Les 7 endroits pour les aventuriers en Amérique du Sud

L’Amérique du Sud offre un riche choix aux voyageurs avides d’aventure. Ce continent immense englobe presque tous les habitats et toutes les zones climatiques imaginables – de la forêt tropicale luxuriante au désert aride, des pâturages fertiles aux volcans actifs. Ces paysages ont survécu à des millénaires de civilisations différentes, dont beaucoup ont laissé derrière elles un trésor de ruines à explorer.

Ruta 40 -Argentine

Que vous souhaitiez escalader des sommets enneigés, explorer des temples anciens ou faire de la plongée sous-marine sur des récifs tropicaux, l’Amérique du Sud vous propose à chacun d ‘entre vous une expérience unique.

1- Trek à Ciudad Perdida, Colombie

Les visiteurs du Parque Nacional Natural Tayrona, situé dans le nord de la Colombie, peuvent profiter de la forêt tropicale dense et des plages de sable fin. Mais ceux qui sont avides d’aventures devraient faire un trekking sauvage de 5 jours jusqu’ à la ville perdue, Ciudad Perdida.
On pense que Ciudad Perdida remonte au VIIe siècle, mais elle a été abandonnée peu après l’arrivée des Espagnols. Dépassés par la forêt, les vestiges de la ville sont restés intacts jusqu’ à ce qu’ils soient redécouverts par les pilleurs de tombes en 1972. Bien que les vestiges archéologiques de la ville ne soient pas aussi impressionnants que le fameux Machu Picchu du Pérou, la randonnée jusqu’aux ruines vous emmène dans une aventure inoubliable à travers une forêt dense, des collines escarpées et enfin une montée de 1200 marches en pierre jusqu’aux ruines de la ville elle-même. Les sentiers accidentés et les traversées de rivières régulières facilitent cette randonnée durant la saison sèche, qui va de décembre à mars.

2- Escalader un volcan actif à Pucón, Chili

Pucón se trouve à 780 km au sud de Santiago, dans la magnifique région des lacs du Chili. Située sur les rives du lac Villarrica, entourée de rivières, de chutes d’eau et de sources thermales, la ville offre une gamme d’activités de plein air telles que la pêche à la mouche, le kayak et les promenades dans la nature. Mais c’est surtout l’espoir d’atteindre le sommet du volcan Villarrica, dans le Parque Nacional Villarrica, qui attire le plus de visiteurs à Pucón.
L’ascension (généralement plus de six heures) est exigeante physiquement et ne devrait être tentée qu’avec l’aide d’une agence de voyages .  Atteindre le sommet n’est pas une fin en soi – des conditions météorologiques défavorables et le volcan lui-même (l’un des plus actifs du Chili) peuvent forcer les alpinistes à faire demi-tour. Mais ceux qui arrivent au sommet auront droit à des vues spectaculaires et (quand les conditions seront favorables) un aperçu d’un lac de lave à l’intérieur du cratère. Et après le dur labeur en montée, la descente est moins fatigante: une descente en luge de 30 à 60 minutes sur le flanc de la montagne. Bien que les ascensions soient possibles toute l’année, vous aurez toutes les chances de réussir entre octobre et avril.

4- Traverser le désert d’Atacama, le Chili et la Bolivie

Le désert d’Atacama dans le nord du Chili est l’un des endroits les plus éloignés du monde en Amérique du Sud. L’extrême manque d’humidité donne à la région un ciel incroyablement clair – il n’ y a pas de meilleur endroit sur terre pour regarder les étoiles et considérer votre insignifiance par rapport à l’univers. Bien que les hautes altitudes ne rendent pas le voyage facile , la traversée de l’Atacama entre San Pedro de Atacama (Chili) et Uyuni (Bolivie) est une expérience inoubliable. Le voyage dure plusieurs jours dans un véhicule 4×4 et vous emmène devant l’énorme volcan Licancabur, les sources thermales, les vallées lunaires et les lacs minéraux aux couleurs vives qui s’unissent aux flamants roses. Mais le point culminant incontestable de ce voyage est Salar de Uyuni, le plus grand salin du monde. L’absence de caractéristiques sur cette immense étendue blanche en fait un endroit populaire pour prendre des photos en perspective; il y a aussi un étrange « cimetière » de trains abandonnés.
La traversée peut se faire dans les deux sens à tout moment de l’année. Salar de Uyuni est particulièrement spectaculaire après les pluies et bien que cela soit imprévisible, votre meilleure chance sera entre décembre et avril.

