Exploration des Ghats occidentaux en Inde

Parallèle à la côte indienne sur 1600 km, du Gujarat au Tamil Nadu profond et méridional, la chaine montagneuse des Ghats occidentaux s’offre à vous, luxuriants, couverts de forêts et classés à l’Unesco, elles constituent l’un des territoires les plus riches en biodiversité du monde. La deuxième chaîne de montagnes la plus haute de l’Inde est un monde naturel indompté de rêves tel que le livre ee la jungle. riche d’une flore et d’une faune uniques et endémiques, entrecoupées de plantations de thé vert soigneusement taillées et scintillantes et de stations de montagne autrefois splendides, trempées dans l’histoire du Raj-era.

Bien que les Ghats atteignent en moyenne 915 m d’altitude, dans le Tamil Nadu, ils culminent à plus de 2500 m d’altitude dans les collines de Nilgiri – où vous rencontrerez Ooty,’La reine des stations »  et les Palani Hills près de Kodaikanal. De l’autre côté de la frontière, au Kerala, certaines des plantations de thé les plus élevées du monde s’étendent autour de Munnar. Entre les deux, des tigres, des éléphants, des singes langur, des cerfs chitaux et des gaurs (bisons indiens) vivent à travers une nature sauvage intacte et dans plusieurs parcs protégés contigus.

Ooty, reine des collines de Nilgiri
Ce sont les colons britanniques qui, à l’origine, ont cherché refuge contre la chaleur étouffante des basses terres dans ces montagnes fraîches et brumeuses de shola (forêt vierge), qui ont fondé la collection excentrique de stations de montagne du Sud de l’Inde. Aujourd’hui, ce sont les vacanciers indiens plutôt que les touristes étrangers qui affluent vers les Ghâts occidentaux à la recherche d’air frais, de beauté naturelle et de sérénité verte.La ville principale de la Réserve de biosphère de Nilgiri, désignée par l’Unesco – une zone de 5520 km2 très riche en biodiversité qui traverse le nord-ouest du Tamil Nadu jusqu’au Kerala et au Karnataka – la ville d’Ooty (Udhagamandalam ; 2240m) est la station la plus populaire du Tamil Nadu, typiquement frénétique mais qui a toujours fasciné l’histoire. Comme ses frères et sœurs himalayens, elle a été fondée au début du XIXe siècle, lorsque Madras (aujourd’hui Chennai) était la capitale de la présidence de l’Inde britannique . Ooty est aussi le tremplin pour explorer la réserve de tigres Mudumalai du Tamil Nadu, riche en faune sauvage, juste au nord-ouest.

 

Les temples hindous d’Ooty, le bazar animé, le centre chaotique et le lac parsemé de pédalos font place à des ruelles fleuries de style anglais, passant devant de splendides bâtiments de l’ère Raj comme la bibliothèque Nilgiri de 1867, encore en activité, et l’église St Stephen’s, datée de 1829. Beaucoup d’entre eux ont été réaménagées en tant que somptieux hôtels patrimoniaux  : le confortable bungalow Lymond House de 1855, ou la marque savoyarde Taj du début du XIXe siècle.
Mais c’est toujours, bien sûr, l’Inde du Sud, et vous vous régalerez d’idlis, vadas, dosas et thalis pur-veg abondants dans les restaurants Ooty’s. Au-delà de la ville, vous pouvez vous évader dans les collines boisées lors de randonnées guidées vers les plantations de thé et les villages tribaux, ou visiter le point de vue de Doddabetta, le plus haut du Nilgiris (2633m).
Avant l’arrivée des Britanniques, les seuls habitants des Nilgiri étaient ses communautés tribales distinctes, dont les plus connues sont les Ooty-area Toda, qui s’habillent de châles noir et rouge brodés. Le Tribal Research Centre Museum, à 10 km au sud-ouest de la ville, vaut le détour pour ses expositions et ses expositions fascinantes sur ces communautés tribales. Au-delà du musée se trouve la belle vallée avalanche, peu visitée, accessible uniquement par les écotours officiels du département des forêts.

Une tasse de café à Coonoor
Coonoor (1720m) est situé à 20km au sud-est d’Ooty, entouré d’une mer de plantations de thé vert émeraude. Upper Coonoor (et non pas le centre agité de Coonoor) est une alternative plus paisible à la base de Nilgiri d’Ooty, avec un accès facile à de superbes points de vue, le Highfield Tea Estate vieux de 50 ans, et de magnifiques logements historiques comme le bungalow britannique 1900 McIver.

