semble insensible aux effets du temps. Ici tout est authentique : les plages de sable blanc et de coraux, les reliefs verdoyants et le village dont les habitants affichent un sourire constant. Les fonds marins sont riches de coraux et des familles entières de tortues y ont élu domicile à moins d’un mètre du rivage. Pas de voitures mais des enfants qui courent jouer sur la plage dès la sortie de l’école et une atmosphère si paisible qu’entre dégustation de poissons fraichement péchés, snorkeling, promenades et couchers de soleil à couper le souffle, il est difficile de repartir d’Apo Island sans en garder un souvenir mémorable de tranquillité et de partage.

5 – Plage secrète et rivière souterraine

Situé sur l’île de Palawan et à côté de sa capitale Puerto Princesa, ce parc offre un paysage karstique spectaculaire avec sa rivière souterraine qui se jette dans la mer et subit l’influence des marées. Le site présente des fonds marins exceptionnellement préservés et abrite des forêts parmi les plus significatives d’Asie du sud-est. Le parc et sa rivière souterraine sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO et figurent également dans le classement des sept nouvelles merveilles de la Nature depuis 2011. Cet endroit emblématique dévoile ses nombreuses richesses toutes plus impressionnantes les unes que les autres et saura surprendre les voyageurs grâce à sa beauté naturelle préservée.

    Où faire du trek et admirer les geysers du Yellowstone

    Sillonner le plus grand super-volcan d’Amérique du Nord, les canyons escarpés, les vastes forêts subalpines, les geysers et les sources thermales voici les différents paysages du célèbre parc national de Yellowstone . Le parc accueille près de 3,5 millions de visiteurs qui affluent chaque année vers des sites comme Old Faithful . Mais ces 3475 km² de nature sauvage abritent de nombreux secrets, si vous savez où regarder. Pour de nombreux visiteurs, l’observation de la multitude  faune de Yellowstone dépasse souvent les paysages géothermiques . Les ours noirs et grizzlis, le plus grand troupeau de bisons sauvages aux États-Unis, les wapitis, les coyotes et les orignaux s’y trouvent. L’une des plus grandes histoires de réintroduction de la faune dans l’histoire récente est le retour des loups à Yellowstone  tout a commencé dans les années 90,  en augmentant considérablement la biodiversité du parc et lui conférant le statut du parc ayant le plus grand écosystème préservé entre le cercle polaire arctique et le tropique du cancer. Il est facile de voir pourquoi le Yellowstone a été reconnu comme un territoires à protéger depuis  1872, alors qu’il est devenu le premier parc national de la planète. Mais le parc permet regorge  encore beaucoup d’endroits pour esquiver les foules. La visite au printemps ou au début de l’automne, vous permettra de parcourir les sentiers dans une plus grande tranquillité.

    Old Faithful

    Une grande partie des touristes fréquentant le parc du Yellowstone s’entrelace dans le phénoménal Old Faithful, gysers qui éjecte une eau bouillante à plus de 50 m de  haut avec une étrange  régularité . Le meilleur accès s’effectue par l’entrée Sud du parc et à l’ouest par West Thumb et Grant Village, c’est au cœur du super volcan du parc. Old Faithful est aussi l’arrêt le plus populaire, mais ce n’est que l’une des nombreuses et fascinantes endroit du Upper Geyser Basin. Tout d’abord, étant donné que près d’un quart des geysers du monde se trouvent dans ce voisinage, il vaut la peine de télécharger l’application Geyser de Yellowstone National Park (ypf.org), qui vous aide à planifier votre visite autour des éruptions. La meilleure façon de l’observer est d’une promenade et pour échapper aux hordes, parcourez la boucle du sentier Observation Point Trail d’ environ 1,1 milles, qui s’épenche sur la forêt environnante et de son autre geyser qui rentre régulièrement en éruption, Solitary Geyser, en plus d’offrir de belles vues sur l’action Old Faithful avec la vue sur les cimes des arbres. Un autre sentier de 2,5 milles situé au sud-est de l’arrêt Old Faithful, au niveau Kelper Cascades est le point de départ de la randonnée de 4,8 milles vers le Lone Star Geyser, beaucoup moins visité. Une route permet de vous balader à travers les pâturages et les forêts de pins jusqu’au geyser, où les éruptions surviennent toutes les trois heures. Plus long et plus déserté est le sentier Delacy Creek, à 6 km à l’est de Kelper Cascades. La route descendante de 6,2 milles se faufilent jusqu’à Shoshone Lake, le plus grand parc d’eau de l’arrière-pays du parc, bordant de spectaculaires plages de sable noir. ce sont de superbes sites secrets pour camper aux bords des rives.

