Protéger les récifs en tant que voyageur .

Ce n’est un secret pour personne que les récifs coralliens du monde entier sont en grave difficulté, leurs perspectives d’avenir sont menacées par tout, du changement climatique à la surpêche; en fait, les scientifiques prédisent que sans une action radicale, presque tous ces écosystèmes éblouissants pourraient disparaître d’ici 2050.

Mais alors que le pronostic est sombre, les voyageurs peuvent jouer un rôle dans la campagne pour sauver les récifs en changeant leur comportement et en faisant des choix éclairés. Voici nos conseils sur la façon dont vous pouvez contribuer à ce que ces forêts tropicales humides de la mer – du Triangle de Corail aux Caraïbes – puissent être appréciées pour les générations à venir.

Limitez votre utilisation de plastique

Sauver les récifs coralliens du monde – qui abritent un quart de toutes les espèces marines et un demi-milliard de personnes dans le monde – commence sur la terre ferme.

L’une des plus grandes menaces pour la vie marine qui jouent un rôle essentiel dans la santé des récifs coralliens est le plastique, qui ne se décompose jamais. Au lieu de cela, il se brise en petits morceaux minuscules appelés microplastiques. Si le plastique intact ne tue pas la vie marine, les produits chimiques qui se fixent sur ces fragments peuvent être très toxiques pour les animaux qui les ingèrent.

Avec cinq billions de pièces de plastique que l’on pense déjà être en train de balancer dans nos océans, éviter les sacs, les bouteilles et les pailles à usage unique peut aider à éviter d’aggraver ce problème colossal.

Choisir des voyagistes écocertifiés

Faire un effort pour choisir les opérateurs de tourisme maritime les plus responsables en voyageant peut aussi aider à sauver les récifs coralliens. La première étape consiste à s’assurer que les opérateurs sont agréés et leurs guides certifiés. Idéalement, les opérateurs détiendront également une forme d’écocertification nationale ou internationale.

Si cette information n’est pas disponible sur le site Web de l’entreprise, posez des questions. Comment l’entreprise informe-t-elle ses clients sur l’environnement local et la vie marine? Quelles mesures spécifiques prend-elle pour minimiser son propre impact sur l’écosystème local? Existe-t-il des initiatives locales de conservation telles que le nettoyage des plages? Il vous faudra peut-être débourser quelques dollars de plus pour faire une écotourisme légitime, mais considérez cela comme un investissement dans l’environnement.

Devenir un scientifique citoyen

Un nombre croissant de fondations de conservation, de parcs nationaux et d’hôtels écologiques à travers le monde gèrent des programmes scientifiques citoyens qui permettent aux voyageurs de tous les jours de jouer un rôle actif dans la protection à long terme des récifs coralliens du monde.

Par exemple, les scientifiques qui surveillent la Grande Barrière de corail australienne – qui couvre près de 348 000 kilomètres carrés – s’appuient sur l’application Eye on the Reef de la Great Barrier Reef Marine Park Authority, qui permet aux utilisateurs de télécharger des images et des enregistrements d’événements de blanchiment du corail, de la faune sauvage échouée et d’autres aménagements qui aident les autorités dans leurs travaux de conservation.

Volontaire sur un projet de conservation des récifs

Un large éventail de projets de conservation marine est maintenant offert par la plupart des principales organisations de volontariat dans des destinations allant de l’Indonésie aux Maldives, en passant par les îles Fidji et les Açores.

Les projets peuvent vous voir participer à des initiatives de conservation, y compris le nettoyage des plages, la sensibilisation de la communauté, la surveillance physique des récifs coralliens et de la vie marine, et même la replantation de fragments de corail sains sur des récifs endommagés ou blanchis. Avec de nombreux projets incluant un cours de plongée sous-marine, c’est une excellente façon de redonner au récif tout en obtenant votre certification.

Ecoute, mais ne touche pas.

Composé de centaines de milliers de minuscules animaux appelés polypes, les coraux sont plus délicats qu’ils n’en ont l’air. Veillez à pratiquer la flottabilité neutre lorsque vous plongez en plongée sous-marine, et soyez toujours conscient de vos palmes lorsque vous plongez ou que vous faites de la plongée en apnée – remuer des sédiments avec vos nageoires peut étouffer les coraux, alors que le simple fait de toucher les coraux peut les tuer. Même si un corail n’est pas visiblement endommagé, le transfert d’huiles et de bactéries contenues sur la peau humaine peut rendre ces invertébrés fragiles plus vulnérables aux maladies et à la mort.

