Quel Tee-shirts anti-UV pour la randonnée ?

En été, pour la randonnée  il est toujours difficile de choisirun équipement qui soit adapté aux caprices de la météo et à la difficulté de votre parcours . Quel Tee-Shirts sont adaptés à votre activité et vous protègent des rayons UV, tous en vous apportant à la fois une parfaite respirabilité pour vous tenir au sec et avec un bon apport en chaleur tous en étant résistants, anti-déchirures et anti-abrasion;

Lors de mes randonnées dans les Pyrénées cet été, j’ ai pu tester deux tee shirt Lafuma tee-shirt de randonnée Homme LAKI WARM Gris en sous couche, avec sa coupe près du corps est ultra-confortable avec un toucher doux, et j’ai pu constater un transfert d’humidité efficace lors d’une randonnée de plus de 5 heures, idéal en voyage ou en randonnée de plusieurs heures, les matériaux stretch, on peut voir sur le site de lafuma est un modèle éco-responsable « Low Impact » (La conception est fait en sorte de minimiser l’impact environnemental du produit) ainsi que le tee- shirt anti uv ECOYA LS TEE qui procure une protection maximale au rayonnement solaire, idéal pour des randos d’été. Et le SHIFT POLO Noir Anti-UV utiliser pour des marches active mais aussi en mode urbain .

Qui dit vêtement anti UV dit protection solaire ou UPF :

L’une des grandes joies d’être à l’extérieur est de se prélasser à la lueur du soleil. Mais comme tant de plaisirs de la vie, il vaut mieux le faire avec modération. La lumière du soleil comprend les rayons ultraviolets (UV) et l’exposition à ces rayons peut provoquer des coups de soleil, le vieillissement prématuré de la peau et le cancer de la peau. En choisissant des vêtements qui ont été conçus pour la protection solaire et testés pour confirmer son facteur de protection contre les rayons ultraviolets (UPF), vous aurez un meilleur contrôle sur votre niveau global d’exposition aux UV.

UPF est le système de classification utilisé pour les vêtements. Il est semblable au FPS (Facteur de protection solaire), le système d’évaluation utilisé pour les produits de protection solaire. Le FPS ne concerne que l’efficacité d’un écran solaire contre les rayons UVB, considéré comme le type de lumière le plus dommageable. UPF, cependant, mesure l’efficacité d’un tissu contre les rayons ultraviolets A (UVA) et B (UVB).

Selon , certains éléments déterminent l’efficacité protectrice d’un vêtement contre le rayonnement UV : forme, type et structure du tissu, couleur et tissage plus ou moins serré, ainsi que le fait d’êtrel’Organisation Mondiale de la Santé mouillé ou sec.

  • Les UV passent moins à travers des tissus tricotés ou tissés serrés.
  • Les couleurs foncées arrêtent habituellement mieux le rayonnement UV.
  • Les tissus lourds arrêtent habituellement mieux les UV que les tissus légers du même type.
  • Les vêtements distendus, mouillés, ou usés peuvent perdre leurs propriétés protectrices contre les UV.
  • Des additifs spéciaux qui absorbent les UVA et les UVB, appliqués au cours du lavage peuvent sensiblement améliorer la protection.Un indice UPF de 25 indique que le tissu d’un vêtement permettra à 1/25e (environ 4 pour cent) du rayonnement UV disponible de le traverser. Un vêtement coté UPF 50 ne permet qu’une transmission UV au 1/50ème (environ 2 %). Tout tissu qui permet une transmission UV inférieure à 2 % est étiqueté UPF 50+.

En trekking, pour les randonneurs qui évolue soit à haute altitude, dans les régions équatoriales, sur la neige ou sur l’eau: L’intensité du soleil est beaucoup plus élevée dans chacun de ces environnements.

 « Il est aussi important de combiner les vêtements anti-UV à  et l ‘utilisation de la crème solaire, et de chapeau  pour lutter efficacement contre les rayons UV »  d’après le Dr Nina Roos, dermatologue .

Lafuma LAKI WARM

Stretch et léger, le t-shirt LAKI WARM combine les atouts du coton (douceur et confort) et du polyester (transfert d’humidité et séchage rapide) pour en faire une matière première couche à la fois technique et agréable à porter.