5- Ruta 40, Argentine

Pour de nombreux jeunes Argentins, conduire l’épopée Ruta 40 est considéré comme un rite de passage. Commençant à proximité du point le plus méridional de l’Argentine, la route appelée « La Cuarenta » s’étend vers le nord sur plus de 5 000 km, traverse 11 provinces et 20 parcs nationaux avant de se terminer à la frontière avec la Bolivie. Pour ceux qui n’ont pas le temps de parcourir l’ensemble du parcours, la section patagonienne de la piste offre toujours un voyage sur route époustouflant, en profitant de certains des paysages les plus impressionnants d’Amérique du Sud. Prévoyez suffisamment de temps pour des excursions parallèles au glacier Perito Moreno à El Calafate et au mont Fitz Roy à El Chaltén.
Alors que les environs sont à tour de rôle étonnamment beaux et carrément déserts, ce n’est pas une promenade du dimanche. Des tronçons importants du parcours sont composés de ripio – du gravier rocailleux et rugueux – il est donc conseillé de bien se préparer et d’utiliser un véhicule 4×4 bien équipé. Les hivers patagoniens sont rudes , il est préférable de parcourir la Ruta 40  entre novembre et mars.

6- Plongée de requins aux Galápagos, Equateur

Situées à 1 000 km à l’ouest du continent équatorien, les îles Galápagos abritent un grand nombre de plantes et d’animaux que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur Terre. En reconnaissance de la faune unique, les îles sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO et les eaux environnantes forment une immense réserve marine. Bien qu’il y ait beaucoup d’animaux sauvages à voir en surface – y compris la tortue géante des Galápagos – les vraies richesses se trouvent dans la mer. Les iguanes marins, les lions de mer, les dauphins et les tortues de mer sont facilement aperçus à bord des bateaux, tandis qu’un vrai frisson peut être trouvé si vous sautez droit dans le tuba ou la plongée sous-marine avec des requins. Il y a 12 espèces de requins dans cette région, y compris les requins baleines, les requins Galápagos et les requins marteaux. Bien que des excursions d’une journée à partir de bases insulaires soient disponibles, les meilleures expériences de plongée requièrent la réservation de bateaux de plongée proposant des croisières , ce qui permet aux plongeurs d’atteindre les eaux plus sauvages des îles éloignées de Darwin et Wolf. L’eau est la plus froide entre juin et novembre, mais c’est aussi en juin que l’on a le plus de chances de voir des requins baleines et d’énormes bancs de requins marteaux.

7- Routes de la mort en vélo, Bolivie

Pour de nombreux voyageurs, l’aventure ne devient une aventure que lorsque vous ajoutez une généreuse pincée de danger. Ceci explique en partie la popularité du cyclisme sur la route du Nord Yungas, connue sous le nom populaire de « Camino de la Muerte ». L’aventure cycliste épique est une véritable aventure cycliste: les cyclistes descendent 3 600 m sur 64 km de piste de gravier, essentiellement en descente sur 64 km, et profitent d’un paysage époustouflant. Frisson garanti !

Expériences inoubliables à vivre en Asie

Expériences inoubliables à vivre en Asie

Faire du trekking dans l'Himalaya, Népal

Avec des paysages irréels et les plus hautes montagnes du monde, l’Asie attire les aventuriers depuis toujours.

1. Faire du trekking dans l’Himalaya (Népal)

Le trekking ne s’est développé au Népal qu’à partir du milieu des années 1960, mais il est rapidement devenu la destination la plus prisée du globe dans ce domaine : la plus haute chaîne de montagnes au monde s’y étire, marbrée de vallées attirant les randonneurs dans l’orbite de monts tels que l’Everest, l’Ama Dablam, le Dhaulagiri, le Cho Oyu ou l’Annapurna. Le camp de base de l’Everest est la destination la plus fréquentée et, dernièrement, les routes ont grignoté le célèbre circuit de l’Annapurna, repoussant les trekkeurs basés à Pokhara vers le sanctuaire de l’Annapurna, voire plus haut dans le Mustang. Parmi les destinations moins traditionnelles, citons la région de Dolpo, immortalisée dans Le Léopard des neiges de Peter Matthiessen, et le camp de base du Makalu.

