Voyager dans le train lent de Madagascar

On pourrait dire qu’il faut 12 à 24 heures pour parcourir les 163 km qui séparent les hauts plateaux de Madagascar de la côte de l’océan Indien est un moyen de transport plutôt lent et inefficace. Oui, mais c’est là le problème. Voyager sur le chemin de fer Fianarantsoa-Côte Est (FCE) n’est pas vraiment une question d’aller d’un point A à un point B – c’est une question de voyage. Le train fait la navette entre les villes de Fianarantsoa dans les hautes terres (altitude 1100m) et Manakara sur la côte. La pente de la ligne explique en partie sa lenteur – les pannes constantes et les cargaisons lourdes sont le vrai problème. Le train traverse des zones non accessibles par la route, c’est donc une bouée de sauvetage pour les communautés locales qui l’utilisent pour faire du commerce et voyager. C’est ce spectacle étonnant – les paysages sans route et le chargement/déchargement théâtral à chaque station, 18 au total – qui rendent le voyage si spécial.
Ce genre de voyage lent (et imprévisible) n’est pas pour tout le monde. C’est soit votre idée d’une expérience authentique, soit votre pire cauchemar dans vos deux semaines de vacances soigneusement planifiées. Nous ne jugerons pas ; tout ce que nous dirons, c’est que la meilleure façon d’aborder ce voyage est d’être prêt à faire face aux retards inévitables et de les intégrer à votre itinéraire.

Un peu d’histoire
Le chemin de fer FCE a été construit par l’administration coloniale française entre 1926 et 1936 pour ouvrir la côte est et faciliter l’exportation des produits agricoles de cette région fertile. Les rails ont été importés d’Allemagne, les voitures de Suisse. A son apogée, le chemin de fer comptait deux locomotives, avec cinq services par semaine transportant 150.000 passagers et 20.000 tonnes de fret par an. Malheureusement, Madagascar passant d’une crise politique et économique à l’autre depuis les années 1960, peu d’argent a été investi dans l’entretien du chemin de fer, ce qui explique les retards record et les déraillements et pannes en série. Il n’y a plus qu’une seule locomotive et seulement deux trains de voyageurs par semaine (et un seul train de marchandises), ce qui entraîne un surpeuplement et une surcharge.
Les voitures aussi ont connu des jours meilleurs : vous aimerez peut-être l’idée de voyager en deuxième classe, mais un coup d’œil au visage consterné du chef de gare à votre demande, et un coup d’œil rapide à la voiture, mettront probablement votre plan en ordre de paiement rapide. C’est donc une première classe, et ce n’est pas un mauvais choix : les sièges sont relativement confortables, le verre est clair et les fenêtres s’ouvrent et se ferment.

L’itinéraire
Le trajet en montagne est sans doute le plus pittoresque : le train serpente à travers des versants montagneux escarpés parsemés de forêts, de chutes d’eau, de champs en terrasses et de plantations fruitières. Avec tant de montagnes à relier et de rivières à traverser, il n’y a pas moins de 48 tunnels, 67 ponts et quatre viaducs, dont celui spectaculaire d’Ankeba, qui domine de 40 m une mer de rizières. Traverser des paysages aussi majestueux, c’est voyager en train à son meilleur : la vitesse est lente (20 km/h en moyenne), les fenêtres sont généralement laissées ouvertes pour que l’air se remplisse de l’odeur des branches que le train balaie. Vous pouvez rapidement discuter avec vos voisins, qu’il s’agisse de touristes ou de Malgaches. Vous avez l’impression d’avoir fait une pause de quelques heures dans le rythme effréné du XXIe siècle.
L’environnement commence à changer autour de Fenomby, environ 100 km après le début du voyage – le paysage est plus plat, l’air est plus chaud et les rizières et les palmiers remplacent les pentes boisées.

Une bouée de sauvetage pour la population locale
A part le paysage, l’un des points forts du voyage est l’arrêt de la gare. Oubliez les deux minutes que vous avez en Europe pour monter ou descendre du train, ici un arrêt signifie au moins 30 minutes, parfois quelques heures, pour permettre à l’équivalent en train du sac de Mary Poppins de charger et décharger une quantité impossible de bananes, litchis, sacs de riz, meubles en plastique et autres objets précieux de fret.
Les passagers ont donc tout le temps de se dégourdir les jambes et de profiter du spectacle. La zone de chalandise du FCE est immense : les gens parcourent jusqu’à 50 km pour monter dans le train ou faire monter leurs produits, les gares sont donc toujours en effervescence. Pour des dizaines de petits commerçants, c’est aussi l’occasion de compléter leur vie en vendant des beignets, des brochettes, des bonbons et des snacks aux voyageurs affamés. Les épices locales, en particulier le poivre noir et le poivre rose, font de jolis souvenirs ou cadeaux.
Il est indéniable que quelque part entre le troisième et le dix-septième arrêt, la nouveauté s’estompe quelque peu. Mais c’est la combinaison de toutes ces choses – l’authenticité, les paysages, la bonne compagnie, l’expérience unique – que les gens apprécient habituellement. Et dans un pays où les voyageurs peuvent passer beaucoup de temps dans les limites d’un véhicule sur des routes épouvantables, la possibilité de voyager dans un confort relatif tout en lisant un livre et en admirant les paysages et le folklore de Madagascar, est tout simplement trop belle pour la manquer.

Aspects pratiques
Le FCE part de Fianarantsoa à 7h (théoriquement) les mardis et samedis et revient de Manakara le mercredi et le dimanche (départ à 7h). Le prix des billets est de 40 000 Ar / 16 000 Ar en 1re/2nde classe.

Apportez suffisamment de nourriture et d’eau pour au moins deux repas (déjeuner et dîner), ainsi que des collations. Vous pourrez également acheter des fruits, des biscuits et des boissons en bouteille dans les gares. Les aliments vendus dans la rue sont accompagnés des mises en garde habituelles.
Apportez un livre, un jeu de cartes, des jeux de voyage, etc. pour passer le temps.
Bien qu’il y ait de la lumière dans la nouvelle voiture, emportez une lampe frontale au cas où (il fait sombre à partir de 18h).
Il fait froid dans les hautes terres et la nuit, alors assurez-vous d’avoir un pull ou une veste avec vous.
Un oreiller de voyage vous permettra de faire des siestes impromptues ou une nuit de sommeil à votre insu….
Il y a des toilettes à bord, mais elles se remplissent habituellement avant la fin du voyage, alors vous devrez peut-être répondre à l’appel de la nature, enfin, dans la nature.
Les paysages les plus pittoresques se trouvent entre Sahambavy et Fenomby, il est donc généralement préférable de prendre le train de Fianarantsoa à Manakara pour s’assurer que vous voyagez à travers ce tronçon en plein jour.
Pensez à monter ou descendre du train à Sahambavy au lieu de Fianarantsoa : les paysages entre les deux ne sont pas très intéressants, cela vous fera économiser 1h30.