  • Composition principale: DRYWAY® COTTON EYELET  / 62% POLYESTER 34% COTON 4% ELASTHANNE
  • Poids: 170 g
  • Coupe: Près du corps
  • Utilisation: Première couche
  • Entretien : Les vêtements doivent être lavés en machine à 30° et séchés à l’air libre. Utilisez de la lessive non agressive et retournez votre vêtement. Pour garantir un lavage optimal sans dégradation du produit, réduisez la vitesse de l’essorage au minimum. Fermez les boutons pressions et les fermetures éclairs et desserrez les cordons élastiques avant de les mettre en machine. Ne pas faire sécher au sèche linge.
  • Chaleur 2/5     Séchage rapide 5/5      Stretch 3/5

Lafuma ECOYA LS TEE

  • Composition principale: DRYWAY® ECOYA® HEATHER KNIT / 92% POLYAMIDE 8% ELASTHANNE
  • Poids: 290 g
  • Coloris : Noir ou Bleu
  • Coupe: Près du corps
  • Entretien :Les vêtements doivent être lavés en machine à 30° et séchés à l’air libre. Utilisez de la lessive non agressive et retournez votre vêtement. Pour garantir un lavage optimal sans dégradation du produit, réduisez la vitesse de l’essorage au minimum. Fermez les boutons pressions et les fermetures éclairs et desserrez les cordons élastiques avant de les mettre en machine.
  • Utilisation: Première couche
  • UPF (Indice de protection ultraviolet) : 50
  • Chaleur 2/5   Légèreté 5/5   Stretch 5/5   UV Protection 5/5

Lafuma Polo randonnée Homme SHIFT POLO AntiUV

Sa matière légère, extensible et respirante apporte le meilleur confort pour toutes vos activités intensives tel que du trekking ou la marche active l’accent a été mis sur le plaisir et le bien-être pendant l’effort. Ce polo dispose d’une protection anti-UV qui réduit l’impact des rayons du soleil sur votre peau et sa matière extensible et respirante vous offre toute l’aisance nécessaires pour une journée active à l’extérieur. Grâce à un très bon transfert d’humidité, la matière reste sèche et confortable pendant l’effort et évite la sensation de froid. Ces atouts techniques sont associés à une matière soigneusement travaillée, avec effet damier chiné, pour lui donner une allure moderne.

  • Composition principale: DRYWAY® HEATHER GRID  / 100% Polyester
  • UPF (Indice de protection ultraviolet) : 10
  • Poids: 140 g
  • Coloris : Bleu , Rouge, Noir
  • Coupe: Col de protection contre le soleil ,Ouverture boutonnée.
  • Entretien :Les vêtements doivent être lavés en machine à 30° et séchés à l’air libre. Utilisez de la lessive non agressive et retournez votre vêtement. Pour garantir un lavage optimal sans dégradation du produit, réduisez la vitesse de l’essorage au minimum. Fermez les boutons pressions et les fermetures éclairs et desserrez les cordons élastiques avant de les mettre en machine.
  • Stretch 1/5    Séchage rapide 5/5     UV Protection 1/5

    Comment choisir les vêtements pour un trek ou une randonnée

    Choisir les vêtements pour un trek ou une randonnée est très important car avoir les vêtements adéquats, car on ne sait jamais sur quelles conditions météorologiques et sur quel terrain l’ on va se retrouver. Il faut prendre le temps de bien préparer et d’acheter les bons équipements à l’avance.

    Chaussures
    Essentiel , si vous commencez à marcher en montagne pour la première fois, il est préférable de choisir le confort plutôt que la durabilité. Vous pouvez ensuite investir dans une paire plus résistante et plus durable une fois que vous savez que vous appréciez u la marche en pente et une fois que vos pieds se sont endurcis.
    Les chaussures en tissu offrent un grand confort, sont légères et sont également entièrement imperméables à l’eau, mais ne sont pas aussi durables que les chaussures en cuir traditionnelles. Prenez le temps, d’ aller les essayer dans un magasin spécialisé. Il y a un choix déconcertant de chaussures disponibles avec du personnel expérimenté qui pourra vous guider vers le bon choix en fonction de votre activités de marche. Du point de vue du budget, vos mieux choisir une bonne paire idéale « pour tout faire » Il est conseillé de commencer par de courtes distances, puis d’en augmentant la distance.