Choisir des produits de la mer durable

Vous pouvez aider à sauver les récifs coralliens simplement en prenant des décisions plus éclairées sur le type de fruits de mer que vous mangez et quand. Environ un tiers de toutes les espèces de poissons d’eau salée vivent au moins une partie de leur vie sur les récifs coralliens, et tous jouent un rôle important dans la santé de ces habitats. La surpêche des populations de poissons perroquets et de poissons-chirurgiens, par exemple, permet aux algues de se développer sans contrôle, ce qui fait que certains écosystèmes de récifs coralliens se transforment de paysages marins technicolores en champs d’algues et de débris.

Vous pouvez éviter de faire partie du problème en vérifiant si votre destination de voyage dispose d’un guide des produits de la mer durable (le World Wildlife Fund a des guides gratuits dans plus de 20 pays) et en évitant les fruits de mer hors saison offerts dans les menus des restaurants.

Utilisez un écran solaire antireflet

Une étude sur les îles Vierges américaines publiée en 2015 a révélé que les produits chimiques couramment utilisés dans les écrans solaires étaient responsables de la mort des récifs coralliens locaux. Le pire délinquant a été trouvé être oxybenzone qui peut endommager l’ADN corallien, ce qui rend stérile les coraux d’apparence saine. L’oxybenzone et d’autres composés absorbant les UV (y compris le méthoxycinnamate) peuvent également provoquer le blanchiment en abaissant la température à laquelle les coraux blanchissent lorsqu’ils sont exposés à un stress thermique prolongé.

Même certains ingrédients contenus dans les écrans solaires « naturels » ou « biologiques » peuvent être toxiques. La lavande et l’eucalyptus, par exemple, ont des applications comme insectifuges, ce qui suggère qu’ils peuvent aussi être toxiques pour les invertébrés. Avec un nombre croissant de marques d’écrans solaires qui évitent maintenant activement ces ingrédients nocifs, il est plus facile de faire des choix plus sûrs pour les récifs.

Éviter les produits coralliens

Le corail peut prendre des décennies avant d’atteindre la maturité, et s’il est récolté, les bancs de corail environnants ne se rétablissent pas souvent. Les précieuses colonies de corail rouge de la Méditerranée, par exemple, ne produisent plus que 25% de leur récolte d’origine.

Ainsi, en achetant des bijoux de corail (que bon nombre des plus grandes marques de bijoux du monde, ne vendent plus) et d’autres types de souvenirs de corail lors de vos voyages, vous contribuez efficacement au déclin des coraux dans le monde entier.

Il est également illégal dans certains pays de ramasser des fragments de corail morts sur la plage pour les emporter chez soi.

    Taïwan met le cap sur l’écotourisme

    Taiwan possède un environnement écologique extrêmement riche – un paradis pour les passionnés d’oiseaux et de papillons. Grâce à sa topographie et ses conditions climatiques uniques, l’île regorge d’espaces naturels protégés avec une faune et une flore variées, sauvages et endémiques exceptionnelles.

    En effet, la protection de l’environnement est aujourd’hui, prise très au sérieux à Taïwan. Les efforts de l’état et des entreprises privées ont permis la création de réserves naturelles et un ensemble de projets ont été réalisés ou sont en cours de réalisation pour accomplir cet engagement.

    Parmi eux, celui des retours des lucioles à Taipei, les recherches écologiques et la préservation des espèces endémiques de l’île, l’amélioration des transports publics, les constructions éco responsables, le style de vie LOHAS, sans oublier le développement de l’agriculture biologique qui est encouragé et favorisé par le gouvernement représentant aujourd’hui 0.7% de la production agricole soit 0.5% de plus que le Japon.

    Le retour des lucioles à Taipei, une mission impossible accomplie !

    La ville de Taipei avait réintroduit des larves de lucioles dans le Parc de Daan situé au sein même de la capitale. Accessible en métro MRT, arrêt « Daan Park » ce petit cocon de verdure offre à ses visiteurs une ambiance magique. A la tombée de la nuit, des milliers de lucioles s’illuminent offrant un ballet féérique.

    Pour permettre aux visiteurs de se promener librement, le parc a été équipé de lampadaires à LED suffisamment lumineux pour indiquer les chemins à suivre tout en respectant la sensibilité des insectes vis-à-vis de la pollution lumineuse. Pour rappel : les visiteurs du parc sont invités à ne pas utiliser leur flash pour prendre des photos ainsi que de rester silencieux afin de ne pas perturber les insectes.