La quasi-totalité des compagnies de trekking proposent des itinéraires au Népal. Thamel, l’animé quartier touristique de Katmandou, est plein à craquer d’agences de trekking.

2. Faire de l’Escalade à Railay (Thaïlande)

Grimper directement depuis une plage tropicale sur des hauteurs dont le décor rappelle celui qui a vu fanfaronner James Bond dans L’Homme au pistolet d’or ? C’est possible ici. Paillotes entre les palmiers, bars de plage et falaises donnant sur un abrupt arrière-pays, plages de sable blanc : difficile de trouver plus décontracté que Railay. Parmi les innombrables possibilités d’escalade, les débutants apprécieront la face nord de la Diamond Cave et l’ABC Wall. On peut y faire du solo intégral : une fois la falaise escaladée et votre corps couvert de poussière, vous n’aurez qu’à vous jeter dans les eaux profondes de la mer d’Andaman.

L’accès le plus facile à Railay s’effectue en longtail boat depuis la plage d’Ao Nang. King Climbers (www.railay.com/railay/climbing/climbing_intro.shtml) est le doyen des clubs locaux.

Faire de l'escalade à Railay, Thaïlande

3. Faire du river tubing à Vang Vieng (Laos)

Descendre la rivière Nam Song sur une chambre à air de tracteur : l’activité a l’air tranquille, mais c’est sans compter l’élément festif. L’amusement que procure le river tubing et l’engouement pour ce loisir sont tels qu’il est devenu l’un des rites de passage pour les globe-trotteurs en Asie du Sud-Est. Criblées de tunnels et de grottes, les falaises calcaires de Vang Vieng surplombent la rivière mais désormais, rares sont ceux qui profitent réellement du décor : les bars longent les berges de la rivière, incitant les tubers à ingurgiter force bières locales. Les autorités ont fermé beaucoup de bars à la suite de plusieurs accidents mortels ; la prudence est toujours de mise.

Des bus relient Vang Vieng à Luang Prabang et Vientiane.

Faire du river tubing à Vang Vieng (Laos) Creative commons

4. Randonner sur la Grande Muraille de Chine

Les terres protégées sont au sud et les hordes de pilleurs, au nord. Du moins était-ce ainsi que les Chinois voyaient les choses lorsqu’ils bâtirent cet incroyable édifice : la Grande Muraille s’étendait jadis sur plus de 8 000 km, et l’on peut aujourd’hui en parcourir 3 000 à 4 000 km si l’on en suit le moindre vestige. Plus facile à dire qu’à faire : la muraille est délabrée en maints endroits, et s’orienter est parfois un défi en soi. La plupart des aspirants randonneurs se contenteront d’une excursion d’une semaine sur la portion de la province du Hebei (près de Pékin), bien conservée.

Des treks guidés sur la Grande Muraille couvrent généralement les portions aux alentours de Gubeikou (à 140 km de Pékin), de Jinshanling et de Simatei.

Randonner sur la Grande Muraille de Chine

5. Faire du kayak dans la baie d’Ha-Long (Vietnam)

Avec ses eaux ponctuées de milliers de pics et d’îlots calcaires, la baie d’Ha-Long se classe parmi les paysages les plus reconnaissables d’Asie. Si, des années durant, les jonques filant entre les îles en furent le symbole, le site est aujourd’hui un haut lieu pour les kayakistes souhaitant évoluer à proximité de ses rochers. Comme tout paysage karstique, la baie est mouchetée de grottes, d’arcs et de piliers : où que vous pointiez votre kayak, vous découvrirez de nouvelles formations. Des excursions de plusieurs journées se font souvent à bord des fameuses jonques (où vous vous restaurerez et dormirez).

La baie d’Ha-Long est à environ 3 heures de route d’Hanoi, d’où partent souvent les excursions en kayak.