    Chaussettes
    Après, vous être ruiné en achetant des chaussures, cet argent sera gaspillé si vous n’investissez pas dans des chaussettes de bonne qualité. Un éternel débat se poursuit toujours sur l’avantage de porter deux paires (une paire mince « liner » et une paire extérieure plus épaisse) ou juste une paire épaisse.
    Une chaussette fine, en théorie, canalisera la transpiration loin de votre pied, le gardant au sec et ajoutera également une autre couche pour absorber la friction. Les deux réduisent le risque de développer des ampoules. De bonnes chaussettes de randonnée offrent un rembourrage dans les « zones d’impact », c’est-à-dire le talon et l’orteil.
    Évitez toujours le coton car il absorbe l’humidité et la transpiration, ce qui augmente les risques d’ampoules. L’humidité va favoriser le refroidissement lorsque votre activité physique s’arrêtera, ce qui augmentera les risques de pieds froids ou d’engelures dans des conditions extrêmes. Pour les randonnées par temps pluvieux, investissez dans une paire de guêtres qui empêchera la pluie et la neige de pénétrer dans le haut de la chaussures en protègent également la partie supérieure de chaussures de l’usure. Une paire décente peut être relativement bon marché. Cependant, il vaut la peine d’envisager une paire avec un volet de ventilation pour permettre à la chaleur de s’échapper.

    Étagement en couches ( Sous-vêtement thermique/ Tee-shirts / Polaires / Pulls/ Sweat-Shirts)
    En général, tous les vêtements d’extérieur (y compris les chaussures) adhèrent au « système de superposition ». Il est souvent considéré comme un système à trois couches, bien qu’il puisse y avoir des exceptions à la règle.
    1. La « couche de base ou sous-couche », ou la couche portée à côté de la peau, attire la transpiration. Il est essentiel de laisser la peau sèche. Par temps froid, l’humidité refroidira rapidement une fois que votre activité s’arrêtera, ce qui vous laissera mal à l’aise ou dans des conditions extrêmes à risque d’hypothermie. Cette couche de base capte la transpiration de la peau et la déplace activement dans la prochaine couche de vêtements.
    2. La « couche intermédiaire » est portée sur la couche de base et sa fonction principale est l’isolation ou la conservation de l’énergie thermique. Il s’agit le plus souvent d’un vêtement de type « polaire ». Une autre fonction est de permettre à la vapeur de sueur captée par la couche de base de continuer son voyage loin de la peau et finalement à la couche externe où elle s’évapore. Les couches intermédiaires varient en épaisseur et en composition et votre choix de vêtements sera déterminé par le type d’activités que vous ferez. De plus, il peut être plus chaud et plus polyvalent de porter deux couches intermédiaires plus minces plutôt qu’une épaisse.
    3. La troisième ou « couche externe » accomplit deux tâches importantes. La base et les couches intermédiaires n’étant pas imperméables, sa fonction essentielle est d’empêcher le contact des éléments avec les autres couches. Deuxièmement, et c’est tout aussi important, la couche extérieure doit permettre à la transpiration transportée par les couches inférieures et intermédiaires de s’échapper dans l’atmosphère et de s’évaporer.
    Comme nous l’avons mentionné, l’humidité de la sueur emprisonnée refroidira rapidement une fois que l’activité physique cessera de vous laisser froid inconfortablement ou même à risque d’hypothermie. Bien qu’il soit appelé système « à trois couches », le système de stratification est polyvalent et toutes les couches ne seront pas toujours portées en même temps. S’il ne pleut pas, la couche extérieure imperméable peut être rangée dans un sac ou lors de périodes d’activité physique intense, les couches intermédiaires peuvent être enlevées et transportées.
    Que faut-il éviter?
    Toujours éviter le coton! Il emmagasine la sueur, ce qui le rend impropre aux activités de plein air.