    Les espèces endémiques de l’île

    Séparée par le tropique du Cancer, l’île de Taïwan bénéficie d’un climat subtropical dans la partie Nord et tropical dans la partie Sud. En effet, entouré par la mer et dominé par les montagnes couvertes de forêts, Taïwan possède une faune et une flore diversifiées et impressionnantes.

    L’île compte plus de 4 200 espèces de plantes vasculaires connues, plus de 5 740 espèces de champignons et plus de 19 000 espèces d’animaux sauvages. L’isolement géographique précoce de l’île a entraîné son niveau d’endémisme extrêmement élevé : environs 400 espèces différentes de papillons existent à Taïwan, dont 50 sont endémiques de l’île ; 450 espèces d’oiseaux dont plusieurs endémiques comme la spatule à face noire et la leucoptera Sterna sont également présentes sur les îles de Penghu, à Wulai, au mont Hehuan, à Xitou, à Alishan, dans la Valley du Rift sur la côte Est et dans tous les parcs nationaux de l’île.

    Conscient de l’importance de cet environnement exceptionnel, le gouvernement a ouvert un Institut de recherche sur les espèces endémiques à Taïwan, pour permettre de les conserver et de soutenir l’équilibre à long terme de ses écosystèmes.

    Le développement et l’amélioration des transports publics

    Le gouvernement incite à utiliser les transports en commun en développant les réseaux ferroviaires, de bus, le métro et le youbike – l’équivalent du vélib pour insuffler un mode de vie plus respectueux de l’environnement à ses citoyens.

    Les constructions éco responsable

    Taiwan favorise depuis quelques années la construction d’infrastructures éco-responsable, comme la librairie de Beitou située au nord de Taipei qui est classé 10ème sur le site de voyage “When On Earth”. Localisé dans le parc verdoyant de Beitou, la magnifique structure imaginée par l’architecte Kuo Ying-chao a été le premier bâtiment de Taïwan labélisé Green Building.

    LOHAS “ Lifestyle Of Health And Sustainability ”

    A Taïwan, le bien-être est un art et les habitants ont bien adopté cette tendance mondiale de LOHAS“ Lifestyle Of Health And Sustainability ».

    Adepte de ce style de vie combinant à la fois bien être, santé et développement durable, Taïwan offre une multitude de choix en termes de cuisine, d’activités sportives, de loisirs et de soins traditionnels.

    Régalez vos papilles en découvrant une cuisine saine et savoureuse à la fois, ou pratiquez le yoga, la méditation, les arts martiaux, le Tai Chi, le massage des pieds ou l’acuponcture. Les centaines de sources d’eaux chaudes, sont aussi un excellent moyen pour se détendre et l’une des activités les plus populaires et préférées des Taïwanais. Puis dégustez un thé traditionnel Taïwanais – le Oolong dans l’une des maisons de thé à proximité.

      Ecotourisme : Ou Voyager ?

       

      Quelle destination pour faire du tourisme durable

      Trek dans la région de Khumbu, Népal

      Année internationale du tourisme durable pour le développement, 2017 est le moment parfait pour s’interroger sur la manière dont nos choix de voyageurs peuvent servir la planète et ses populations.

      Parcs nationaux en France

      Sachant qu’un vol transatlantique a une empreinte carbone équivalant à une année de conduite automobile, plutôt que de partir dans un parc national américain, choisissez-en un près de chez vous. Grâce à leur politique de protection, vous pourrez facilement observer dans les 7 parcs nationaux de métropole des dizaines de mammifères (bouquetins, chamois, marmottes…) et d’oiseaux (vautours, aigles…) dans des paysages dignes des plus grands westerns.

      Marmotte dans le parc national des Écrins, France

      Marmotte dans le parc national des Écrins, France

      Baleine et dauphins dans l’archipel des Açores, Portugal

      Tandis que l’enfermement des cétacés à des fins de divertissement cristallise les critiques, ne vous privez pas d’admirer les baleines et les dauphins dans leur habitat naturel. Avec 27 espèces présentes, la mer des Açores, parfois surnommée “le carrefour mondial des cétacés”, ne risque guère de vous décevoir. Et depuis la France, votre empreinte carbone dépassera à peine celle d’un vol pour la Grèce.

      La Dolphin and Whale Connection est engagée dans le tourisme durable.