Faire du kayak dans la baie d'Ha-Long (Vietnam)

6. Traverser la jungle de Bornéo (Indonésie)

La forêt tropicale humide de Bornéo est probablement l’un des endroits les plus vierges de la planète, et la traversée de la troisième plus grande île au monde d’une côte à l’autre est une des aventures les plus fantastiques (et les moins entreprises) d’Asie. Depuis Balikpapan, vous pourrez remonter le fleuve Sungai Mahakam sur diverses embarcations (comptez environ une semaine pour ces 900 km). De l’autre côté de l’île, vous pourrez descendre le Sungai Kapuas, le plus long fleuve insulaire au monde, mais les monts Muller sont un obstacle majeur : 5–7 jours de marche dans un massif connu pour ses gués, ses sangsues et ses pentes escarpées.

Vous ne pourrez franchir les monts muller sans un guide. Nous conseillons De’Giant Tours (www.borneotourgigant.com) et Kompakh (www.tatunet.ddo.jp/kompakh/en/about_us.php).

Traverser la jungle de Bornéo (Indonésie) Creative commons

7. Faire du vélo au Vietnam

Le vélo est presque l’incarnation du Vietnam, et que ce soit dans les rues coloniales d’Hoi An ou sur les hautes berges des rizières, il est devenu l’un des véhicules privilégiés des visiteurs. Différentes expériences sont possibles. Au sud, le très plat delta du Mékong donne à voir presque autant d’étendues d’eau que de terre (les ponts y sont peut-être plus nombreux que partout ailleurs dans le monde). Au centre, il est possible de combiner cyclisme côtier autour de stations balnéaires comme Danang ou Nha Trang avec des sessions d’escalade sur les hauteurs, où vous pédalerez au milieu de forêts tropicales et de plantations de café.

Les tour-opérateurs du monde entier proposent des excursions cyclistes à travers le Vietnam.

Faire du vélo au Vietnam Creative commons

8. Sauter à l’élastique depuis la tour de Macao (Chine)

L’ancien comptoir portugais n’est aujourd’hui probablement connu que pour deux choses : les flambeurs de ses casinos et le plus haut saut à l’élastique au monde. Sauter de la tour de Macao revient à tomber du toit d’un immeuble de 76 étages. Il faut 60 secondes en ascenseur rien que pour atteindre la plate-forme mais, bonne ( ?) nouvelle, y chuter à près de 200 km/heure prend le 10e de ce temps. Pour voir Macao sous un angle encore plus unique, sautez de nuit.

Vous trouverez plus d’informations sur le saut à l’élastique à Macao sur http://macau.ajhackett.com.

9. Surfer à Bali (Indonésie)

À l’extrême sud de Bali, la péninsule de Bukit ressemble à une digue en pleine mer arrosée par la houle de l’océan Indien. Les breaks longent toute sa côte est, attirant les surfeurs de tous niveaux du monde entier. Sur la très fréquentée plage de Kuta, de doux beach breaks forment l’environnement idéal pour apprendre, tandis que la longue vague tubulaire de Padang Padang (alias le pipeline de Bali) est légendaire. Juste au sud de Padang Padang, Uluwatu est sans doute le spot de surf le plus pittoresque : on y rame vers les cinq breaks en traversant une grotte.

Les vols à destination de Bali atterrissent à Denpasar, à l’entrée de la péninsule de Bukit. Vous pourrez louer des planches de surf dans l’animée Kuta. Pour la météo des vagues, consultez le site www.baliwaves.com.

Surfer à Bali (Indonésie)

 

10.. Relier les villes de la route de la soie par voie de Terre

Trois villes phares symbolisent particulièrement le tenace parfum d’exotisme de la route de la Soie : Samarcande, Boukhara et Kachgar ont, des siècles durant, attiré les esprits vers l’immensité de l’Asie centrale. En Ouzbékistan, le Registan, place centrale de Samarcande à l’architecture époustouflante, est probablement le site le plus évocateur de la route de la Soie. Dans la proche Boukhara, le minaret de Kalon impressionna un Gengis Khan saccageur avant de devenir un donjon pour les officiers et espions de l’Empire britannique. En Chine, les bruyants bazars de Kachgar attirent toujours les voyageurs et marchands qui répondent à l’appel de cette fantastique route terrestre.

Presque équidistante de Boukhara et de Kachgar, Tachkent est la porte d’entrée la plus pratique.

Source : Lonely Planet