    Vestes
    Il est essentiel de choisir une veste imperméable, tout en permettant à la transpiration générée par votre corps de s’échapper.
    Gortex est de loin le choix le plus populaire des tissus et est disponible sous différentes formes. Gortex Paclite est extrêmement mince, ce qui crée des vêtements extrêmement légers qui permettent également à la transpiration de s’échapper très efficacement. Les vêtements Paclite sont particulièrement adaptés aux activités où le poids est crucial et où vous transpirez vraiment, par exemple, en course d’aventure, en course d’orientation ou en VTT. Mais n’oubliez pas que pour les activités autres que les promenades d’un jour avec des sacs à dos très légers, la Paclite n’est pas très durable et ne résiste pas aux sacs à dos lourds sur les épaules.
    Pour les randonnées pédestres en général, choisissez une veste fabriquée en Gortex standard, Gortex XCR ou autre matériau similaire d’un autre fabricant. Lorsque vous choisissez une veste de randonnée, tenez compte des caractéristiques telles que les épaules renforcées pour éviter l’abrasion des courroies du sac à dos.
    Parmi les autres caractéristiques à considérer, mentionnons l’emplacement des poches pour les mains – si vous porterez un harnais pour le brouillage ou l’alpinisme, choisissez une veste avec des poches poitrine qui seront toujours accessibles. Le capuchon est une caractéristique très importante de toute veste et vous devez vous assurer qu’il est facilement ajustable et pourra accueillir un casque d’alpinisme si vous êtes susceptible d’en utiliser un.
    Ce sont des fermetures éclair situées sous les aisselles de la veste qui vous permettent d’évacuer la chaleur et la sueur et de réguler votre température.

    Pantalon
    Lorsque vous choisissez des pantalons imperméables étanches pour la randonnée, il est conseillé de choisir une paire avec des fermetures éclair sur toute la longueur. Ils vous permettent de les enfiler facilement tout en portant des chaussures de marche, des crampons, des raquettes et même des skis.
    Pour les randonnées en montagne, ne pas choisir le pantalon Gortex Paclite. Même s’ils sont légers à transporter, ils ne seront pas très durables. Choisissez Gortex ou Gortex XCR ou un pantalon en tissu similaire.
    Chapeaux et gants
    Portez une attention particulière à la protection de vos extrémités (doigts, nez et oreilles) contre les intempéries. Environ 60 pour cent de la chaleur corporelle est perdue par la tête, alors dans des conditions froides, mettez un chapeau. De plus, n’oubliez pas qu’il est tout aussi important de porter un chapeau pour protéger votre tête du soleil.
    Pour les mains, les gants offrent une meilleure isolation et une meilleure chaleur que les gants, mais un mouvement limité. Cependant, certains modèles de moufles sont munis d’un rabat mobile qui permet d’exposer les doigts pour un travail habile. Investissez dans une paire de gants isolants en polaire qui peuvent être protégés par une paire de gants ou de mitaines minces imperméables.

      L’île de Dominique dans les caraïbes

      Les raisons de partir à la découverte de Dominique, perle des Caraïbes.

      Montagnes sur l'île de la Dominique

      La nature qui règne sur cette île des Caraïbes est aussi sauvage et luxuriante que ses habitants – qu’ils soient créoles ou les héritiers directs des populations précolombiennes – sont accueillants. Voici 6 raisons de partir à la découverte de cette perle bien cachée, dont l’authenticité a été préservée et cultivée au fil des siècles grâce à ses côtes déchiquetées et romantiques en diable : un séjour sur l’île de Dominique est plus qu’un voyage, c’est une immersion.

      1. Dominique est unique

      Au sein des îles Caraïbes, Dominique – à ne pas confondre avec sa voisine la République Dominicaine – est tout simplement la dernière, la seule, île des Antilles comprenant une communauté indigène descendant en ligne directe des populations précolombiennes ! Les Kalinagos sont aujourd’hui plus de 3 500, dévoilant leur mode de vie et leur savoir ancestraux, de la construction de canoës à la recherche d’herbes médicinales, à celles et ceux qui ont la chance de visiter leur territoire, sur la côte nord-est de l’île : le témoignage vivant d’une histoire ancestrale.