      Baleine dans l'archipel des Açores, Portugal

       Suède

      Souvent considérée comme le pays le plus respectueux de l’environnement, la Suède vous donne les moyens de voyager avec une empreinte écologique minime. Au choix, plus de 250 hôtels et auberges de jeunesse labellisés Nordic Swan, des centaines de circuits certifiés Nature’s Best. Sillonnez Göteborg à vélo, explorez le parc national urbain de Stockholm, sans oublier de savourer des produits bio d’origine locale en chemin.

      Tout sur le développement durable en Suède sur sweden.se/nature/sustainable-living.

      Göteborg, Suède

      Göteborg, Suède

       Népal

      Voyager durable, c’est aussi dépenser son argent de façon généreuse. D’une magnitude de 7,8, le séisme qui a frappé le Népal en avril 2015 a dévasté l’industrie touristique du pays. Sachant que la plupart des itinéraires de randonnée ont rouvert et que nombre de communautés locales dépendent des groupes de marcheurs pour subsister, le moment est idéal pour partir.

      Projects abroad propose de participer à la reconstruction de villages.

      Annapurna Himal, Himalaya, Népal

      Annapurna Himal, Himalaya, Népal

       Gansbaai, Afrique du Sud

      De paisible village de pêcheurs Gansbaai, localité sud-africaine du Cap occidental, est devenue l’un des plus importants bastions du tourisme aventurier du pays. Plongée parmi les requins, observation des baleines, kayak et randonnée, tout est certifié Fair Trade Tourism !

      Admirez un grand requin blanc avec Marine Dynamics, très impliqué dans la recherche marine et les projets de conservation d’espèces menacées.

      Plongée parmi les requins à Gansbaai, Afrique du Sud

      Plongée parmi les requins à Gansbaai, Afrique du Sud

      Où dormir ?

      Hôtels Cayuga Collection, Costa Rica

      Parmi les leaders mondiaux en matière d’approche durable, le Costa Rica vise à devenir le premier pays à bilan carbone neutre à l’horizon 2020. Outre les sites et circuits respectueux de l’environnement et de la culture figurent une foule d’hôtels écoresponsables. Nichés dans des recoins de la nature costaricienne, les établissements de la Cayuga Collection méritent tout votre intérêt.

      Guettez les hôtels bénéficiant de la certification pour un tourisme durable (CST), qui s’engagent à respecter la nature, la culture et les populations locales.

      Séjours chez l’habitant

      Loger dans une famille est une excellente façon de découvrir une communauté et de lui faire profiter de l’activité touristique. Le plus difficile est de faire en sorte que son séjour apporte un bénéfice à long terme. Heureusement, de nombreux prestataires spécialisés effectuent pour vous ce travail en amont.

      Responsible Travel dispose d’une offre large.

      Les bons comportements pour voyager responsable

       Respectez les animaux

      Jadis, les balades à dos d’éléphant constituaient un passage obligé pour les touristes en Thaïlande. Aujourd’hui, on considère que ces activités nuisent à la santé des animaux. Heureusement, un nombre croissant de réserves thaïlandaises offre aux visiteurs la chance d’interagir avec ces pachydermes dans un environnement respectueux des deux parties.

      Visitez l’Elephant Nature Park près de Chiang Mai, ou ElephantsWorld près de Kanchanaburi.

      Elephant Nature Park, région de Chiang Mai, Thaïlande

      Elephant Nature Park, région de Chiang Mai, Thaïlande

       Soutenez les restaurants durables

      De la pratique “de la ferme à l’assiette” jusqu’à la réduction du gaspillage alimentaire, les initiatives se multiplient et influent sur la planète à l’échelle locale et internationale. Parmi les villes les plus militantes figurent Seattle, avec l’obligation de recycler les déchets alimentaires et des plantations de légumes sur les trottoirs, et Copenhague, qui recèle des restaurants parmi les plus écologiques au monde.

      De passage à Copenhague ? Réservez au Relae ou au Rub & Stub.

      10. Limitez votre empreinte plastique

      Sur l’île indonésienne de Bali, quelque trois millions de bouteilles plastiques seraient utilisées chaque mois. Privilégiez les bouteilles d’eau réutilisables et les sacs de commissions en tissu, ou encore n’utilisez pas de pailles dans vos boissons.

      Le site www.mescoursespourlaplanete.com vous aidera à adopter tous les bons réflexes lors de vos courses, partout dans le monde.

      Source Lonely planet