    Exploration des bassins intermédiaires et inférieurs des geysers

    En direction du nord de Old Faithful, une promenade de 5,6 milles vous amène à un autre activité géothermique, Midway Geyser Basin, couronné par les sources chaudes et éblouissantes de Grand Prismatic. La vue la plus jolie de Yellowstone, les sources s’entrainent avec leurs algues à plusieurs couleurs. Vu de dessus, ils ressemblent à une plume de paon vaste et vive, où les turquoises et les ocres teintent la brume montante. Pour des vues spectaculaires sur les sources, prenez le départ au sentier de Fairy Falls, à environ un mille au sud du bassin de Geyser de Midway. Après une randonnée d’un mile sur ce chemin, un sentier latéral abrupte se détache sur le point de vue nommé nommé Picture Hill. Fountain Paint Pot Trail, une route de 2,2 mile au nord-est de la zone de stationnement offre une vue panoramique sur  le bassin inférieur du Geyser , avec sa boue et ses fumerolles, ainsi que des geysers et des sources thermales, Sur un court sentier en boucle.  Soyez impressionné par le Grand Canyon de Yellowstone , au nord du lac Yellowstone, la rivière Yellowstone tombe sur deux immenses chutes d’eau près de Canyon Village (nps.gov/yell/planyourvisit/canyonplan.htm) dans la zone nord-centre du parc. Le deuxième, Lower Yellowstone Falls, constitue la cascade la plus élevée dans les Rocheuses à 308 m de hauteur. L’eau bleue vitreuse se déverse alors sur le Grand Canyon de Yellowstone, laissant derrière elle les forêts, car elle grimpe dans une faille de plus de 900 m de profondeur ,ondulant  dans des nuances alternées de rouge, rose et jaune. A parti du stationnement Artist Point, oncle Tom’s Trail descend 328 étapes et plus de 400 mètres avec la vue depuis la base des chutes inférieures. Une promenade à 30 milles au nord et à l’est de Canyon Village vous emmène à la vallée de Lamar, considéré comme l’un des meilleurs endroits au monde pour aller observer les loups.

    Explorer le Yellowstone

    Pour explorer l’immensité du parc, il existe une variété de manières de le parcourir . Pour les premiers jours de voyage dans Yellowstone vous pouvez inscrire  pour un Wild West Tour (yellowstonenationalparklodges.com),à partir du village de Tower-Roosevelt, à 18,6 miles au nord de Canyon Village. La diligence ou les promenades à cheval vous font décourir plusieurs itinéraires,idéal avec des enfants  y compris le Old West Dinner Cookout, où vous pourrez déguster un steak, des muffins de maïs et une «tasse de joe» autour d’un feu de camp dans les forêts sauvages. Pour atteindre les coins les plus reculés du parc, il existe un   opérateur autorisé (yellowstonesafari.com) avec des voyages de trois ou quatre jours, y compris la possibilité de camper dans le parc  . Même durant l ‘hiver (décembre à avril) il est possible de visiter le parc Yellowstone. En fait, des motoneiges peuvent sillonner autour du parc, avec des opérateurs comme Two Top Snowmobile (twotopsnowmobile.com) , pour les plus téméraires de vivre un expérience inoubliable dans cette nature sauvage .

      Costa Rica : Une faune sauvage exceptionnelle

      Costa Rica : Une faune sauvage exceptionnelle

      Capucin à tête blanche, Costa Rica
      Nul ne l’ignore : le Costa Rica est un véritable jardin d’Éden. En témoigne sa faune d’une grande richesse, avec en tête l’emblématique morpho bleu, quatre espèces de singes et cinq de tortues marines, des aras rouges et des aras de Buffon, des paresseux à deux et à trois doigts, une myriade de dendrobates, des tapirs et des coatis. Et ce n’est qu’un aperçu de l’extraordinaire vie sauvage de ce pays. Découvrez le Costa Rica à travers notre sélection des espèces animales les plus typiques du pays…

      1. Les Oiseaux colorés du Costa Rica

      Toucan

      Le Costa Rica compte six espèces de cet oiseau typique des forêts tropicales. Parmi les plus courantes, impossible de manquer le toucan de Swainson et le toucan à carène, reconnaissables à leur énorme bec et à leur plumage chatoyant.