      2. Une forteresse paradisiaque

      Si la communauté des Indiens caraïbes de Dominique (nommée ainsi par Christophe Colomb parce qu’il la découvrit un dimanche) a pu résister aux colonisations successives des Espagnols, des Français et des Anglais, c’est grâce à un formidable atout naturel : la géographie de l’île. Avec ses côtes impressionnantes et sa végétation luxuriante, Dominique est une forteresse naturelle qui a offert à ses habitants un refuge pacifique et paradisiaque. Aujourd’hui, l’ère des colons occidentaux est révolue, mais ces prodigieux dons de la nature – les sommets de Dominique sont les plus hauts des petites Antilles – en font une terre d’Aventure avec un grand A.  Au programme : chutes d’eau, évidemment, volcans bien sûr, mais aussi un lac bouillant formé à même la croûte terrestre, au sein d’une vallée au nom évocateur : la vallée de la désolation. Pour découvrir la quintessence de ces paysages dont la palette va d’eaux émeraudes à des sols verts-violets, rendez-vous dans le parc national de Morne-Trois-Pitons, inscrit au patrimoine naturel de l’UNESCO.

      La côte vers Grand Bay, Dominique

      3. La plus grande randonnée des Caraïbes

      Si vivre l’aventure en grand ne vous suffit pas, et que vous souhaitez la vivre en long, vous emprunterez le sentier de randonnée de Waitukubuli (le nom indigène de Dominique) : long de 184 km et traversant l’île sur un axe nord-sud en ménageant son lot de points de vue inoubliables entre forêt tropicale, villages traditionnels et mer turquoise, c’est tout simplement le plus long itinéraire de randonnée de toutes les Caraïbes !

      Morne Micotrin, Dominique
      Hampstead Beach, Dominique

      4. Des baleines toute l’année !

      Avec une telle explosion de dons naturels, Dominique ne pouvait qu’attirer une faune et une flore fantastiques. Ses forêts, outre ses opossums, ses boas, ses crapauds, ses lézards et papillons abritent deux espèces de perroquets endémiques, le Sisserou (impossible de le manquer : il figure sur le drapeau officiel de l’île) et le Jaco ; quant à ses eaux, elles accueillent à longueur d’année – un cas unique au monde – de grands cachalots qui vous assurent une rencontre indélébile, ce qui en fait naturellement la capitale caribéenne de l’observation de cétacés : on peut y rencontrer plus de vingt espèces de baleines et dauphins.

      Baleine, Dominique

      5. Une destination incontournable pour les plongeurs

      Question animaux, ce n’est pas tout… car la plongée offre au visiteur l’accès à un autre monde tout aussi coloré : les eaux translucides qui bordent l’île vous permettront de côtoyer massifs coralliens, tortues et hippocampes. Vous pourrez goûter à cette activité, avec tuba ou bouteilles, à Portsmouth (au nord), à la Soufrière et Scott’s Head (au sud), mais, une note en passant : le secteur de Salisbury, St Joseph et Coulibistrie (au centre) compte deux clubs francophones. La richesse des sites et le fait qu’on peut pratiquer ce sport toute l’année classe l’île de la Dominique parmi les 10 meilleures destinations de plongée du monde. Si vous préférez l’eau douce, vous ferez vos délices des cascades dans lesquelles vous baigner, et des lacs de montagne que vous parcourrez en kayak.

      Grottes de Toucari Bay, nord de la Dominique
      Éponge barrique géante, Dominique

      6. Dominique est la voisine de la France !

      Dominique est située à quelques encablures de la France. Certes, vous ne rejoindrez pas l’île en deux heures en sortant du périphérique… Mais à partir de la Guadeloupe ou de la Martinique, rien de plus facile que de s’embarquer en ferry : Dominique et à mi-chemin des deux îles françaises ! En avion, une demi-heure de vol vous sépare de ces deux îles, et de Saint-Martin. Une aubaine, en particulier au moment des deux évènements les plus marquants de l’île : le carnaval, en février, et le festival mondial de musique créole, en octobre, qui brassent des visiteurs de toutes les îles voisines et au-delà !