Kotagiri (1800m), à 30km à l’est d’Ooty, est la station de colline originale des Nilgiri : son mémorial rouge terreux de Sullivan est la maison de 1819 du fondateur d’Ooty, John Sullivan.
Avec les Nilgiris, la moitié du plaisir est d’arriver ici – idéalement à bord du célèbre Nilgiri Mountain Railway, de construction britannique, à voie étroite. Classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, le train-jouet de couleur bleue et crème relie Mettupalayam dans les plaines et Ooty, via Coonoor, en traversant des tunnels, des ponts et en passant par des forêts et des plantations de thé toujours plus spectaculaires ; vous pourrez peut être même voir un éléphant sauvage traversant le sous-bois.

Kodaikanal, princesse des collines Palani
Entouré par les collines de Palani Hills, à 250 km au sud-est d’Ooty, le ‘Princess of Hill Stations’, Kodaikanal (Kodaikanal) du Tamil Nadu, haut de 2100 m, est d’autant plus atmosphérique car il est très souvent couvert de brume. Fait inhabituel, Kodai a été fondée en 1845 non pas par des fonctionnaires de l’Empire britannique, mais par des missionnaires américains fuyant la malaria dans les plaines du Madurai, et a son propre caractère distinct ponctué par son école internationale, sa cuisine biologique et sa popularité auprès des Indiens en lune de miel.
Les barques à rames flottent sur le lac en forme d’étoile, et les flancs brumeux des collines environnantes sont recouverts d’une forêt de shola – que l’on ne trouve que dans les Ghats occidentaux – et d’arbustes kurinji, qui fleurissent en bleu lavande tous les 12 ans seulement . Les promenades se faufilent à travers les forêts jusqu’à des points de vue horizontaux, des lacs scintillants et le paradis des voyageurs à petit budget, le village de Vattakanal (4,5 km au sud-ouest de Kodai), ou on retrouve l’ambiance sociable du sud de l’Inde.

Si vous vous sentez aventureux, il y a des randonnées de deux jours (avec guides) jusqu’à Munnar dans le Kerala via Top Station (1880m), avec une vue magnifique sur les Ghats. Les étoiles de la scène d’hébergement de Kodai comprennent l’hébergement en famille d’accueil de Cinnabar, géré de manière experte et respectueux de l’environnement, et le haut de gamme, avec vue sur le lac Carlton, une majestueuse demeure de l’ère coloniale, ou choisir de se retirer dans la vallée de l’éléphant, éco-centrée, dans les montagnes du Palani en dessous, où les éléphants parcourent les 48 hectares de son terrain.

Munnar : thé, cardamome et cours de cuisine

Juste de l’autre côté de la frontière, dans le Kerala, Munnar (1524m) est la plaque tournante de la principale région de culture du th,é en Inde du Sud. Tout comme Ooty, le centre commercial de Munnar, très fréquenté s’évanouit rapidement lorsque vous vous aventurez dans ses vallées et ses collines verdoyantes et douces, où les chalets se cachent parmi les feuilles chatoyantes des plantations de thé et de cardamome bien soignées.
Vous pouvez participer à des randonnées guidées vers des points de vue de haute montagne et des plantations de thé et visiter le musée du thé modèle, ou vous initier à la cuisine délicatement épicée du Kerala lors d’un cours de cuisine avec Nimi Sunilkumar, auteur culinaire respecté. Parmi les escapades en montagne de Munnar, les magnifiques familles d’accueil Rose Gardens brillent par leurs cours de cuisine, leurs vues sur la vallée et leurs petits déjeuners aux noix de coco et aux pancake.