      Ara rouge

      Des 16 espèces de perroquets répertoriées dans le pays, l’ara rouge, ou ara macao, est le plus spectaculaire. Reconnaissable à sa grande taille et à son corps rouge vif, il vit notamment dans le Parque Nacional Carara et sur la Península de Osa. Les aras entretiennent de longues relations monogames et peuvent vivre 50 ans.

      Quetzal resplendissant

      L’oiseau le plus éblouissant d’Amérique centrale avait un rôle symbolique très fort dans les cultures aztèque et maya. Vous le reconnaîtrez à son corps d’un vert iridescent, à sa poitrine rouge et à sa longue queue verte, dans les zones de haute altitude et aux alentours du Parque Nacional Los Quetzales.
      Quetzal resplendissant au Costa Rica

      Spatule rosée

      Cet échassier à tête blanche est pourvu d’un long bec en forme de spatule, qui se referme au contact d’une proie tandis qu’il fouit les eaux peu profondes. Il est présent sur la Península de Nicoya et dans les plaines du Pacifique. Côté caribéen, on peut en voir dans le Refugio Nacional de Vida Silvestre Caño Negro.

      Tangara

      On dénombre 42 espèces de cette famille de passereaux dans le pays, toutes de couleurs vives. On peut en voir partout, sauf à haute altitude. Ils sont appelés viuda (veuve) au Costa Rica.

      Colibri

      Plus de 50 espèces de colibris ont été recensées dans le pays et la plupart vivent en altitude. Le plus grand des colibris, le campyloptère violet, possède une tête et un corps violet vif qui contrastent avec ses ailes vert sombre.

      2. Reptiles et amphibiens

      Rainette aux yeux rouges

      Symbole officieux du Costa Rica, la grenouille aux yeux rouges a un corps vert avec des raies bleu et jaune sur les côtés et des pattes orange. Malgré ses couleurs vives, elle se camoufle parfaitement dans la forêt tropicale. Elle est présente partout sauf sur la Península de Nicoya, dont le climat est trop sec. Vous augmenterez vos chances d’en apercevoir en vous rendant à l’Estación Biológica La Selva.
      Rainette aux yeux rouges du Costa Rica

      Dendrobate

      Parmi les diverses espèces de dendrobates du Costa Rica, la plus courante est le dendrobate fraise, présent de l’Arenal jusqu’à la côte caraïbe. Les sécrétions toxiques de ces grenouilles aux motifs très colorés étaient utilisées par les Indiens pour empoisonner la pointe de leurs flèches.

      IGUANE VERT

      L’iguane vert, au corps trapu et long de 2 m, s’observe couramment allongé sur une branche. L’iguane est végétarien, avec une préférence pour les jeunes pousses et feuilles. Il est présent partout dans le pays, et vous en croiserez sans doute, en train de paresser au soleil ou traversant tranquillement la chaussée.

      Crocodile

      On peut voir d’impressionnants spécimens depuis le pont des Crocodiles, sur la côte pacifique centrale, ou bien dans un environnement plus naturel à l’occasion d’une balade en bateau sur les canaux de Tortuguero.
      Alligator à Corcovado, Costa Rica

      Vipère

      Prenez garde à la vipère fer-de-lance, qui vit dans les régions agricoles des côtes pacifique et caraïbe, et à la vipère de Schlegel, présente dans la forêt tropicale de basse altitude. Afin d’éviter les morsures graves, voire fatales, faites attention où vous marchez et lorsque vous repousser les lianes devant vous lors d’une randonnée en forêt.
      Vipère au Costa Rica

      3. Animaux marins au Costa Rica

      Tortue olivâtre

      C’est la plus petite des tortues marines du Costa Rica. Entre septembre et octobre, elles arrivent en grand nombre pour pondre sur la Playa Ostional du Refugio Nacional de Fauna Silvestre Ostional, dans la province de Guanacaste.

      Tortue luth

      Pouvant atteindre 360 kg, l’imposante tortue luth se distingue par une carapace douce et tannée à 7 carènes. Elle pond ses œufs sur les plages du Pacifique des péninsules d’Osa et de Nicoya.