      Plage d'Anse Soldat, Dominique

        Eté austral : Expériences à vivre en Nouvelle-Calédonie

        Eté Austral Reportages

        8 expériences à vivre en Nouvelle-Calédonie

        Instants de vie en tribu en Nouvelle-Calédonie

        Des paysages sauvages et variés, une flore et une faune marine qui vous laisseront sans voix, une gastronomie et une culture vivace… La Nouvelle-Calédonie est un terrain de jeu hors-pair pour les aventuriers en quête de sensations inédites. Tour d’horizon de nos coups de cœur.  

        1. Vivre l’isolement dans des paysages superbes

        La population est très inégalement répartie en Nouvelle-Calédonie : près des deux-tiers des calédoniens vivent à Nouméa tandis que la densité de population n’est que de 14 habitants au km2. Passé la grande ville, c’est donc un jeu d’enfant de trouver une plage ou un paysage de brousse désert ou presque, et de profiter des joyaux naturels du Caillou au calme, loin des foules et du bruit !

        Paysages de savanes à niaoulis dans la Pointe Nord, Nouvelle-Calédonie

        2. Explorer le lagon en palmes-masque-tuba ou en plongée sous-marine

        Voilà 8 ans que le lagon calédonien est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et cela ne doit rien au hasard ! Son immense récif corallien et ses eaux limpides abritent une faune et une flore marine si spectaculaire qu’il n’est même pas nécessaire de savoir plonger pour admirer de superbes coraux colorés, des poissons perroquets, des poissons clowns, des raies-aigles, des tortues, des picots rayés, des loches… Gare à vous, après cela, vous ne rêverez plus que d’y remettre la tête !

         

        Échappée en snorkeling, Nouvelle-Calédonie

        3. Goûter au kava dans un nakamal

        Le kava est une boisson amère et quelque peu euphorisante concoctée à partir d’une espèce proche du poivrier. Il est servi dans des demi-noix de coco dans des nakamals, des bars à kava signalés par une lampe rouge. Notre conseil : vous y rendre en fin de journée dans le secteur de Nouville à Nouméa, pour profiter des couchers de soleil enchanteurs.

        Pause kava, Nouvelle-Calédonie

        4. Se plier à la « coutume » dans une tribu

        Le mot « coutume » désigne l’ensemble de règles qui dictent la vie des kanaks en tribu. Pour le visiteur de passage, l’une d’entre elles consiste à demander au chef de tribu la permission de visiter le site de son clan et, en signe de respect, de lui offrir un petit présent (morceau d’étoffe, vivres, petit billet…). On appelle cela « faire la coutume ». Ce préalable vous permettra de rompre cordialement la glace et d’exposer vos envies de découvertes au sein de la tribu.

        5. Savourer un bougna traditionnel

        Le bougna est la spécialité culinaire kanak par excellence et il est plutôt réservé aux grandes occasions. C’est un délicieux plat de viandes ou de fruits de mer noyés dans du lait de coco, accompagné de légumes et tubercules locales (igname, patates douces, taro…). Il doit cuire très lentement et au moins deux heures dans un four en terre. La préparation est placée sur un lit de pierres entouré de cailloux chauffé à blanc sous un tapis de feuilles recouvert de terre. Il faut le commander au moins 24h à l’avance ou vous devrez vous contenter d’une version en cocotte, moins goûteuse.

        Plat de bougna, Nouvelle-Calédonie

        6. Vivre comme Robinson sur son îlot

        L’archipel kanak a la particularité de compter de nombreux îlots qui sont parfaits pour se couper du vacarme de la ville. Ces confettis de terre posés sur le lagon sont souvent bordés de superbes plages de sable fin et de patates de corail idéales pour observer les poissons. Facilement accessible en taxi boat, une demi-douzaine d’entre eux sont par exemple aux portes de Nouméa : l’îlot Larégnère, l’îlot Ténia, l’îlot Signal… Il n’est pas rare que les Nouméens s’y retrouvent entre amis ou en famille pour fêter un anniversaire, faire un pique-nique et même camper sur place.

        7. Observer la sculpture kanak dans les musées ou en plein-air

        Les kanaks excellent particulièrement dans la sculpture sur bois, avec notamment les flèches faîtières, ces totems ornés de symboles. Taillées dans des troncs d’arbre, ces sculptures parent souvent les grandes cases et peuvent servir de palissade quand elles sont regroupées. Vous en observerez tout au long de vos pérégrinations, mais pour en voir de très beaux spécimens, direction Vao sur l’île des Pins ou bien le musée de Nouvelle-Calédonie et le centre culturel Tjibaou à Nouméa.