Protéger les Ghats occidentaux
Entre le Kerala, le Karnataka et le Tamil Nadu, les aires protégées adjacentes de abritent la plus grande population de tigres du monde. Selon le dernier recensement des tigres de l’Inde en 2014, 570 tigres rôdent dans ces régions sauvages – vous aurez la chance d’en apercevoir un, mais gardez l’œil ouvert dans les nombreux parcs nationaux des Ghats. Le parc national de Nagarhole, à l’ouest de Mysuru (Mysore), sur 643 km2, abrite l’une des plus grandes concentrations d’éléphants d’Asie sauvages au monde, rejoints dans les forêts de Kabini-River par des tigres, des léopards, des dholes (chiens sauvages), chital, gaurs et langur. Bon nombre de ces espèces caractéristiques parcourent également le parc national de Bandipur juste au sud-est, qui s’étend sur 880 km2 à la jonction du Karnataka avec le Kerala et le Tamil Nadu.
Les étendues isolées et non touristiques du sanctuaire de faune de Wayanad, situé le plus au nord du Kerala, sur 345 km2, sont sans doute votre meilleure chance de rencontrer les éléphants sauvages de l’Inde du Sud. Dans le sud du Kerala, 35 tigres et 900 éléphants, ainsi que des cerfs sambar, des sangliers et des langurs, patrouillent dans les denses et persistantes forêts du Periyar Wildlife Sanctuary, l’un des parcs les plus vastes (925 km2) et les plus appréciés d’Inde. Avec une cinquantaine de tigres insaisissables, la réserve de tigres de Mudumalai, dans le Tamil Nadu, offre la plus grande densité de tigres de l’Inde ; ses éléphants, chacals, langurs, gaurs, cerfs et paons sont plus régulièrement observés.
L’accès à ces réserves est gardées et se realise en 4×4 officiel ou en minibus seulement ; certains parcs peuvent aussi offrir des randonnées guidées. Vous dinerez et dormirez dans des gîtes  comme le Waterwoods Lodge de Nagarhole au bord du lac et l’élégant Jungle Retreat de Mudumalai, ou dans des familles d’accueil comme Green View Homestay à Periyar et Dhole’s Den à Bandipur. Pour une expérience hors des sentiers battus de la faune des Ghâts occidentaux, choisissez la réserve de tigres de Parambikulam au Kerala, ou la réserve de tigres d’Anamalai au Tamil Nadu, où le bungalow de luwe Sinna Dorai au milieu des plantations de thé.

Voyager dans le train lent de Madagascar


On pourrait dire qu’il faut 12 à 24 heures pour parcourir les 163 km qui séparent les hauts plateaux de Madagascar de la côte de l’océan Indien est un moyen de transport plutôt lent et inefficace. Oui, mais c’est là le problème. Voyager sur le chemin de fer Fianarantsoa-Côte Est (FCE) n’est pas vraiment une question d’aller d’un point A à un point B – c’est une question de voyage.
Le train fait la navette entre les villes de Fianarantsoa dans les hautes terres (altitude 1100m) et Manakara sur la côte. La pente de la ligne explique en partie sa lenteur – les pannes constantes et les cargaisons lourdes sont le vrai problème. Le train traverse des zones non accessibles par la route, c’est donc une bouée de sauvetage pour les communautés locales qui l’utilisent pour faire du commerce et voyager. C’est ce spectacle étonnant – les paysages sans route et le chargement/déchargement théâtral à chaque station, 18 au total – qui rendent le voyage si spécial.
Ce genre de voyage lent (et imprévisible) n’est pas pour tout le monde. C’est soit votre idée d’une expérience authentique, soit votre pire cauchemar dans vos deux semaines de vacances soigneusement planifiées. Nous ne jugerons pas ; tout ce que nous dirons, c’est que la meilleure façon d’aborder ce voyage est d’être prêt à faire face aux retards inévitables et de les intégrer à votre itinéraire.

Un peu d’histoire
Le chemin de fer FCE a été construit par l’administration coloniale française entre 1926 et 1936 pour ouvrir la côte est et faciliter l’exportation des produits agricoles de cette région fertile. Les rails ont été importés d’Allemagne, les voitures de Suisse.
A son apogée, le chemin de fer comptait deux locomotives, avec cinq services par semaine transportant 150.000 passagers et 20.000 tonnes de fret par an. Malheureusement, Madagascar passant d’une crise politique et économique à l’autre depuis les années 1960, peu d’argent a été investi dans l’entretien du chemin de fer, ce qui explique les retards record et les déraillements et pannes en série. Il n’y a plus qu’une seule locomotive et seulement deux trains de voyageurs par semaine (et un seul train de marchandises), ce qui entraîne un surpeuplement et une surcharge.
Les voitures aussi ont connu des jours meilleurs : vous aimerez peut-être l’idée de voyager en deuxième classe, mais un coup d’œil au visage consterné du chef de gare à votre demande, et un coup d’œil rapide à la voiture, mettront probablement votre plan en ordre de paiement rapide. C’est donc une première classe, et ce n’est pas un mauvais choix : les sièges sont relativement confortables, le verre est clair et les fenêtres s’ouvrent et se ferment.