      Baleine

      Parmi les mammifères marins qui migrent des hémisphères Nord et Sud figurent des orques, des baleines bleues, des cachalots et plusieurs espèces de baleines à bec. Des excursions en bateau le long de la côte pacifique permettent souvent de voir des baleines à bosse.
      Baleine à bosse au Costa Rica

      Dauphin à gros nez

      Ces sympathiques et intelligents cétacés résident toute l’année dans les eaux du Costa Rica. Gardez l’œil ouvert pendant la traversée jusqu’à Bahía Drake.

      Requin-baleine

      Les plongeurs croiseront sûrement ce gentil géant dans les eaux de la Reserva Biológica Isla del Caño, du Golfo Dulce ou de l’Isla del Coco. Plus gros poisson du monde, il peut mesurer jusqu’à 6 m de long et peser plus de 2 tonnes.

      Raie manta

      D’une envergure pouvant atteindre 7 m, l’élégante raie manta peuple les eaux chaudes du Pacifique, en particulier au large du Guanacaste et des Islas Murciélagos et Catalinas.

      Requin-marteau

      L’impressionnant requin-marteau possède deux lobes céphaliques qui lui permettent de manœuvrer avec une vitesse et une précision incroyables. Les plongeurs en verront d’énormes bancs au large de l’Isla del Coco, une île reculée.

      4. Mammifères terrestres des forêts

      Paresseux

      On rencontre au Costa Rica le paresseux à trois doigts (ou tridactyle) ainsi que l’unau d’Hoffmann (à deux doigts). Ils se meuvent si lentement qu’on les croirait suspendus aux branches dans une parfaite immobilité. Vous pouvez les apercevoir dans le Parque Nacional Manuel Antonio.

      Singe hurleur

      Les cris du singe hurleur à manteau peuvent porter à plus de 1 km, même dans l’épaisse forêt tropicale. On les entend dans de nombreux parcs nationaux.

      Capucin à tête blanche

      Ce petit singe inquisiteur a une queue préhensile dont il enroule habituellement l’extrémité. Vous vous ferez peut-être voler votre pique-nique par l’un d’entre eux vers le Volcán Arenal ou au Parque Nacional Manuel Antonio.

      Singe-écureuil

      Le minuscule singe-écureuil se déplace en groupes de tailles diverses durant la journée en quête d’insectes et de fruits. Il vit le long du Pacifique et est assez commun dans le Parque Nacional Manuel Antonio et dans la Península de Nicoya.

      Jaguar

      Cet animal extrêmement rare et farouche est maître dans l’art du camouflage. Les chances de l’apercevoir sont minimes, mais elles augmentent si vous parcourez le Parque Nacional Corcovado.

      Coati à nez blanc

      Fréquemment aperçu, le coati à nez blanc appartient à la famille des ratons laveurs. Il se caractérise par un long museau clair et une queue rayée.

      Tapir de Baird

      Grand mammifère fouisseur, le tapir a une trompe préhensile et habite les profondeurs de la forêt tropicale, de la Península de Osa au Parque Nacional Santa Rosa.

      5. Insectes et arachnides tropicaux

      Morpho bleu

      Ce splendide papillon volette le long des rivières tropicales et dans les clairières. Quand il se pose, ses ailes bleu électrique se ferment pour ne laisser apparaître, en guise de camouflage, que leur revers brun moucheté.

      Fourmi coupe-feuilles

      De longues processions d’industrieuses fourmis coupe-feuilles sillonnent les sols des forêts et les sentiers du Costa Rica. Ces fourmis champignonnistes transportent dans leur fourmilière les morceaux de feuilles récoltés. Mastiqués, ceux-ci sont régurgités sous forme de pulpe favorisant la pousse des champignons dont se nourrissent les fourmis.

      Mygale

      Facilement reconnaissable à sa taille démesurée et à ses appendices velus, la mygale est une araignée impressionnante, capable de tuer une souris, mais complètement inoffensive pour les humains. Elle est particulièrement active la nuit, lorsqu’elle sort pour chercher de quoi manger et s’accoupler.

      Dynaste Hercule

      Allumez votre lampe torche en visitant l’une des forêts anciennes du pays, et vous distinguerez peut-être le dynaste Hercule, l’un des plus gros insectes au monde. Ce scarabée-rhinocéros à l’aspect impressionnant (et pourtant tout à fait inoffensif) peut atteindre la taille d’un plat à tarte. Et il est capable de porter plus de cent fois son poids !