        Flèche faîtière sur la route provinciale nord 5, Nouvelle-Calédonie

        8. Flâner sur le marché de la Moselle à Nouméa

        Chaque dimanche matin, c’est comme si le tout-Nouméa s’y était donné rendez-vous. On adore l’ambiance de la buvette où joue souvent un groupe de musique locale, les étals de fruits et de légumes bigarrés, l’artisanat, mais surtout, l’impressionnant marché aux poissons où vous trouverez d’excellents sashimis à peu de frais.

        Marché de la Moselle à Nouméa, Nouvelle-Calédonie

        Source : Lonely Planet

         




          Sicile : Randonnées et Parc régionaux

          Idées de voyage

          Sicile : les plus beaux parcs régionaux

          Laurier-rose et cascade dans les gorges de l'Alcantara, Sicile

          Sicile : les plus beaux parcs régionaux

          Au-delà de ses plages somptueuses et de sa gastronomie réputée, la Sicile offre des paysages grandioses à l’intérieur des terres. Rien n’est comparable à l’ascension du volcan du Stromboli sur les îles Éoliennes, à l’escalade du mont Etna, ou à la visite des réserves et parcs naturels siciliens.  Découvrez les meilleures randonnées sur la plus grande île de la Méditerranée. La Sicile possède aussi de nombreux paysages naturels protégés, parmi lesquels on compte 79 réserves naturelles, six zones marines et un marais protégés. D’une vaste superficie et tous dotés de nombreux lieux d’hébergement et de restauration, les parcs sont très différents les uns des autres et méritent chacun quelques jours de visite.

          1. Parco dell’Etna, célèbre volcan de Sicile

          Riches en vignobles, les pentes du volcan produisent l’Etna DOC, l’un des 22 vins siciliens portant la dénomination d’origine contrôlée. Nombre d’établissements vinicoles de la région, dont Gambino (095 227 26 78 ; www.vinigambino.it) près de Linguaglossa, permettent de déguster les crus locaux. Sur le flan est de l’Etna, la bourgade de Zafferana Etnea possède une longue tradition d’apiculture, et 35% du miel italien provient de ses ruches. Pour goûter la spécificité de sa production à base de fleurs d’oranger, de châtaigner et de citronnier, visitez Oro d’Etna.
          Vignoble dans le parc naturel de l'Etna, Sicile

          2. Parco Fluviale dell’Alcantara, fleuve sicilien

          Baignade, pique-nique, balades en quad, randonnée et canyoning. Dans l’arrière-pays, à 15 km de Giardini-Naxos, les Gola dell’Alcantara, hautes de 25 m, sont traversées par la rivière homonyme (al qantara signifie “pont” en arabe). Ces étranges formations rocheuses symétriques résultent du contact entre une coulée de lave brûlante et l’eau, qui provoqua l’éclatement du basalte. Spectaculaire, l’endroit mérite le détour. Le site fait désormais partie du parc botanique et géologique Terralcantara, lui-même dans le périmètre du parc fluvial de l’Alcantara.
          Gorges de l'Alcantara, Sicile

          3. Parco Regionale dei Nebrodi et ses villages traditionnels

          Créé en 1993, le Parco Regionale dei Nebrodi (www.parcodeinebrodi.it) représente la seule région boisée de cette taille en Sicile. Il constitue ce que l’auteur sicilien Gesualdo Bufalino appelle “une île dans l’île”, ponctuée de villages traditionnels isolés et guère visités. Entre 1 200 m et 1 500 m d’altitude, la forêt compose un paysage où hêtres, chênes, ormes, frênes, chênes-lièges, érables et ifs servent d’habitat à la faune sauvage sicilienne : porcs-épics, chevaux de San Fratello, chats sauvages et oiseaux de proie (aigle royal, faucon lanier, faucon pèlerin et vautour fauve). Quant aux hauts pâturages, ils ont toujours accueilli des communautés rurales qui pratiquent l’élevage.
          Alcara Li Fusi, parc régional des Nebrodi, Sicile