L’itinéraire
Le trajet en montagne est sans doute le plus pittoresque : le train serpente à travers des versants montagneux escarpés parsemés de forêts, de chutes d’eau, de champs en terrasses et de plantations fruitières. Avec tant de montagnes à relier et de rivières à traverser, il n’y a pas moins de 48 tunnels, 67 ponts et quatre viaducs, dont celui spectaculaire d’Ankeba, qui domine de 40 m une mer de rizières.

Traverser des paysages aussi majestueux, c’est voyager en train à son meilleur : la vitesse est lente (20 km/h en moyenne), les fenêtres sont généralement laissées ouvertes pour que l’air se remplisse de l’odeur des branches que le train balaie. Vous pouvez rapidement discuter avec vos voisins, qu’il s’agisse de touristes ou de Malgaches. Vous avez l’impression d’avoir fait une pause de quelques heures dans le rythme effréné du XXIe siècle.

L’environnement commence à changer autour de Fenomby, environ 100 km après le début du voyage – le paysage est plus plat, l’air est plus chaud et les rizières et les palmiers remplacent les pentes boisées.
Une bouée de sauvetage pour la population locale
A part le paysage, l’un des points forts du voyage est l’arrêt de la gare. Oubliez les deux minutes que vous avez en Europe pour monter ou descendre du train, ici un arrêt signifie au moins 30 minutes, parfois quelques heures, pour permettre à l’équivalent en train du sac de Mary Poppins de charger et décharger une quantité impossible de bananes, litchis, sacs de riz, meubles en plastique et autres objets précieux de fret.
Les passagers ont donc tout le temps de se dégourdir les jambes et de profiter du spectacle. La zone de chalandise du FCE est immense : les gens parcourent jusqu’à 50 km pour monter dans le train ou faire monter leurs produits, les gares sont donc toujours en effervescence. Pour des dizaines de petits commerçants, c’est aussi l’occasion de compléter leur vie en vendant des beignets, des brochettes, des bonbons et des snacks aux voyageurs affamés. Les épices locales, en particulier le poivre noir et le poivre rose, font de jolis souvenirs ou cadeaux.
Il est indéniable que quelque part entre le troisième et le dix-septième arrêt, la nouveauté s’estompe quelque peu. Mais c’est la combinaison de toutes ces choses – l’authenticité, les paysages, la bonne compagnie, l’expérience unique – que les gens apprécient habituellement. Et dans un pays où les voyageurs peuvent passer beaucoup de temps dans les limites d’un véhicule sur des routes épouvantables, la possibilité de voyager dans un confort relatif tout en lisant un livre et en admirant les paysages et le folklore de Madagascar, est tout simplement trop belle pour la manquer.
Apportez suffisamment de nourriture et d’eau pour au moins deux repas (déjeuner et dîner), ainsi que des collations. Vous pourrez également acheter des fruits, des biscuits et des boissons en bouteille dans les gares. Les aliments vendus dans la rue sont accompagnés des mises en garde habituelles.
Apportez un livre, un jeu de cartes, des jeux de voyage, etc. pour passer le temps.
Bien qu’il y ait de la lumière dans la nouvelle voiture, emportez une lampe frontale au cas où (il fait sombre à partir de 18h).
Il fait froid dans les hautes terres et la nuit, alors assurez-vous d’avoir un pull ou une veste avec vous.
Un oreiller de voyage vous permettra de faire des siestes impromptues ou une nuit de sommeil à votre insu….
Il y a des toilettes à bord, mais elles se remplissent habituellement avant la fin du voyage, alors vous devrez peut-être répondre à l’appel de la nature, enfin, dans la nature.

Les paysages les plus pittoresques se trouvent entre Sahambavy et Fenomby, il est donc généralement préférable de prendre le train de Fianarantsoa à Manakara pour s’assurer que vous voyagez à travers ce tronçon en plein jour.
Pensez à monter ou descendre du train à Sahambavy au lieu de Fianarantsoa : les paysages entre les deux ne sont pas très intéressants, cela vous fera économiser 1h30, et vous aurez la chance de rester au magnifique Lac Hôtel (lachotel.com).

Aspects pratiques Le FCE part de Fianarantsoa à 7h (théoriquement) les mardis et samedis et revient de Manakara le mercredi et le dimanche (départ à 7h). Le prix des billets est de 40 000 Ar / 16 000 Ar en 1re/2nde classe.