          4. Parco Naturale Regionale delle Madonie et son superbe panorama

          Savourez le magnifique panorama et les paysages tranquilles du Parco Naturale Regionale delle Madonie (www.parcodellemadonie.it) couvrant 400 km2. Le point culminant des monts Madonie (Monti Madonie) est le pic Carbonara (1 979 m), deuxième plus haut sommet de Sicile après l’Etna – et le parc régional comprend des fermes, des villes et des stations de ski. Les saisons y sont très marquées : l’été, les fleurs sauvages tapissent les flancs de la montagne, l’automne dépose des champignons sauvages et teinte de riches nuances les feuillages de la forêt, l’hiver les pistes de ski sont noires de monde et juin et juillet offrent des températures parfaites.
          Parc naturel régional des Madonies, Sicile

          Idées randonnées et trek en Sicile

          1. Piano Battaglia

          Savourez le magnifique panorama et les paysages tranquilles du Parco Naturale Regionale delle Madonie, couvrant 400 km2. Le point culminant des monts Madonie (Monti Madonie) est le pic Carbonara (1 979 m), deuxième plus haut sommet de Sicile après l’Etna – et le parc régional comprend des fermes, des villes et des stations de ski.
          Parc naturel régional des Madonies, Sicile

          2. Mont Etna

          Dominant le paysage de l’est de la Sicile, l’Etna (3 329 m) est le point culminant de l’Italie au sud des Alpes et le plus haut volcan actif d’Europe. Son activité quasi constante se traduit par des éruptions fréquentes. Les plus spectaculaires se produisent dans les quatre cratères du sommet, mais les fissures et les cratères anciens à flanc de montagne se manifestent plus souvent et présentent un danger supérieur.
          Versant Nord du Mont Etna, Sicile

          3. Vulcano

          La randonnée jusqu’au cratère (391 m) peut aisément s’entreprendre sans guide. Si possible, partez tôt le matin, muni d’un chapeau, de crème solaire et d’eau. Comptez environ 1 heure jusqu’au bord inférieur du cratère (290 m), avec, à la clef, une vue sur le cratère fumant incrusté de cristaux rouges et jaunes. On peut descendre au fond du cratère par un sentier abrupt, ou mieux encore, continuer à grimper autour de la crête pour jouir d’un panorama remarquable sur le chapelet d’îles au nord.
          Vue sur l'île de Vulcano, Sicile

          4. Réserve naturelle du Zingaro

          Protégée de l’urbanisation par les militants locaux, la tranquille réserve naturelle du Zingaro fut la première réserve de Sicile, fondée en 1981. Elle est devenue la grande curiosité du golfe, fréquentée par des amoureux de la nature et des amateurs de plein air, italiens comme étrangers, de plus en plus nombreux.
          Crique située dans la réserve naturelle du Zingaro, Sicile

          5. Stromboli

          Expérience incontournable pour les amoureux de la nature et les volcanologues amateurs, l’ascension du Stromboli est strictement réglementée depuis 2005. On ne peut pas monter sans guide au-delà de 400 m d’altitude. Des randonnées encadrées partent tous les jours, afin d’arriver au sommet (924 m) pour admirer le coucher du soleil et l’activité volcanique pendant 45 minutes.
          Le Stromboli, volcan situé sur les îles Éoliennes, Sicile

          6. Valle dell’Anapo

          Pour découvrir une campagne sauvage et préservée, visitez la Valle dell’Anapo (vallée de l’Anapo), une profonde gorge de calcaire. Une fois au fond, vous pouvez laisser votre voiture près de la cabane de la Commission forestière et marcher à travers bois, une promenade facile ; les sentiers signalés “B” sont un peu plus ardus.

          Vallee dell'Anapo, Nécropole de Pantalica, Sicile

          7. Réserve naturelle de Torre Salsa

          À environ 5 km à l’ouest de Realmonte, vous pourrez marcher dans la réserve naturelle Torre Salsa, gérée par le WWF, où des sentiers bien balisés offrent des vues panoramiques sur les montagnes et la côte alentour. La superbe plage Torre Salsa, accessible par l’entrée nord de la réserve, est idéale pour se détendre.
          Source : Lonely Planet